Articles avec #paix ou guerre tag

Publié le 25 Novembre 2019

Colombie : la paix menacée

Des centaines de dirigeants communautaires et syndicaux ont été assassinés en Colombie depuis la signature de l’accord de paix, en novembre 2016, selon un nouveau rapport publié aujourd’hui par la CSI. Le rapport intitulé « La paix menacée » (en anglais et en espagnol, d’ici peu en français), lève le voile sur l’échec du gouvernement du président Ivan Duque à mener à leur terme les engagements pris dans le cadre de l’accord. Malgré les engagements pris envers l’Union européenne et les États-Unis, ainsi qu’envers l’OCDE et l’OIT, moins d’un quart des mesures convenues ont été correctement mises en œuvre par le gouvernement.

Les manifestations en opposition aux politiques du gouvernement, qui ont embrasé le pays depuis le 22 novembre, se sont heurtées à une répression violente de la part des autorités. 

 « Tragiquement, on assiste à une nouvelle montée de la violence en Colombie, et le président Duque et ses alliés conservateurs doivent en assumer la responsabilité. Un accord d’une telle importance ne peut simplement être mis de côté au gré des caprices d’un gouvernement quelconque qui ne semble guère se soucier de la population ni de l’avenir du pays. Le “dialogue national” annoncé par le président Duque ne peut être considéré comme crédible tant que la situation de répression persiste », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Entre le 1er janvier 2016 (11 mois avant la signature de l’accord) et le 8 septembre 2019, 777 dirigeants sociaux et défenseurs des droits humains ont été assassinés en Colombie.

La conclusion de l’accord de paix avait éveillé de grands espoirs. Il témoignait d’un engagement ferme du gouvernement de l’époque et des forces de la FARC en faveur de la paix et de la résolution des problèmes sous-jacents qui alimentaient le conflit. L’accord de paix engageait le gouvernement à entreprendre une réforme rurale intégrale, à garantir les droits des victimes et leur participation politique, et à garantir également une approche participative dans sa mise en œuvre.

« Il y avait de l’espoir que les efforts du gouvernement cesseraient d’alimenter la violence pour s’attaquer, à la place, à la pauvreté et aux inégalités. Pourtant, la Colombie reste le pays d’Amérique latine le plus inégalitaire en matière d’accès à la terre, tandis que les travailleurs sont maintenus dans la pauvreté par un législation du travail qui favorise les familles les plus riches et les investisseurs étrangers au détriment du peuple. Le gouvernement Duque entraîne la Colombie sur une voie qui représente une menace grave et imminente pour la paix », a déclaré Mme Burrow.

Le rapport, fruit d’une initiative conjointe de la CSI, des centrales syndicales nationales CUT et CTC et de l’École nationale syndicale de Colombie (Escuela Nacional Sindical, ENS), met en exergue le fait que la violence continue de cibler les défenseurs des droits humains. Il révèle que l’année 2018 a vu plus de syndicalistes assassinés que les quatre années antérieures (y compris les années qui ont précédé la signature de l’accord de paix). Au total, 34 syndicalistes ont été assassinés l’année dernière, principalement dans les secteurs de l’éducation, de l’agriculture et des mines. En tout, 234 violations graves des droits humains des syndicalistes ont été recensées, dont des menaces, des attaques violentes et même des cas de torture.

Les auteurs sont traités avec impunité par les autorités : 95 % des crimes liés à des violations graves des droits humains des syndicalistes sont non résolus, alors que l’absence de suivi judiciaire signifie que dans 60 % des cas, les auteurs présumés ne sont même pas identifiés.

Bon nombre des accords économiques qui, à l’heure actuelle, maintiennent à flot l’économie du pays ont été signés à la suite de l’accord de paix. Dans le cadre de ces accords, la Colombie s’est engagée à mettre en œuvre une série de normes en matière de droits humains, de travail et d’environnement.

