Publié le 13 Juin 2009

 

 

PCF IDENTITE ET RASSEMBLEMENT

 

 

Les élections européennes ont montré tout le chemin qu’il reste à faire pour créer les conditions d’un vaste rassemblement à gauche capable de changer la donne.

L’abstention des masses populaires est une préoccupation majeure.

Il faudra non seulement l’endiguer mais la réduire.

Les raisons ont été multiples et cela ne doit pas nous amener à excuser mais à convaincre de l’inanité de croire qu’en s’abstenant l’idéologie dominante va nous comprendre et aider à inverser la situation.

L’abstention fait partie de l’arsenal de guerre de la bourgeoisie.

Ce pouvoir actuel n’est pas loin des formes autoritaires que l’on a vu se développer dans les années 1920/1940.

Sa morgue et son mépris ainsi que ce totalitarisme présidentiel sont des premiers signes d’un césarisme agissant comme dans un cercle vicieux.

Alors, le PCF a un grand rôle à jouer.

L’histoire ne se répète pas, nous ne sommes plus en 1936 mais il est urgent de se réunir pour arrêter les signes précurseurs de cette tyrannie d’état.

Le PCF peut être le vecteur central d’un nouveau rassemblement à gauche.

D’un Front populaire.

Cela dépend de sa force.

L’adhésion en est la première condition.

Mitterrand avait dit qu’il réduirait le PCF à sa plus simple expression pour son hégémonie.

Aujourd’hui la forme PS qu’il a instauré est arrivée à son crépuscule, à une phase rédhibitoire de son existence social démocrate, comme nous étions arrivés à la phase terminale pour ce qui nous concerne, dans les années1980, à la fin d’un communisme trop longtemps ancré sur l’URSS.

Nous avons toutes les raisons de nous adresser, aujourd’hui, à ces militants et adhérents socialistes de progrès pour nous rejoindre et bien sûr à tous ceux qui sont sortis déçus, ces dernières années, de ces politiques dites de gauche et qui n’en étaient pas.

Le PCF peut-être un lieu de retrouvailles mais aussi d’adhésion aux idées nouvelles qu’il défend aujourd’hui.

Bien sûr il y a d’autres mouvements qui s’organisent, comme le parti de gauche ou encore la gauche unitaire issue du NPA, et avec qui nous travaillons le rassemblement d’un front de gauche ;  mais qui nous a dit qu’il ne serait pas possible de s’adresser directement à ces adhérents déçus de la sociale démocratie ou du NPA pour qu’ils rejoignent le PCF ?

J’aimerai bien entendre notre direction nationale appelait à ce que ces hommes de gauche de progrès cherchent l’alternative à partir d’un PCF qui s’ouvrent à eux et qui ne se contente pas d’orienter les actuels déçus vers d’autres organisations.

Je sais, je vais faire grincer des dents, notamment ceux qui actuellement, naïvement ou par combines politiques, pour un jour en finir avec le PCF, orientent les déçus vers des sas de réception en dehors du PCF.

Il me semble donc, dans les circonstances actuelles d’une gauche en pleine mutation, que les communistes peuvent reprendre la main, celle que Mitterrand nous a prise dans les années 70/80.

L’unité est un combat certes mais pour que ce soit l’unité il faut que le parti communiste existe et se remplume.

Il le peut.

J’ose espérer que la préparation de la fête de l’humanité se fera avec un esprit d’ouverture vers tous ces militants de gauche à la recherche d’une alternative de progrès.

Le PCF peut aussi bien les accueillir que d’autres formations du Front de gauche.

Avec la vignette proposons un bulletin d’adhésion.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0

Publié le 9 Juin 2009

 

 

 EUROPEENNE : FAITES VOS JEUX RIEN NE VA PLUS

 

40 % de votants environ ou 60% d’abstentions au niveau national, peu importe, mais le résultat est là, ce sont les masses populaires qui se sont abstenues. 

C’est très mauvais quand les peuples en arrivent à ne plus voter, à montrer leur indifférence.

Derrière, la bête immonde n’est pas loin.

Certes, ces élections pour le parlement européen, depuis longtemps, ne passionnent pas les foules, mais faut-il s’en contenter ?

D’autant plus que c’est cette Europe du capital que l’électorat populaire  pouvait sanctionner ; cette Europe, qui tous les jours, raccourcie la protection sociale, l’emploi, le salaire, la retraite.

Dans mon bureau de vote, sur 1030 inscrits, 278 se sont déplacés et nous avons obtenu pour le Front de gauche que 22 voix.

Pourtant, c’est là que la crise se fait le plus sentir dans la ville de Nogent Sur Oise.

Ce bureau est situé dans une zone comprenant de nombreux appartements HLM et des pavillons construits dans les années 80 quand l’usine Chausson existait encore et tournait à plein régime avec plus de 3000 salariés.

C’est un endroit où la misère règne, le chômage bat des records.

