Publié le 10 Juillet 2020

Cet article est reposté depuis Les communistes de Pierre Bénite et leurs amis !.

Voir les commentaires

Rédigé par Front de Gauche Pierre Bénite

Repost0

Publié le 4 Juillet 2020

Cet article est reposté depuis Les communistes de Pierre Bénite et leurs amis !.

Voir les commentaires

Rédigé par Front de Gauche Pierre Bénite

Repost0

Publié le 13 Juin 2020

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Retraites, #SECURITE SOCIALE

Repost0

Publié le 5 Juin 2020

Cet article est reposté depuis Les communistes de Pierre Bénite et leurs amis !.

Voir les commentaires

Rédigé par Front de Gauche Pierre Bénite

Repost0

Publié le 5 Juin 2020

Cet article est reposté depuis Les communistes de Pierre Bénite et leurs amis !.

Voir les commentaires

Rédigé par Front de Gauche Pierre Bénite

Repost0

Publié le 28 Mai 2020

Rédigé par Front de Gauche Pierre Bénite

Repost0

Publié le 27 Mai 2020

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 11 Mai 2020

Ce poème d'un amateur que je suis, vaut réponse à cette campagne  contre la CGT suite au jugement en référé du tribunal concernant la reprise du travail à Renault Sandouville.

L'ironie et l'humour sont parfois les meilleures réponses à cette frénésie d'attaques contre la CGT et en s'emparant des propos de quelques exaltés produisant  l'inverse : permettre à l'adversaire de classe d'être la victime et non le coupable dans cette affaire.

Bernard LAMIRAND

 

CODIV 19 LA BOURSE OU LA VIE

Un beau jour par un temps sombre

Pas un chien dans les rues

Une bestiole  avait surgi de l’ombre  

Et le peuple à l’abri se cachait de sa vue

 

Un drôle de virus avait envahi la terre

Il pénétrait par tous les pores

Rien ne pouvait l’arrêter vers l’ossuaire

Chacun découvrait qu’il était de la mort

 

Et la frayeur régnait y compris chez Capital

Il avait peur de perdre ses bijoux de famille

Dividendes, actions, rentes c’était le chacal

Alors  il lui fallait médications pour le vil

 

Capital s’y résolu  la mort dans l’âme

Trouva  Eurêka travail à domicile comme hymne

Vieille rengaine des temps anciens  qu’il clame

Ou femmes et enfants bossaient pour la frime

 

Point de salariés dans les antres du diable

Qu’à cela ne tiennent vaqueront à demeure

Point de coûts mais  matériel comparable

Le gredin savait disponibilité à toute heure

 

Le microbe lui n’en demandait pas tant

Mais il était maintenu à la maison

Il dépérissait à vue d’œil et le Capital s’en apercevant

Pris courage à deux mains avec raison

 

Remettre les gaz en route dans l’auto

La rente attendant jours meilleurs plus de bravades

Le président du Capital en fit son déjeuner illico

 Les prolos déconfinés fini la rigolade

 

 

Il dit à ses comparses exorcisons le capital

Avec son mètre embobiné traça les distances

Sorti  masques gardés en secret pour autres carnavals

Intima la reprise en commençant par  l’enfance

 

Métro boulot dodo alors se réveillaient par beau matin orageux

Dans les antres du capital il fallait montrer pattes saines

Pour y subir joug et celui du crabe miteux.

  Résistants eurent toupet d’y mettre le bazar dans la chaine

 

Voulaient plus de garanties, les tribunaux obtempérèrent

Les hydres coutumières ne purent  souffrir mise en cause

La rente, l’actionnaire, le capital, alertèrent

Les fils à la patte dirent infortune et sinistrose

 

Alors  le guide d’un coup de menton

 Ordonna aux panurges de suivre la bourse

 Pour filer doux comme des moutons

Sans s’occuper du virus et de la vie.

 

        

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #HUMOUR, #poêmes

Repost0

Publié le 11 Mai 2020

J'apprécie cette déclaration de Laurent Brun et je n'en rajouterai pas. Seulement, il faut que ce soit clair, ce syndicat n'a pas à parler au nom de toute la CGT, dont il n'a aucun mandat pour le faire, ce qui apparait comme une tromperie. Beaucoup de syndiqués croient de ce fait qu'il est le porte parole de toute la CGT dans le domaine de la communication ce qui est faux .

La déclaration de la CGT de ce jour désapprouvant le torchon d'info-com a le mérite d'être clair et net; mais cela nécessite de dire aussi à ce syndicat que la limite a été atteinte quand sont utilisés des arguments inadmissibles. Le débat syndical n'autorise pas n'importe quoi et ce débat doit être fait sur le fond des problèmes sociaux et nous savons actuellement les désaccords de fonds notamment avec la CFDT et nous l'avons fait de manière haute lors de la bataille des retraites avec arguments à l'appui.

