Articles avec #medias tag

Publié le 22 Mai 2019

VOTEZ UTILE DIMANCHE : UNE ENTOURLOUPE DE MACRON ET DE LA LE PEN

La machine à refouler le libre choix des citoyens est en marche.

En  marche à reculons  avec le parti de Macron et de sa comparse la Le Pen.

Ce vote utile revient comme un leitmotiv à chaque élection : c’est une mystification.

C’est un montage des ces deux larrons en foire qui se complètent très bien pour que les bulletins de vote ne puissent leur échapper.

L’idéologie dominante tient à dominer absolument car il s’agit bien de cela : entendre une seule réponse à la crise, celle de la droite libérale macroniste et de l’extrême droite lepéniste.

Le Conseil supérieur de l’audio visuel (CSA)  est alors chargé de l’équité entre les listes qui se présentent aux suffrages des français.

L’équitable veut dire : c’est chacun à sa place, vous êtes petit vous aurez les miettes, vous êtes grands vous aurez presque tout. Ainsi les vaches seront bien gardées et le MEDEF n’a rien à craindre pour son Europe du Capital.

Les  médias jouent alors le jeu, ils ne sont pas responsables, ils appliquent la loi disent-ils : en fait ils obéissent à la justice immanente du CSA qui n’est rien de moins que celle des patrons de presse dont la plupart représentent les grands groupes financiers et industriels du pays.

Monsieur Brossat, par exemple, dans cette figuration, n’a qu’à aller se faire brosser.

Et puis, cela ne suffisant pas, nous avons le maître de l’Elysée qui s’intègre dans ce jeu subtil ; il cause et dès qu’il cause les médias répercutent sa contribution pour le vote utile.

Macron cherche le vote utile comme la dame Le Pen ;  ce serait une histoire entre eux deux. Il faudrait choisir le bon vote utile, les autres votes ne sont que des voix perdues disent-ils en cœur.

Ainsi irait le bon ordre capitalistes dans ce pays. Votez utile, c’est ce que l’on nous refile à chaque élection et ceux et celles qui y croient en sont les premières victimes, car les vainqueurs ne sont que les mandants d’un autre ordre, l’ordo-libéralisme de Macron dont les méfaits se font de plus en plus sentir chaque jour et de l’autre coté l’idéologie nationaliste et raciste de la Le Pen qui n’en demandait pas tant d’être le seul adversaire désigné de Macron. Quelle comédie !

Bref, servir la soupe « utile » est un met délicieux pour eux mais un poison pour ceux qui s’y adonneront le jour du vote.

Choix cornéliens ? Non !  Choix du cocu oui !

Alors parlons d’autre chose que  de ce choix utile, mot qui est utile que pour la tromperie. Un autre choix s’impose : celui de la nécessité, celui de la vérité, celui de l’honnêteté politique, celui de la solidarité et de la vie des gens.

Alors  ne nous laissons pas abuser, le vote utile c’est pour ceux qui se qui nous exploitent et diminuent nos salaires et nos retraites, organisent le chômage, aggravent les conditions de travail, licencient et font partir les usines ailleurs là où cela rapportent le plus pour leurs bourses.

Alors écoutons ce que disent les communistes avec leurs candidats du monde du travail ;  ceux et celles  qui chaque jour produisent les richesses dans notre pays et qui n’ont que les miettes. Ian Brossat et sa liste ne vous mentent pas, ne veulent pas que vous soyez encore une fois les dindons de la farce. Et ne répondez pas non plus aux sirènes de l’abstention, elles sont des voix déguisées pour le système en place, car quand les salariés-es, les retraités-es, les chômeurs s’abstiennent, ce sont les rentiers, les fraudeurs des paradis fiscaux, les spéculateurs, les financiers des banques et des grands groupes qui se frottent les mains.

Votons dimanche Ian Brossat et sa liste pour une Europe des gens contre l’Europe de l’argent.

Bernard LAMIRAND Militant PCF section de Nogent sur Oise

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS, #MEDIAS, #PCF

Repost0

Publié le 14 Février 2019

 

CASTANER LE TROUILLARD

 

Je devais faire une course à Cora Saint-Maximin cet après-midi, et, sur la route qui m’y conduisait, soudain mon attention fut attirée par la présence nombreuse de la maréchaussée.

Plusieurs centaines de policiers étaient disposés à toutes les entrées du magasin et dedans circulaient des flics en civil.

