L'ESPION QUI VENAIT DE L'OUEST

Publié le 30 Juin 2013

le vilain racontar

L’Europe libérale est en branle-bas

Un affreux espion américain espionnait

Jusque dans les alcôves où se mitonnait

Sur les oreillers biens dodus les coups-bas

 

De Paris à Berlin en passant par Londres

Les coquins ont peur que leurs secrets

Soient révélés au grand jour par ce paltoquet

Terrible serait pour eux que confidentiel s’effondre

 

Le crétin Barroso est au abois

Crainte que son mandat soit écourté

Que les confidences soient repérées

Celles où  Hollande il rudoie

 

Tous et toutes gémissent de la désinvolture

De leur ami Obama qui sait tout

Et pourrait les trainer dans la boue

De son austérité décrété et accepté sans murmure

 

Chacun y va de son couplet

Pour dire que c’est une affaire d’écoute

Que le capitalisme américain personne n’en doute

N’espionne que pour prendre terroriste au collet

 

Bigre quelle honte d’être ainsi écouté

Traité Europe-Etats-Unis va-t-il  en souffrir

N’est-ce pas pour tout libéral un plaisir

D’être ainsi épié pour un meilleur marché

 

Morale de l’histoire et de la flibusterie

L’espion a ouvert la boite de pandore

Bientôt se révéleront quelques accords

Qu’Hollande a passé avec l’Europe des profits

 

Bernard LAMIRAND  

 

 

L'ESPION QUI VENAIT DE L'OUEST

Rédigé par aragon 43

Publié dans #poêmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article