Publié le 25 Avril 2015

 CGT OISE - UN PREMIER MAI A COMPIEGNE
 CGT OISE - UN PREMIER MAI A COMPIEGNE

Un 1er Mai : pour l’emploi, pour la réduction
du temps de travail, l’augmentation des
salaires et des minimas soc
iaux

Le 1er Mai,
journée de solidarité internationale des travailleurs, de commémoration des
luttes, des acquis gagnés et des revendications à satisfaire.
Dans trop de pays, les populations subissent des politiques d’austérité et des
réformes qui au final réduisent les droits des travailleurs et leur protection
sociale. Il faut stopper ces politiques libérales, privilégiant à outrance la classe
des dominants.
Pour sortir de cette impasse, la CGT revendique de :
- promouvoir la protection sociale;
- combattre et réduire le chômage;
- permettre la création d’emplois;
- développer les investissements pour relancer l’activité économique;
- promouvoir les services publics;
- augmenter les salaires, les retraites, les pensions et les minimas sociaux et
promouvoir l’égalité salariale Femme-Homme;
Elle réaffirme, dans la suite du 11 janvier, que la démocratie, la république,
la paix, la liberté de penser et la liberté d’expression sont des biens communs
qu’elle est décidée à défendre face à tous les totalitarismes, aux discours
haineux, aux tentatives de division et de stigmatisation.
La convergence des mobilisations partout en Europe ce 1er mai sera un signe
fort adressé aux différents gouvernements et aux patronats pour exiger une
construction européenne fondée sur le progrès social, s’appuyant sur le
renforcement du dialogue social et des droits sociaux.
L’Union Départementale des Syndicats et Sections syndicale de l’Oise,
appelle à la réussite de la manifestation départementale qui se tiendra ce
vendredi 1er mai 2015:
à partir de 10h, au départ de Cours Guynemer à Compiègne
E n s e m b l e , u n i s , n o u s s o m m e s u n e f o
r c e .

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SYNDICALISME

Repost0

Publié le 21 Avril 2015

Le dernier exploit de Hollande la fermeture des hauts fourneaux de Florange
Le dernier exploit de Hollande la fermeture des hauts fourneaux de Florange

« "Madame Le Pen parle comme un tract du Parti communiste des années 1970 (...) sauf que le Parti communiste, il ne demandait pas qu'on chasse les étrangers, qu'on fasse la chasse aux pauvres", a déclaré le chef de l’État, lors de l’émission « le supplément » sur Canal+ .

Un amalgame honteux et qui visait à ne pas répondre au fait que c’était les électeurs socialistes que Hollande était interrogé et que ces électeurs du coté d’Hénin-Beaumont dans le Pas de Calais écœurés par la politique gouvernementale et les frasques financières des dirigeants socialistes du coin ont permis au FN de prospérer.

En fait, Hollande défendait sa politique libérale en la justifiant par le détour d’une attaque contre le PCF qui n’aurait comme orientation que de vieilles idées archaïques comme « le produire français et les nationalisations ».

Méprisable et honteux cette affirmation, c’est une insulte à toutes les luttes qui ont permis de battre la droite libérale de Giscard et l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 pour faire une politique avec les idées du programme commun sans lesquelles Mitterrand n’aurait jamais été élu.

Un article dans l’humanité de ce matin déshabille littéralement cette idée que le FN et le PCF ce serait la même chose sur les objectifs sociaux et économiques.

La lecture des tracts, les orientations communistes de l’époque, y compris concernant les immigrés, démontrent tout le contraire.

Et puis, qui a mis le FN sur orbite sinon Mitterrand qui a reçu et reconnu le Pen et son parti avec des objectifs politiciens pour garder le pouvoir en flanquant à la droite conservatrice ce résidu réactionnaire d’extrême droite venant de l’OAS et du pétainisme.

Ces idées de nationalisations et même on pourrait dire d’Européanisation des entreprises pourrait-on dire actuellement, maintenant la plupart privatisées, aux mains des grandes transnationales, sont toujours valables et ne sont pas archaïques. De même le « produire français » comme les allemands et d’autres préservent leur production nationale et se battent pour leur propre industrie. Et produire français n’a jamais voulu dire se claquemurer dans ses frontières comme le préconise le FN car ce concept communiste est lié à la coopération et au développement international et notamment avec les pays en voie de développement.

