Publié le 10 Juillet 2016

le soleil des luttes se lève
le soleil des luttes se lève

Intersyndicale du 8 juillet

Déclaration commune CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

vendredi 8 juillet 2016

Les organisations syndicales de salarié-es et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) ont pris acte et dénoncent la nouvelle utilisation du 49-3, véritable déni de démocratie, pour faire passer le projet de loi travail. C’est bien la preuve, si celle-ci était nécessaire, que ce texte de régression sociale reste minoritaire. Soutenues par une large majorité de la population, elles réaffirment leur opposition à ce projet et la nécessité de nouveaux droits pour les salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es. Ce sont encore plus d’un million qui ont participé à la votation citoyenne et signifié leur rejet de ce projet. Les nombreux rassemblements et manifestations de ces derniers jours, notamment le 5 juillet, ont réunis plusieurs dizaines de milliers de participantes.

Les organisations syndicales et de jeunesse dénoncent les conditions contraignantes de manifestations qui ont empêché certain-es d’y participer. Elles réaffirment que la liberté de manifester doit rester un droit.
Les mobilisations initiées depuis quatre mois n’ont pas été entendues par ce gouvernement. Qu’à cela ne tienne ! La détermination, malgré le passage en force à l’assemblée nationale, reste intacte et toute la période estivale sera l’occasion de la rappeler. Nombre d’initiatives locales, sur tout le territoire, sont déjà prévues et organisées de manière unitaire.

Les organisations syndicales et de jeunesse invitent l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es à adresser une carte postale au président de la République pour lui assurer qu’ils seront toujours mobilisés à la rentrée !

Les organisations (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) donnent rendez-vous à l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es pour une journée d’actions et d’initiatives le 15 septembre pour obtenir l’abrogation de la loi Travail et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives. Elles se retrouveront pour faire le point le 31 août.

Paris, le 8 juillet 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LUTTES

Repost0

Publié le 7 Juillet 2016

Le bas de laine des fortunés s'épaissit d'année en année
Le bas de laine des fortunés s'épaissit d'année en année

LILIANE BETTENCOURT ET SON AMI BERNARD ARNAULT

Les médias nous ont livré le palmarès des grands de la fortune française.

Je les cite : « Avec un patrimoine estimé à 31,2 milliards d’euros, Liliane Bettencourt détrône Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH, qui dominait le classement depuis 2009 et se place désormais en second, avec une fortune de 30,3 milliards d’euros.

La troisième place du classement est occupée par Gérard Mulliez et sa famille, qui contrôlent le groupe de grande distribution français Auchan, avec 26 milliards d’euros ».

Quelques commentaires de ma part : que peuvent faire de tant d’argent ces magnats du fric et ces exploiteurs du monde du travail que sert si bien « le camarade Valls » par sa loi travail et tais toi ?

Pas grand-chose pour « la vieille » en rideau sur le plan de la conscience y compris de sa classe. Certes les rapaces tournent autour du magot et ils sont nombreux pour le festin quand elle disparaitra des écrans radars de friqués.

Quand à Bernard, comme son confrère Gérard, ils se sont installés dans le commerce mais en faisant en sorte que les capitaux qu’ils détenaient du travail où qu’ils se sont accaparés sur le dos des salariés fructifient davantage dans les édens fiscaux ou bien dans des entreprises délocalisées où ils profitent de salariés surexploités dans des pays pauvres où ceux-ci sont dépouillés dans les pires conditions sociales et de conditions de travail.

Des conditions que veut mettre en place le MEDEF en France avec la disparition des lois sociales et des conventions collectives et rétablir un patronat de droit divin qui existait dans les fabriques tels que nous le décrivait si bien Marx dans le Capital au 19eme siècle.

Liliane et consorts, Gérard, Bernard et Manuel travaillent main dans la main à ce qu’il en soit ainsi et que la fortune soit le critère principal de la loi dite travail.

