TOUR DE LA FINANCE

Publié le 7 Juillet 2013

TOUR DE LA FINANCE

 

Vient comme chaque année

Un grand moment d’été

Le tour de France

Comme une belle romance

 

 

 

Hier moment de nostalgie

Rappel des temps de frénésie

Au bord de la route applaudissions

Les héros que nous supportions

 

 

 

Me souvient de l’écoute des arrivées

A la radio nous suivions les échappés

Faisions les comptes et classements

Aimions les champions plein d’allant

 

 

 

Le tour de France n’était pas bégueule

Nous ne percevions pas les sales gueules

Des banquiers et des assureurs

Devenus pour la cause fric des entraîneurs

 

 

 

La télé nous montre les coureurs

Certains ne sont plus en état de fraicheur

D’autres roulent comme des dingues

Jusqu’à l’arrivée de leur allure ils flinguent

 

 

 

Ils doivent rapporter lourd

Le publicitaire en attend le cours

De la bourse et des rentrées

Il faut qu’il entre dans ses frais et intérêts

 

 

 

Alors il ne faut pas boire que du thé

Mais mettre en danger sa santé

Partant du « pas vu pas pris »

Le robot coureur doit rapporter prix

 

 

 

L’étape montagneuse d’Ax les Thermes

Le manager leur a dit « court et la ferme »

Le forçat de la route s’est exécuté

Au col la vainqueur avait bu plus que du petit lait

 

 

 

Aux dernières nouvelles du tour

Un chasseur de canettes sans détour

Viendra pédaler pour le CAC Quarante

Hollande c'est sûr apporte dope et amarante

 

 

 

Bernard LAMIRAND

TOUR DE LA FINANCE

Rédigé par aragon 43

Publié dans #poêmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article