« Les syndicats se sont engagés à construire la justice sociale nécessaire à une paix durable. Nous continuerons de faire pression pour la paix aux niveaux national et international. Les partenaires internationaux de la Colombie ne peuvent rester les bras croisés pendant que des défenseurs des droits humains sont assassinés et que les injustices économiques qui ont alimenté le conflit perdurent. Le mouvement syndical international continuera de faire pression sur le gouvernement Duque et sur les partenaires internationaux de la Colombie, pour qu’ils assument leurs responsabilités respectives », a déclaré Mme Burrow.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme, #paix ou guerre, #PAIX

Repost0

Publié le 10 Novembre 2019

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0

Publié le 14 Juillet 2019

14 JUILLET  ET LA REVOLUTION

Cette date et ce qualificatif sont d’une grande signification.

C’est la prise de la Bastille, c’est la révolution contre la monarchie qui dirige la France et qui arrive à son terme.

Le peuple n’en peut-plus.

Par tous les pores de la peau des asservis se dégage la volonté d’en finir avec le despotisme.

La France est celle d’un peuple opprimé par une aristocratie, la cour, la noblesse qui tient tous les pouvoirs. La bourgeoisie émerge dans ce sillage et la France est encore celle des paysans, des corporations, des marchands et la classe ouvrière se limite à quelques manufactures.

La révolution va mettre par terre un régime corrompu comme aujourd’hui il l’est. La bourgeoisie prend le pouvoir après avoir éliminé ceux qui voulaient aller plus loin comme Robespierre.

Plusieurs moments révolutionnaires eurent lieu entretemps avec l’émergence de la classe ouvrière naissante et chacun se souvient comment la bourgeoisie au pouvoir tentera à chaque fois par des répressions sanglantes d’empêcher que le prolétariat prenne le pouvoir.

Nous en somme là aujourd’hui.

Des  penseurs comme Marx ont dit que ce système courra tôt ou tard à sa perte.

Le moment n’est-il pas venu ?

Regardons ce monde, il ne vit que de prébendes et le fric coule à flot pour la bourgeoisie, l’instinct du propriétaire, maitre du séant domine en France et dans le monde.

La révolution n’est pas un mot galvaudé, il est ignoré ce 14 juillet 2019 à Paris.

Ce matin, depuis 7h30, les médias nationaux clament le 14 juillet, fête nationale. Ils ne diront aucun mot sur la révolution de la Bastille. Aucun bouquet de fleurs ne sera déposé devant ce qui reste de cette endroit où le peuple à mis par terre l’aristocratie.

Macron, petit bourgeois amiénois, succède à une cohorte de « maquignons de la république » qui ont défendu le système dés sa naissance.

Pourtant nous avons eu par le peuple de vrais 14 juillet comme celui que je retiens de la libération de la France et du rôle joué par la classe ouvrière pour résister et se débarrasser du nazisme et du fascisme que la bourgeoisie avait pactisé et collaboré pendant l’occupation de la France.

Enfant, j’ai défilé avec mon école et je brandissais mon petit drapeau bleu blanc rouge, participais à des retraites aux flambeaux où nous chantions des airs révolutionnaires et l’hymne national la marseillaise.

Vint le retour, très vite, de cette bourgeoisie infecte, reprenant le pouvoir avec le concours d’une sociale démocratie ils allaient nous conduire au pire avec les guerres d’Indochine et d’Algérie.

Et puis, une cinquième république est venue, la nôtre aujourd’hui, la pire puisqu’elle est celle qui peut nous conduire à des catastrophes humaines et sociales incommensurables.

Aujourd’hui, elle montre ses dents, ses crocs, ses armes. Elle fait défiler à Paris tout ce qui peut se vendre comme sophistiquées pour tuer. Des sous-marins dernière générations sont mis en vente et défilent pour être exposés.

Le 14 juillet ne peut être le défilé pour le commerce des marchands d’armes.

Le président de la république va discourir toute la journée, l’emphase ne changera rien à cette situation qui fait qu’aujourd’hui un peuple se sent mépriser par cette caste qui tient tous les pouvoirs.

Il y a des bastilles à prendre.

Travaillons à ce que le peuple s’unisse et fasse de la politique et ne se réfugie plus dans l’abstention où le vote d’extrême droite que cette bourgeoisie d’ailleurs utilise à nouveau pour garder le pouvoir.

Oui, révolution : l’ancien existe et le nouveau tarde à venir et une phrase du chant de « l’internationale » me revient : « Il n'est pas de sauveur suprême, ni Dieu , ni César , ni Tribun... Producteurs sauvons-nous nous-mêmes » !

