Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

Articles avec #societe catégorie

Y A TROP DE FONCTIONNAIRES !!!

Publié le 4 Décembre 2016 par aragon 43 dans SOCIETE

REPRISE D'UN ARTICLE QUE J'AI FAIT EN 2014

A QUI LA BROUETTE ? AUX FONCTIONNAIRES OU AUX ACTIONNAIRES !

C’est un sondage IFOP, commandé par le Figaro, qui le dit : 60 % des français trouvent qu’il y a trop de fonctionnaires.

Ainsi on pourrait dire :

A l’hôpital public, s’il y a attente longue pour examens et opérations chirurgicales et si les services d’urgence tardent à nous soigner c’est parce qu’il y trop de docteurs et d’infirmières fonctionnaires.

A la SNCF, s'il y a trop de trains sans conducteurs, du retard pour réparer le matériel ferroviaire et les rails qui déraillent et si la SNCF nous conduit dans ces conditions, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A la Sécurité Sociale, s’il faut des semaines pour avoir des renseignements, un papier, un règlement, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A la Mairie, si les files d’attente se multiplient pour l’état civil,pour des renseignements sur des droits, sur les cartes d’identité à renouveler, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A l’hôtel des impôts si les queues augmentent sans cesse pour faire le point sur ses impôts, régler des contentieux, faire un changement, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

Sur nos routes départementales si celles-ci sont remplies d’ornières, ne sont plus réparées à temps, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires départementaux des Ponts et chaussées.

A l’hôtel de police, si les affaires et les urgences trainent en longueur, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A l’école, si les élèves sont en retard de formation, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

S’il n’y a pas assez de maisons de retraites et si celles -ci sont inabordables et demandent des années d’attente, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

A la télévision si on passe des navets tous les jours, c’est parce qu’il y a trop de fonctionnaires.

Mais pose t'on les questions suivantes :

N’y a-t-il pas trop de patrons trop payés ?

N’y a-t-il pas trop d’experts à la radio et à la télévision pour nous bourrer le mou avec le trop plein de fonctionnaires ?

N’y a-t-il pas trop de profits et de rentes pour les capitalistes ?

N’y a-t-il pas trop d’assurances privées qui piquent le pognons des assurés ?

N’Y a-t-il pas trop de paradis fiscaux ?

N’y a-t-il pas trop de patrons tricheurs et fraudeurs qui ne déclarent pas leurs salariés ?

N’y a-t-il pas trop de rentiers?

N’y a-t-il pas trop de riches?

N’y a-t-il pas trop de PDG présents dans les sociétés du CAC 40 et cumulant quantités de dividendes et de retraites chapeaux dans les diverses sociétés avec jetons de présence ?

En fait n’y a-t-il pas un trop faible revenu pour les salariés et les retraités et trop plein de revenus et de belles places pour les privilégiés de la fortune et du système capitaliste?

Bref n’y a-t-il pas trop de riches et trop de pauvres, trop de capital et trop de bas salaires et retraites.

Si !

Chiche le Figaro des riches, l’IFOP propriété de Madame Parisot, ex présidente du Medef et bien reconvertie touchant de bons émoluments, de faire un sondage sur le trop perçu de ceux qui se font de l’argent en dormant.

Bernard LAMIRAND

commentaires

JOURNEE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DE LA VIOLENCE A L'EGARD DES FEMMES

Publié le 25 Novembre 2016 par aragon 43 dans SOCIETE

commentaires

EPONYME : LA VRAIE DEFINITION

Publié le 6 Novembre 2016 par aragon 43 dans Société

Depuis un certain temps, nous voyons apparaître le mot "éponyme", j'ai voulu en savoir plus sur ce mot que l'on employait guère avant qu'il devient mot à la mode et en particulier dans les médias qui l'utilisent pour n'importe quoi.

Je vous livre un texte d'un blog "parlons français" que j'ai trouvé.

commentaires

LA BARBARIE SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS

Publié le 15 Juillet 2016 par aragon 43 dans SOCIETE

Ne laissons pas la haine triompher dans le monde
Ne laissons pas la haine triompher dans le monde

LA BARBARIE SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS

Un réveil ce matin, triste, et une colère que j’essaye de rentrer.

Je pense d’abord à tous ceux et celles qui ont été victimes de cet attentat et qui rejoignent d’autres actes criminels dans le monde assassinés dans des circonstances analogues.

Un énergumène ( peut importe sa nationalité… c’est un salaud), dans un camion, a foncé sur la foule qui participait au feu d’artifice du 14 juillet.