Dans les années 70, celles que Hollande prend pour référence, celles-ci étaient incluses dans le Programme commun avec la nationalisation des grandes banques d’affaires et des grandes entreprises industrielles de notre pays, celles-ci en proie à la rapacité de ce que l’on appelait à l’époque les multinationales, et les militants socialistes n’étaient pas du reste pour soutenir ces idées communistes et sortir de la situation de casse organisée par Giscard D’Estaing et Barre.

Nous n’avons pas besoin de nous défendre là-dessus en tant que communistes, mais simplement de dire que le parti socialiste de l’époque les soutenait et je me rappelle les meetings en commun pour les nationalisations de la CGT Alsthom, Thomson, Usinor et Sacilor, Péchiney etc. Mais c’est bien ensuite toute cette politique là qui a été remise en cause par Mitterrand et particulièrement dès le plan de rigueur annoncé à Lille au congrès de la CGT par Mauroy en 1982 sous les injonctions de l’Europe libérale et dont Delors ministre de l’économie du gouvernement de gauche allait quelques temps plus tard devenir président de la commission Européenne pour services rendus au libéralisme.

Hollande, énarque, dans le cabinet de Delors, a fait ses classes, pour démolir cette lutte pour la maintien de nos industries et en particulier par la nationalisation, faut-il le rappeler !

Ce qui vient de se passer à Florange montre à quel point Hollande a fait deuil de nos industries nationales.

Chacun se souvient de la sidérurgie et de l’abandon de Longwy et de Denain par Mitterrand qui était venu faire campagne avant les présidentielles et puis tout de suite après son élection et avait promis le maintien de ces entreprises et leurs développements.

Dire que les tracts communistes de l’époque sont dépassés montre à quel point les dirigeants socialistes gouvernementaux sont fascinés par les idées libérales, celles de l’argent roi et de l’abandon de l’industrie pour la finance et l’actionnariat.

Les tracts du parti communiste de l’époque sont des révélateurs encore aujourd’hui de ce qui s’est produit alors et des abandons industriels qui se sont succédés depuis cette période dans notre pays au point qu’aujourd’hui nous avons perdu la plupart de nos fleurons industriels sous l’autel des profits et de la finance qu’Hollande prétendait combattre et détester pour le temps de la campagne électorale, faut-il le répéter !

Aujourd’hui notre pays est un champ de ruine industriel et les tracts du PCF des années 70 dénonçaient ces stratégies mortifères et proposaient non pas d’en rester à l’accusation mais à faire des propositions pour le devenir industriel et économique y compris de la coopération internationale.

Toujours sur la sidérurgie, il faut rafraichir les mémoires que les propositions communistes de l’époque permettaient la modernisation de la sidérurgie et son développement y compris européen. Las, les gouvernements Mauroy, Fabius, Cresson et Bérégovoy ont baisser pavillon devant la réorganisation de la sidérurgie européenne décidé par le plan Davignon commissaire européen à l’industrie. La Communauté Européenne du Charbon et de l’acier contrairement à l’idée défendue par Davignon, que la restructuration visait à son avenir et son développement, aboutissait quelques années après à la liquidation de centaines de milliers d’emplois et à la casse massive de hauts fourneaux et d’aciéries en Europe. Aujourd’hui, c’est un magnat de l’acier, un aventurier de la finance et des coups tordus contre les sidérurgistes, , le dénommé Mittal qui a repris à vil prix des installations dans les pays de l’est et dans toute l’Europe pour dominer ce qui reste de l’acier français et européen et faire des milliards de profits sur le dos des travailleurs.

Oui, nous n’avons rien à retirer des tracts PCF des années 70, ils nous parlent encore aujourd’hui de ce qui est arrivé, mais ils ne sont pas limité à des accusations, ils parlent de la bataille contre ces forces de l’ argent qui ont démolissent l’économie et celles aussi des pays émergents aujourd’hui retournés dans la misère la plus extrême.