Une dernière chose, une suggestion : ces braves capitalistes, toujours prêts à la messe du dimanche à verser une larme sur les malheurs des pauvres créatures qui vont dans leur magasins, je leur suggère de verser de grosses libéralités aux pauvres érémistes et pas seulement quelques pommes tombées des arbres à l’automne, comme le faisait pour se faire pardonner de ses péchés cupides, « une vieille rombière » à coté de chez moi dans le Pas de calais.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CAPITALISME

Repost0

Publié le 5 Juillet 2016

CGT : LE 49/3 NE NOUS ARRETERA PAS

Loi Travail

Le 49-3 ne nous arrêtera pas !

mardi 5 juillet 2016

Alors que le Premier Ministre, n’ayant plus de majorité, vient de bafouer la démocratie parlementaire en utilisant une nouvelle fois le 49-3, les mobilisations dans les grèves, rassemblements, manifestations, votations citoyennes démontrent que le mouvement contre la loi travail est loin de s’essouffler.

Malgré une organisation sécuritaire démesurée empêchant des milliers de personnes d’entrer dans la manifestation parisienne, ce sont plus de 45 000 personnes qui ont défilé ce jour ; 10 000 à Toulouse, 15 000 à Marseille, 1 000 à Caen, 2 000 à Grenoble…

La Tour Eiffel, comme le Stade de France, ont arboré les couleurs de la lutte.

La détermination pour gagner le retrait du projet de loi et gagner de nouveaux droits, n’est pas entamée par ce nouveau coup de force du gouvernement. Celui-ci, fait une grave erreur en pensant court-circuiter la démocratie s’il promulgue une loi de telle importance pendant les congés estivaux.

Le mouvement social ne va pas faiblir et d’ores et déjà des initiatives ont été décidées pendant l’été afin de préparer une rentrée puissante et offensive pour empêcher la mise en place de la loi.

Dès demain, 6 juillet, un meeting unitaire sera organisé au gymnase Japy, à Paris.
La réunion intersyndicale du 8 juillet prochain décidera des modalités de poursuite du mouvement.

Montreuil, le 5 juillet 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT

Repost0

Publié le 5 Juillet 2016

COREE DU SUD : DES SYNDICALISTES MIS EN PRISON POUR AVOIR MANIFESTE

COMMENTAIRES : Les attaques dans le monde contre les syndicats existants se multiplient en ce moment. La France est également touchée lors des manifestations en cours contre le projet de loi travail. Partout le syndicalisme est menacé dans son existence même et le capitalisme international est à la manœuvre pour réduire voir détruire les droits sociaux. Il est temps que la CSI dépasse la dénonciation, certes nécessaire, mais envisage une grande action dans le monde.

Bernard LAMIRAND

-----------------------------------------------------------------------------

CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE

CSI en ligne

Corée : L’emprisonnement du président de la KCTU est un simulacre de justice

Bruxelles, le 4 juillet 2016 (CSI en ligne) : La CSI qualifie de simulacre de justice la condamnation de Han Sang-gyun, le président de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU), à cinq ans de prison pour « entrave à la circulation ». C’est le tribunal du district central de Séoul qui a rendu ce verdict, s’en tenant aux allégations du ministère public suite à une série de manifestations légitimes organisées en 2015, notamment le rassemblement du 14 novembre 2015 à Séoul, lors duquel 20.000 policiers ont lancé des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau contre 100.000 personnes. Plusieurs dizaines de manifestants ont été blessés, certains grièvement, et des procédures pénales ont été engagées contre 585 dirigeants et membres de la KCTU ; 20 d’entre eux ont été placés en garde à vue et sept ont été mis en examen. La secrétaire générale de la KCTU, Lee Young-joo, s’est elle-même assignée à résidence au siège de la KCTU en décembre après avoir reçu un mandat d’arrêt.

