LE MAIRE DE CHOLET NE SE SENT PLUS

Publié le 22 Juillet 2013

article repris sur google

Alors que 150 caravanes de gens du voyage se sont installés, dimanche, sur un terrain agricole propriété de la ville de Cholet (Maine-et-Loire) loué à des exploitants agricoles, Gilles Bourdouleix, le député-maire (UDI) de Cholet aurait affirmé que «Hitler n'en a peut-être pas tué assez».

Le député-maire se trouvait sur le campement pour demander aux occupants de partir.

SUR LE MÊME SUJET

Dès son arrivée, le ton est monté entre les gens du voyage et l'élu. En réponse à des saluts hitlériens, destinés à critiquer le député-maire jugé raciste, ce dernier a laché, selon le Courrier de l'Ouest, cette phrase que seuls les policiers et les agriculteurs à proximité de l'élu ont entendu.

Alors que Gilles Bourdouleix indiquait lundi matin, dans un communiqué, avoir «déposé plainte pour diffamation, atteinte à l'honneur et atteinte à l'image» contre Le Courrier de l'Ouest et menacé de poursuivre pour diffamation «toute personne qui relayera ces propos mensongers», le quotidien a répliqué immédiatement en mettant la bande son sur son site internet suscitant les réactions indignées se multiplient sur les réseaux sociaux.

Un enregistrement que le député maire conteste et qualifie de «réglement de compte». Selon lui, le journaliste a « bidouillé un enregistrement dans lequel il y a des coupures en me faisant dire des propos que lui-même venait de me dire et que j'ai répétés, étonné, qui ne correspondaient pas à ce que j'avais dit», a assuré Gilles Bourdouleix avant d'ajouter: «Je ne vais pas passer ma vie à me justifier par rapport à des bidouillages d'un petit merdeux de journaliste.»

Jean-Louis Borloo condamne

Agé de 53 ans, le député maire de Cholet est le Président du Centre national des indépendants et paysans (CNIP). Un parti conservateur qui a rejoint l'UDI, la formation de Jean-Louis Borloo après les législatives de juin dernier. Mais en début d'après midi, Jean-Louis Borloo a condammé «de la manière la plus formelle» les propos de Gilles Bourdouleix et saisi en urgence la direction du parti sur les suites à donner à cette affaire.

Gilles Bourdouleix devrait être exclu du parti. La direction de l'UDI a fait savoir que les valeurs communes du parti sont «le respect de l'autre, l'écoute et le dialogue (...) la tolérance (...) et la modération dans l'expression». « A partir du moment où la preuve est publiée, nous ne pouvons que décider de l'exclusion. Ces propos sont inqualifiables et incompatibles avec les valeurs de l'UDI», a expliqué Jean-Christophe Lagarde, le secrétaire général de l'UDI.

Selon le Courrier de l'Ouest, le torchon brûle entre les gens du voyage et l'élu depuis plusieurs mois. Selon le courrier de l'Ouest, le député-maire se dit menacé depuis un an par les gens du voyage. A l'inverse, les gens du voyage expliquent que Gilles Bourdouleix aurait interdit l'accés d'un terrain au motif qu'il n'avait pas validé l'arrêté du préfet, même si cette validation n'est pas obligatoire.

Déjà en 2010, le député maire aurait commis un premier dérapage lors d'une réunion publique. Selon Ouest France, le maire aurait déclaré: « On a la trouille de ces gens-là, ils ont tous les droits. Je suis prêt à prendre un camion plein de m... pour le déverser au milieu de leurs caravanes. Ces gens, c'est beaucoup d'emmerdes. S'ils choisissent de vivre comme ça, en caravanes et qu'on fait un effort pour les accueillir, au moins qu'ils aient un peu de respect. Les caravanes qu'ils ont, avec les Mercedes et les camions pour les tracter, on ne pourrait pas se les payer. Mais eux, ils en ont les moyens puisqu'ils n'ont pas de revenus et ne paient pas d'impôts ! Ces caravanes, elles sont équipées de toilettes, mais ils ne les utilisent pas». La Ligue des droits de l'Homme du Maine-et-Loire avait déposé plainte.

Retrouvez la bande son des propos de Gilles Bourdouleix recueillis par le Courrier de l'Ouest:

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SOCIETE

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article