Des enfants, des hommes et des femmes, des familles de Nice ou en vacances ont été fauchés ; ils ne demandaient qu’à vivre et à profiter de la vie comme tous les êtres humains pourvus d’humanité de cette planète.

J’imaginais que cela aurai pu être mes enfants et petits enfants.

Terrible….

C’est ce que tout parent ou grand parent doit éprouver dans de telles circonstances.

Il est trop tôt pour parler des responsabilités. Elles sont cependant là devant nos yeux et il va falloir aller sur le fond des problèmes sur l’état de cette société dans laquelle nous vivons et qui amène tant d’actes inhumains.

Nous vivons dans un monde où la férocité des rapports sociaux en système capitaliste règne. Elle conduit à la monstruosité et des formes de barbarie et pourquoi pas le dire à des nouvelles formes de fascisme sortant de ce que produit le libéralisme dans sa quête de l’argent roi.

Regardons autour de nous, la décomposition de ce système à bout de course engendre des oiseaux de mauvaises augures et des charognards et je n’ai pas besoin de les nommer, nous les connaissons.

Le commerce des armes, l’alliance de ce système avec les pires régimes féodaux et religieux en sont les conséquences.

Une société en crise durable excitant et exacerbant les haines pour maintenir sa domination mondiale est au cœur des affrontements et des violences.

Dans une précédente crise, ce système avait engendré le nazisme et des assassinats de masses, ne l’oublions pas.

Le cliquetis des armes se fait entendre partout, il est temps d’y mettre le holà.

Des zones de guerre menacent le monde entier et l’Europe est à nouveau au cœur des intolérances et des néo-fascistes.

Des poudrières nées d’un néo-colonialisme d’après guerre, avec la mise en place d’états chiens de garde du système capitaliste, en sont la genèse, comme la continuité et le renforcement de l’OTAN, chien de garde du capitalisme international auquel la France a rejoint cette organisation qui aurait dû disparaître avec la fin de la guerre froide.

Le Moyen-Orient, le Maghreb, l’Afrique sont devenus des proies où le système capitaliste a assis une domination qui entraine à toutes sortes de réactions virulentes dans des états corrompus, dictatoriaux et où "l’opium du peuple" sert de moyen pour les déstabiliser et les tenir sous le fouet de la cupidité internationale.

Une conférence mondiale pour la paix dans le monde doit être convoquée d’urgence pour sortir de ce monde des violences et des haines avant qu’il ne soit trop tard.

Il faut mettre fin immédiatement à cet organisme de guerre capitaliste qu’est l’OTAN.

La France doit se retirer immédiatement de cette organisation.

L’ONU doit être réactivée et joué son rôle pour la paix dans le monde et être garante de la liberté des peuples.

Il est urgent de reprendre les négociations pour éliminer les armes nucléaires en totalité et arrêter les industries d’armement et toutes sortes de salons où se vendent des armes qui iront ensuite frapper les populations.

En Septembre, le Mouvement de la paix, en France, organise de grandes manifestations, il faut que les travailleurs y prennent part et font de la question de la paix dans le monde celle qui unit les travailleurs du monde entier contre les fauteurs de guerre et contre l’obscurantisme moyen de dompter les peuples depuis la nuit des temps.

Bernard LAMIRAND

commentaires

GLUCKSMANN LE REAC

Publié le 10 Novembre 2015 par aragon 43 dans SOCIETE

PARMI SES AMIS REAC
PARMI SES AMIS REAC

LE REAC VIENT DE TIRER SA REVERENCE

André Glucksmann vient de périr dans la mer de ses effluves réactionnaires.

En philosophie, on pourrait dire que somme toute la vie est précaire et la mort notre avenir à toutes et tous .

Alors, pourquoi, depuis ce matin, les médias ont ouvert leur registre mortuaire pour André Glucksmann avec une si grande appétence à l’exemple de France-Inter ?

René Girard, anthropologue et philosophe français, de renom international, qui vient de mourir dernièrement, France-Inter n’en a pas fait un tel « tintouin ».

Il faut dire que certains de ces présentateurs sont ses auxiliaires dans la verve de l’idéologie dominante libérale qui caractérisent nos médias.

Glucksmann fut maoïste en 1968 et rejeta ensuite le marxisme nous disent les adulateurs du philosophe. Qu’était-ce ce « maoïsme » sinon qu’un rassemblement hétéroclite et notamment de fils de bourgeois et de certains intellectuels !