Je me demandais qu’est-ce qui pouvait amener à une telle présence dans ce magasin et aux abords.

Étais-ce une attaque d’une agence de bancaire, un terroriste, un bandit de grand chemin ou encore la chasse aux sangliers ( il y en a plein dans les forêts avoisinantes) ? Que nenni : c’était une banderole protestant contre la fermeture de la maternité de Creil et tenue par quelques personnes militantes de cette cause que je partage. Je me suis d’ailleurs joint immédiatement à eux.

Cette banderole dérangeait sûrement un personnage venant visitait si les boites de cassoulet étaient bien rangées dans les rayons.

Je m’enquis alors de qui pouvait bien être ce personnage important  pour qu’il mobilise autant de moyens policiers qui pourraient être plus utiles à des causes citoyennes. J’appris par la bande que c’était le dénommé Castaner, ministre du gourdin et du taser, qui venait folâtrer dans ce magasin.

Toutes les huiles étaient là, les policiers  en uniforme chamarré où en civil,  des élites en costume cravate, acheté sûrement pas à Cora. Tous attendaient le messie ou plutôt le père fouettard.

Castaner ordonna à ses troupes de disperser les gueux, les quelques uns qui venaient troubler ses courses à Cora. La banderole le dérangeait sûrement.Ce pauvre type n’aime pas être contesté :  la vue d’une contestation le rend assurément malade.

Nous fumes illico presto évacué au bout du parking et je repris ma voiture; et ensuite et passant devant l’entrée, je vis une cohorte de personnages attendant ce Castaner et aussi plein de gens faisant leur course et ahuri devant un tel déploisement.

Quelle république nous avons là ; scandaleux de mettre autant de policiers, peut-être plus de 2OO pour garder ce ministre qui ne voulait pas voir cette banderole.

J’ai vu là à quel point notre république est entrain de prendre une tendance autoritaire et en fait cela montre le mépris de ce gouvernement mais aussi son hypocrisie quand il affirme vouloir débattre alors que partout il frappe et montre sa hargne contre ceux et celles qui ne sont pas d’accord.

Castaner a vraiment la trouille de ce peuple.

Quand on vient à quelques pas de la maternité et que l’on trouve comme seule parade de faire enlever une banderole montre bien que ce Macron et son gouvernement n’ont pas la conscience tranquille .

Oui , cette nervosité de ce pouvoir indique que ce pouvoir est de plus en plus détesté.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #C'EST UN SCANDALE, #Actualités, #LIBERTE, #MEDIAS

Repost0

Publié le 29 Mars 2018

LE JARGON PATRONAL OU PLUTOT DES MOTS CHOISIS IDEOLOGIQUEMENT POUR DOMINER

Je me suis fait un petit mémoire de quelques expressions qui peuplent les commentaires de nos éditorialistes de l’idéologie dominante.

Particulièrement de ces experts patentés qui apporte leur science au public télévisuel ou audiovisuel mais aussi en matière de presse écrite.

Je vous en livre brièvement le contenu :

Pour démolir le statut des cheminots : la SNCF a besoin de modernité ;

Ce qui compte pour l’emploi aujourd’hui, c’est la mobilité ;

Il faut que l’emploi révèle de manière rentable son efficacité ;

L’organisation du travail doit codifier la meilleure profitabilité ;

Par contre jamais ces experts ne nous parle de celui qui est exploité ( mot banni)

Le travail libéré est superbement ignoré et l’on parle plutôt de la liberté du travail et d’otages lors des grèves.

Et puis nous avons le mot égalité nié par le mot patronal d’équité dont le sens vise des notions de justice naturelle et d'éthique de ce qui est dû à chacun ; l'équité permet  alors une discrimination ... le code Macron en est l’expression

Et puis enfin le mot revenu pour ne pas parler du mot cupidité que jamais nos experts et éditorialistes qui polluent nos écrans n’emploient

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #MEDIAS

Repost0

Publié le 7 Juin 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #MEDIAS

Repost0

Publié le 22 Avril 2016

Rédigé par aragon 43

Publié dans #MEDIAS

Repost0

Publié le 26 Novembre 2015

FACE A UNE PRESSE ET UN AUDIOVISUEL AU MAINS DU CAPITAL AGISSONS

LA MEDIACRATIE NOUS POUVONS LA BATTRE

Qui n’en a pas marre de ces « hommes liges » qui nous infligent leurs point de vue dans les principaux organes de presse audio-visuels à partir du corpus qu’ils ont appris dans les antres du système capitaliste.

