LES PATRONS N'IRONT PAS RENDRE LES CLEFS.

Publié le 24 Mai 2013

LES PATRONS N'IRONT PAS RENDRE LES CLEFS.

Ils n'iront pas à l’Élysée pour rendre les clefs (Statue de Rodin "les bourgeois de Calais".

MOSCOVICI VEND LE MORCEAU

Nous n’entendions plus parler de bloquer et de réduire les rémunérations honteuses des patrons auxquels François Hollande, pendant la campagne des présidentielles vitupérait contre eux dans ses meetings par rapport à leurs gains faramineux.

La réponse vient de tomber par la voix du plus éminent amis des patrons, Moscovici, qui vient de mettre fin à une angoisse de ses amis PDG qui ne voulaient surtout pas perdre la poule au œuf d’or, c'est-à-dire de fixer eux-mêmes leur rémunération qui atteint des chiffres astromiques en y rajoutant en plus les stocks options et les retraites chapeaux.

Celui-ci qui tient des relations particulières avec les grand patrons vient d’annoncer que le couperet ne tomberait pas sur leurs rémunérations. Je cite la presse :

«Après plusieurs mois de concertation, j’ai décidé de concentrer l’action législative sur la contribution de 75% sur la part des rémunérations dépassant 1 million d’euros, qui sera acquittée par l’employeur ( En gros sur le budget de l’entreprise, cela réduira la part revenant aux salariés encore plus dixit Bernard LAMIRAND). Elle sera soumise au Parlement dans le cadre du budget 2014, et aura une durée limitée à deux ans», a-t-il déclaré.

Le gouvernement n’ira «pas au-delà sur le plan législatif : il n’y aura pas de projet de loi spécifique sur la gouvernance des entreprises», a-t-il expliqué, ajoutant avoir «choisi d’agir dans le dialogue». Pierre Moscovici a souligné avoir rencontré la semaine dernière la présidente du Medef, Laurence Parisot, et le président de l’Association française des entreprises privées (Afep), Pierre Pringuet, «qui se sont engagés à présenter rapidement un renforcement ambitieux de leur code de gouvernance». «Nous préférons miser sur une "autorégulation exigeante". Mais attention: si les décisions annoncées ne sont pas à la hauteur, nous nous réservons la possibilité de légiférer», a-t-il insisté.

Mon camarade Dartigolles dans sa déclaration du PCF indique à juste raison que les salariés devraient avoir le même traitement : décider eux aussi de leur salaires. Il a raison.

Mais ne nous faisons pas d’illusion, l’Elysée est devenu un havre de paix pour les patrons, un éden pour leur enrichissement, par contre pour le monde du travail cela est devenu un lieu où les coups fourrés contre les salariés et les retraités qui payent la note.

Les patrons pourraient ériger une statue dans les entrées de leurs sièges, on pourrait y voir Hollande avec un épitaphe sur laquelle serait gravé : « à François Hollande, président des patrons de la république française, notre bienfaiteur et ami, celui qui nous a renforce dans notre dignité d’exploiteurs et de profiteurs ».

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article