D’autres comparses, pris par la fougue et l’enthousiasme de 1968, comprirent vite le cul-de-sac dans lequel ils se mettaient avec ces déchainés qui s’étaient baptisés à Usinor Dunkerque « les Katangais » du nom de ceux et celles qui occupaient la Sorbonne en 1968.

Dans mon usine, j’ai vu les maoïstes se déchainaient contre les communistes. J’étais tout jeune militant syndical CGT et jociste, nous étions en grève, une des grèves les plus longues qui eut lieu dans ma boite. Nous avons été les derniers à reprendre le travail mais nous avions obtenu des résultats revendicatifs importants pour les sidérurgistes tout en luttant pour sortir notre pays de l’emprise gaulliste.

Ce qui ne fut pas le cas pour ces agités qui comme à Usinor Dunkerque venaient dénaturer notre lutte et firent refluer les luttes et la victoire de la droite gaulliste aux élections législatives en fut une des conséquences.

Ces maoïstes et autres comme Kessler qui devint ensuite assureur et vice président du Medef n’avaient pas pour but de lutter pour le monde du travail et nous les avons vu occuper des postes de responsabilités que leur offrit tous les pouvoirs et certains trônent dans les groupes capitalistes du CAC 40 et dans les grands organes de presse capitalistes.

Je vois encore à cette époque la haine qu’ils déversaient contre les communistes français qui avaient tant fait pour donner des droits sociaux aux travailleurs quand ils ont été au gouvernement du pays de 1945 à 1947.

Le soit disant humanisme dont l’affuble ses thuriféraires n’était qu’un paravent pour masquer ce qu’il était réellement : un réactionnaire.

Dernière chose : André Glucksmann marxiste à ces débuts, quel mensonge !

Marx n’a rien à voir avec ce philosophe de droite qui fut que l’assistant de Raymond Aron dont on sait que le marxisme était loin d’être sa tasse de thé.

Alors faire un hommage à cet individu qui a tourné et retourné sa veste dans tous les sens allant jusqu’à « bajer* » le cul de Sarkozy avec ses amis Kouchner, Bernard Henri Levy pour lancer des guerres interventionnistes, qui, aujourd’hui, ont fait des centaines de milliers de morts en Irak, en Lybie et ailleurs ne peut être que l’hommage du vice.

Bernard LAMIRAND

*embrasser patois chti

commentaires

8 MARS JOURNEE INTERNATIONALE POUR LES DROITS DES FEMMES

Publié le 8 Mars 2015 par aragon 43 dans SOCIETE

commentaires

LES ABEILLES VICTIMES DE TUEURS ?

Publié le 7 Mars 2015 par aragon 43 dans SOCIETE

LES ABEILLES VICTIMES DE TUEURS ?

Chère amie, cher ami, défenseurs des abeilles et de la nature,

La bataille fait rage au niveau européen !

Il ne reste que deux mois avant la fin du moratoire sur les pesticides néonicotinoïdes tueurs d'abeilles, et Pollinis et les associations de défense de l'environnement se battent au coude à coude avec les lobbies agrochimiques à Bruxelles.

L'industrie agrochimique est prête à tout pour écraser la volonté des citoyens et réhabiliter ses pesticides – quitte à sacrifier l'environnement et l'alimentation de toute la population pour sécuriser quelques milliards d'euros de profits à court terme...

Elle attaque sur tous les fronts :

Bataille scientifique -> Les grandes industries agrochimiques entretiennent des labos et des armées de chercheurs chargés de "prouver" que leurs produits - pourtant 8000 fois plus toxiques pour les abeilles que le DDT utilisé il y a encore 20 ans ! - n'ont aucun impact sur les pollinisateurs et l'environnement, et ne peuvent pas être remplacés.

Bataille juridique -> Bayer, Syngenta et BASF sont en train de traîner la Commission européenne en justice pour faire tout bonnement annuler le moratoire (1) ;

Armée de lobbyistes -> plus de 400 lobbyistes travaillent d'arrache-pied, à Bruxelles, pour obtenir la non reconduction du moratoire à partir de mai : pression sur la Commission et les élus, menaces sur l'emploi et les délocalisations...

Nous n'allons pas les laisser imposer leur loi à tous les pays européens.

C'est pour ça que, depuis le tout début de cette histoire, POLLINIS a sonné le tocsin et tenté de remobiliser les citoyens.

Par vagues successives, nous avons réussi à alerter et rassembler 1 million de pétitionnaires à travers toute l'Europe pour contrer le plan anti-abeilles des firmes agrochimiques.