Bernard Lamirand

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #COMMUNISME, #LIBERTE, #paix ou guerre

Repost0

Publié le 28 Avril 2018

Je mets en ligne deux contributions parues dans le Blog de Jacques Faeth que nous avons reçu à Espace Marx Oise.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0

Publié le 14 Avril 2018

SYRIE : QUE SE PASSE-T-IL LA-BAS

Je n’ai aucune sympathie pour Bachar al-Assad et son régime dictatorial ni pour Poutine qui dirige son pays comme un tsar de toutes les Russies.

Mais la question est autre : Qu’est-ce  qui se joue actuellement en Syrie et qui tire les ficelles ?

Je vise particulièrement les Etats-Unis d’Amérique dirigé par un individu infect et méprisant et une clique d’extrémistes de droite  proche du fascisme.

Il est cependant surprenant de voir avec quel empressement les principaux médias occidentaux qui ne tarissaient pas de critiques sur ce Trump qu’ils commencent à vénérer et sur un Macron qui rend éloge à cet individu l’invite et se fait invité comme un ami de longue date.

Trump a donc viré sa cuti et les évolutions de sa politique en faveur des grandes multinationales, son retournement en matière d’amitiés avec le maitre du Kremlin, auquel il doit son élection, ne sont pas le fruit du hasard ( voir mon article sitôt après son élection) : cela montre que quelque chose a bougé et nos chroniqueurs de la presse bien pensante eux n’ont plus les discours sidérés qu’ils avaient au moment de l’élection du ce  personnage primitif et fruste comme le qualifiaient certains.

Cette histoire de bombes chimiques me laisse perplexe et notamment de voir nos apprentis sorciers (triumvirat USA-France-ROYAUME UNIS) se mettre sur leurs grands chevaux et de vouloir aller punir le coupable Bachar-El-Assad illico-presto. Cela rappelle les opérations en Irak pour détruire Saddam Hussein, au nom déjà de l’utilisation de l’arme chimique : à cette époque Il ne faisait aucun doute chez ces vertueux que Saddam Hussein avait des armes biologiques et nos stratèges disaient : « qu'il a la capacité d'en produire rapidement d'autres en nombre suffisant pour tuer des centaines de milliers de personnes comme le  disait le général Américain Pauwels  qui ajoutait : « Nous avons une description de première main de ces installations de la mort ».

C’était un mensonge d’état et la preuve fut apportée plus tard en ce sens. La France, à cette période de la guerre d’Irak, fut à la hauteur de sa responsabilité avec courage et honneur : elle contesta à l’ONU cette version par la voix de son ministre des affaires étrangères Dominique de Villepin et cela eut un grand retentissement y compris au niveau mondial.

Nous n’en sommes malheureusement plus là avec l’individu qui joue au « ptit soldat » à l’Elysée.

Dès lors, nous pouvons nous poser la même question aujourd’hui : n’y a t’il pas, à nouveau, un mensonge d’états –au pluriel – prétextant l’utilisation de bombes chimiques contre la population syrienne ?

La prudence aurait été d’attendre la commission d’enquête : pourquoi cette précipitation avant  sa venue ?

Que fait donc la France dans cette stratégie qui consiste de mettre encore plus de l’huile sur le feu ?

N’y avait-il pas de la part de notre pays à être circonspect et s’il y avait des preuves de les aligner publiquement  auparavant : Macron pour l’instant se contente de nous dire qu’il a des preuves sans nous les fournir, pourquoi ?

D’autre part, que veut-dire ce manquement de ne pas avoir invité les présidents de groupes parlementaires à venir entendre les arguments fournis qui attesteraient preuves à l’appui de l’utilisation par Bachar-El- Assad de l’arme chimique.

Dans cette région, tout est possible, et les coups fourrés sont monnaies courantes : rien ne nous dit que les alliés des Etats-Unis, les régimes despotiques de la péninsule arabique notamment ne sont pas les instigateurs ? Bachar-El-Assad n’est-il pas leur ennemi déclaré pour des prééminences géopolitiques ! Et que dire des dirigeants Israéliens ?

Derrière cela se cache toujours des intérêts. Tous les conflits régionaux et y compris l’annexion de la Palestine par Israël sont dans ce contexte.