Les jeunes ne sont pas venues voter.

Les français venant de l’immigration ou de parents immigrés non plus.

Dans la cohorte des votants se succédaient en majorité des personnes d’un certain âge.

La droite et le front national ont fait le plein.

Bien sûr, parmi ces personnes âgées, tous n’ont pas voté à droite mais il se confirme bien que par sentiment d’insécurité, des votes de gauche à la longue peuvent s’altérer : pourtant, la plupart, ce sont des gens qui vivent difficilement les fin de mois avec des petites retraites.

Mais venons-en à ces élections européennes et ce qu’elles recèlent.

Bien sûr, le front de gauche a fait un score honorable nationalement et mon camarade Hénin sera le député portant nos luttes dans cet hémicycle européen. En plus, il a mis une première correction à la drôlesse UMP qui lui avait ravi la mairie de Calais avec l’assistance de socialistes à la sauce Besson et du front national.

Mais pour moi, cette abstention des masses populaires marquent une grande pauvreté politique, les points de repères de classe semblent s’éloigner comme ces lumières qui scintillent de plus en plus faiblement au fur et à mesure que l’on s’éloigne du rivage.

De ce rivage de la conscience de classe.

Par exemple peut-on marquer son mécontentement en agissant à juste raison contre les licenciements, contre cette crise, contre les mesures prises à Bruxelles, allait manifester et jeter du purin à l’entrée du siège de la Communauté Européenne où encore brûler ou saccager des sous-préfectures pour ensuite rester tranquillement à la maison le jour du vote ?

Ou encore, après avoir hurler contre les suppressions d’emplois, la fermeture de son entreprise, finir par un accord scellant la fermeture de celle-ci moyennant une bonne prime.

On ne peut se contenter de dire que l’abstention est une sanction des politiques européennes.

C’est un aveu du fatalisme qui règne et montre notre faiblesse dans cette bataille idéologique de classe contre le capital mondialisé et sa crise qui est loin d’être terminée.

Et s’il y a manque de conscience de classe c’est peut-être parce que nous n’allons pas assez loin dans les idées dans ce combat de classe contre le capital.

De voir hier soir, à la télévision, tous ces cloportes politiques célébraient leurs bons résultats me donnait la nausée.

Il y avait là ce qu’il y a de plus détestable dans la politique ; la duplicité politique a atteint son paroxysme dans les expressions de cette droite et dans les mea-culpa des socialistes.

Et puis trônaient les deux attelages vainqueurs d’une élection riquiqui : l’UMP et les Verts.

Bientôt on se serait cru dans un vote magistral de toute la France envers ces soit-disant bienfaiteurs de l’Europe.

Dans leur agitation, ils se saoulaient de mots.

L’abstentionnisme est leur compagnon de route, un abstentionnisme que la droite avait travaillé depuis plusieurs mois avec ses perroquets de la télévision et les sondeurs pour faire croire aux pauvres et aux victimes que ce n’était pas la peine d’aller voter (puisqu’on vous le dit, il y aura peu de votants).

Une façon de conjurer ce vote négatif de ces gueux lors du référendum constitutionnel sur lequel ils se sont juré que pareille aventure ne se reproduirait plus.

Dans ce concert, pour rendre la politique encore plus impénétrable pour le commun des mortel, il n’y avait plus qu’à charger la mule avec le faux-révolutionnaire de 68, Cohn Bendit, toujours aussi provocateur, et d’étaler le coté puant de la politique dans un combat de coq entre Bayrou et le libéral Cohn Bendit qui, tout deux, avaient voté la constitution européenne.

Dans cette partie de poker menteur, il y avait Bové, grand prêtre des comités antilibéraux du non et de quelques communistes frelatés. Il a rejoint ce qui se préfigure : une stratégie montée de toutes pièces par l’idéologie dominante où se marieront thèses écologiques et capitalistes sans remettre en cause le système.

Dorénavant on va tenter de nous faire gober une sorte d’union sacrée regroupant la droite, les verts et les sociaux libéraux pour protéger notre planète et en omettant les hommes exploités.

Alors dans tout cela, la gauche se porte mal, elle a besoin de se rassembler et je suis persuadé que le Front de gauche est l’outil indispensable pour y parvenir.

Oui, il faut y travailler et unir ces forces de gauche aujourd’hui dispersées y compris cet électorat socialiste proche de nous.

Le Front de Gauche peut-être le creuset auquel toutes les forces de gauche, prêtes à gouverner demain, le feront sans hégémonies et avec leur identité sur un programme défini démocratiquement par vote par le peuple  et auquel ces forces politiques concernées auront à le mettre en œuvre.

Il faut redonner envie au peuple de s’intéresser à la vie politique.

Le pire c’est qu’il s’en désintéresse.

Un peuple révolutionnaire, cela se construit, et le vote est un moyen comme la grève, la pétition pour combattre et créer les conditions politiques d’un dépassement du capitalisme.

