Articles avec #c'est un scandale tag

Publié le 14 Février 2019

 

CASTANER LE TROUILLARD

 

Je devais faire une course à Cora Saint-Maximin cet après-midi, et, sur la route qui m’y conduisait, soudain mon attention fut attirée par la présence nombreuse de la maréchaussée.

Plusieurs centaines de policiers étaient disposés à toutes les entrées du magasin et dedans circulaient des flics en civil.

Je me demandais qu’est-ce qui pouvait amener à une telle présence dans ce magasin et aux abords.

Étais-ce une attaque d’une agence de bancaire, un terroriste, un bandit de grand chemin ou encore la chasse aux sangliers ( il y en a plein dans les forêts avoisinantes) ? Que nenni : c’était une banderole protestant contre la fermeture de la maternité de Creil et tenue par quelques personnes militantes de cette cause que je partage. Je me suis d’ailleurs joint immédiatement à eux.

Cette banderole dérangeait sûrement un personnage venant visitait si les boites de cassoulet étaient bien rangées dans les rayons.

Je m’enquis alors de qui pouvait bien être ce personnage important  pour qu’il mobilise autant de moyens policiers qui pourraient être plus utiles à des causes citoyennes. J’appris par la bande que c’était le dénommé Castaner, ministre du gourdin et du taser, qui venait folâtrer dans ce magasin.

Toutes les huiles étaient là, les policiers  en uniforme chamarré où en civil,  des élites en costume cravate, acheté sûrement pas à Cora. Tous attendaient le messie ou plutôt le père fouettard.

Castaner ordonna à ses troupes de disperser les gueux, les quelques uns qui venaient troubler ses courses à Cora. La banderole le dérangeait sûrement.Ce pauvre type n’aime pas être contesté :  la vue d’une contestation le rend assurément malade.

Nous fumes illico presto évacué au bout du parking et je repris ma voiture; et ensuite et passant devant l’entrée, je vis une cohorte de personnages attendant ce Castaner et aussi plein de gens faisant leur course et ahuri devant un tel déploisement.

Quelle république nous avons là ; scandaleux de mettre autant de policiers, peut-être plus de 2OO pour garder ce ministre qui ne voulait pas voir cette banderole.

J’ai vu là à quel point notre république est entrain de prendre une tendance autoritaire et en fait cela montre le mépris de ce gouvernement mais aussi son hypocrisie quand il affirme vouloir débattre alors que partout il frappe et montre sa hargne contre ceux et celles qui ne sont pas d’accord.

Castaner a vraiment la trouille de ce peuple.

Quand on vient à quelques pas de la maternité et que l’on trouve comme seule parade de faire enlever une banderole montre bien que ce Macron et son gouvernement n’ont pas la conscience tranquille .

Oui , cette nervosité de ce pouvoir indique que ce pouvoir est de plus en plus détesté.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #C'EST UN SCANDALE, #Actualités, #LIBERTE, #MEDIAS

Repost0

Publié le 10 Janvier 2019

COMME DIT  LE DICTON : J'EN AI FAIT TOUTE UNE SALADE

C

Ce matin, dans mon hyper-marché, le rayon fruits et légumes était très chargé.

Les prix aussi.

Comme on dit que les petits ruisseaux font les grandes rivières, j'ai pris en référence la brave salade et je me suis attardé sur ce produit de la serre.

Dans le rayon fruits et légumes,un monticule de salades de toutes sortes était étalé, avachi sur plusieurs hauteurs, en particulier la laitue pour laquelle j'avais quelques visées.

Une petite laitue, rachitique, toute verte et sans cœur était là honteuse de sa  taille fine. Elle était presque fanée. Ses feuilles retombaient comme une plante ayant subi un coup de chaleur.

Je regardais aussitôt l'écriteau, me disant : " elle doit être en solde "; eh bien non ! Son prix unitaire était de 1 euro 43 centimes, et tout de suite, je me suis rappelé du prix affiché auparavant  où elle se situait à 0, 99 centimes.