Les tracts du PCF n’ont à voir ni de près ni de loin avec les théories pétainistes et néo-fascistes dont les ascendants ont appliqués les slogans fascistes et de collaboration pendant la guerre sous le régime de Vichy et que défend le père le Pen. IL faut rappeler sans cesse que l’expérience économique avec l’extrême droite nous l’avons malheureusement connu pendant la guerre et l’occupation où les entreprises françaises produisaient non pas pour les besoins des français mais fabriquaient et exportaient les productions pour l’appareil de guerre Nazi sous la haute responsabilité du gouvernement de Vichy et du patronat qui collaborait.

Bernard LAMIRAND Ancien sidérurgiste

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 19 Avril 2015

CANAL PLUS CE DIMANCHE : HOLLANDE PARLE AU CAPITAL

LE BILLET DU DIMANCHE DE BERNARD

Ce midi, sur Canal-plus, le président de la République parlera pendant plus de 2 heures nous signalent les médias bien informés.

Que pourra-t’il nous dire ?

Des balivernes comme d’habitude concernant notre devenir dont il nous assurera qu’il y travaille à sa réalisation.

J’ai produit un genre de dialogue humoristique qui va s’organiser ce midi avec le chef de l’état libéral français.

Monsieur le Président, comment allez-vous ?

Je vais bien, il fait beau, j’ai passé la journée d’hier avec Lafayette et l’Hermione, une frégate qui l’a amené aux Amériques et qui a permis la naissance des Etats-Unis. J’y vois un symbole en ce moment, l’Hermione et moi en Lafayette, je vais avec l’Hermione libérer les dernières entraves au marché libre et non faussé avec les Etats-Unis et permettre à la puissance américaine de nous pénétrer jusqu’à la moelle. Vous avez vu comment nos entreprises passent sous la coupe de leurs multinationales bancaires, commerciales et industrielles et bien il faut aller encore plus loin. Bientôt nous n’aurons plus rien, mais nous comptons bien sur les américains pour nous donner quelques becquées de leurs profits pour nos banques et actionnaires bienaimés.

Monsieur le président comment va l’emploi en France ?

Cela s’améliore, je fais tout pour contenter mon ami Gattaz et l’emploi devient de plus en plus rare et précaire, vous savez c’est une denrée précieuse qu’il faut utiliser rarement pour qu’elle soit efficace et qu’elle travaille uniquement pour le profit maximum.

Monsieur Le président, que pensez-vous de Monsieur Macron ?

C’est un ami fidèle, il nous aide à bien assimiler le libéralisme et « le marche où crève » des travailleurs dans les conditions les plus dures pour le profit maximum. Travail du dimanche, de nuit, heures supplémentaires, fin de la feuille paie pour que les travailleurs ne voient plus les garanties collectives inscrites dedans, fin du contrat de travail à durée indéterminée qui sera transformé en un travail de peine sans droits ni loi, réductions drastiques des droits syndicaux fondus dans une seule représentation.

Monsieur le Président, que dites vous des renseignements et de l’œil par le trou de la serrure que veut organiser votre premier ministre Valls ?

C’est bien, je veux faire mieux que Mitterrand et Sarkozy, je veux tout savoir sur ce qui se passe dans les alcôves, les salles de bains, les cafétérias où l’on casse souvent du sucre sur mon dos et de mon ami Gattaz. Et puis mes amis du CAC 40 veulent tout savoir sur leurs employés pour qu’ils travaillent le nez rivé sur leurs outils de travail et ne peuvent plus rouspéter sans être détecter par nos machines à tout savoir.

Mais Monsieur le Président, ce n’était pas pour contrer le terrorisme ?

Si, mais quelle belle occasion de surveiller les travailleurs et notamment les syndicalistes et leur interdire toutes informations économiques et sociales sur les grands groupes financiers et industriels tels que nous le demandent ces multinationales dans le cadre du futur accord TAFTA où leur absolutisme doit s’exercer partout et en tout lieu.

Monsieur le Président, comptez-vous alors redresser la barre d’ici 2017 ?

Bien sûr, la barre sera redressée et le capital sera florissant.

Monsieur le Président, n’avez-vous pas trahi le socialisme de Jaurès en vous livrant totalement aux forces de l’argent dont vous aviez dit qu’elles étaient votre ennemie ?

C’était pour rire. je suis, vous le savez un petit-bourgeois rouennais, la révolution prolétarienne n’a jamais été ma tasse de thé et le socialisme de Jaurès m’est indifférent. je préfère m’acoquiner avec la dame Merkel qui dirige d’une main de fer son pays pour la grande joie des trusts allemands.

