LES REQUINS DU CAC 40

Publié le 23 Avril 2013

Pas question pour le CAC 40 de sacrifier les dividendes!

 

 

 

Les groupes de l'indice verseront 33 milliards d'euros

au titre de 2012

 

 

Les groupes du CAC 40 tiennent à leurs dividendes. Selon les données compilées par L'Agefi, ces entreprises, hors sociétés financières, verseront cette année à leurs actionnaires un peu plus de 33 milliards d'euros de dividendes, au titre de l'exercice 2012, soit quasiment 2 milliards de plus qu'en 2011.

 

Une stabilité qui tranche avec la baisse annoncée des résultats pour 2012 (-23%) mais qui, selon les dirigeants, est un signe de confiance dans les perspectives des entreprises.

 

Selon les données de S&P Capital IQ, le résultat net cumulé du CAC 40, hors valeurs financières, s'est élevé l'an dernier à un peu plus de 48 milliards d'euros. Les groupes de l'indice parisien vont ainsi reverser au total à leurs actionnaires près de 68% de leurs bénéfices. Un niveau particulièrement élevé. Le ratio de pay out avait atteint 50% l'an dernier.

 

Plusieurs groupes n'ont d'ailleurs pas hésité à conserver intact leur dividende malgré une très forte baisse de leurs bénéfices. C'est notamment le cas de Bouygues, dont le dividende unitaire a été maintenu à 1,6 euro, malgré une chute de 41% du bénéfice net. Le groupe de BTP et de télécoms va ainsi reverser 510 millions d'euros au titre de 2012, soit 80% de son bénéfice net. GDF Suez a également pris les anticipations des analystes à revers en maintenant lui aussi son coupon annuel à 1,5 euro, en dépit d'une chute de 60% du bénéfice annuel et d'une remontée de l'endettement.

 

En décembre 2012, Gérard Mestrallet, le PDG du groupe d'énergie, avait d'ailleurs été extrêmement clair en annonçant être prêt à tailler dans les investissements pour préserver le dividende et le payer en espèces.

 

Quant à EDF, le groupe s'est offert le luxe d'augmenter son dividende de 8%, là où tout le monde attendait une diminution. Une façon pour les deux groupes d'énergie français de répondre à la pression des actionnaires, privés ou publics. A eux deux, GDF Suez et EDF vont faire remonter cette année plus de 3,2 milliards d'euros dans les caisses de l'Etat français.

 

Toutefois, à l'échelle de l'Europe, les analystes de Deutsche Bank ont constaté la même tendance que sur le CAC 40.

 

Au cours du mois de février, sur l'indice Stoxx 600, les annonces de hausses de dividendes ont été supérieures, en proportion, à celles de révisions à la baisse. Une première depuis un an et demi. Selon eux, cet optimisme annonce souvent une progression à venir des résultats, les dirigeants ayant tendance à anticiper dans le dividende la reprise de l'activité.

 

Pour notre part nous en doutons ! Les requins de la finance tiennent au versement régulier de leurs dividendes et peu importe le niveau des bénéfices. S'ils sont élevés tant mieux, ils sont à la baisse en encaisse la mise et puis on impose de nouvelles mesures d'économies (baisse des salaires, réduction des emplois etc) pour l'année suivante pour faire remonter les profits !

 

C'est bien tout cela qu'il faut changer. Et cela urge !

 

Le 23 avril 2013

Rédigé par aragon 43

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article