Diantre … 44 centimes d'un seul coup ! Je me suis dit: "ah c'est l'hiver", avec cette idée que les salades sont plus rares et que le temps dans la région depuis une bonne quinzaine de jours est à la grisaille.

C'était une première réflexion. Puis je me suis dit : "au fait, ces salades poussent toute l'année dans de grandes serres, notamment en Belgique et en Hollande, et aussi  dans le Nord de la France et à ce  que je sache, ce ne sont pas dans ces régions que les salades poussent en pleine nature durant l'hiver".

Donc, l'hiver n'y est  pas pour grand chose. La serre bien chauffée au fuel, le terreau bien engraissé, l'humidification bien assurée, elles sont produites en nombre autant l'hiver que l'été. Je me posais donc la question pour quelles raisons elles ont fait ce saut exorbitant chez l'hyper marché. Je me souvenais d'ailleurs que l'an passé, elles n'ont jamais dépassé le 0, 99 euros durant l'hiver et parfois nous en avions deux pour le même prix.

Alors d'où vient cette inflation subite du prix de la salade ?

Qui s'en est mis plein les poches ?

Le cultivateur ?  Il y a bien longtemps qu'il n'en produit plus pour les grandes surfaces.

Le producteur de salade en serre, peut-être ? Mais mon petit doigt me dit que mon hyper marché et sa centrale d'achat n'y sont pas pour rien et qu'ils s'en mettent plein les fouilles, pour ne pas dire plein le saladier en or de l'hyper marché.

44 centimes multipliés par des centaines de milliers de salades, cela fait une belle salade de profits pour le groupe commercial adhérent du fameux CAC 40.

D'ailleurs, en  regardant  les autres légumes et les fruits , j'ai constaté que les prix ont aussi subitement augmenté.

En fait ce sont les "grosses légumes" qui en profitent.

Les 57 milliards de dividendes viennent bien de quelque part.

Alors, on dira que j'en fait toute une salade du prix de la salade mais que cela ne remplira pas mon saladier.

Mais ma salade, c'est un comme un petit ruisseau qui fait une grande rivière : en m'offusquant du prix, je mets la puce à l'oreille et si on n'achetait plus ces salades rachitiques et onéreuses ;  peut-être que les capitalistes du commerce devront les lâcher en solde toute l'année et les 44 centimes resteraient pour notre  pouvoir d'achat.

 

Bernard LAMIRAND

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #C'EST UN SCANDALE, #CAPITALISME

Repost0

Publié le 27 Décembre 2018

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités, #C'EST UN SCANDALE

Repost0

Publié le 8 Avril 2018

DES CHEMINEAUX AUTRES QUE LES CHEMINOTS

J’ai découvert des chemineaux différents des cheminots de la SNCF.

Je reviens de voyage et j’ai fait escale  à Palma de Majorque.

Une ile des Baléares, territoire espagnol, bien connu notamment de ceux qui rament pour placer leurs pognons dans les paradis fiscaux.

Je joins quelques photos de ces plaisanciers dont le statut de chemineaux consiste à parcourir les mers – non pas comme le Larousse le dit : à la recherche d’un travail. Mendiant ou vagabond- mais à la recherche de placements de leurs fortunes dans des banques qui pullulent comme dans la ville de Palma de Majorque.

Autrement dit, j’ai trouvé de chemineaux qui avaient un meilleur statut que celui  minuscule des cheminots français que Macron et sa clique veulent la disparition.

Bref de soi-disant  « honnêtes gens » qui s’empiffrent et dont les yachts et les belles demeures sont autant de signes de richesse visibles à l’œil nu, sans compter, bien sûr, les sacoches bien remplis de dollars dans les banques. Pour parfaire ma connaissance, j’ai pu observer au coté des amarres de puissantes voitures françaises et certainement parmi eux de braves citoyens défiscalisés et exonérés courroucés à l’idée qu’en France il y a des « brebis galeuses » qui ont quelques permis SNCF pour voyager gratuitement.