Sharan Burrow, la secrétaire générale de la CSI, déclare : « La criminalisation d’une manifestation légitime comme celle-là est tout à fait inacceptable, et donne encore plus de pouvoir aux chaebols, ces grands conglomérats industriels coréens qui dominent déjà l’économie. Le parti au pouvoir de la présidente Park Geun-hye a perdu sa majorité parlementaire aux élections d’avril dernier, mais la présidente semble déterminée à laisser les entreprises dicter leur loi sans tenir compte du préjudice qu’elles causent aux travailleurs. La peine prononcée contre Han Sang-gyun montre bien que les tribunaux sont soumis au programme politique d’un gouvernement qui n’a pas la majorité, au lieu de défendre l’État de droit. Le mouvement syndical international va continuer de faire pression pour obtenir la libération du syndicaliste et le retrait de toutes les accusations contre les personnes poursuivies en justice simplement parce qu’elles veulent faire valoir les droits des travailleurs et d’autres libertés fondamentales ».

Dans un courrier adressé à la présidente Park le 15 juin dernier, la CSI écrivait : « Les poursuites pénales contre les dirigeants et les membres syndicaux constituent une violation manifeste des droits fondamentaux et plus particulièrement du droit à la liberté syndicale. Il est regrettable que le gouvernement coréen semble avoir pris l’habitude d’adopter ces mesures de répression pour faire taire les voix dissidentes. C’est pourquoi nous prions instamment votre gouvernement d’abandonner tous les chefs d’inculpation contre les syndicalistes, dont Han Sang-gyun et Lee Young-joo, pour les actions qu’ils ont menées dans le cadre d’activités syndicales pacifiques et légitimes. Nous demandons également de mettre un terme à la criminalisation des dirigeants et militants syndicaux. Nous vous appelons en outre à réexaminer le cadre juridique national en concertation avec les organisations syndicales et les organisations de la société civile afin d’empêcher de tels abus à l’avenir ».

Cho Sung-deok, le vice-président de la Fédération syndicale coréenne des travailleurs des services publics et du transport (KPTU) est lui aussi sous le coup d’une accusation suite à la manifestation du 14 novembre. Le ministère public réclame une peine de cinq ans d’emprisonnement.

Maina Kiai, le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de réunion pacifique et la liberté d’association, a remis un rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en juin concernant Han Sang-gyun et le défenseur des droits humains Park Lae-goon pour signaler que « le fait d’accuser au pénal les participants aux rassemblements, en invoquant notamment l’entrave à la circulation, criminalise de facto le droit aux réunions pacifiques ».

La CSI représente 180 millions de travailleurs au sein de 333 organisations affiliées nationales dans 162 pays et territoires.

Suivez-nous sur le web: http://www.ituc-csi.org/http://www.youtube.com/ITUCCSIhttp://www.youtube.com/ITUCCSI

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #INTERNATIONAL

Repost0

Publié le 4 Juillet 2016

MANIF DEMAIN CONTRE LOI EL-KHOMRY

Toutes et tous demain pour manifester notre refus de la loi El-Khomry : loi scélérate d'un gouvernement scélérat.

Bernard Lamirand

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Luttes

Repost0

Publié le 4 Juillet 2016

MES PAGES MARX LUNDI 4 JUILLET 2016

AUJOURD’HUI SUITE SUR LA FORCE DE TRAVAIL QUI AMENERA A LA PLUS VALUE DANS UN PROCHAIN ARTICLE

Je cite Marx : « Le procès de travail tel que nous venons de l’analyser dans ses moments simples et abstraits - l’activité qui a pour but la production de valeur d’usage, l’appropriation des objets extérieurs aux besoins- est la condition générale des échanges matériels entre l’homme et la nature, une nécessité physique de la vie humaine, indépendante par cela même de toutes formes sociales, ou plutôt également communes à toutes. Nous n’avions donc pas besoin de considérer les rapports de travailleur à travailleur. L’homme au travail d’un coté, la nature et ses matières de l’autre, nous suffisaient . Pas plus que l’on devine au goût du froment qui l’a cultivé, on ne saurait, d’après les données du travail utile, conjecturer les conditions sociales dans lesquelles il s’accomplit. A-t-il été exécuté sous le fouet brutal d’un surveillant d’esclaves ou sous l’œil inquiet du capitaliste ? Avons-nous affaire à Cincinnatus labourant son lopin de terre ou au sauvage abattant du gibier d’un coup de pierre ? Rien ne nous l’indique.