La Syrie fait donc partie de ces enjeux de par sa place géographique.

Des guerres de position sont en cours et un rien peut mettre le feu au poudre entre des grandes puissances capitalistes qui veulent dominer le secteur et donc les Etats-Unis, l’Europe capitaliste et la Russie. La France, là-dedans, joue le rôle de grenadiers voltigeurs pour l’ensemble des pays Européens.

Le danger de guerre est donc réel et n’importe quel prétexte peut être utilisé pouvant déboucher sur une  guerre généralisée dans cette région et au-delà où la France serait mêlée.

L’idée de paix et de négociation n’est même plus avancée et c’est les armes que l’on fait parler avant de discuter : ce qui revient à considérer qu’il faut passer à des guerres plutôt qu’à des conflits locaux et larvée avant de négocier et dans ce sens le rôle de l’ONU est totalement ignoré.

Voilà le danger auquel s’expose la France par la décision aberrante de Macron. Cet homme nous conduit dans le pire hasard : la paix dans le monde est menacée et notre pays peut-être un fauteur de guerre : osons le dire même si c’est notre Président de la République.

Et puis, qu’allons nous faire dans cette galère avec un président des Etats-Unis, personnage bouffon, menteur, frimeur, nationaliste et xénophobe, aventurier et va t’en guerre. Au moment de son élection, même notre presse bourgeoise s’enflammait pour dénoncer ce personnage falot et populiste : aujourd’hui, nous les entendons plus …..

Aujourd’hui, ils sont prêts, les mêmes, ceux qui le vouaient  aux gémonies, à lui dresser des lauriers face au diable en la personne de Poutine. On nous dit que c’est pour libérer les peuples soumis à des dictateurs dans cette région que l’on porte le combat mais quand on y regarde de plus près, les alliés de nos braves redresseurs de torts, ne sont ni plus ni moins que des despotes que le monde occidental alimentent pour garder son hégémonie dans la région.

Si nous en sommes là dans cette région, c’est bien de notre responsabilité, qui a fait ces régimes, qui les alimentés, qui leur a fourni des armes, qui leur en fourni actuellement à la pelle sinon nous pour des raisons hégémoniques mais aussi pour garder ces peuples sous domination avec quelques despotes à leur bottes.

Oui, paraitre le chevalier blanc en ayant que la noirceur montre à quel point notre France est entrain de s’engager dans une mauvaise  direction surtout pour la paix  dans le monde.

Là, avec Macron et Trump, nul ne sait où cela peut nous conduire : l’irréparable n’est pas loin.

Bernard LAMIRAND.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0

Publié le 11 Avril 2018

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
LE GAZ QUI VISE À DÉTRUIRE LA SYRIE (2ème épisode)
En 2013, alors, qu'un conflit interne secoue la Syrie, Bachar al Assad est accusé d'avoir utilisé du gaz sarin contre l'une des parties au conflit. À l'époque, Mme Carla Del Ponte,ancienne procureur du Tribunal Pénal International membre de la commission d'enquête de l'ONU désavoue cette dernière en ce qu'elle met en cause la Syrie sans preuves suffisantes.
Dans la même période Israël bombarde des objectifs sur le territoire Syrien ! Le Ministre délégué aux Affaires étrangères du gouvernement Le Driant soutien cette initiative.
On prend presque les même et on recommence !
La Syrie est accusée d'utilisation de gaz toxique a Douma dernière poche rebelle de la Ghouta orientale. Aucune preuve n'est apportée, de plus les forces Syriennes dispose de moyens largement suffisant pour venir à bout de cette résistance, le problème étant de sauver les populations utilisées comme bouclier humains par  Daech.
Israël vient de bombarder un aéroport en Syrie, au mépris de toutes les règles de droit internationales et on attend les prises de positions de notre gouvernement, un silence aussi assourdissant que celui concernant les crimes commis contre les palestiniens.
Quels peuvent être les intérêts que la France se doit de défendre dans la région ?
On peut se poser la question concernant la réception du prince d'Arabie Saoudite, pays élevé au rang de nouveau pays des droits de l'homme.
Le commerce des armes doit intéresser Dassault et Lagardère, Total doit bien exploiter quelques ressources dans la région
Les entreprises du CAC40, le Medef ne poseront pas de problèmes
C'est ainsi que le capitalisme est grand
Père Deni

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités, #paix ou guerre

Repost0

Publié le 11 Avril 2017

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0

Publié le 23 Novembre 2015

LA PAIX TOUT DE SUITE

LA PAIX TOUT DE SUITE

Le monde doit devenir un havre de paix.