Luttes et votes sont des outils pour cela.

J’ose espérer que cette gauche trouvera le chemin de cette perspective politique.

Nous en avons besoin tout de suite et le 13 juin, jour de manifestation décidée unitairement par toutes les organisations syndicales est un premier rendez-vous.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0

Publié le 6 Juin 2009

ETAT LAIC EN DANGER

 

Ce dimanche 6 juin 2009 se déroulait la commémoration du débarquement allié en Normandie.

Quoi de plus naturel de se souvenir que des jeunes sont morts pour notre libération.

Quoi de plus juste que d’honorer les derniers survivants.

Des jeunes américains, notamment, qui sont tombés et reposent au cimetière de Colleville devenu terre américaine.

Le président américain avait fait le déplacement à cette occasion.

La cérémonie a été respectueuse de ces soldats qui ont fait le sacrifice de leur vie pour notre liberté face au nazisme.

Les interventions des chefs d’état alliés marquaient cela.

Ce qui a été regrettable, c’est les allusions du canadien qui n’a pas pu s’empêcher, en ces lieux, de faire de l’anticommunisme.

Aucun mot d’ailleurs de ces personnages d’état sur l’apport considérable de l’Union Soviétique et les sacrifices de ce peuple pour battre le nazisme à l’est, sans qui le débarquement en Normandie aurait été impossible, comme le souligne des historiens sérieux.

Au demeurant, Sarkozy, qui avait l’air de lire un discours tout préparé, n’a pas eu de grands propos sur ces résistants français qui ont fait le sacrifice de leur vie pour que le débarquement puisse se faire dans les meilleures conditions. Ni non plus sur le rôle joué par De Gaulle.

Obama, lui, n’a pas manqué de souligner l’importance de toutes les forces alliés, le rôle du président des Etats-Unis de l’époque, même si après, il s’est laissé aller à vanter le plan Marshall qui nous a fait déboucher sur la guerre froide.

Enfin, j’ai trouvé démodé de voir la télévision française, sans cesse, mettre la caméra sur l’épouse du président et d’un de ses fils, dont on sait qu’il a les dents longues le petit.

C’est le coté « people » dont nous ont accoutumé les perroquets de la télévision.

Mais le plus grave était avant.

Dans leur conférence de presse, après un entretien d’une heure, (c’est peu pour des dirigeants qui sont à la tête de grands pays) Sarkozy et Obama ont évoqué la foi.

Le foulard étant au cœur de leur prise de parole. Au Caire, deux jours plus tôt, Obama avait dit qu' "il importe que les pays occidentaux évitent d'empêcher les musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, par exemple en dictant ce qu'une musulmane devrait porter".

La crise du capitalisme, nous n’en saurons que peu de choses.

Sur le foulard, il est à craindre que Sarkozy dépèce notre laïcité.

Que dit-il : En France une jeune fille qui veut porter le voile peut le faire. C'est sa liberté", il parle de «deux limites, parce que nous sommes un Etat laïque". (Jusque quand ?) "La première, c'est qu'au guichet des administrations, les fonctionnaires ne doivent pas avoir de signe visible de leur appartenance religieuse" a poursuivi le président. La "deuxième réserve" vise à s'assurer que la décision de porter le voile émane du "libre choix" des jeunes filles musulmanes et ne soit pas imposé "par leur famille ou par leur entourage". Car la France est un pays "où l'on respecte la femme" dit-il. (Heureusement) Mais pas un mot pour rappeler que les jeunes filles n'ont pas le droit de porter le foulard dans les écoles publiques, nous dit une dépêche.

Après le discours de la supériorité du prêtre sur l’instituteur, des décisions de l’éducation nationale de faire passer les diplômes d’état dans les écoles privées, l’on peut s’apercevoir que par petite touche, c’est la république laïque qui est remise en cause.

Tout cela, rappelons-nous, avait également était soulevé dans le cadre de la constitution Européenne de reconnaître comme nôtre la religion chrétienne.

Finalement, si Sarkozy voulait se servir de cet événement pour se donner le beau rôle, la veille des élections européennes, c’est loupé.

 

Babeuf 42

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 6 Juin 2009

 

 

 

 

FRONT DE GAUCHE SEUL VOTE POUR UNE VRAIE ALTERNATIVE A GAUCHE

 

Ces élections européennes sont l’occasion de voter pour que des voix véritablement à gauche s’expriment dans ce parlement européen dominé par les libéraux de tous poils.

La « Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique » pourra davantage peser après ce scrutin et notamment pour mettre un terme à la  politique antisociale pratiquée par la Commission Européenne et les gouvernements qui la composent.

Plus nombreux dans les 27 pays de la communauté Européenne, ces voix à gauche pourront conforter les organisations syndicales Européennes pour des droits sociaux au niveau de cette Europe.