Grâce au soutien de citoyens concernés, nous avons pu mettre en place une petite équipe, chargée de mener le combat au plus proche du pouvoir européen – en quelque sorte, notre contre-lobby à nous, les défenseurs de l'abeille et des pollinisateurs !

Peu nombreux, mais déterminés, les délégués de Pollinis à Bruxelles ont déjà rencontré les représentants de la Commission et du Parlement européen, pour leur faire entendre un autre son de cloche que celui des agrochimistes :

- Pour leur dire que pendant les 2 premières années de ce soi-disant moratoire sur les neonicotinoides, la vente de ces produits n'a jamais cessé de croître dans tous les pays européens : ils sont aujourd'hui utilisés sur 80 à 100% des grandes cultures, céréales, pommes de terre et colza (du jamais vu dans l'histoire des pesticides !) (2) ;

- Que le moratoire ne porte que sur 3 molécules quand il existe en fait 7 molécules autorisées en Europe. Et qu'entre temps, des produits génériques, sans marque, sont apparus sur le marché et des demandes d'autorisation sont en cours pour de nouveaux neonicotinoides chinois ;

- Que bien souvent les agriculteurs n'ont plus d'autre choix que d'utiliser des semences enrobées aux pesticides neonicotinoides - puisqu'on ne trouve plus que cela chez un grand nombre de distributeurs locaux ;

- Qu'en moyenne, il faut près de 9 mois pour que la quantité de neonicotinoides présents dans le sol après qu'on y ait semé des graines traitées diminue de moitié. Concrètement, 2 à 3 ans sont nécessaires pour que l'imidaclopride, la substance active du Gaucho, ne soit plus détectée dans les champs - mais entre temps, l'agriculteur aura probablement semé avec un autre traitement, et les toxiques tueurs d'abeilles s'accumuleront dans le sol. On les retrouve ainsi dans les pollens et le nectar des cultures même non traitées semées à la suite - à des concentrations certes faibles, mais tout de même 20 fois supérieures aux doses qui entraînent une surmortalité des abeilles étudiées en laboratoire ! (3)

Pour leur montrer, surtout, que plus d'un million de citoyens en Europe refusent qu'on sacrifie leur santé et l'alimentation des générations futures pour servir les intérêts à court terme de quelques entreprises agrochimiques.

Et pour pousser vers une interdiction totale et définitive des néonicotinoïdes tueurs d'abeilles !

Un député a déposé une question écrite suite à notre action, forçant la Commission à se prononcer au plus vite :

J'ai récemment été interpellé par le mouvement citoyen européen Pollinis, qui œuvre notamment pour la protection des pollinisateurs indispensables à l'agriculture. Pollinis fait actuellement campagne auprès des instances européennes afin d'obtenir une interdiction totale des néonicotinoïdes, ces pesticides responsables de la disparition d'abeilles, et non pas un compromis partiel avec les entreprises agrochimiques, comme c'est aujourd'hui le cas.

1. Quelle législation permettant de réduire les pesticides tueurs d'abeilles existe déjà au niveau européen?

2. De nouvelles propositions sont-elles en cours afin de réduire la menace qui pèse sur les abeilles?

Claude Rolin, député européen de Belgique (4)

Petit à petit, nous sommes en train d'organiser un contrepouvoir à l'influence des lobbys agrochimiques en Europe – mais nous manquons de temps : la fin du moratoire est dans deux mois, et nous n'avons qu'une petite dizaine de délégués à opposer à leur armée de 400 lobbyistes professionnels !

Nous devons renforcer nos moyens de toute urgence, et c'est pour ça que je fais appel à vous aujourd'hui.

Le plan de bataille que nous avons mis en place avec les membres de POLLINIS, en France, en Belgique et en Suisse, en Autriche, en Espagne et en Angleterre, ne vise qu'un objectif : contrecarrer les plans des lobbys des agrochimistes à Bruxelles :

  • Rassembler un maximum de citoyens à travers toute l'Europe pour peser tous ensemble dans la balance face à Commission et aux élus européens ;
  • Réunir les experts, rassembler et faire connaître les centaines d'études décrivant les ravages des néonicotinoïdes sur les abeilles, l'environnement et la biodiversité ;
  • Envoyer des délégués formés et compétents rencontrer les décideurs européens pour leur prouver, études et chiffres à l'appui, que d'autres solutions existent pour protéger les cultures tout en préservant les pollinisateurs et l'environnement.

