Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LA COUR DES COMPTES SE TROMPE DE CIBLE

Publié le 18 Septembre 2013 par aragon 43 in politique

LA COUR DES COMPTES SE TROMPE DE CIBLE

Sécurité sociale : la Cour des comptes se trompe de cible

Dans le cadre de la préparation du PLFSS 2014, la Cour des comptes vient de publier un rapport portant pas moins de 82 recommandations visant à appliquer la stratégie de réduction de la dépense publique et sociale à la sécurité sociale. Prenant appui sur une dégradation des comptes de la sécurité sociale par rapport aux prévisions, la Cour propose "d'enrayer la spirale de la dette sociale" en accentuant notamment la pression sur les dépenses de soins et en augmentant les prélèvements sociaux et fiscaux sur les ménages.

Côté recettes, elle propose un élargissement ciblé de l'assiette de la CSG, une remise en cause des "niches sociales" et une affectation systématique des hausses des prélèvements au remboursement de la dette sociale (CADES), plutôt qu'à la réponse aux besoins sociaux de la population. Ces préconisations ne permettront pas de résorber le moindre déficit. Côté dépenses, elle propose une saignée supplémentaire pour la branche maladie. La retraite des agriculteurs est aussi dans le collimateur, puisqu'elle propose de remettre en cause certains mécanismes permettant de diminuer les cotisations sociales des agriculteurs. Ce qui leur serait donné dans la réforme des retraites leur serait alors retiré dans le PLFSS 2014 !

Cette nouvelle attaque contre la sécurité sociale se trompe une fois de plus de cible. Ce n'est donc pas en faisant une fois encore pression sur les dépenses de sécurité sociale que les comptes sociaux se redresseront ou que la dette sociale se résorbera. Au contraire, les seuls gagnants de l'opération seront comme à l'accoutumée les acteurs privés et financiers. C'est en travaillant à l'augmentation de l'emploi de qualité et des salaires que l'on pourra assurer les comptes de la sécurité sociale. Le gouvernement doit avoir le courage de changer de cap, de s'attaquer à l'idéologie dominante régressive de baisse du coût du travail et de lui opposer la baisse du coût du capital.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Commenter cet article