Parole naïve diront ceux qui n’y ont jamais cru et que l’histoire des hommes conforte cette pathologie que l’homme est avant tout un guerrier.

Un monde sans guerre est-ce- possible ?

Prenons le temps d’y répondre.

D’abord allons nous encore une fois céder alors aux clameurs des « va t’en guerre » et rentrer dans cet engrenage infernal qu’est la guerre ?

Nous savons comment cela commence et nous savons aussi comment cela se conclut et nous avons les exemples récents des guerres menées en Irak et en Libye où il ne reste que le décor des ruines et du chaos. La Syrie est la suite…… et d’autres conflits suivront parce que le capital en a toujours besoin pour dominer. Le cliquetis des armes résonnent et se rapprochent maintenant jusqu’à nous .

Ce qui vient de se passer dans les rues de Paris, au Bataclan, dans ce vieux quartier populaire est monstrueux.

Le Sang a coulé à Paris, ville lumière, ville culturelle, ville qui parle au monde entier, ville où le peuple parisien s’est toujours battu pour la liberté.

D’autres événements naguère ont marqué les rues de Paris et le sang a coulé plus d’une fois comme le massacre de la Saint Barthélémy où les catholiques assassinèrent massivement les protestants, où encore la commune de Paris noyée dans le sang des communards par la bourgeoisie française ou le massacre des algériens le 17 Octobre 1961 qui manifestaient pour l’indépendance de leur pays.

Le sang a coulé dans le Paris populaire et quel tragique destin pour des jeunes gens abattus en masse à la terrasse d’un café, dans une salle de spectacle, un vendredi soir à la fin d’une semaine de travail où l’on aspire à vivre et à profiter de la vie.

Est-ce un crime d’aller danser, écouter de la musique, faire un bon repas entre amis !

Des abrutis l’ont pensé : ils sont devenus des criminels et se sont comportés avec férocité comme ceux d’une génération précédente qui ont exterminés des populations entières pour imposer le nazisme.

Les auteurs de ce massacre n’ont aucune justification à faire valoir. S’ils défendaient une cause, il y avait d’autres moyens pacifiques de la faire connaitre.

Mais est-ce une cause de s’attaquer à tout ce qui fait humanité car c’est de cela qu’il s’agit !

Non… c’est une rupture avec l’humanité !

Certes, il y aurait beaucoup à dire sur l’enrôlement de ces jeunes pour supprimer la vie, pour interdire aux hommes et aux femmes de vivre en toute liberté et de choisir leur façon de la vivre sans être inquiété par des jugements obscurantistes.

Le terreau de la misère est un lieu tout indiqué pour que grandisse toute la désespérance du monde.

Mais la dénuement et la réclusion dans des cités sans vie sociale ne confèrent pas le droit de tuer et d’interdire toute vie sociale et culturelle et de toute envie de s’émanciper et de se sortir de ce décor mortifère.

Le dénuement et la misère n’oblige pas à tuer son voisin, il oblige simplement à relever la tête et à lutter pour un monde meilleur.

Terrible alors de voir ces jeunes fanatisés abattre froidement d’autres jeunes et de s’en prendre à cette lueur émancipatrice, cette flamme d’espoir d’une autre vie, cette possibilité d’agir pour changer la vie et la vivre ensemble et d’élever la conscience d’un monde meilleur par l’éducation et la culture.

Ces drames me marque intensément, moi qui est combattu pour l’humain, pour l’indépendance des peuples et particulièrement pour le peuple algérien et contre cette sale guerre d’Algérie dans ma jeunesse.

Ces jeunes fanatisés, rougis par le bourrage de crâne de factions ténébreuses, ont mis leur pas dans un obscurantisme meurtrier ramenant l’homme à la barbarie et ils ne sont pas des militants mais des assassins fascistes.

