MONTEBOURG : JE NE PNEU RIEN FAIRE

Publié le 10 Juin 2013

MONTEBOURG : JE NE PNEU RIEN FAIRE

MICHELIN : QUAND LE MINISTRE SE DEGONFLE

Ce jour, Michelin vient d’annoncer la suppression de 730 emplois à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) à partir du 1er semestre 2015.

En même temps d’autres suppressions d’emploi avaient lieu dont à Virgin-Mégastore.

Le patron de Michelin qui vient de faire des profits énormes a donc décidé de mettre par terre cette usine.

IL indique, pour que la pilule soit moins amère, qu’il investira un milliard en France.

Pas un mot pour les travailleurs de cette usine… si… ils sont improductifs. Ce qui compte dit-il, c’est la productivité, en gros le rendement maximal et pour cela il délocalise en Chine.

Mais il rassure : « ce sont des productions qui resteront là-bas ».

On connait ce raisonnement déjà très usé par les patrons du textile quand ils fermaient leurs usines dans le Nord. C’est aussi le cas de Renault avec les productions des pays de l’est.

Il restait à savoir ce qu’en pensait le terrifiant ministre du développement industriel, le dénommé Montebourg.

Eh bien, Montebourg se satisfait des investissements en France, il regrette pour les ouvriers de Joué-lés tours ; il semble qu’il est prêt à verser une toute petite larmichette.

Pour se tirer des pattes face aux journalistes qui l’interviewaient, l’ex-dompteur des patrons leur répondit qu’il va leur demander des précisions.

Peut-être utilisera t’il la boite à outils de Hollande dont on sait qu’il y a un vieux pied à coulisse pour mesurer l’épaisseur des licenciements.

Avec Montebourg, pas question de regonfler les pneus du social.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Economie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bergès Jean-Claude 11/06/2013 22:39

Il faut le dire : on a besoin de pneus français en France !
Alors pourquoi ne plus les fabriquer ?
Le fait des licenciement est insupportable, mais le fait de ne plus produire en France ce dont on a besoin l'est tout autant.
PRODUISONS FRANÇAIS !
Amicalement,