Pour réussir dans ce plan, nos moyens financiers sont dérisoires comparés aux montagnes d'argent que les firmes agrochimiques sont prêtes à déverser pour arriver à leurs fins – et c'est pour ça que nous avons désespérément besoin de votre soutien aujourd'hui.

Même si nous avons rencontré beaucoup de personnes pleines d'énergie et de bonne volonté, il est difficile de trouver des gens qui ont à la fois l'expérience et la compétence juridique pour mener à bien cette mission de combattant et d'avocat de l'abeille... bénévolement, et à plein temps !

Autant dire que toutes les contributions, même les plus petites, sont les bienvenues.

Si vous avez la possibilité d'aider financièrement POLLINIS à monter cette équipe et à soutenir ce travail vital pour l'avenir de la biodiversité en Europe, merci de le faire dès aujourd'hui en cliquant ici.

Notre objectif pour les deux mois qui viennent est on ne peut plus clair :

1- Empêcher Bayer, Syngenta et consors de blanchir leurs produits et de sacrifier notre santé, notre alimentation et notre environnement pour sauver leur profits immédiats ;

2- Obtenir une interdiction totale de ces substances hautement toxiques qui empoisonnent les abeilles et l'environnement, et compromettent l’agriculture de demain.

Aussi, si vous pouvez nous aider à mener ce plan de bataille à terme, jusqu'à la victoire, nous vous en serons tous très reconnaissants ici à POLLINIS. Quelle que soit la somme que vous pourrez donner (10, 20, 50, ou 100 euros, ou même plus si vous le pouvez !) ce sera une aide précieuse.

L'enjeu est colossal.

Si nous ne nous dressons pas tous ensemble face à l'industrie agrochimique et à son armée de lobbyistes, les pesticides tueurs d'abeilles seront complètement blanchis dans deux mois, et pleinement autorisés dans toute l'Union européenne... Et ils détruiront ce qui reste des colonies d'abeilles et de pollinisateurs en quelques années !

Merci pour votre engagement et votre soutien dans ce combat pour la vie.

Nicolas Laarman

Délégué général

Références :

(1) Demande d’annulation du règlement d’exécution (UE) n° 485/2013 de la Commission, du 24 mai 2013, modifiant le règlement d’exécution (UE) n° 540/2011 en ce qui concerne les conditions d’approbation des substances actives clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride et interdisant l’utilisation et la vente de semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques contenant ces substances actives (JO L 139, p. 12) :

Bayer CropScience / Commission : affaire T-429/13

Syngenta Crop Protection e.a. / Commission : affaire T-451/13

BASF Agro e.a/Commission : affaire T-584/13

(2) Worldwide Integrated Assessment of the Impact of Systemic Pesticides on Biodiversity and Ecosystems - Systemic insecticides (neonicotinoids and fipronil): trends, uses, mode of action and metabolites. [LIEN : http://link.springer.com/article/10.1007/s11356-014-3470-y/fulltext.html]

N. Simon-Delso,V. Amaral-Rogers, L. P. Belzunces, J. M. Bonmatin, M. Chagnon, C. Downs, L. Furlan, D. W. Gibbons, C. Giorio, V. Girolami, D. Goulson, D. P. Kreutzweiser, C. H. Krupke, M. Liess, E. Long, M. McField, P. Mineau, E. A. D. Mitchell, C. A. Morrissey, D. A. Noome, L. Pisa, J. Settele,J. D. Stark, A. Tapparo, H. Van Dyck, J. Van Praagh, J. P. Van der Sluijs,P.R. Whitehorn and M. Wiemers

(3) Voir l'interview avec le Dr Jean-Marc Bonmatin, Cnrs d'Orleans : "Les Neonicotinoides ont été mis sur le marché sur la base d'hypothèses erronées" [Lien : http://www.aefu.ch/fileadmin/user_upload/aefu-data/b_documents/Aktuell/M_140331_MfE-Interview_Bonmatin_-_Les_neonicotinoides_ont_ete_mis_sur_le_marche_sur_la_base_d%E2%80%99hypotheses_erronees.pdf

(4) http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+E-2015-000956+0+DOC+XML+V0//FR

Pollinis - Association Loi 1901
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

commentaires

POUR UNE BONNE FESSEE

Publié le 5 Mars 2015 par aragon 43 dans SOCIETE

Comme ils voudraient nous dominer et nous rendre petits et obéissants
Comme ils voudraient nous dominer et nous rendre petits et obéissants

FESSEE : JE SUIS POUR LA FESSÉE ET MÊME POUR UNE BONNE RACLÉE

Chacun me connait, je ne ferais pas mal à une mouche.

