LE 10 SEPTEMBRE APPROCHE

Publié le 1 Septembre 2013

LE 10 SEPTEMBRE APPROCHE

LE 10 SEPTEMBRE APPROCHE

Le gouvernement joue la montre.

Ce n’est pas pour rien qu’il a sorti rapidement ses propositions concernant les retraites avec le secret espoir d’enrayer la journée d’action de grève et de manifestation le 10 septembre à l’appel de la CGT, de FO, de la FSU, de Solidaires.

Je ne reviendrai pas sur les indications gouvernementales que celui-ci examinera en conseil des ministres et ensuite au parlement par une loi.

Cependant quelques réflexions rapides.

Ces indications ont été critiquées fermement par les signataires de l’appel du 10 septembre.

Les mesures annoncées sont la continuité de celle de Fillon et Sarkozy.

Elles conduisent à fragiliser encore plus notre système de retraite par répartition.

Elles ne règlent en rien le financement des retraites.

Elles retarderont l’âge de la retraite à 70 ans pour les générations à venir : c’est une loi anti-jeunes sur la retraite que nous propose le gouvernement socialiste.

Elles confirment la dégradation des retraites actuelles.

Le fait de dissocier le régime général de celui de la fonction publique ne doit tromper personne, l’unique raison est de démobiliser les travailleurs de ce secteur ainsi que les régimes spéciaux.

La fonction publique a d’ailleurs toutes les raisons de se mobiliser le 10 septembre quand on sait la perte de pouvoir d’achat que les fonctionnaires subissent depuis des années.

Leurs retraites en sera aussi affectée.

Et puis le 10 septembre, c’est le coup d’envoi pour une grande bataille pour les salaires, les pensions de retraites, les conditions d’emploi et de travail.

Le 10 septembre c’est le moyen de peser sur le débat à l’assemblée nationale et au sénat sur le projet de loi que le gouvernement déposera sur les retraites.

Le 10 septembre c’est aussi le coup d’envoi pour une bataille d’idées et revendicatives dans toutes les entreprises, les services et bureau pour mettre fin à l’austérité salariale.

Oui, le 10 septembre n’est pas une journée banale de mobilisation, c’est le signal de la révolte des salariés contre un patronat qui empoche et un gouvernement qui leur rempli les poches au lieu de celles du monde du travail.

Alors pas un, pas une, d’entre nous ne doit rester l’arme au pied le 10 septembre.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article