Mais monsieur le Président, ne croyez vous pas qu’elle entrain de vous manger la laine sur le dos ?

Bien sûr, c’est la loi de la concurrence, elle a gagné et j’ai pris la responsabilité de me coucher devant elle, le lendemain de mon élection où je suis allé me prosterner devant les Konzerns.

Enfin Monsieur le Président, vous avez fait perdre la gauche et singulièrement votre parti PS aux élections, que comptez vous faire pour le sortir de l’ornière et gagner les élections ?

Je compte continuer la même politique, elle paiera, bientôt tous les électeurs de la vraie gauche s’abstiendrons et nous pourrons faire une alliance démocrate et républicains et tant pis s’il y a que 20 à 30 % d’électeurs.

Monsieur le Président, vous voulez vraiment cheminer avec la droite, pardon les « républicains » de Sarkozy ?

Bien sûr, pas grand-chose nous distingue, seulement la face de…. de Sarkozy et ses mimiques qu’on remplacera par celle de Juppé ou d’un autre. je vois bien une alliance Valls-Juppé-Bayrou à terme.

Monsieur le Président, cette orientation ne va-t-elle pas favoriser la fille à Le Pen ?

Ah vous savez Mitterrand a mis en piste le Pen par tactique électorale pour contrer la droite, moi je peux très bien mettre en évidence la fille en la montrant régulièrement à la télévision pour brouiller les pistes.

Bien Monsieur le Président, vous êtes bien un politicien…… du système.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #humour

Repost0

Publié le 18 Avril 2015

1MAI TOUS MANIFESTONS

Un 1er mai unitaire à dimension européenne pour le progrès social

Jeudi, 16 Avril, 2015

Humanite.fr

Déclaration des organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires, Unsa.

Le 1er mai, journée de solidarité internationale des travailleurs, aura cette année une dimension européenne particulière.

Dans beaucoup de pays européens, les populations subissent des politiques d’austérité et de réformes, réduisant les droits des travailleurs et leur protection sociale.

Il faut stopper ces politiques et investir pour des emplois de qualité et une croissance tenant compte des impératifs de développement durable.

La Confédération européenne des syndicats (CES) a décidé de faire du 1er mai une journée de mobilisation unitaire et convergente des salarié-e-s, retraité-e-s et des chômeurs-es partout en Europe.

Les organisations syndicales françaises affiliées ou non à la CES, CGT, FSU, Solidaires et Unsa, réunies le 15 avril 2015, appellent à y participer pour :

  • promouvoir la protection sociale
  • combattre et réduire le chômage
  • permettre la création d’emplois
  • développer les investissements pour relancer l’activité économique
  • promouvoir les services publics
  • améliorer les salaires, les retraites, les pensions et les minima sociaux et promouvoir l’égalité salariale femmes-hommes

Elles réaffirment, dans la suite du 11 janvier, que la démocratie, la république, la paix, les libertés de pensée et d’expression sont des biens communs qu’elles sont décidées à défendre face à tous les totalitarismes, aux discours haineux, aux tentatives de division et de stigmatisation.

La convergence des mobilisations partout en Europe ce 1er mai sera un signe fort adressé aux différents gouvernements et aux patronats pour exiger une construction européenne fondée sur le progrès social, s’appuyant sur le renforcement du dialogue social et des droits sociaux.

Les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et Unsa appellent à la réussite des nombreuses manifestations unitaires qui seront organisées dans tout le pays le 1er mai 2015, sur la base de cet appel.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 16 Avril 2015

Pétain et les nazis cherchaient aussi les renseignements dans les familles
Pétain et les nazis cherchaient aussi les renseignements dans les familles

LA STASI EN FRANCE

Le gouvernement socialiste se défend comme un diable dans l'eau bénite au sujet de son projet sur le renseignement.

Le prétexte est le terrorisme.

Évidemment qui pourrait être contre de connaître les risques d'attentats comme ceux que nous avons vu se réaliser avec Charlie Hebdo ou encore ce qui s'est produit au Pardo à Tunis.