Mais pis encore pour ceux qui les conduisent à de telles extrémités.

Ayant dit cela, je me sens mieux pour dire toute ma honte de politiciens qui s’emparent de cette tuerie pour faire leur emplettes opportunistes en ce moment et de l’extrême droite qui en jouit jusqu’à cette sociale démocratie qui retrouve ses vieux démons de la troisième force et des interventions coloniales.

Si notre jeunesse est mal en point, c’est de leur responsabilité.

Qu’ont-ils fait pour elle ?

Rien ou peu de choses. Peut-on se sentir sans reproche quand on interdit à cette jeunesse et notamment celle des banlieue le droit à un vrai travail, que l’on abandonne des quartiers où la vie sociale n’est plus que l’ombre d’elle-même, que l’on stigmatise cette jeunesse.

Hollande n’a fait qu’accompagner les politiques précédentes et n’a aucunement permis à cette jeunesse de vivre et de composer sa vie sociale et économique comme auparavant Sarkozy qui a participé à la destruction d’un pays comme la Libye.

Le mal-vie dans les cités et particulièrement parmi la jeunesse est la faute principale de ces gouvernances qui ont choisi les dividendes plutôt que le travail et la formation.

Un abandon qui ne sert que le capital que ces dirigeants n’osent même plus affronter.

Qu’ont-ils fait ces gouvernants pour faire en sorte que la vie sociale, économique, culturelle, sportive s’y déroule et se développe.

Alors, comme d’habitude, ils leur restent que la condamnation, d’élever le menton, de sortir des règlements.

Mais devenir répressif nécessite de nommer l’adversaire. L’adversaire est-il celui qui a une couleur de peau plus ou moins basanée, qui vient d’Afrique, qui fréquente la mosquée comme naguère d’autres fréquentaient le temple où la synagogue où bien ceux qui voulaient le communisme.

On peut le penser quand on les écoute.

Un parti célèbre cela et se frotte les mains de voir sa xénophobie et son vieux racisme séculier contre l’étranger pris en compte et qui se dit prêt à restaurer dans notre pays la prééminence d’un catholicisme d’extrême droite.

l’Etat va-t-il choisir alors la répression plutôt que l’éducation et la laïcité, le vivre ensemble ?

Il faudrait que l’état permette aux français et à ceux venant de la planète monde d’y vivre en toute sécurité et tranquillité. Il existe pour cela une justice et une police nationale pour faire respecter la citoyenneté. Pourquoi alors mettre en place tout un arsenal guerrier sinon que de choisir le chemin de la confrontation violente qui ne mène qu’à une impasse.

La bête immonde n’est pas loin quand on atteint ce stade.

Sa tignasse blonde cache sous une faconde aimable le pire et le tragique pour demain. L’humain n’est qu’une variable d’ajustement et derrière le retour à une France qui nous a conduit à l’abime entre 1940 et 1944 .

Ce système est à bout de course, il faut le nommer, il s’appelle le capitalisme et il a besoin aujourd’hui de l’autoritarisme pour tenir envers et malgré tout ; autoritarisme de droite, d’extrême droite et le méli-mélo de celui de la sociale démocratie.

La bourgeoisie qui ne met jamais tous ces œufs dans le même panier sait en jouer et l’autoritarisme d’où qu’il vient est pour elle un moyen de garder la main.

Alors la peur est faite pour convertir l’homme en guerrier pour sauver la civilisation occidentale.

Nos dirigeants actuels, enfermés dans la gestion du système capitaliste, n’ont comme réponse que la guerre.

Mais guerre à qui et pour quoi ?

La guerre a toujours été utilisée pour dominer des peuples qui cherchaient leur liberté et leur indépendance. Les guerres coloniales : des millions d’hommes et de femmes et d’enfants en ont été les victimes.

Les capitalistes et ceux qui tiennent les leviers du pouvoir ont été vaincus, mais la guerre demeurait leur façon de dominer le monde et ils ont empêché des peuples d’y vivre en toute indépendance comme celui de la Palestine. Avec Israël, ils se sont créés un état pour continuer à dominer le Moyen Orient source de richesses pétrolières dont ils entendaient garder la main avec des gouvernants à leur dévotion comme ces monarchies pétrolières qui financent les tueurs.

