UN 5 MARS POINT DE DEPART

Publié le 5 Mars 2013

             388727 10150497922734474 638444473 8446048 1162070067 n 

 UNE PREMIERE ACTION QUI EN PREPARE D’AUTRES


Prés de 200000 manifestants- es se sont retrouvés dans la rue pour manifester leur hostilité à l’accord désastreux qui lierait le salarié à ses patrons par une corde qui ressemblerait à celle du pendu.

Le travail syndical, fait notamment par la CGT, pour expliquer ce qu’il y a de funeste dans l’accord  qu’ont signé le Patronat, la CFDT, la CGC, la CFTC va se trouver maintenant porté au débat et au vote des députés et des sénateurs à partir d’un texte que le gouvernement socialiste, les signataires voudraient ne pas voir une virgule modifiée.

L’alliance Patronat, Droite Sarkozienne, syndicats défaitistes et gouvernement socialiste est éclatante à travers ce texte funeste pour le monde du travail.

Ce travail syndical  réalisé aussi avec FO, va se poursuivre quoiqu’il arrive ; et même si les députés et les sénateurs socialistes l’approuvent en galante compagnie avec la droite qui ne s’attendait pas à un pareil cadeau.

Mais cet accord sera alors rapidement mis au feu de la vie avec tous les « saloperies » qui le composent et en particulier les pertes de salaires, les durées du travail à la tête du client et selon le carnet de commandes, la mobilité qui feront des travailleurs des  nomades et des travailleurs ambulants.

La lutte se poursuivra alors et s’intensifiera donc  quand la réalité viendra frapper le salarié dans son travail et les règles qui en faisait un salarié doté de garanties sociales.

Le gouvernement, ce jour, se frotte les mains d’une participation modeste à la journée d’action, dit-il ( quelle laideur d’un gouvernement de gauche qui s’en congratule). Mais il aurait tort de s’en tenir à cette participation, somme toute pas si mal que çà, et si des travailleurs ne sont pas venus, ils n’en penses pas moins sur ce gouvernement qui ruine leurs droits sociaux et le code du travail censé les protéger.

D’ailleurs, en terme d’applaudimètre, le gouvernement devrait plutôt regarder sa cote de popularité qui s’effondre et porte la marque de la grande déception de ceux qui lui avait fait confiance.

Cet accord que je qualifie « d’insécurité de l’emploi » amènera à moins d’emploi salariés, à du chômage encore plus important, à une destruction du contrat à durée indéterminé et aux deux bouts de la chaine, c'est-à-dire la jeunesse et les séniors de plus de 60 ans, ceux-ci seront les principales victimes avec des taux de chômage et de précarité qui gonfleront avec cet accord qui les rendra assujetti à la rentabilité du capital engagé et au coût du travail toujours trop onéreux à réduire.

Ce gouvernement nous entraine à la paupérisation de la population.

C’est terrible de devoir porter un tel jugement sur un gouvernement qui se dit de gauche et qui applique, tout compte fait, sur le plan de l’économie et du social les mêmes recettes que son prédécesseur.

Tout cela est grave, car derrière le patronat ne se sent plus et en demandera toujours plus, la droite se sent des ailes et le Front national compte sur l’écœurement des gens pour devenir la fausse alternative à un pouvoir qui conforte le « tous pourris » de réactionnaires de tout poil.

Le Parti socialiste en s’enfermant dans la politique d’austérité favorise la réaction et il en porte déjà la responsabilité.

Cette manifestation revêtait une grande importance, elle donne confiance, elle amorce les luttes prochaines et des luttes contre ce patronat retors qui n’hésitera pas un seul instant à mettre dans le rouge des entreprises pour réduire les salaires, imposer mobilité, ses temps de travail morcelés et ses emplois précaires.

Oui plus que jamais la lutte pour que le changement doit s’organiser.

Ce n’est qu’un début, continuons le combat.

Bernard LAMIRAND

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Canaille le Rouge 05/03/2013 19:13


 retire moi donc ce rose. Dans la période tu vas te faire charrier par tout tes potes.