J’ai donc aperçu des chemineaux et non pas des cheminots nantis de statuts et de privilèges ; des chemineaux plein de fric avec toutes les douceurs du monde et cela n’a rien à voir avec le sac de charbon que touchaient les cheminots dans le temps ;   par exemple, mon père,  cantonnier poseur de rail et cheminot qui touchait quelques traverses de chemins de fer toutes pourries ou déclassées qui servaient à nous chauffer en hiver et dont j’avais l’insigne honneur avec mon frère de les scier en buches tous les jeudis après midi ( jour de repos scolaire) et c’était une vraie corvée.

Je joins donc quelques photos de yachts où s’affairaient de secondes mains pour les nettoyer avant que la « gentry » arrive se faire dorer et surtout empocher les dividendes et dont je doute que leurs avantages acquis soient du niveau du brave cheminot.

Bref, j’ai trouvé des chemineaux à statuts de « couilles en or » et je mets en ligne cet article en espérant que le chasseur de statut cheminot, le dénommé Macron, va s’occuper de leur sort mais j’en doute vu sa fortune et celle de sa dulcinée.

Macron et son acolyte Philippe aiment plutôt dépouiller les cheminots et non les chemineaux.

Bernard LAMIRAND

DES CHEMINEAUX AUTRES QUE LES CHEMINOTS DE LA SNCF
DES CHEMINEAUX AUTRES QUE LES CHEMINOTS DE LA SNCF
DES CHEMINEAUX AUTRES QUE LES CHEMINOTS DE LA SNCF

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités, #Société, #C'EST UN SCANDALE

Repost0

Publié le 21 Octobre 2017

C’EST UN SCANDALE

MACRON ET COHN BENDIT MEME COMBAT 

Dans les sphères du pouvoir, il se chuchote que le dénommé Monsieur de Macron aurait l’intention de commémorer le 50eme anniversaire des événements de Mai Juin 1968.

Le maitre de cérémonie serait l’inénarrable Cohn Bendit, sorte de mannequin que l’on déploie quand la bourgeoisie en a besoin.

Tout un programme.

Je suis un soixante-huitard, et en 1968 j’avais 26 ans et j’étais sidérurgiste à Dunkerque, j’ai fait grève pendant près de six semaines en occupant ma boite face à un patronat et des nervis de la direction qui cherchaient à casser la grève par tous les moyens et notamment par l’affrontement physique.

Voir ces deux personnages s’emparer de 1968 me parait être alors être une opération de pure récupération.

Deux personnages qui personnifient leur duplicité quelques cinquante ans après ces grands moments.

S’il ne faut pas nier l’importance de la place qu’ont occupée les étudiants pendant ces événements,  il serait excessif de croire que c’est leur seule présence qui a fait de 1968 ce grand moment de révolte et de luttes dans toute la France. L’entrée en lutte des salariés fut le déclenchement d’un rapport de force considérable contre le régime gaulliste pour obtenir des droits nouveaux et des succès revendicatifs.

Il faut relire « Le mi-juin 1968 » de Georges Séguy, à cette époque secrétaire général de la CGT, pour savoir que ces jours qui ébranlèrent le régime gaulliste produisirent une tournure sociale et revendicative considérable dans le pays grâce aux occupations des usines et des millions de travailleurs en grève.

Alors, oui, opération de récupération, quand pour le cinquantième anniversaire, l’un Macron - qui a peur qu’une explosion sociale se manifeste durant son mandat-  essaye de montrer que 1968 ne fut qu’un révolte estudiantine et l’autre, le Cohn Bendit,  dont on ne tarda après 1968 à découvrir son vrai visage du suppôt du système en servant le libéralisme.

Cohn Bendit comme une grande partie de sa bande « d’enragés », comme ils s’étaient baptisé, s’inscrivirent ensuite dans les rouages de l’état capitaliste et libéral et nous les trouvons aujourd’hui à l’œuvre dans les postes du pouvoir  et donc pas étonnant que Macron les utilise.