Mais ici, le projet de loi ressemble à une intrusion dans la vie citoyenne des gens et poser des micros où des moyens de saisir la vie personnelle des gens à leur domicile dépasse le cadre de la recherche d'actes terroristes.

Qui apprécierait, du fait de ses engagements syndicaux et politiques, d'être mouchardés par l'installation de micros ou de caméras à son domicile et de voir ainsi sa vie personnelle scrutée par des espions audio-visuels ou informatiques.

C'est du flicage à grande échelle et dès qu'une personne émettra des opinions elle courra le risque d'être pris dans le filet des services de renseignements.

Faudra t'il revenir au "téléphone arabe" ou à des petits billets ou messages sous la manche pour pour s'exprimer ?

Si cela aurait été seulement une surveillance du terrorisme, il ne fallait pas mettre en œuvre un système qui prend toute la population dans ses filets.

Et puis mettre en avant le renseignement industriel et économiques, la surveillance des manifestations, les dires et écrits des syndicalistes sur ces sujets dépassent largement la quête de renseignements sur le terrorisme.

Nous serons alors dans un système qui dépassera même les méthodes datant des micros déposés par Nixon au siège du parti démocrate (watergate).

On peut aussi se demander si ces renseignements ne seront pas utilisés pour d'autres usages comme ceux de savoir tout sur les travailleurs et leurs organisations syndicales et des récents systèmes ont été découvert organisés par des patrons. Qui pourra nous certifier que demain des moyens privés seront encouragés à en faire autant dans leur entreprise.

L'on pourrait voir apparaître des micros et des caméras y compris jusque dans les lieux de repos ( cafétéria) pour écouter des travailleurs .

Bref, une sorte de Stasi pourrait s'installer dans notre pays et le PS peut jurer ses grands dieux qu'il n'en est pas question et que des contrôles seront effectués mais qui sait si demain le pouvoir peut prendre une autre dimension de plus en plus autoritaire et aller dans le sens du mouchardage et de la délation organisée à grande échelle.

Rappelons les méthodes pendant l'occupation avec Pétain et les nazis pour dénoncer les résistants où la population était appelée à incriminer ceux qui été contre le gouvernement de Vichy.

Le fait que Le Pen vient de rappeler son affection indéfectible pour Pétain montre combien le danger est grand d'utiliser à d'autres fins que le terrorisme les outils internet et les mobiles.

Hier le mouchardage et la délation et demain l'espionnage informatique et audio-visuels jusque dans nos demeures personnelles

La délation n'aura alors pas de limites avec les moyens audio-visuels.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 11 Avril 2015

DIOR ET LES EMIRATS

Chère/Cher CAMARADE,

Quand c’est de succès international qu’il s’agit, Dior est sûr de tout couvrir. Des cosmétiques aux fragrances, sa spécialité consiste à masquer les aspects les moins reluisants de l’expérience humaine – et c’est aussi exactement ce qu’il fait dans le cas des Émirats arabes unis.

Dior a récemment organisé un gala des stars à 75.000 dollars par table pour le Guggenheim, qui se prépare à ouvrir un nouveau musée sur les rivages étincelants d’Abu Dhabi. Mais derrière tout ce faste, ce que Dior ne veut pas que vous voyiez c’est que le nouveau Guggenheim est construit au prix de la sueur, du sang et du désespoir d’ouvriers esclaves des temps modernes.

Dites à Dior qu’il ne peut couvrir les relents de l’abus. Faites-le lui savoir en signant la pétition - #slaverystinks.

Vous l’ignorez peut-être mais en ce moment-même la bagatelle de 27 milliards de dollars est dépensée pour introduire la haute culture dans le Golfe, avec la construction dans la région de nouvelles succursales du Guggenheim, du Louvre et de l’Université de New York, notamment.

Or des enquêtes indépendantes ont révélé que les investissements de Dior dans la haute culture ont pour corollaires des salaires et des conditions de travail tellement précaires qu’ils s’apparentent à de l’esclavage moderne.

Les ouvriers employés dans la construction du Guggenheim, majoritairement des migrants, arrivent déjà dans l’émirat criblés de plusieurs milliers de dollars de dettes dues pour les frais de transit et de recrutement. Leurs passeports sont confisqués par les employeurs et ils sont contraints de travailler des journées de 16 heures sous des températures de 45 degrés.