 

Plus profondément, en France, ce front de gauche (qui n’est pas un parti mais un rassemblement) peut défricher le terrain miné de la division à gauche et travailler à une alternative progressiste et venir épauler les luttes actuelles des salariés et des retraités.

 

Les luttes actuelles ont besoin d’une perspective claire et de gauche.

 

Cette alliance, si elle affiche, dimanche soir un résultat probant, peut créer les conditions d’un front populaire regroupant toutes les organisations politiques et syndicales.

 

Le seul vote utile est celui donc de voter Front de Gauche pour mettre fin à cette cacophonie à gauche, à cette tendance de chercher des accords avec les centristes, à mettre un terme à cette dérive négativiste d’organisations situées à l’extrême gauche et qui ne veulent que se compter.

 

Un réel espoir semble se dessiner quand on lit des appels provenant de milieux intellectuels qui, jusqu’à ces derniers temps affichaient leur scepticisme.

Le Front de gauche composé de communistes, de socialistes unitaires, de la gauche unitaire (ex NPA), de militants associatifs et syndicaux est une bonne nouvelle pour créer les conditions de battre la droite et  le patronat, et d’envisager une perspective dépassant ce capitalisme destructeur de droits et de valeurs.

Il sera d’autant plus fort que ce rassemblement respectera l’identité de chacun.

Un bon résultat dimanche soir permettra de travailler l’étape suivante ; celles des régionales.

Cela permettra aussi de donner confiance aux luttes et d’envisager, après le 13 juin des actions encore plus fortes des salariés et des retraités pour faire mordre la poussière à Sarkozy et consorts.

L’abstention est alors une erreur, une faute, un manque de discernement, et surtout un bon coup de main à Sarkozy.

Pas d’abstentions dimanche, tous aux urnes.

L’urne fait partie de notre combat de classe.

 

Votez FRONT DE GAUCHE LE 7 JUIN;

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 5 Juin 2009

 

 

FRONT DE GAUCHE : TOUT FAIRE POUR BATTRE L’ABSTENTION

 

Et j’insinue que c’est une démarche de classe.

 

 

Ce matin, vers 6h30, j’ai distribué avec des camarades de Montataire, de Liancourt, le dernier tract appelant à voter Front de gauche à la gare SNCF de Creil.

Cette gare est l’une des plus fréquentée de France avec un trafic voyageur considérable en direction de Paris.

Beaucoup de salariés (es) partent chaque jour vers la capitale pour travailler et nous y trouvons, au rythme des horaires, toutes les couches de salariés ; par exemple, tôt le matin, ce sont souvent des ouvriers (es) qui vont travailler sur les chantiers ou des femmes de ménage qui font les bureaux.

Il y a aussi ceux qui travaillent dans les services publics et particulièrement les professions de santé.

Au fil des heures, nous voyons défilé toutes ces personnes, souvent pressées et qui nous prennent les tracts à la volée ou d’autres qui passent sans un regard et parfois de manière dédaigneuse.

Il y a aussi, en sens inverse, des jeunes lycéens, dont certains sont en âge de voter et qui vont au lycée Pierre et Marie Curie à Nogent sur Oise.

Eux semblaient se désintéresser de ces élections ; à l’école, le futur citoyen distant serait-il entrain de gagner du terrain ?

Ce matin, nous n’étions pas les seuls.

Le Modem de Bayrou avait planté sa tente devant l’entrée de la gare, avec le portrait de l’homme providentiel, et les militants de droite de ce parti offraient un rafraichissement tout en donnant un tract.

Comme je disais à certains : «  ils vous donnent un rafraichissement et des petits gâteaux et plus tard ils vous convoqueront pour votre procédure de licenciement ».

Certains affichaient le drapeau de l’Europe comme une panacée.

Nous, nous étions avec nos tracts, avec des camarades qui appelaient à voter front de gauche, à voter Jacky Hénin et Loïc Pen présent parmi nous malgré la fatigue d’une longue campagne et de son travail de nuit de médecin urgentiste à l’hôpital de Creil.

En ce vendredi, peut-être du fait de nombreuses sollicitations dans la semaine des différentes listes, il y  avait un certain nombre de personnes qui refusaient les tracts.

J’ai pu engager des discussions, certes rapides, avec des personnes qui s’arrêtaient quelques instants.

On sentait bien que le travail idéologique de la droite pour l’abstention marquait les gens. Certains répétaient le couplet médiatique que l’on nous serine chaque jour  «  que l’abstention va être massive » et ces personnes gobaient le subterfuge sarkozien.

Globalement «  l’abstention va être massive donc je m’abstiens puisqu’on me le dit».

On bourre le crâne des électeurs et il faut bien voir la manœuvre : faire en sorte que les français restent à la maison et que l’Europe soit l’affaire que des possédants.

Des propos de classe des nantis.