J’ai toujours fait partie des non violents, même si parfois je me suis heurté vigoureusement avec mes camarades, lors des luttes des sidérurgistes, aux forces dites de l’ordre.

Je viens d’apprendre que la France devait mettre sa législation en ordre par rapport à la fessée et donc de prendre les mesures pour que celle-ci soit proscrite totalement comme le dit le Conseil de l’Europe.

Tant mieux.

Alors pourquoi je suis pour la fessée et une bonne raclée ? Il ne s’agit ni de martinet, ni du fouet ou encore de bottage du derrière de notre petite enfance juvénile mais de donner une fessée et une raclée politique à ceux et celles qui nous rendent la vie difficile en ce moment.

Par exemple, je verrai bien la politique de Hollande condamnée lors des prochaines échéances électorales et Hollande recevoir le châtiment de sa politique antisociale et être mis au coin définitivement pour ses mensonges lors des élections présidentielles.

Je verrai bien les salariés, les retraités, les sans emplois botter le cul à Gattaz le 9 avril par d’imposantes grèves dans le pays et des manifestations pour dire notre « ra-le bol » de l’austérité alors que les « gros » s’en mettent plein les poches.

Je verrai bien une grosse fessée à Valls, parce qu’il est allé dénoncer au Medef le fait que nous volions les patrons par un coût du travail trop élevé.

Je verrai bien Berger recevoir une belle réprimande de la part de ses pairs du fait de signer les yeux fermés tout ce que le patronat lui présente pour réduire ce coût du travail.

Je verrai bien une grosse amende et le supplice extrême à tous les profiteurs et notamment ceux du CAC 40, celui de leur prendre tout.

Je verrai bien punir ces PDG en leur confisquant leur joujoux telles les primes de bienvenue du PDG de Sanofi, les stocks options, les retraites chapeaux, les salaires mirobolants, les dividendes.

Et puis, je donnerai une bonne raclée électorale à la fée carabosse, vous savez cette sorcière laide et méchante, qui, à la sortie de l’école donne des sucettes aux enfants pour bien se faire voir mais pour ensuite s’installer dans le lit de mère-grand pour les manger.

La fée carabosse voudrait bien nous manger tout cru et bien donnons lui une belle leçon, ne nous jetons pas dans sa gueule décharnée du loup en nous abstenant et en permettant à la « fille Le Pen » d’entrer dans la bergerie de la démocratie pour mieux la dépouiller et par la haine et la violence d’un bagou d’extrême droite de nous ramener ce qu’il y a de pire dans l’homme : la bête immonde.

Alors une bonne raclée électorale pour ceux qui professent l’austérité, pour celle qui veut le pouvoir pour rendre le vivre ensemble impossible dans notre pays, oui ça d’accord, et nous n’avons pas besoin de loi pour cela mais bien de nos luttes.

Bernard LAMIRAND

commentaires

LA TROIKA QUELQUES INFORMATIONS DUN PERE DENIS

Publié le 3 Février 2015 par aragon 43 dans SOCIETE

LA TROIKA QUELQUES INFORMATIONS DUN PERE DENIS

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
LES BANQUES PILOTENT LA TROÏ
KA

Billet d'un ancien inspecteur du travail, un camarade que j'ai bien connu à la CGT
Parmi ces banques, il y a bien sûr
GOLDMAN SACHS, le documentaire
d‘ARTE en 2012 qui titrait Goldman Sachs
la banque qui dirige le monde ne se
trompait pas.
On parle beaucoup de la dette grecque et
des conditions acceptables pour son
règlement, mais on ne s’attarde pas
beaucoup sur son origine et sur les
responsables.
Il ne me semble pas inutile de rappeler que Mario Draghi, actuel Président de la BCE
était de 2002 à 2005 Vice président de la branche européenne de Goldman Sachs, il
était concerné par la vente de ce produit financier dit SWAP, permettant de maquiller
les comptes de la Grèce, et qui faisait passer la dette de 2,8 milliards d’euros à 5,1
milliards d’euros, en passant on peut aussi préciser que ces manoeuvres découlaient
du traité de Maastricht.
Cette banque a beaucoup essaimé, Laksmi Mittal tristement célèbre pour sa gestion
d’Arcelor et sa considération pour les sidérurgistes est membre du conseil
d’administration de la banque.
Mario Monti, dit super Mario qui a imposé une super cure d’austérité chez lui, s’est
attaqué aux retraites tout en s’étant fait nommer Sénateur à vie, commissaire
européen à la concurrence.
Draghi peut aussi se prévaloir dans son CV qu’il a été Directeur Général du Trésor
Public en Italie chargé des privatisations, en 2006 il a été nommé par Berlusconi
Gouverneur de la banque d’Italie !
Dans cette affaire, le FMI est impliqué et les français intéressés, ne serait ce que par
les deux derniers Présidents Dominique Strauss khan et Christine Lagarde, un
Socialiste et une UMP, sous DSK le FMI encourage la France à lutter contre les
rigidités du marché du travail, éviter les nouvelles réévaluations du SMIC limiter le
versement de revenus d’inactivité, limiter les hausses de dépenses liées au
vieillissement de la population. Pas de risque que cette ligne soit combattue par
Lagarde.
Les trois chevaux de la Troïka UE, FMI, BCE sont les meilleurs amis des banques
qui peuvent les conduire sans risque de rébellion
C’est ainsi que le capitalisme est grand
Père Denis