Alors que veut-dire cette opération qui se trame : simplement la volonté de mettre toute la médiacratie en mouvement pour faire en sorte que Mai Juin 68 soit compatible avec une France Macronienne dans sa recherche  effrénée  d’une société où la place au soleil d’une minorité friquée serait la vertu primordiale et qui montrerait que 68 ne fut pas un combat de classe mais simplement une préfiguration du libéralisme et de l’individualisme bêlant ( Cohn Bendit est le parfait prototype).

En fait, Macron et Cohn Bendit, veulent mettre un terme à cette histoire ancré dans les mémoires qui pourrait à nouveau surgir, comme ce fut le cas en 1968, quand le baril de poudre est prêt à exploser.

En guise de conclusion de cet article, nous pouvons observer combien Macron a besoin du serviteur Cohn Bendit dans l’affrontement capital travail qui peut et va prendre de l’ampleur face à la casse sociale actuelle.

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #C'EST UN SCANDALE

Repost0

Publié le 18 Octobre 2017

Je poursuis ma chronique quand des faits que je considère comme scandaleux méritent d' être dénoncés.Bernard LAMIRAND

C’EST UN SCANDALE 

LE VENEZUELA MOTUS ET BOUCHE COUSUE

Sœur Anne, ne vois tu rien venir ?

Je reprends la célèbre supplique de l’histoire de Barbe bleue pour caractériser le scandale de la désinformation des grands médias sur le résultat des élections régionales au Venezuela.

Mais que dire de cette absence, au moins d’une information objective, sur ces élections ?

Eh bien, nos grands chroniqueurs, qui ont la langue bien pendue pour critiquer Maduro, ennemi exécré de toute la réaction internationale, ne se sont pas foulés pour informer du score remarquable réalisé par les forces progressistes et le fait  qu’une majorité du peuple s’est prononcé pour des gestions régionales par le parti du président Maduro au pouvoir.

Quelques médias français, ou le fiel domine toujours quand il s’agit de pays qui veulent se libérer du joug capitaliste, ont donné le résultat discrètement et  ne retiennent que l’idée de fraude insinuée par les partis réactionnaires du Venezuela :  ceux qui ont toujours  bafoué la démocratie et tenté de multiples coups de force  depuis l’élection de Chavez.

J’ai en mémoire les envolées de nos gouvernants contre Maduro qualifiées de tyrannie envers son peuple, de campagne de presse de certains animateurs de la presse écrite et audio-visuelle pour noircir et approuver les pressions des Etats-Unis et de la CIA.

Des reportages aussi d’envoyés spéciaux, sans aucune retenue contre Maduro, au moment où la réaction là-bas comptait prendre le pouvoir et destituer Maduro comme elle avait essayé de le faire sous Chavez.

Là, ces élections sont pour eux un camouflet ; donc  rien ou presque rien pour informer ; ils se taisent : aucun « mea-culpa »,  bref, un comportement partisan.

La démocratie l’a donc encore emportée et le vote fait figure de preuve que c’est  toute une conjuration qui  est montée depuis Chavez pour éliminer toutes velléités de progrès sociaux et d’indépendance dans ce pays.

Enfin silence scandaleux  de nos dirigeants et en particulier de Monseigneur de Macron dont on discerne bien qu’il fait partie de l’équipe à Trump qui veut mettre à genoux ce pays.

Silence scandaleux du très réactionnaire commentateur de France Inter, Bernard Guetta, qui chaque matin nous livre sa litanie anticommuniste et pro-libérale.

Anne ne vois tu rien venir …. Si, je vois s’avancer au Venezuela la vérité et la démocratie pour le progrès social et un pays qui trace son chemin malgré les entraves mis sur sa route par les Américains et leurs « toutous » européens dont Macron.

Oui, comme disait Georges, « c’est un scandale ».

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #C'EST UN SCANDALE

Repost0