Hier soir, j’ai regardé l’émission d’Arlette Chabot sur la deuxième chaine : un vrai guet-apens sarkozien. La drôlesse a tout fait pour que le débat s’enlise dans l’apostrophe entre Bayrou et le clown Cohn Bendit; une sorte de combat de coq, lamentable comme le dit une déclaration du PCF.

Ce matin, des gens disaient leur écœurement, mais, malheureusement, ils mettaient tout le monde dans le même sac ; c’était le but recherché.

Une personne m’a dit : «  il y en a un qui doit se frotter les mains de ce débat, c’est Sarkozy » et d'ailleurs, ce midi, de voir l'empressement de l'UMP de s'en emparer est l'évidence.

La manipulation des médias par le pouvoir sarkozien est intolérable.

Ces médias du service public sont tenus par les hommes et les femmes liges de la droite Sarkosienne. Tout est fait pour rendre nauséeux cette campagne électorale.

Un vote maigrichon renforcerait Sarkozy dans la poursuite de la remise en cause des droits sociaux et authentifierait son traité de Lisbonne lui permettant d’aller encore plus loin dans les fermetures d’entreprises et dans les licenciements massifs.

Alors tout est bon pour dégoûter l’électeur, le détourner du vote et surtout du vote Front de Gauche qui, malgré tout, progresse depuis 15 jours.

Toutes les manœuvres sont donc recherchées par ceux qui ont intérêt à ce que le peuple ne prend pas les choses en mains, et le fil était gros, comme  un câble, de voir les médias sauter sur l’occasion que leur offraient les deux rigolos faisant les clowns.

Autre scandale, la non invitation du PCF à tous les débats télévisuels, c’est un parti pris, c’est la volonté d’effacer le PCF mais nous disposons d’une grande force, celle de ces militants qui chaque jour se battent pour redonner du sens à la gauche, à la transformation de la société, au rassemblement de classe pour la changer la société et pour une autre Europe que celle du capital.

Toutes les raisons sont là, pour encourager cette démarche de reconstruction d’une gauche avec un parti communiste créant les conditions d’une alternative progressiste à gauche bien en lien avec les luttes.

L’élection européenne en est la rampe de lancement avant les régionales.

Votons et faisons voter FRONT DE GAUCHE ET JACKY HENIN ET SA LISTE.

 

Bernard Lamirand

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 2 Juin 2009






S'ABSTENIR C'EST FAIRE LE JEU DE SARKOZY
 

Faites circuler à tout votre carnet d’adresse ce message du Front de Gauche…. Faites circuler à tout votre carnet d’adresse ce message du Front de Gauche….

En quelques images, les raisons principales de voter Front de Gauche le 7 juin …

pour décider les indécis à voter Front de Gauche le 7 juin,

créer la « bonne surprise » de cette élection européenne

et rouvrir un espoir à gauche …

cliquer sur l'adresse ci-dessous.

http://extranet.pcf.fr/infohebdo/sites/default/files/Prez_mail.swf

 

Quand on est de gauche, on vote Front de Gauche !

Unis dans les luttes, unis dans les urnes : mobilisation maximum le 7 juin !

 






 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0

Publié le 1 Juin 2009

CAC 40 TOUT VA BIEN 

 

 

 

 

CAC 40 TOUT VA BIEN

 

Qui a dit que les actionnaires étaient ruinés par la crise ?

Tout va bien pour eux.

Il n’y a qu’à lire cet extrait du communiqué de l’AFP de ce premier juin, journée dite de solidarité pour les personnes âgées, pour voir comment le capital, avec l’aide des Etats à sa dévotion est entrain de renflouer les gros actionnaires des banques et des multinationales et de reconstituer rapidement sur le dos des salariés et des retraités leur mise et leur dividendes.

Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris se maintenait en nette hausse lundi après-midi, le CAC 40 prenant 2,47%, tiré par les valeurs automobiles qui accueillaient bien les différentes annonces touchant le secteur aux Etats-Unis.

A 15H52, l'indice vedette prenait 81,07 points à 3358,72 points, dans un volume d'échanges réduit de 1,594 milliard d'euros, en raison d'un jour férié en France.

A New York, Wall Street a ouvert en hausse, soulagé par le dépôt de bilan de General Motors, qui devrait permettre au constructeur automobile de se restructurer plus rapidement. A 15H55, le Dow Jones prenait 1,78% et le Nasdaq 2,08%.

Dans ce contexte, Peugeot était en tête d'indice (+8,30% à 23,09 euros), suivie de Renault (+8,17% à 29,27 euros) et d'ARCELOR Mittal, un important fournisseur de l'industrie automobile (+8,07% à 25,17 euros).

Ainsi apparaît bien les manipulations de Sarkozy et notamment des pays membres du G20 pour faire payer la crise aux salariés.