Bernard LAMIRAND 

A propos d’Infocom CGT et de son affiche débile. 

Ça fait longtemps qu’infocom CGT n’est plus dans une démarche collective. Ils surfent sur leur capacité à faire le buzz avec quelques bons visuels pour s’autoriser n’importe quoi. Là ils se sont complètement planté en utilisant les pires caricatures homophobes de la société. Du coup, une nouvelle fois la CFDT peut se victimiser. Et la CGT va être traînée dans la boue.
J’ai jamais beaucoup aimé les « arguments » du style la CFDT suce le patron. Leur militants sucent bien qui ils veulent je m’en fout. Et ça sous entend que les pratiques homosexuelles sont la honte suprême. Voilà pourquoi c’est homophobe. En plus je suis persuadé que ça n’a jamais convaincu aucun salarié de se détourner d’eux. Donc c’est inutile et profondément humiliant pour les homosexuels. Ce qui devrait ressortir de notre communication sur la CFDT, c’est ce qu’ils signent, c’est qu’ils désarment les salariés avec leurs discours et leurs pratiques. Pas besoin d’imager. Combattons les sur le fond ! Quand ils signent l’appel du MEDEF ils abandonnent leur rôle de contre pouvoir et place la reprise économique avant la sécurité sanitaire, laissant entendre que « nous sommes tous dans le même bateau». D’ailleurs ils disent eux mêmes qu’ils sont des partenaires. Mais dans une relation de subordination complètement déséquilibrée entre le patron qui a tous les pouvoirs (capital, discipline, organisation de la production...) et le salarié qui subit, qui a besoin de vendre sa force de travail pour subsiter, il n’y a pas besoin de « partenaires ». Le patron défend très bien ses propres intérêts. Il faut lui opposer un contre pouvoir qui prenne le parti total des travailleurs.

Pour revenir au sujet, ce n’est pas seulement un dérapage. Infocom joue aussi beaucoup sur le nom de leur syndicat qui laisse penser qu’il s’agit de la communication confédérale, ce que beaucoup de gens croient. C’est une manière d’imposer des thèmes de communication à la confédération, même lorsque nous n’en avons pas décidé collectivement.
Enfin ils mettent en place des collectes au nom de tous les grévistes, lors des conflits interprofessionnels, et ils distribuent l’argent selon leur bon vouloir, sans respecter les autres organisations CGT. Ils sortent clairement de leur champs syndical, et ils nous foutent dans la merde en distribuant des sommes différentes selon les grévistes. Ils détournent les dons de gens qui pensent donner à la confédération.
Les simples excuses ne suffisent pas quand les dérives sont assumées sciemment et se multiplient.
Pour moi, ils doivent changer de direction syndicale, changer de nom pour qu’il n’y ait plus aucune ambiguïté, arrêter leur collectes financières (ou alors les limiter à leur champs syndical et que ça soit clair pour les gens qui donnent). Et s’ils veulent proposer des affiches à toutes les orga de la CGT sur les thèmes d’actualité, ils les envoient à la com confédérale pour qu’il y ait au moins un filtre qui nous évite ce genre d’horreur.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SYNDICALISME

Repost0

Publié le 9 Mai 2020

BERGER DANS LA COMPROMISSION.
Berger vient de déclarer la CGT irresponsable sur les ondes de France Inter, ce matin, concernant le jugement à Renault Sandouville. Il se dit en colère ; pour moi la colère est celle de voir un syndicaliste se coucher devant le patronat. Cela devient une habitude et montre que Berger conduit son syndicat dans les méandres de la collaboration de classe.
Cet homme est dangereux. Quand dans une entreprise les travailleurs sont en danger et que les mesures sont insuffisantes pour les protéger, il est du devoir d'un syndicat de s'y opposer. J'ai connu dans mon entreprise des cas qui nous ont obligé à faire grève sur le tas, immédiatement, pour obliger la direction à prendre les mesures indispensables. Rien ne vaut plus que la vie et la santé des travailleurs. Berger devrait le savoir. Cet homme est dangereux puisqu'il permet au patronat de s'engouffrer dans l'insécurité face à un virus extrêmement dangereux . Ce patronat qui, d'ailleurs, s'offusque de la décision du tribunal donnant raison à la CGT considérant que c'est un précèdent gênant sa volonté de faire reprendre le travail sous ces propres critères et dont on sait les manquements dans des entreprises où les conditions de travail laissent à désirer, y compris en temps hors Covid 19.
Vraiment, il nous manque nos CHSCT qui, incontestablement par leurs connaissances et leurs spécificités étaient les outils indiscutables pour décider s'il y a lieu de travailler. Oui ce Berger est vraiment irresponsable.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SYNDICALISME

Repost0