Revenons à notre capitaliste en herbe. Nous l’avons perdu de vue au moment où il vient d’acheter sur le marché tous les facteurs nécessaires à l’accomplissement du travail, les facteurs objectifs - moyens de production- et le facteur subjectif - force de travail. Il les a choisis en connaisseur et en homme avisé, tels qu’il les faut pour son genre d’opération particulier, filage, cordonnerie, etc. Il se met donc à consommer la marchandise qu’il a achetée, la force de travail, ce qui revient à dire qu’il fait consommer les moyens de production par le travail. La nature générale du travail n’est évidemment point du tout modifiée, parce que l’ouvrier accomplit son travail non pour lui-même, mais pour le capitaliste. De même, l’intervention de celui-ci ne saurait non plus changer soudainement les procédés particuliers par lesquels on fait des bottes ou des filets. L’acheteur de la force de travail doit prendre telle qu’il l’a trouve sur le marché, et, par conséquent, aussi le travail tel qui s’est développé dans une période où il n’y avait pas encore de capitalistes. Si le mode de production vient lui-même à se transformer profondément en raison de la subordination du travail au capital, cela n’arrive que plus tard, et alors seulement nous en tiendrons compte.

Le procès de travail, en tant que consommation de la force de travail par le capitaliste, ne montre que deux phénomènes particuliers.

L’ouvrier travaille sous le contrôle du capitaliste auquel son travail appartient. Le capitaliste veille soigneusement à ce que la besogne soit proprement faite et les moyens de production employés suivant le but cherché, à ce que la matière première ne soit pas gaspillée et que l’instrument de travail n’éprouve que le dommage inséparable de son emploi.

En second lieu, le produit est la propriété du capitaliste et non du producteur immédiat, du travailleur.

Le capitalisme paie, par exemple, la valeur journalière de la force de travail, dont, par conséquent, l’usage lui appartient durant la journée, tout comme celui d’un cheval qu’il a loué pour la journée. L’usage de la marchandise appartient à l’acheteur, et en donnant son travail le possesseur de la force de travail ne donne en réalité que la valeur d’usage qu’il a vendue. Dès son entrée dans l’atelier, l’utilité de sa force, le travail, appartenait au capitaliste. En achetant la force de travail, le capitaliste a incorporé le travail comme ferment de vie aux éléments passifs du produit, dont il était aussi nanti. A son point de vue, le procès de travail n’est que la consommation de la force de travail, de la marchandise qu’il a achetée, mais qu’il ne saurait consommer sans lui ajouter des moyens de production. Le procès de travail est une opération entre choses qu’il a achetées, qui lui appartiennent. Le produit de cette opération lui appartient, donc au même titre que le produit de la fermentation dans son cellier …

Prochainement nous aborderons comment la plus value sera répartie.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Marx

Repost0

Publié le 3 Juillet 2016

La plus belle réalisation des métallos CGT
La plus belle réalisation des métallos CGT