On nous annonce plus d’un million de chômeurs en plus d’ici la fin de l’année en France, des dizaines de millions en Europe et dans le monde capitaliste, des emplois encore plus précaires avec le RSA , des salaires et des retraites abaissées et en plus ce gens là ont le culot de demander aux salariés d’accepter des baisses de salaires pour permettre que les actions des multinationales retrouvent leur niveau d’avant la crise.

Il ne faut pas sortir de math-sup pour voir que le capitalisme moral invoqué par Sarkozy n’avait que pour but que de cacher un vaste plan visant à faire payer la crise aux travailleurs ; derrière les milliards attribués aux banques et aux grosses entreprises d’autres mesures, soigneusement préparées visées à accompagner ces milliards d’une véritable saignée humaines dans les entreprises.

La bourse de ce premier juin reflète la satisfaction des actionnaires :  les gouvernements européens, américains et japonais travaillent assidument pour que leur frasques financières soient débarrassées des comptes par les sacrifices imposées aux travailleurs.

C’est exactement la même chose aux Etats-Unis ou la fausse nationalisation de Général-Motor vise à épurer les comptes, à réduire les effectifs, à baisser les salaires et le nouvel héros Obama que certains avaient vanté comme un progressiste, notamment dans l’humanité, est entrain de faire payer durement la crise aux travailleurs américains.

Oui nous avons besoin d’unité, de lutter ensemble, travailleurs de tous pays unissons- nous.

Cela me renforce à ce qu’en Europe les choses changent et qu’une Europe des travailleurs se construit dans la lutte et aussi dans les élections politiques face à l’Europe du capital qui domine depuis le traité de la CECA en 1951 et le traité de Rome en 1956.

Le premier choix à faire est donc d’aller voter pour des représentants qui affirment cette idée d’une autre Europe : en l’occurrence le Front de Gauche.

 

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0

Publié le 1 Juin 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

LA JOURNEE DE SOLIDARITE : UNE ESCROQUERIE

 

RAFFARIN et l’UMP ont mis en place cette journée dite de solidarité suite aux 15000 morts de la canicule de l’année 2003 qui a frappé particulièrement les personnes âgées.

Elle est obligatoire et peut être prise dans l’année.

Les salariés ce jour là ne sont pas rémunérés, par contre le patron profite de leur travail qui ne coutera pas cher à l’entreprise.

En fait les salariés ont donné un impôt à l’état tout en créant de la plus value ce jour là qui finira en grande partie dans les poches des actionnaires.

Cette journée fériée qui n’a que peu profité à ces personnes âgées.

Le pire, c’est que cet argent est parti pour une tout autre utilisation : laissons parler Pascal Champvert :  "On s’est rendus compte au fil des années que cet argent du jour férié a permis de faire faire des économies à l’Etat et à la Sécurité sociale".

La preuve est apportée que la solidarité envers les personnes âgées est le cadet des soucis de ce gouvernement Sarkozien.

Aujourd’hui, les personnes âgées n’ont vu aucune amélioration dans la prise en compte des handicaps de l’âge et de la santé qui se dégrade à un âge avancée.

Le coût pour entrer dans une résidence médicalisée est toujours aussi dissuasif pour les retraités aux revenus modestes. Les conditions de santé s’aggravent à l’hôpital, les forfaits et les franchises amputent le pouvoir d’achat des retraités et font en sorte que ces personnes hésitent avant d’aller chez le médecin ou le spécialiste. La mutuelle devient, pour certains et certaines, inaccessible.

Bien entendu, tout le monde n’est pas dans le même sac : dans les résidences huppées des villes bourgeoises, les maisons de retraites sont nombreuses, luxueuses, avec un personnel qualifié et nombreux,  pour soigner la bourgeoisie vieillissante. Ces gens là, ont évidemment un bon compte en banque, grâce à leurs actions et à leur valeur soutirée à ceux qui travaillent ce qui leur permet de se payer une vieillesse dans les meilleures conditions au dépens de la grande masse des retraités.

Peu d’entre eux ont été victimes de la canicule de l’été 2003 et ils n’ont aucun problème pour avoir un rendez-vous rapide en cas de problèmes de santé avec la clinique privée dotée des meilleurs médecins et des outils les plus sophistiqués. Ils peuvent payer.

Oui, médecine à deux vitesses et on pourrait rajouter, vieillesse à deux vitesses selon l’épaisseur du porte feuille des uns et des autres.

On a donc deux raisons de sanctionner ce gouvernement et Sarkozy le 7 juin :

L’escroquerie de la journée de solidarité de la pentecôte

L’abandon des personnes âgées non fortunées.

 

Votez FRONT DE GAUCHE

 

Bernard LAMIRAND

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 31 Mai 2009


 

 

 

A MONTATAIRE AVEC LE FRONT DE GAUCHE

 

Aujourd’hui dimanche, c’était le marché de Montataire, il faisait beau, beaucoup de gens faisaient leur marché.

Les communistes de Montataire, comme d’habitude, et comme chaque dimanche, étaient là pour discuter et distribuer l’expression communiste et l’Humanité Dimanche.