commentaires

CREER DES EMPLOIS C'EST POSSIBLE TOUT DE SUITE

Publié le 22 Septembre 2014 par aragon 43 dans SOCIETE

CREER DES EMPLOIS C'EST POSSIBLE TOUT DE SUITE

CREER DES EMPLOIS DES CENTAINES DE MILLIERS D’EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES IMMEDIATEMENT

Oui c’est possible !

Il faut en discuter avec les intéressés, ceux qui font tourner l’économie et créait les richesses : les travailleurs.

Ils ont plein de propositions à faire pour un travail de qualité répondant aux besoins et avec des conditions de travail dignes du 21eme siècle.

Une véritable démocratie à l’entreprise le permettrait.

Il s’agit de renverser toutes les stratégies déployées depuis des dizaines d’années par le patronat aidé par les gouvernements successifs visant à considérer que l’homme au travail est un coût, une variante dans le cadre de l’exploitation capitaliste et de la réalisation d’une économie de marché où le travailleur n’est qu’un variable d’ajustement tant dans la configuration de son emploi que dans le prix de sa force de travail toujours plus basse.

Cette stratégie s’est accélérée depuis la fin de l’autorisation administrative de licenciement en 1986 qui protégeait les travailleurs contre les licenciements et aussi par l’affaiblissement des conventions collectives qui traitent notamment les questions relatives à l’embauche, au contrat de travail, aux règles de licenciements et aux indemnités prévues à cet effet.

Il faut relire les textes de lois sur les conventions collectives et le droit du travail. Notamment ce qui a été écrit en 1936 et ensuite à la libération par Croizat alors ministre du travail et secrétaire général de la Fédération CGT de la Métallurgie pour voir que ces questions étaient importantes, pourtant dans un contexte en 1945 d’une économie détruite où il fallait la reconstruire et embaucher et former des salariés.

Rappelons aussi le rôle de Croizat pour la formation professionnelle et l’apprentissage.

Il n’est pas inutile de rappeler qu’en 1947 la Fédération CGT de la Métallurgie établissait un programme remis à l’UIMM qui visait à mettre en place une convention collective nationale de la Métallurgie où étaient mis en avant les salaires, l’embauche, la formation, la durée du travail, l’hygiène et la sécurité et le droit syndical. Des luttes s’engagèrent et l’on vit apparaitre par exemple le contrôle de l’embauche et du débauchage mis en application dans plusieurs entreprises de la métallurgie à partir de luttes importantes. Mais 1947, c’est l’année où les ministres communistes sont exclus du gouvernement et Croizat n’est plus ministre du travail, c’est l’année de la scission de la CGT et de la mise en place de Force Ouvrière. L’UIMM rompit alors les négociations

Le comité d’entreprise, lui, dès sa création, acquiert un rôle important dans la connaissance des embauches, des emplois, des qualifications et des conditions de travail. Mais l’utilise t’on aujourd’hui de manière offensive : n’est-il pas conduit à subir les plans de casse et des modifications importantes dans les façons d’embaucher et de débaucher du patronat ?

Nous avons vu se multiplier les TUC, les CDD, les départs de gré à gré, les embauches par le biais d’entreprises marchands d’hommes extérieures au groupe concerné, des contrats bidons, du travail au noir, des entreprises d’autres pays européens venir avec leur propre main d’œuvre avec de vils conditions d’embauches etc.

