Articles avec #liberte tag

Publié le 6 Septembre 2019

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE, #Syndicalisme

Repost0

Publié le 14 Juillet 2019

14 JUILLET  ET LA REVOLUTION

Cette date et ce qualificatif sont d’une grande signification.

C’est la prise de la Bastille, c’est la révolution contre la monarchie qui dirige la France et qui arrive à son terme.

Le peuple n’en peut-plus.

Par tous les pores de la peau des asservis se dégage la volonté d’en finir avec le despotisme.

La France est celle d’un peuple opprimé par une aristocratie, la cour, la noblesse qui tient tous les pouvoirs. La bourgeoisie émerge dans ce sillage et la France est encore celle des paysans, des corporations, des marchands et la classe ouvrière se limite à quelques manufactures.

La révolution va mettre par terre un régime corrompu comme aujourd’hui il l’est. La bourgeoisie prend le pouvoir après avoir éliminé ceux qui voulaient aller plus loin comme Robespierre.

Plusieurs moments révolutionnaires eurent lieu entretemps avec l’émergence de la classe ouvrière naissante et chacun se souvient comment la bourgeoisie au pouvoir tentera à chaque fois par des répressions sanglantes d’empêcher que le prolétariat prenne le pouvoir.

Nous en somme là aujourd’hui.

Des  penseurs comme Marx ont dit que ce système courra tôt ou tard à sa perte.

Le moment n’est-il pas venu ?

Regardons ce monde, il ne vit que de prébendes et le fric coule à flot pour la bourgeoisie, l’instinct du propriétaire, maitre du séant domine en France et dans le monde.

La révolution n’est pas un mot galvaudé, il est ignoré ce 14 juillet 2019 à Paris.

Ce matin, depuis 7h30, les médias nationaux clament le 14 juillet, fête nationale. Ils ne diront aucun mot sur la révolution de la Bastille. Aucun bouquet de fleurs ne sera déposé devant ce qui reste de cette endroit où le peuple à mis par terre l’aristocratie.

Macron, petit bourgeois amiénois, succède à une cohorte de « maquignons de la république » qui ont défendu le système dés sa naissance.

Pourtant nous avons eu par le peuple de vrais 14 juillet comme celui que je retiens de la libération de la France et du rôle joué par la classe ouvrière pour résister et se débarrasser du nazisme et du fascisme que la bourgeoisie avait pactisé et collaboré pendant l’occupation de la France.

Enfant, j’ai défilé avec mon école et je brandissais mon petit drapeau bleu blanc rouge, participais à des retraites aux flambeaux où nous chantions des airs révolutionnaires et l’hymne national la marseillaise.

Vint le retour, très vite, de cette bourgeoisie infecte, reprenant le pouvoir avec le concours d’une sociale démocratie ils allaient nous conduire au pire avec les guerres d’Indochine et d’Algérie.

Et puis, une cinquième république est venue, la nôtre aujourd’hui, la pire puisqu’elle est celle qui peut nous conduire à des catastrophes humaines et sociales incommensurables.

Aujourd’hui, elle montre ses dents, ses crocs, ses armes. Elle fait défiler à Paris tout ce qui peut se vendre comme sophistiquées pour tuer. Des sous-marins dernière générations sont mis en vente et défilent pour être exposés.

Le 14 juillet ne peut être le défilé pour le commerce des marchands d’armes.

Le président de la république va discourir toute la journée, l’emphase ne changera rien à cette situation qui fait qu’aujourd’hui un peuple se sent mépriser par cette caste qui tient tous les pouvoirs.

Il y a des bastilles à prendre.

Travaillons à ce que le peuple s’unisse et fasse de la politique et ne se réfugie plus dans l’abstention où le vote d’extrême droite que cette bourgeoisie d’ailleurs utilise à nouveau pour garder le pouvoir.

Oui, révolution : l’ancien existe et le nouveau tarde à venir et une phrase du chant de « l’internationale » me revient : « Il n'est pas de sauveur suprême, ni Dieu , ni César , ni Tribun... Producteurs sauvons-nous nous-mêmes » !