Cette semaine c’était le matériel des élections européennes avec le front de gauche conduit par Jacky Hénin, député Européen communiste sortant.

Les camarades avaient installé une table avec appel public à voter Front de Gauche.

Chacun d’entre nous s’est évertué à donner le tract et à engager la discussion avec les passants.

Les socialistes, un peu plus loin, distribuaient leur matériel ainsi que les écologistes.

Pour ma part, j’ai remis une bonne centaine de tracts en essayant d’engager la discussion.

Environ une vingtaine de personne ont décliné le tract que je leur proposais.

Certains m’ont dit qu’ils n’iraient pas voté.

A dire vrai, l’abstention, régulièrement distillés par les sondages et repris par les médias installe un climat d’inutilité d’aller voter.

C’est voulu.

On sent bien la main de la bourgeoisie derrière cette idéologie de l’abstention.

Sarkozy ne veut pas d’un vote contre lui et la meilleure façon de continuer, comme si de rien n’était, c’est que les travailleurs, les victimes de sa politique, s’abstiennent.

Une personne que j’interrogeai à ce sujet, a été on ne peut plus claire, en me disant que Sarkozy avec 50 % de votants et une gauche divisée sera encouragé à aller encore plus loin dans les licenciements et la baisse des salaires et des retraites.

Des jeunes à qui je donnais le tract se sont senti concernés par ces élections ; ils ne connaissaient pas le front de gauche, ils avaient le tract des écologistes et semblaient opter pour cette solution ; je leur ai expliqué le chemin de Cohn Bendit, le soit disant révolutionnaire de 68 passé avec armes et bagages à l’acceptation de la constitution européenne de Giscard d’Estaing. Parmi les quatre, il y avait une jeune fille plus décidée, elle a accepté de signer l’appel à voter Jacky Hénin.

Deux passants, jeunes, la trentaine, d’un air rageur m’ont refusé le tract en me disant qu’ils étaient devenus apolitiques et qu’ils n’iraient pas voter dimanche prochain.

L’un est parti mais l’autre s’est accroché à la discussion avec moi, c’était un électeur communiste, il ne voulait plus aller voter en mettant tout le monde dans le même sac.

Nous avons discuté prés d’un quart d’heure, je lui ai expliqué que le refus de vote et surtout l’abandon d’un vote communiste à travers le front de gauche ne lui rendrait pas service.

Son abstention valait sanction devant les promesses de la gauche jamais tenue disait-il,  mais au bout de la discussion, quand je lui ai dit que son refus de vote était un vote pour la bourgeoisie, alors il s’est mis à réfléchir, à ne plus mettre le PCF et le Front de gauche dans le même sac. Je l’ai quitté en lui disant qu’il était regrettable qu’il n’aille pas voter : il s’est alors retourné en me disant : bon j’irai voter !

Un jeune couple passant par là, s’est mis aussi à discuter, il venait d’un village et il voulait connaître le front de gauche, la femme semblait plus intéressée : qui était dedans, y avait-il des communistes.

Nous avons discuté d’unité, d’une Europe des travailleurs et non d’une Europe des actionnaires et ils m’ont dit qu’ils iraient voter quoiqu’en disent les médias.

Une autre personne âgée m’a étonnée en me disant que l’abstention c’était tout bon pour les patrons et pour laisser toute liberté aux actionnaires d’en profiter.

Et puis, j’ai un retraité qui a refusé mon tract, sous prétexte que l’on disait trop de mal de Sarkozy, un homme bien me dit-il, et vous devriez vous unir à lui renchérit-il.

J’ai essayé d’en savoir un peu plus sur cette personne, c’était un vieil ouvrier des câbles de Lyon, il avait une petite retraite et pourtant il était convaincu qu’actuellement il fallait une sorte d’union sacrée. Je n’ai pu le convaincre, pourtant je lui ai expliqué que celui qui a abaissé sa retraite depuis des années c’était Sarkozy. Tant pis.

Nous pouvons voir, à travers ces quelques expressions (mais attention plein d’autres faisaient consensus avec le Front de Gauche), les dégâts de l’idéologie dominante, celle du fric, celle du chacun pour soi. Un retraité commerçant s’approcha à ce moment et me dit que lorsqu’il était commerçant, il ne faisait pas de politique, mais que maintenant en retraite il voyait bien les dégâts de la politique de la droite.

Un jeune, 20-25 ans environ passa devant moi avec un tract écologiste à la main, il prit le tract Front de Gauche qu’il ne connaissait pas, il fut intéressé par les explications sur le recherche d’union à gauche du PCF et de la mise en place d’un front de gauche. Il découvrait autre chose que le simple vote écologiste et je suis persuadé que dans sa tête cela a dû le faire réfléchir et que son vote de dimanche prochain ne sera pas qu’un refuge ni vers l’abstention, ni vers l’écologie.

