Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

UN DROLE DE PREMIER MAI

Publié le 1 Mai 2011 par aragon 43 in Actualités

UN DROLE DE PREMIER MAI

Les commentateurs de la télévision ont conclu que le 1er mai  2011 était moins important que celui de 2010.

C'est vrai les cortèges étaient moins fournis.

Attentisme, découragements, un temps qui excitait à la plage , au jardinage;  bref de multiples déductions que l'on peut faire pour invoquer cette moindre participation.

Mais ceux qui prennent leur désir pour des réalités pourraient vite déchanter, en effet, les luttes dans les entreprises se multiplient en ce moment sur les salaires.

Un drôle de premier quand même. C'est le jour que le Vatican a choisi pour béatifier Jean Paul 2 qui aurait fait des miracles en sauvant de la maladie de parkinson une bonne sœur.

64242691Tant mieux pour elle.

Mais on aurait aimé que le pape fasse d'autres miracles, par exemple qu'il multiplie le SMIC par deux dans les entreprises.

C'est bizarre, dans la chronologie des miracles vaticanais, on ne trouve jamais une satisfaction sociale et revendicative. Encore moins pour sauver les emplois menacés par des patrons voyous comme disait le chanoine de Latran, le dénommé Sarkozy.

Le miracle du 1er mai était ailleurs, à Londres, où on en finissait plus de louanger une roturière devenue princesse et qui a épousé son prince charmant. Le dit prince charmant, ne prenant pas la peine de faire un voyage de noces, et de s'en retourner à son travail de pilote de chasse. Peut-être pour bombarder Kadhafi?

Et puis en guise de défilé, les perroquets qui avaient mis du monde sur l'affaire de la béatification et du mariage du prince avec la roturière, faisaient la comparaison entre les foules de Londres et de Rome, les uns s'agenouillant devant le futur couple royal et les autres devant le cercueil de Jean Paul.

Et puis il ne fallait pas oublier la vedette préfabriquée du 1er mai, la fille à Le Pen, tournoyant sur son estrade et vociférant contre les syndicats. On se serait cru du temps des camelots du roi qui éructaient contre la CGT  et le parti communiste d'avant guerre.

Pour bien mettre en avant son éonisme social, les caméras se sont longuement attardées sur des jeunes qui convenaient pour la manœuvre et collaient plutôt à la physionomie de scouts de l'extrême droite catholique qu'à des ouvriers fatigués par les cadences de travail.

Et puis le clou de la soirée de ce premier mai, dont on aurait pu  penser, puisqu'il est celui de la journée internationale des travailleurs, que les syndicalistes auraient été invité sur toutes les chaines, eh bien nenni, toute la fin d'après midi de ce dimanche nous avons vu défilé les candidats socialistes pour faire risette aux téléspectateurs et pour dire toujours les même banalités dans leur concours de beauté pour les présidentielles.

Nous avons vu Moscovici le fidèle de Strauss-Kahn nous promettant des jours de guerres partout dans le monde où il y a à installer les démocraties libérales qu'il adore tant, puis vint le tour de Valls qui continue à tourner comme une bourrique autour de son manège s'arrêtant à toutes les mangeoires télévisuelles et enfin celui qui se voit déjà sur les plus hautes marches pour continuer ce présidentialisme monarchique, le sieur Hollande.

Bref un premier mai où  les clochettes du muguet avaient un parfum périmé.

 

Bernard LAMIRAND

Commenter cet article