Communiqué de presse
Campagne de dénigrement contre la Maternité des Bluets
L'Association Ambroise Croizat (AAC), gestionnaire de la maternité des Bluets, subit
une campagne de dénigrement sans précédent, notamment dans la presse et sur les
réseaux sociaux, visant à la déstabiliser et à prendre le contrôle de la maternité
créée, il y a 60 ans par des métallos CGT.
Des pressions manifestes et récurrentes sont exercées sur le personnel de la
maternité engagé dans le maintien de la qualité des soins, de la prise en charge des
patientes. Les personnes en situation de recrutement à la maternité sont dissuadées
de répondre favorablement aux propositions d'emploi.
L’ancien directeur, étant en désaccord profond avec les orientations stratégiques à
mettre en œuvre pour assurer la pérennité et le développement de la maternité des
Bluets, dans le respect de son histoire et de ses spécificités, l’association a décidé de
mettre un terme à leur collaboration.
Les missions d'expertises menées récemment par l'ARS et l'HAS révèlent d'ailleurs
sans ambiguïté que les actions menées depuis huit mois n’étaient pas à la hauteur
des enjeux d'un établissement semblable à la maternité des Bluets, malgré les
moyens mis à sa disposition par l'Association Ambroise Croizat.
La Fédération CGT de la Métallurgie et l'Association Ambroise Croizat veilleront à ce
que le personnel puisse assumer ses missions dans la sérénité, et ne peuvent
imaginer que l’acharnement subi par la maternité soit lié à l’actualité sociale du
moment.
La Fédération CGT de la Métallurgie et l'Association Ambroise Croizat vont continuer
à soutenir la maternité des Bluets avec la plus grande détermination et mettront en
œuvre tous les moyens à leur disposition pour qu'elle demeure en matière de
maternité, de Procréation Médicalement Assistée, d'Interruption Volontaire de
Grossesse, de soins et d'accueil, un lieu d'excellence ayant pour vocation d'être
accessible à tous et à toutes.
La CGT appelle à un rassemblement devant le ministère des Affaires Sociales
et de la Santé, 14 Avenue Duquesne, 75007 Paris, le Lundi 4 Juillet à 11h00.
La CGT appelle à un autre rassemblement devant l’Agence Régionale de Santé
35 rue de la Gare, 75019 Paris (porte d’Aubervilliers), le Jeudi 7 juillet 2016 à
partir de 11h00.
Elle appelle à une manifestation d’ampleur de toutes ses organisations CGT le
Jeudi 22 Septembre prochain à partir de 11h00 devant le ministère des Affaires
Sociales et de la Santé, et devant les ARS dans les territoires.
Montreuil, le 30/06/201

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #FTM CGT

Repost0

Publié le 3 Juillet 2016

LA CHANSON DE CRAONNE INTERDITE A L'ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE LA SOMME
BARBUSSE LE MILITANT DE LA PAIX CELUI QUI STIGMATISA CETTE BOUCHERIE DE 14/18
BARBUSSE LE MILITANT DE LA PAIX CELUI QUI STIGMATISA CETTE BOUCHERIE DE 14/18

Un obscur secrétaire d'Etat dénommé Todeschini - socialiste- a interdit que la chanson de Craonne soit citée et chantée pour l'anniversaire de cette boucherie capitaliste.

Vous trouverez la chanson en vidéo ci jointe.

J'enjoins tous ceux épris de liberté de la copier sur leur site ou sur les réseaux sociaux où ils s'expriment.

Après l'interdiction des manifestations syndicales, voici maintenant l'interdiction de chanter des chants du peuple.

Bientôt les poèmes de Victor Hugo, d'Apollinaire, de Desnos seront interdits de même ceux d'Aragon.

Notre pays sombre dans l'autoritarisme prélude à d'autres atteintes plus graves encore si l'on ne manifeste pas notre opposition républicaine.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 2 Juillet 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #LIBERTE

Repost0

Publié le 2 Juillet 2016

MEDIAS CONFISQUES
MEDIAS CONFISQUES

PEUX T'ON PARLER DE LIBERTE DE LA PRESSE QUAND C'EST LES POSSEDANTS QUI POSSEDENT LA QUASI TOTALITE DES MEDIAS ET EMBAUCHENT LEURS GENS A EUX POUR FAIRE LEUR PROPAGANDE ?

RESTENT TELE ET RADIO PUBLIC . ET AUSSI L'HUMANITE EN DIFFICULTE ET DONT J'INVITE MES LECTEURS A S'Y ABONNE.

Bernard Lamirand

nota : cliquez sur l'image pour agrandir

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #PRESSE

Repost0