Bon, il y a encore du travail à faire.

Surtout convaincre d’aller voter : la seule alternative à l’abstention est vraiment le vote front de gauche.

Je suis persuadé que la bourgeoisie a tout intérêt à ce que les citoyens restant à la maison pour continuer comme si de rien leur politique tant française qu’européenne défavorable aux salariés et aux retraité.

Un camarade, me disait hier, que l’abstention était un acte éminemment de classe. Certainement !

Mais où il se trompe lourdement, c’est un acte de classe de la bourgeoisie et c’est comme cela qu’ils ont dégouté, des travailleurs à ne plus aller voter.

Aux Etats-Unis, il n’y a plus que les gens aisés et bien placés, casés, qui votent.

Le prolétariat ne sait même plus que l’on vote et il se fait mener par le bout du nez par tantôt les démocrates et tantôt les républicains qui se partagent le pouvoir en faveur de leur bourgeoisie.

Méditions cela pour l’Europe.

L’abstention c’est un vote utile pour les actionnaires.

Votons Jacky Hénin, votons front de gauche.

 

Bernard LAMIRAND

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0

Publié le 30 Mai 2009

 

 

ABSTENTION PIEGE A CONS REBELOTE

 

Dernièrement, j’ai fait un article concernant l’abstention.

Je sais que certains amis (es) et camarades sont prêts (es) à s’abstenir, invoquant l’inutilité d’un vote pour ces élections Européennes.

Ils nous fournissent toutes sortes de raisons.

Une parmi toutes est le fait que le vote non à la constitution Européenne a été foulé au pied par Sarkozy et que celui-ci a établi un nouveau traité, celui de Lisbonne, avec les bonnes grâces des socialistes qui se sont abstenus.

Donc inutilité d’aller voter puisque c’est ensuite défait par le drôle de l’Elysée.

On peut comprendre des citoyens qui voient leur vote nié,  être en colère et considérer que ce gouvernement ne respecte pas leur vote et de se poser la question de son utilité.

Mais réfléchissons un peu.

Ce vote non,c'est une gamelle qu’ont subit autant la droite que les sociaux-libéraux et ils ne s’en sont pas remis.

Leur traité de Lisbonne aura du mal a entrer en application de ce fait et du fait que d’autres peuples, l’ayant rejeté, ne sont pas prêts à l’avaliser dans un deuxième vote.

La baraque européenne est dans la m ….

Le fait de défaire des votes ou de les refaire ne leur donne pas un avantage : ils sont en difficulté pour appliquer la supranationalité du capital au niveau européen. Les peuples remuent et les manifestations se multiplient.

Le vote est donc aussi un outil même s’ils le foulent au pied.

La crise a aussi démontré toutes les raisons du vote non : celui de refuser cette concurrence libre et non faussée, de refuser la concurrence entre salariés européens.

Le vote non n’était pas un vote contre l’Europe des travailleurs qui reste à construire et ce vote des européennes a cet objectif : poursuivre la lutte engagée contre l’Europe du capital et avancer l’Europe des travailleurs.

C’est pour cela qu’il faut aller voter et voter pour le front de gauche.

Un vote front de gauche, c’est un atout et un moyen de conforter la bataille engagée unitairement sur la plan syndical et qui va se poursuivre le 13 juin et puis après les vacances, où il faudra passer à la vitesse supérieure.

Mais, camarades et amis pro-abstentionnistes, vous mettre sur le bord de la route ne confortera que votre fierté personnelle.

Et puis, avez-vous observé les médias : tous sont entrain de parier sur l’abstention massive.

Pourquoi ?

Regardez aussi l’attitude du patronat, peu d’expressions sur les élections européennes et le gouvernement, un service minimum.

Cela n’attire pas votre attention !

L’Europe, ils en tirent une expérience pour eux : il n’est pas bon de mettre entre les mains des citoyens et surtout des travailleurs le devenir de l’Europe qui est entre leur possession depuis l’existence du traité du charbon et de l’acier en 1951, où, à coup de directives, ils décident depuis cette période de ce qui est bon pour nous (bon pour eux surtout).

L’expérience du référendum les amène à considérer que l’Europe doit être débattue que par une élite et non pas le commun des mortels.

Pourquoi donc insistent-ils sur l’abstention, pourquoi font-ils tous les efforts pour que seuls s’expriment les tenants du oui à la constitution giscardienne de l’Europe ?

Observez les godelureaux qui s’ébrouent en ce moment : les Sarkozy, Barnier, Cohn Bendit, Bayrou, Bové, Aubry, Ségolène Royal : leur Europe ce n’est pas celle des travailleurs

Tout simplement parce qu’ils veulent que l’Europe soit la chasse gardée du capital.

Eh bien ne soyons pas encore les gogos des médias qui nous incitent à rester à la maison.

Allons voter front de gauche et communistes.

 

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0