Ils se disent journalistes.

Le sont-ils ?

Là, je ne vise pas ceux et celles qui travaillent et subissent la férule de l’information tronquée et trompeuse.

Certes le journalisme est divers, jamais neutre, mais quand la puissance de tutelle règne à ce point est ce encore la libre information ?

Ces fondés de pouvoir de l’audio visuel nous disent, quand nous les interpellons sur les inégalités qui règnent en matière de représentation des partis politiques, qu’ils font appel à ceux qui ont une certaine vogue et sont de bons clients pour leur chaine ou leur station de radio.

Ainsi « les pauvres » seraient obligés de passer par la sélection des plus m’as-tu vu ou encore de ceux qui ont une image de marque. Cela n’est pas sérieux.

N’aurait droit alors que les bons batteurs d’estrade radiotélévisé qui ont une certaine audience.

Mais qui leur permet de conquérir cette audience ?

Tout simplement les cercles restreints des pouvoirs libéraux où les animateurs télévisuels font leur classe.

Ces journalistes, plutôt ces instructeurs, choisissent le bon client, celui qui est bien dans l’air du temps, celui ou celle qui excelle à magnifier le système en place et les politiciens qui le dirigent ou encore les lobbys qui les emploient dans ce qu’ils appellent « des ménages ».

L’organisme d’Etat (CSA) chargé de faire la police sur les temps de parole leur facilite la tâche par ses décisions et j’en prends une qui montre à quel point la sélection est faite d’office : il s’agit de la répartition des temps de parole : les animateurs de télé et de radio ont toute latitude de choisir leurs invités-es et pour respecter l’égalité entre candidats il s’agit simplement de citer les noms sur une bande déroulante de ceux qui n’ont pas été retenus. En fait il s‘agit des candidats considérés comme ayant un impact limité dans l’enceinte politique.

Ainsi nous voyons apparaitre dans les reportages et interviews sur les élections régionales que les premiers de la classe choisis par ceux qui sont là pour assurer la prééminence des « calibrés » par le capital.

Le choix démocratique, l’égalité entre candidats ne sont que mystification.

Alors tout est fait pour que l’artillerie lourde du capitalisme se déclenche pour que la vérité absolue pénétre dans les foyers comme argent comptant et de ce système éclot une sainte liturgie qui ne souffre pas de la moindre contradiction : celle du libéralisme comme unique alternative. Les experts et les sondeurs de tous poils ensuite confortent le bourrage de crâne par leurs savantes analyses.

Voilà le paysage de notre démocratie….. du bidon sur la plan électoral, une propagande ressemblant à un venin que l’on administre et dose en fonction des enjeux.

La télévision, ce bel outil de communication et d’éducation, devient alors le réceptacle utile pour ces doctrinaires.

Leurs litanies s’expriment comme une ritournelle qui tourne en boucle comme un enchainement vers le « mettez-vous ça dans le crâne et propagez ».

Dedans, la le Pen a acquis une place de choix : Elle est plus qu’une bonne cliente, elle est l’outil d’un capitalisme qui a besoin en ce moment qu’aucune perspective de gauche ne se dessine et vienne troubler sa politique austéritaire.

Alors elle est utile pour jouer la partition que lui demande les privilégiés dans une sorte de jeu de rôle qu’elle feint avec brio allant jusqu’à mimer les revendications sociales pour mieux les corrompre.

Elle trône ainsi dans les médias au point que les autres comparses de la droite et du parti socialiste, habitués à jacter et discourir dans la médiacratie, en sont jaloux de l’ombrage qu’elle leur fait.

La France autoritaire, la France replié sur elle-même, la France où règne la division du monde du travail, la France de la haine, voilà le beau programme pour le capitalisme et chacun sait que la bourgeoisie ne met jamais ces œufs dans le même panier et le recours à l’extrême droite ripoliné pour la circonstance ne lui fait pas peur bien au contraire.

N’oublions pas que cette bourgeoisie avant guerre avait choisi dans les périodes difficiles l’extrême droite française et n’oublions pas non plus que celle-ci a gouverné avec le régime instauré par Pétain durant l’ occupation de la France par les hitlériens avec les financiers et industriels de l’époque.