Bernard Lamirand

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #COMMUNISME, #LIBERTE, #paix ou guerre

Repost0

Publié le 14 Février 2019

 

CASTANER LE TROUILLARD

 

Je devais faire une course à Cora Saint-Maximin cet après-midi, et, sur la route qui m’y conduisait, soudain mon attention fut attirée par la présence nombreuse de la maréchaussée.

Plusieurs centaines de policiers étaient disposés à toutes les entrées du magasin et dedans circulaient des flics en civil.

Je me demandais qu’est-ce qui pouvait amener à une telle présence dans ce magasin et aux abords.

Étais-ce une attaque d’une agence de bancaire, un terroriste, un bandit de grand chemin ou encore la chasse aux sangliers ( il y en a plein dans les forêts avoisinantes) ? Que nenni : c’était une banderole protestant contre la fermeture de la maternité de Creil et tenue par quelques personnes militantes de cette cause que je partage. Je me suis d’ailleurs joint immédiatement à eux.

Cette banderole dérangeait sûrement un personnage venant visitait si les boites de cassoulet étaient bien rangées dans les rayons.

Je m’enquis alors de qui pouvait bien être ce personnage important  pour qu’il mobilise autant de moyens policiers qui pourraient être plus utiles à des causes citoyennes. J’appris par la bande que c’était le dénommé Castaner, ministre du gourdin et du taser, qui venait folâtrer dans ce magasin.

Toutes les huiles étaient là, les policiers  en uniforme chamarré où en civil,  des élites en costume cravate, acheté sûrement pas à Cora. Tous attendaient le messie ou plutôt le père fouettard.

Castaner ordonna à ses troupes de disperser les gueux, les quelques uns qui venaient troubler ses courses à Cora. La banderole le dérangeait sûrement.Ce pauvre type n’aime pas être contesté :  la vue d’une contestation le rend assurément malade.

Nous fumes illico presto évacué au bout du parking et je repris ma voiture; et ensuite et passant devant l’entrée, je vis une cohorte de personnages attendant ce Castaner et aussi plein de gens faisant leur course et ahuri devant un tel déploisement.

Quelle république nous avons là ; scandaleux de mettre autant de policiers, peut-être plus de 2OO pour garder ce ministre qui ne voulait pas voir cette banderole.

J’ai vu là à quel point notre république est entrain de prendre une tendance autoritaire et en fait cela montre le mépris de ce gouvernement mais aussi son hypocrisie quand il affirme vouloir débattre alors que partout il frappe et montre sa hargne contre ceux et celles qui ne sont pas d’accord.

Castaner a vraiment la trouille de ce peuple.

Quand on vient à quelques pas de la maternité et que l’on trouve comme seule parade de faire enlever une banderole montre bien que ce Macron et son gouvernement n’ont pas la conscience tranquille .

Oui , cette nervosité de ce pouvoir indique que ce pouvoir est de plus en plus détesté.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #C'EST UN SCANDALE, #Actualités, #LIBERTE, #MEDIAS

Repost0

Publié le 11 Janvier 2019

Une image à titre suggestif de ma part Bernard Lamirand

Une image à titre suggestif de ma part Bernard Lamirand

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 22 Décembre 2017

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
POISSY SOIT QUI MAL Y PENSE
Cinq mois de prison avec sursis infligés à 9 salariés dont 8 syndicalistes CGT pour 17 minutes de discussion dans le bureau d'un chef d'équipe !
Ce n'est pas la première fois que l'argumentation de la séquestration est employée quand des salariés syndicalistes de préférence viennent demander des explications à leur employeur, mais là un record est battu ! « violence psychologique en réunion et séquestration » dit le tribunal !
Il serait intéressant de préciser , dans le cas qui nous occupe de définir ce qu'est une violence psychologique, en l'absence de toute violence physique.
Pour ce qui est de la séquestration, quels avantages les salariés voulaient obtenir « sous la contrainte » des explications constituent elles des avantages ?
Par ailleurs, pour établir la séquestration, il faut prouver que le séquestré ne pouvait pas communiquer avec l'extérieur, aller pisser etc. rien de tout cela en l'espèce !
Faut-il alors parler de justice de classe ?
Je m'interroge depuis longtemps sur la connaissance qu'ont les Magistrats du monde du travail ? Il fût une époque où j'allais deux fois par an pour des conférences à l'école Nationale de la Magistrature à Bordeaux, j'ai le souvenirs d'avoir demandé à quelques 250 auditeurs de justice combien étaient fils ou fille d'ouvrier où de paysan, un seul avait levé le doigt. Des études sociologiques plus scientifiques confirment cette situation.
La chanson populaire, le grand meeting du métropolitain, n'a pas trop vieilli :
Peuple français, la Bastille est détruite, Mais y a z'encore des cachots pour tes fils ! Souviens toi des géants de quarante huit Qu'étaient plus grand que ceuss' d'aujourd'hui Car c'est toujours l''pauvre ouvrier qui trinque, même qu'on le fourre au violon pour un rien
Père Denis
 