Ils ont détruits la démocratie naissante pour laisser la place à des théocraties obscurantistes qui leur permettent de régner dans le chaos le plus total.

Alors la guerre est tout le contraire de ce qu’il faut faire aujourd’hui pour que la paix règne dans le monde et notamment au Moyen-Orient.

Bien sûr, il va falloir réparer le mal fait, remettre de l’ordre, empêcher l’obscurantisme de progresser dans ces régions abandonnées à leur triste sort.

Alors la paix est l’indispensable outil. Le rameau d’olivier notre emblème, notre vie citoyenne vraie, celle qui nous sort de la peur de l’autre, du voisin, de celui qui croit ou ne croit pas.

Chacun doit se parler, discuter, échanger, se solidariser mais aussi saisir que la paix ne peut être que vraie que si les hommes et les femmes déverrouillent notre société de tout ce qui est exploitation et surexploitation de l’homme par l’homme car au fond il s’agit bien de cela que l’on souffre.

Alors les forces de paix doivent prendre le dessus et l’ONU jouer son rôle immédiatement.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0

Publié le 11 Novembre 2015

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0

Publié le 11 Août 2015

ALLO PARIS.... ICI RAMALLAH, ICI TEL-AVIV : CONSTRUISONS LA PAIX ET PAS LA GUERRE

ALLO ICI ARIS ….. ICI RAMALLAH … ICI TEL-AVIV : NOUS VOULONS LA PAIX ET L’INDEPENDANCE DE LA PALESTINE …..

Et si on organisait sur la place de l’Hôtel de ville de Paris un grand rassemblement des progressistes palestiniens et israéliens avec le peuple de Paris ?

Il est temps de redonner un contenu de paix en Palestine où un peuple est enfermé dans une prison entouré de barbelés et ses enfant sont pourchassés et abattus par des bombes conduites par des drônes israéliens pour tuer.

Des gens sont morts, des enfants à l’aube de leur vie ont été exécutés par ces bombes lancés par des assassins.

On ne peut pas célébrer Tel-Aviv sans célébrer Ramallah et Gaza, et surtout le célébrer par la paix et l’existence du peuple palestinien reconnu et ayant sa terre.

Où sont les cris d’indignation que nous entendions quand un mur a été établi à Berlin ?

Et ne comptons pas sur Bernard Henri Lévy, dit BHL, celui qui a mis à feu et à sang partout où il a passé des pays où règne aujourd’hui l’obscurantisme le plus absolu et aussi le fascisme comme en Ukraine et en Lybie où il n’y plus d’état depuis que Sarkozy et les émirats ont détruits ce pays comme ils détruisent actuellement la Syrie après l’Irak et que Hollande ne fait rien pour l'empêcher.

Oui, les murs et les barbelés doivent être détruits partout.

Alors, à Paris, célébrons la paix plutôt que les produits commerciaux venant d’Israël dont on sait les conditions d’exploitation et d’appropriation par des colons.

La Palestine doit être libre, les murs en béton ou culturels et religieux qui se construisent doivent être détruits, les peuples de cette région doivent se parler ; Ramallah et Tel-Aviv doivent être des villes symboles de cette libération et pourquoi pas de faire une fête de la paix en même temps à Paris, à Ramallah, à Jérusalem et à Tel-Aviv avec toutes les forces progressistes et faire en sorte qu’elles se donnent la main partout et en particulier à Paris qui doit redevenir le lieu où les peuples palestiniens et israéliens se rencontrent et créent les conditions de paix et se reconnaissent mutuellement.

Il faut pour cela que s’arrête les exactions contre la population palestinienne à Gaza et en Cisjordanie, il faut que les forces nuisibles à la paix soient mises à l’écart, il faut que notre pays soit celui qui porte la paix et la reconnaissance de l’Etat palestinien à coté de l’Etat israélien existant.

Allo Paris, ici Ramallah, ici Tel-Aviv …. la paix et la reconnaissance de l’Etat palestinien vont ensemble !

Oui, la mairie de Paris doit annuler cette plage israélienne du plus mauvais gout et la remplacer par une plage de la paix inscrivant la reconnaissance de l’Etat palestinien au coté de l’Etat Israélien.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #paix ou guerre

Repost0