La lepénisation des esprits passe par les médias pour abonder à tout ce qui entraine la société vers l’autocratie. Voir tous ces « larrons en foire » s’employaient actuellement avec les lois d’urgences, la remise en cause du code du travail, la surveillance des travailleurs, les interdictions pour manifester et de revendiquer, montre à quel point les médias ne sont que les pantins du système en crise.

Alors ils ne nous donnent pas ou peu la parole : eh bien prenons-là avec nos écrits, nos échanges directs avec le peuple.

Il reste quelques jours avant le premier tour des élections régionales, pressons le pas pour rencontrer toutes celles et ceux qui aspirent à une autre vie que celle que nous destine la fille à Le Pen ou le retour de Sarkozy ou encore la survie plus qu’aléatoire du locataire de l’Elysée.

Porte à porte, coup de fil , échanges entre amis, dans les familles, avec les voisins : multiplions les contacts et réalisons une grande bataille d’idées.

Faisons naitre un véritable flot de parole et de débats avec la population.

Les communistes sont en mesure de relever le défi.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #MEDIAS

Repost0

Publié le 16 Janvier 2014

SALARIES SANS FRONTIERES FR5 CETTE NUIT OH10

A NE PAS LOUPER A FAIRE SAVOIR LARGEMENT

FRANCE 5 FAIT TOUT POUR QUE CE FILM NE SOIT PAS VU

Bernard LAMIRAND

Services publics aux abonnés absents
>

Date : 14 janvier 2014 07:47:43 HNEC
>

Pour information,

Figurez-vous que juste après le documentaire « Les nouveaux chiens de garde », j'ai eu l'occasion de réaliser un documentaire pour France 5, intitulé « Salariés sans frontières ».

Figurez-vous que ce documentaire a été livré en septembre 2012 et que depuis 18 mois, France 5 l'avait « oublié » dans des tiroirs.

Il faut dire que les rapports avec France 5 avaient été très tendus lors du montage au printemps 2012, à l'époque où des dizaines de milliers de spectateurs se précipitaient dans les salles pour voir justement Les Nouveaux chiens de garde. Alors, imaginer qu'il peut y avoir un rapport entre cette censure et le film qui a fait plus de 240 000 entrées au cinéma. Non, quand même pas !! Bon, il est vrai qu'Yves Calvi, un des chouchous de France5, est plutôt bousculé dans Les Nouveaux chiens de garde... Mais, non il ne faut pas voir le mal partout !!

Officiellement, c'était donc la musique du film et son compositeur, le talentueux et indocile Dick Annegarn, qui ne plaisait pas à la chaîne... Officiellement vous dis-je...

Toujours est-il que je viens par hasard de m'apercevoir cet après-midi en surfant sur le Net que France 5 s'est enfin décidé de diffuser « Salariés sans frontières » jeudi qui arrive, le 16 janvier à... zéro heure dix. Honteusement, en catimini, histoire de préserver l'illusion de démocratie. Le film n'a bien entendu bénéficié d'aucune promotion de presse de la part de France 5. Résultat, aucun article, aucun reportage, aucun son. Un lien avec Les Nouveaux chiens de garde ? Non vous dis-je !!!

Alors, pour que l'omerta ne soit pas complète, reste à vous tous de diffuser ce message, d'inciter tout un chacun de regarder sur France 5 ce jeudi 16 janvier à zéro heure dix, « Salariés sans frontières », de l'enregistrer et de le montrer autour de vous.

Merci à vous

Gilles Balbastre, co-réalisateur des Nouveaux chiens de garde

En résumé, le film porte sur la destruction du travail ouvrier dans la Grande région (Lorraine, Wallonie, Sarre) qui entoure le Luxembourg et le remplacement des ouvriers de la sidérurgie et des mines de fer par des salariés des services qui tous les matins partent dans le 2ème PIB par habitant du monde nettoyer les bureaux, garder les banques, servir les cafés des golden boys... Une force sociale relativement structurée autour de syndicats, de partis de gauche, regroupée collectivement, a été ainsi supprimée et remplacée par une autre, celle-ci atomisée, esseulée, désorganisée dans ce coin d'Europe. Au bénéfice comme d'habitude de ceux, qui comme les De Wendel, ont toujours été soutenus politiquement pour amplifier encore et toujours plus leurs intérêts et leurs profits.


Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #MEDIAS

Repost0