LE COUT DU CAPITAL (Edito de l'Huma de ce jour)

Publié le 22 Juillet 2013

LE COUT DU CAPITAL (Edito de l'Huma de ce jour)

"Récit Français" et superstitions économiques

Elle nous avait été servie toute chaude, sortie des cuisines de M. Gallois, puis réchauffée à Matignon et finalement complètement rassie dans des négociations sociales tronquées. La compétitivité affaiblie par un coût du travail trop lourd serait l’explication des maux français. L’addition présentée aux Français irait donc de soi: blocage des salaires, baisses des cotisations des entreprises, cadeaux fiscaux au patronat, flexibilisation de l’emploi, retraites différées... Sauf que le diagnostic posé est mensonger, l’étude que nous publions le prouve. Ce qui plombe notre économie, ce sont les surcoûts du capital, l’énorme ponction opérée pour les dividendes- multipliés par 13 en trente ans quand les salaires n’ont que doublé dans la même période - les taux de marges de 18% obtenus au détriment de l’emploi par les plus grandes entreprises quand les PME végètent... Nous publions les courbes qui situent où se trouvent les différences avec l’économie allemande, dans l’énorme augmentation des dividendes en France quand ils sont limités Outre-Rhin au profit des investissements dans la recherche-développement. Le capitalisme français s’est conformé au modèle des fonds d’investissements à l’américaine, prédateurs d’entreprise et ravageurs d’industries pour peu que cela rapporte très gros. Les grandes fortunes professionnelles prospèrent dans notre pays - +25% en 2012 - en piétinant le tissu économique et social national. Voilà où siège la «morosité» des Français que se plait à décrire le président de la République. Et franchement, il n’y a pas de quoi rire.

Devant la presse présidentielle jeudi, François Hollande a voulu distraire l’attention d’une opinion désenchantée par un conte pour adulte, une version sociale-libérale du «story telling» cher aux néo-conservateurs américains, baptisée pour ce nouvel avatar, «le récit de la France de demain». Le pays accroissant sa productivité par la baisse du coût du travail, deviendrait compétitif, émancipé des marchés financiers dont il est dépendant, «solidaire» sans être cependant trop «redistributif»... Une invitation à prendre de la vitesse pour foncer dans le mur dans lequel se fracassent depuis des années les espérances des jeunes, des salariés et des retraités. «Un four qui toujours chauffe et où rien ne cuit», disait Voltaire.

L’Elysée assortit son offensive médiatique d’une dénonciation marquée des périls que fait peser le Front national sur «le modèle républicain» et «le vivre ensemble». Mais où l’extrême-droite trouve-t-elle son « carburant» selon la formule d’Arnaud Montebourg, sinon dans les dégâts sociaux semés par les politiques d’austérité et de réduction du coût du travail, dans l’indignation provoquée par les promesses oubliées? «Mon pari, c’est le temps», a martelé le chef de l’Etat. Mais le pays en dispose-t-il de temps? La majorité gouvernementale peut-elle laisser hypothéquer le capital historique de la gauche - la liberté, l’égalité, la fraternité - au nom de fables sur la compétitivité, rédigées par les marchés financiers? François Hollande a traité avec un mépris souverain les interrogations qui se font jour au sein du Parti socialiste lâchant «dans mon camp, il ne se produit rien» puisque le quinquennat et le calendrier électoral qui l’accompagne fait que «notre sort est lié». C’est dire pourtant tout le risque d’un naufrage général si les voies d’eau sont ignorées. L’étude que nous publions ici fait en tout cas litières d’une des plus dévastatrices superstitions économiques.

(Publié lundi 22 juillet 2013 dans l'Humanité)

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CAPITALISME

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article