Je publie ce texte du Père Denis : un camarade ancien inspecteur du travail et ancien responsable du secteur droits et liberté de la CGT

Bernard Lamirand

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 16 Mars 2017

CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE
CSI En Ligne
007/150317

Les gouvernements devraient contester les déclarations fausses et trompeuses du Qatar à l’OIT

Plus de deux millions de travailleurs continuent de souffrir sous un système d’esclavage moderne

Bruxelles, 16 mars 2017 (CSI En Ligne) : Le rapport soumis par le gouvernement du Qatar à l’Organisation internationale du travail en prévision de l’examen, la semaine prochaine, à l’OIT, d’une plainte déposée par la CSI concernant le système d’esclavage moderne connu sous le nom de Kafala au Qatar, est criblé d’affirmations fausses et trompeuses, selon la CSI. Plus de deux millions de travailleurs migrants y continuent de faire l'objet d'atteintes systématiques à leurs droits fondamentaux, sont contraints d’obtenir l’autorisation de leur employeur pour quitter le pays ou changer d’emploi, sont privés du droit de former des syndicats et de négocier pour des salaires et des conditions décents, sont exposés à des environnements de travail dangereux et forcés de vivre dans des camps de travailleurs sordides, où jusqu’à 12 personnes sont entassées dans une même chambre et doivent dormir sur des lits improvisés.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI a indiqué : « La déclaration la plus scandaleuse faite par le Qatar dans son rapport fallacieux à l’OIT est que le tristement célèbre système de permis de sortie a été révoqué. C’est un pur mensonge – la vérité est que les travailleurs doivent toujours demander l’autorisation de leurs patrons pour pouvoir quitter le pays. D’autre part, les données fournies par le Qatar à l’OIT concernant le nombre de travailleurs morts et blessés au travail sont trompeuses puisqu’elles manquent, par exemple, d’inclure les 11 travailleurs morts et 12 travailleurs blessés dans un incendie tragique survenu dans un camp de travailleurs en juin 2016. La vérité est que des centaines de travailleurs migrants meurent chaque année en raison de conditions de travail et de vie épouvantables. Le Qatar déploie en ce moment même une vaste campagne de relations publiques et joue sur sa puissance financière pour tenter de persuader les gouvernements d'écarter toute possibilité d’une Commission d’enquête de l’OIT. Cependant, il continue de traiter les travailleurs migrants comme étant la propriété de leurs patrons et d'étouffer la vérité sur les préparatifs de la Coupe du monde de 2022. Pas un seul des critères de réforme déjà établis par l’OIT n’a été correctement appliqué. Les gouvernements se doivent de résister aux tactiques d’intimidation employées par le Qatar et montrer qu’ils ne toléreront pas le fléau de l'esclavage moderne dans un des pays les plus riches du monde. »