Signez la pétition et envoyez un message à Dior : Peu importe combien vous essayez de le cacher, l'esclavage pue - #slaverystinks.

Il y a manifestement un problème quand un gala de charité recueille des contributions à hauteur de 75.000 dollars par table et qu’en contrepartie, les travailleurs touchent 7 dollars par jour. C’est triste mais la réalité de la situation aux EAU ne peut nous conduire qu’à une seule conclusion : Le Guggenheim Abu Dhabi est un musée où sont exhibées les œuvres des « grands maîtres », un musée construit par des maîtres esclavagistes.

Ajoutez votre nom à la pétition : Car peu importe combien Dior tente de le cacher, l'esclavage pue - #slaverystinks.

Sharan Burrow
Secrétaire générale
Confédération Syndicale Internationale

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 10 Avril 2015

9 AVRIL UNE GRANDE JOURNEE DE LUTTES

Mobilisation contre l’austérité

Journée nationale d’action interprofessionnelle du 9 avril 2015 : succès retentissant !

jeudi 9 avril 2015

A l’appel des organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, plus de 300 000 salariés, actifs, jeunes et retraités, privés d’emploi, se sont réunis dans les 86 rassemblements et manifestations en Province et à la manifestation nationale à Paris. Plus de 120 000 manifestants ont convergé vers la capitale, informés tout au long de la journée des initiatives réussies, comme par exemple à Marseille 45 000, Bordeaux 10 000, Nancy et Nîmes 5 000, Digne 1 000.

Témoin de la réussite de cette journée, une vieille dame, la Tour Eiffel, a dû fermer ses portes pour la 1re fois depuis le mouvement social de 2010, signe de la prise en compte massive de cette journée de grève partout dans le pays !

Les manifestants ont exprimé avec enthousiasme et détermination leurs exigences revendicatives en matière de salaire et de pension, d’emploi, d’amélioration des conditions de travail et de la protection sociale, mais aussi pour un développement des services publics qui réponde aux besoins des populations. Ils ont donc clairement affiché aujourd’hui leur opposition aux politiques d’austérité conduites par le gouvernement et inspirées par le patronat, Medef en tête. Gouvernement et patronat doivent entendre le message et les exigences sociales exprimées aujourd’hui.

Dans les entreprises et territoires, les différents conflits qui se sont déroulés ces dernières semaines ont tous le même objectif : mettre les revendications des salariés sur la table des négociations sur les lieux de travail. C’est ce qui a permis la dynamique pour ce 9 avril et pour le 1er mai à venir.

Les différentes lois « Sécurisation de l’emploi » ou « Macron », les cadeaux faits au patronat à travers le pacte de responsabilité et le CICE constituent un ensemble de dispositions qui creusent les inégalités et fragilisent la situation des salariés, tandis qu’elles sécurisent les profits des actionnaires !

La mobilisation d’aujourd’hui doit désormais s’amplifier d’ici à la prochaine journée d’action du 1er Mai.

Déjà, la CGT a pris à son compte l’appel de la CES de faire du 1er mai 2015, une journée de mobilisation pour réagir aux politiques désastreuses qui menacent de transformer la crise financière en une stagnation de long terme et un chômage structurel élevé. L’objectif sera aussi d’avancer des réponses conjuguant investissements et développement de l’emploi.

Dans ce contexte, la CGT prend dès maintenant les dispositions nécessaires pour créer les conditions unitaires les plus favorables au rassemblement et à l’engagement des salariés actifs, retraités et privés d’emploi.

Continuons dès demain, à construire les revendications avec les salariés dans les entreprises et établissements et portons les ensemble aux employeurs.