C’est la loi de la jungle de l’embauche qui règne, mais c’est aussi une législation scélérate gouvernementale qui permet au patronat les licenciements dit « économiques » qui ne sont que des ajustements pour permettre à l’entreprise d’organiser la production en fonction des meilleurs profits à réaliser et donc d’aller jusqu’à la fermeture de telle ou telle entreprise considérée comme non compétitive ou encore par la délocalisation à l’étranger pour bénéficier de l’effet dumping social.

Le patronat, le gouvernement et les experts du système appellent cela la modernisation et la flexibilité de l’organisation du travail à l’entreprise.

Des formes pas si nouvelles que cela quand on se rappelle les conditions d’embauches au début de l’ère industrielle où celles-ci se faisaient dans des bistrots, au coin d’une rue, à la porte des usines, avec des horaires de travail abominables et des renvois sitôt la corvée terminée.

Les dernières mesures, celles de l’ANI, celles du pacte de responsabilité, offrent au patronat de nouvelles possibilités pour licencier et de n’embaucher que selon ses besoins et aux heures et jours qui l’intéresse, il ne lui reste qu’à obtenir la généralisation du travail de nuit et du dimanche.

L’exigence du patronat de mettre par terre le code du travail vise à faire disparaitre ou amoindrir les règles sociales qui demeurent et qui le contraigne en matière d’embauche, de licenciements, de conditions de travail et des salaires, de droit syndical à pratiquer.

Ce sera la mise en place d’un contrat patronal rétréci éphémère et précaire.

Tout cela pour disposer des salariés selon ses besoins et selon un prix qu’il déterminera seul quand celui-ci et d’autres s’attaquent à la grosseur du code du travail considéré comme illisible.

Au contraire il est très lisible pour celui qui a besoin de sécurité dans son salaire, son emploi et sa formation.

Les conséquences sont connues de ces dérives voulues dans les embauches et l’on assiste à des modifications importantes concernant l’emploi où plus de 90 % des embauches se font maintenant avec des contrats de plus en plus précaires avec des salariés tenus pieds et poing liés au service d’un patron maitre du jeu.

Derrière cela se précise l’abandon du CDI réservé demain qu’à une élite et à une sorte de noyau dur de l’entreprise composé d’un personnel permanent minimum.

Ne faut-il pas retravailler notre rôle syndical et notre activité dans les comités d’entreprises pour défaire cette stratégie patronale et pour passer à l’offensive ?

N’y a t’il pas à retravailler ces questions dans les entreprises avec les salariés qui vivent la dégradation de leurs conditions de vie et de travail ?

N’y a-t-il pas recul sur ces questions et difficultés à établir un rapport de force des travailleurs face aux coups de boutoirs patronaux et aux accords conclus et téléguidés par des gouvernements de droite et sociaux démocrates ?

N’y t’il pas à exiger « dur comme fer » des embauches et des salaires à contrats à durée indéterminée, la fin aux embauches précaires, de contrôler les entreprises externes qui viennent avec des salariés démunis de droits ; n’y t’il pas à solliciter et renforcer davantage les services de contrôle des inspections du travail et de la sécurité sociale pour cela ?

Par ailleurs, contrôler les aides de toute nature qui parviennent aux entreprises et vérifier avec les experts comptables où l’argent atterrit et la façon dont les profits sont répartis en veillant à ce qu’ils aillent pour la vie sociale et non la vie des dividendes.

Par exemple, les entreprises bénéficient en ce moment d’aides financières importantes de l’état : quel contrôle exercer ?

Quelle intervention des membres du CE pour connaitre les destinations de ces fonds et intervenir dans leur utilisation par exemple pour la formation, l’embauche, les investissements, les salaires ? Rappelons que Croizat lors de la création des Comités d’entreprises avait insisté sur le rôle des élus du CE pour ne pas en rester aux questions des œuvres sociales mais intervenir dans la gestion de l’entreprise autant sur les embauches, les conditions de travail, les salaires et la formation des prix par exemple.

N’y a-t-il pas non plus à revenir aux bonnes vieilles démarches revendicatives où l’embauche faisait partie du cahier de revendication établi avec les salariés au même titre que les salaires et les conditions de travail par les délégués du personnel.

Oui, un grand travail syndical est nécessaire et cela passe par la rencontre et les débats avec les salariés.

Cela passe également par le renforcement de la vie syndicale à l’entreprise, à la force syndicale, pour établir unrapport de force favorable aux salariés.

.

Bernard LAMIRAND

Animateur du Comité d’Honneur National Ambroise Croizat

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>