Un briefing préparé par la CSI http://www.ituc-csi.org/plainte-contre-le-qatar-329e à l’intention des membres du Conseil d’administration de l’OIT réfute point par point chacune des déclarations du gouvernement du Qatar. Outre le fait que les travailleurs migrants doivent toujours demander l’autorisation de leur employeur pour pouvoir quitter le pays, les autres problèmes-clés incluent :
- Les patrons peuvent encore toujours empêcher les travailleurs de changer d'employeur durant une période de cinq ans ;
- Le rapport du gouvernement n’offre aucune information concernant d’éventuelles sanctions dissuasives contre tout employeur pour non-respect des faibles réglementations en place ;
- La confiscation des passeports des travailleurs reste pratique courante ;
- Plus de 230 travailleurs migrants interviewés dans le cadre d’une enquête d’Amnesty International publiée en 2016 ont affirmé ne pas être en possession de leur passeport ;
- Le rapport se réfère à cinq domaines-clés possibles de coopération technique entre l’OIT et le Qatar abordés lors de discussions qui ont eu lieu durant la mission de l’OIT au Qatar en février 2017, à savoir le non-paiement de salaires, l’inspection du travail et la santé et la sécurité au travail, l’embauche et les contrats, la protection contre le travail forcé et une « voix » pour les travailleurs. La seule raison possible pour ceci est que le Qatar n’est toujours pas conforme dans ces domaines ; et
- Le gouvernement bloque activement la signature d’accords entre des firmes de construction multinationales au Qatar et la fédération syndicale internationale du secteur de la construction, IBB, concernant les activités de la firme au Qatar.

« Le Conseil d’administration de l’OIT examinera, la semaine prochaine, une proposition qui appellerait le Qatar à entreprendre des réformes concrètes et reporterait à novembre 2017 toute décision relative à l’ouverture d’une Commission d’enquête. Le Qatar a donc six mois pour démontrer qu’il renonce au recours à l’esclavage moderne et honore ses obligations internationales légales en matière de droits des travailleurs. Alors que des millions de travailleurs migrants et leurs familles espèrent voir les gouvernements à l’OIT se solidariser avec eux pour abolir l’esclavage, le mouvement syndical international demandera au gouvernement de rendre des comptes »,TAPONS DU POING SUR LA TABLE A L'OIT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 11 Janvier 2017

Goodyear, l’acharnement continue

 

La mobilisation des Goodyear visait en premier lieu à défendre l’emploi dans une région sinistrée industriellement. Le tribunal d’Amiens vient de rendre son verdict dans le procès en appel.
Une relaxe totale pour l’un des huit ex-salariés et des peines de prisons avec sursis jusqu’à 12 mois pour les sept autres, avec une mise à l’épreuve de cinq ans et l’inscription au casier judiciaire.
C’est totalement inacceptable que la justice s’acharne, alors même qu’il n’existe plus aucun plaignant, la direction de l’entreprise et les cadres ayant retiré leurs plaintes.
Comment donc, justifier cette décision, si ce n’est de vouloir éteindre toute forme de contestation des salariés face à des décisions d’entreprise iniques et injustes.
C’est une nouvelle atteinte contre la démocratie sociale et le droit dans notre pays.
Le combat pour la relaxe doit continuer, être syndiqué, défendre l’emploi, ne doit pas être un délit.
La CGT restera mobilisée contre toute atteinte aux libertés syndicales.
Montreuil, le 11 janvier 2017

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 15 Décembre 2016

Je mets en ligne cette déclaration de la CSI mais va t'on continuer longtemps à garder des relations politiques, économiques, sportives avec ce système qui enferme des travailleurs dans ce réduit capitaliste mais en même temps moyenâgeux.

Nous avons vu se tenir sous une chaleur torride, dans des rues vides , les championnats du monde de cyclisme, quelle idée d'aller faire ce sport dans ce pays où règnent les grosses voitures des émirs et consorts, est ce pour le pognon ? Certainement...

Mais les travailleurs sont là-bas dans des conditions que les bonnes âmes médiatiques et politiques s'en satisfassent ainsi que les rapaces qui vont chercher des contrats pour construire des tours toujours plus grandes qui rapportent gros d'autant plus que les salariés qu'ils emploient sont payés à coups de fronde pour ainsi dire.

Et l'on sait que bientôt les footballeurs devraient faire leur coupe du monde dans ce pays et dans des stades ou des centaines de travailleurs immigrés y ont perdus la vie.

Il faut relancer l'exigence d'annuler la coupe du monde de foot dans ce pays? Tant pis pour les promoteurs et les profiteurs....