Montreuil, le 9 avril 2015

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 31 Mars 2015

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 29 Mars 2015

DULCIE SEPTEMBER ASSASSINEE LE 29 MARS 1988

Robert Clément

29 MARS 1988 : DULCIE EVONNE SEPTEMBER EST ABATTUE A PARIS
Il y a plus d’un quart de siècle, l’Afrique du Sud vivait sous le régime de l’apartheid. Et rien n’arrêtait le gouvernement raciste de Pretoria dans sa lutte implacable contre l’African National Congress. En 1988, la représentante en France du mouvement de Nelson Mandela était abattue à bout portant.
Mardi 29 mars 1988, Paris , 10, rue des Petites-Écuries . Il est 9 h 47 et un bruit d’escalier qu’on dévale retentit dans le bâtiment C. Monsieur D. a à peine le temps de s’écarter pour laisser passer en trombe deux grands types aux cheveux courts , d’une quarantaine d’années tout au plus. À 10 heures, on découvre le corps sans vie d’une femme au 4e étage , sur le palier des bureaux de l’African National Congress (ANC), principal mouvement anti-apartheid, interdit en Afrique du Sud depuis 1960. Dulcie Evonne September, cinquante -trois ans, représentante de l’ANC, vient d’être abattue de cinq balles de calibre 22, tirées à bout portant, au silencieux.
On ne retrouvera jamais les tireurs. Un non-lieu sera prononcé en 1992 et l’affaire classée. Ce crime est pourtant signé : il s’agit d’une exécution en bonne et due forme par des agents et mercenaires du régime barbare de Pretoria.
Dulcie September se savait menacée ; elle avait demandé, sans l’obtenir, une protection policière aux autorités françaises mais elle avait refusé la mutation proposée par la direction de l’ANC, car il n’était pas question de donner l’ impression de déserter le terrain. Perspicace et charismatique, Dulcie était impossible à décourager.
Née en 1935, Dulcie grandit à Athlone, township métisse du Cap. À vingt ans, elle débute sa carrière d’institutrice , sa vocation ; elle veut aider ses élèves à donner sens à leur vie. Très tôt éveillée à la politique. Dulcie rejoint l’Union démocratique du peuple d’ Afrique australe (Apdusa) créée en 1960. Alors que toute organisation anti-apartheid est interdite, elle forme, en 1962, avec huit camarades , le Yu Chi Chan Club , d’inspiration maoïste (devenu le Front de libération nationale en 1963). Cela lui valut une arrestation en octobre 1963. À l’issue de six mois de procès, Dulcie est condamnée à cinq ans de prison où elle subit de mauvais traitements.
À sa sortie, on lui interdit de reprendre son poste et de militer. Le 19 décembre 1973, elle quitte son pays et rencontre des militants de l’ANC et du Parti communiste sud-africain exilés à Londres.
En 1976, elle devient employée permanente de l’ANC. Elle soutient à son tour les nouveaux exilés et se consacre à la collecte de fonds. Restée marquée par la manifestation du 9 août 1956 devant le siège du gouvernement à Pretoria et par les actions des femmes tout au long des années 1950 contre les livrets d’identité , les hausses de loyer ou pour les augmentations de salaire , Dulcie s’engage dans la Ligue des femmes. Au lendemain du soulèvement des lycéens de Soweto (16 juin 1976), qui marque le retour du mouvement populaire sur la scène politique et où les femmes occupent aussi une place importante. Dulcie travaille en liaison avec le comité anti-apartheid de l’ONU et la Fédération démocratique internationale des femmes. Elle impulse mobilisations, conférences et publications sur le sort des femmes et de la jeunesse, noire en particulier. Après un bref passage par le quartier général de l’ANC à Lusaka, dont elle dirigera le comité régional et au cours duquel elle organisera la célébration du 25e anniversaire de la manifestation d’août 1956, la nouvelle représentante en chef de l’ANC pour la France, la Suisse et le Luxembourg arrive à Paris en 1984. Elle y joue très vite un rôle clé en rassemblant les différentes composantes du mouvement de solidarité anti-apartheid autour des exigences de boycott, de désinvestissements et de sanctions du régime sud-africain. En juin 1986, elle monte une conférence internationale qu’Oliver Tambo, président de l’ANC, ouvre en soulignant l’obligation morale de la France d’intervenir en faveur des sanctions internationales.
L’Afrique du Sud traverse alors une phase décisive de son histoire . L’ANC appelle le peuple à « rendre le pays ingouvernable ». La répression policière et la violence des forces de sécurité contre la population ontatteint leur paroxysme en 1988 ; tous les jours , révoltes et répressions secouent le pays. C’est l’état d’urgence . Le régime a soif de sang . Il bombarde aussi les camps de l’ANC, notamment au Botswana, intervient en Angola contre les indépendantistes et organise des attentats contre des dirigeants anti-apartheid aux quatre coins du globe . Il faut donc couper les vivres à ce régime qui excelle dans les crimes contre l’humanité.
La France est alors présidée par François Mitterrand et c’est la cohabitation : Jacques Chirac est premier ministre, Charles Pasqua à l’Intérieur et Robert Pandraud à la Sécurité publique. La Françafrique est donc aux commandes. En intervenant publiquement, en 1986-1987, en faveur de Pierre-André Albertini. Dulcie provoque des contrariétés. La mobilisation des Français pour la libération de ce coopérant, emprisonné par Pretoria, gêne. Mais surtout, depuis plusieurs mois, elle a entrepris de mettre au jour les filières de vente d’armes et cela ne plaît pas à grand monde, certainement pas à ce régime aux abois. La France était jusqu’alors un gros fournisseur de l’aéronavale sud-africaine. Avec le boycott, les ventes d’armes constituent un secteur porteur pour qui sait manœuvrer entre les gouttes.
Le mobile est là, sans doute. Les preuves ont disparu et la commission Vérité et Réconciliation, elle-même, malgré les aveux d’un ancien cadre des forces de sécurité, n’a pas réussi à traduire les coupables devant les tribunaux mais a démontré que, si la France en avait la volonté, elle contribuerait à rendre justice à Dulcie September.
Les sud-africaines donnent une leçon politique
9 août 1956. Les forces de police protégeant les abords des Union Buildings, siège du gouvernement à Pretoria, ont du mal à en croire leurs yeux. 20 000 femmes de tout le pays déposent une montagne de pétitions contre le livret d’identité, qui sert à contrôler à tout moment les mouvements des « non-Blancs ». Il mentionne le domicile, la catégorie« raciale », la nature, le lieu et la durée de l’emploi occupé en « zone blanche ». L’impossibilité de le produire entraîne peines d’amende, de prison et déportation.
La manifestation est exceptionnelle , par son ampleur et l’éventail de son rassemblement ; Indiennes, Africaines ou métisse, et Blanches venues en solidarité, unies, elles contestent l’un des piliers de l’apartheid : le contrôle discriminatoire de la population ségréguée et l’organisation de l’exploitation de la main-d’œuvre des townships. La Journée nationale des femmes est née ce jour-là.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 28 Mars 2015