Bernard Lamirand

 

Les « Réformes » du travail au Qatar : De nouvelles étiquettes sur de vieilles lois

Bruxelles, 13 décembre 2016 (CSI En ligne) : L’annonce par le Qatar de « réformes » à sa législation du travail laisse les travailleurs migrants sous le contrôle total des employeurs, perpétuant par-là même le système d’esclavage moderne qui sous-tend le programme d’infrastructure titanesque en préparation de la Coupe du monde de football de 2022.  

La nouvelle législation maintient le système des visas de sortie qui permet aux employeurs de retenir les travailleurs contre leur gré au Qatar pour des périodes pouvant aller jusqu’à cinq ans et d’empêcher ces mêmes travailleurs de changer d’emploi pendant toute la durée de leur contrat. Elle autorise désormais aussi les employeurs à garder les passeports des travailleurs, chose auparavant interdite par la loi, quand bien même celle-ci était rarement  appliquée. Il est toujours interdit aux travailleurs de former des syndicats et de mener des négociations collectives et étant donné l’absence d’un salaire minimum, les travailleurs sont rémunérés en fonction de leur pays d’origine plutôt que sur la base du travail qu’ils effectuent.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré : « Le Qatar a donné un nouveau nom au système abjecte de la kafala, or le fait est que les travailleurs migrants resteront asservis à leur employeur. Apposer de nouvelles étiquettes sur de vieilles lois n’ôtera en rien l’infamie de l’esclavage moderne et les travailleurs continueront à être contraints de travailler sous un système d’emploi féodal. L’un des pays les plus riches du monde est responsable du maintien des travailleurs dans la pauvreté et la servitude, avec des taux indicibles de travailleurs morts ou blessés au travail. »

Par cette nouvelle manœuvre, le gouvernement cherche à détourner la condamnation internationale du traitement abusif réservé à sa main-d’œuvre migrante, et ce à l’approche d’une décision-clé de l’Organisation internationale du travail attendue en mars prochain concernant l’ouverture d’une commission d’enquête sur le Qatar.

« Les sociétés internationales qui opèrent au Qatar doivent s’assurer qu’en l’absence d’une législation du travail du 21e siècle, l’ensemble de leurs opérations dans le pays soient conformes aux normes internationales du travail ; quant à la FIFA et aux autres organismes sportifs qui entretiennent des relations commerciales avec le Qatar, ceux-ci sont appelés à exercer des pressions concrètes en vue de réformes réelles », a déclaré madame Burrow.

La CSI représente 181 millions de travailleurs au sein de 340 organisations affiliées nationales dans 162 pays et territoires.

Suivez-nous sur le web : http://www.ituc-csi.org et http://www.youtube.com/ITUCCSI
 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 27 Novembre 2016

Les organisations syndicales françaises alertent sur la situation en Turquie

Vendredi, 25 Novembre, 2016
Humanite.fr

Déclaration commune des organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA.

Face à la gravité de la situation en Turquie, les huit organisations syndicales nationales françaises - CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA – ont élaboré ensemble un courrier remis à Monsieur Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, et une lettre de protestation à Monsieur Ismail Hakki Musa, nouvel ambassadeur de Turquie en France. Elles s’inquiètent notamment des purges collectives et des licenciements massifs par décrets qui concernent déjà plus de 100 000 personnes.
 Dans leur déclaration commune, les huit organisations syndicales affirment :
 « Les autorités bafouent sciemment la Constitution en vigueur, se livrant à une entreprise de musellement de toute opposition. L’Etat de droit est en train de disparaître, au profit de l’instauration de ce qu’il faut appeler par son nom : une dictature.
 Aucun critère ne peut justifier ces purges collectives qui ne sont fondées sur aucune preuve d’acte répréhensible.
 Face à cette situation d’une extrême gravité, nous soutenons l’action des syndicats qui exigent la réintégration immédiate de tous les salariés licenciés ou suspendus.
 Nous sommes entièrement solidaires des travailleurs de Turquie et de leurs syndicats en ces moments difficiles où sont violemment enfreints leurs libertés et droits syndicaux.
 Nous appelons les autorités françaises et les instances de l’Union européenne à agir résolument afin que la Turquie respecte notamment la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales dont elle est signataire. »  
Montreuil, le 25 novembre 2016
 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 12 Novembre 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0