LE BILLET DU DIMANCHE DE BERNARD

SE TIRER UNE BALLE DANS LE PIED

C’est une citation que je reprends volontiers.

Demain, les électeurs auront à voter pour les élections départementales.

Dimanche dernier, nombre d’électeurs de gauche se sont abstenus croyant bien faire par rapport à la punition à infliger à ce gouvernement qui a fait la part belle au patronat et à la bourgeoisie friquée.

La colère est mauvaise conseillère.

Mais ont-ils raison ?

Non, car leur abstention a permis à la bête immonde de se placer devant et devenir un parti qui compte dans ce pays avec les idées néofascistes qu’il colporte et appliquerait s’il arrive au pouvoir.

Donc une balle dans le pied. Surtout qu’il y avait moyen de faire autrement en votant dès le premier tour pour le Front de gauche.

J’ai même lu des raisonnements « à la con » dans le journal la Voix du Nord d’un chômeur disant que le nouvel accord sur le chômage signé hier sur les droits à rechargement -dont la CGT n’est pas signataire- était toujours mauvais pour lui et qu’il voterait donc FN dimanche prochain.

Bêtise, le FN est le parti le plus opposé aux chômeurs : ce parti traite régulièrement les chômeurs de fainéants et donc ce chômeur se mettra une balle dans le pied et si le FN devient majoritaire dans le Nord à l’Assemblée départementale, il en sera la première victime.

C’est aussi le cas d’une dame que m’a dit le jour des élections qu’elle était tenté de voter FN parce qu’elle voulait donner une leçon aux politiciens mais je lui ai répondu le parti le plus politicien et le plus vil, c’est le FN, et cette dame qui a besoin des aides sociales du département en subira les conséquences ….. encore une balle dans le pied.

Alors dimanche, ressaisissons -nous : aucune voix pour le FN et vous les abstentionnistes de gauche, allez voter et particulièrement pour le Front de gauche.

Un abstentionniste c’est une voix pour le FN et pour la plus droite réactionnaire.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0