Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

SERVIER: QUAND LE PRESIDENT REMET LA GRAND'CROIX DE LA LEGION D'HONNEUR AU CREATEUR DU MEDIATOR

27 Décembre 2010 , Rédigé par aragon 43

ALLOCUTION DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

à l’occasion de la remise des insignes de Grand'Croix
de la Légion d’Honneur au Docteur Jacques SERVIER
Président fondateur des Laboratoires Servier

Palais de l’Élysée – Mardi 7 juillet 2009




Monsieur le Docteur, Monsieur le président, Cher Jacques SERVIER,

Votre histoire, c’est une grande histoire française riche de leçons. Vous avez traversé le siècle - on ne le dirait pas - et vous êtes pleinement engagé dans les nouveaux défis de notre temps.

Je me souviens de notre première rencontre en 1983. C’était déraisonnable, c’est là que je vois que vous êtes enthousiaste, vous pensiez déjà à l’époque que je serai Président de la République. Incorrigible Jacques SERVIER !

Vous êtes un personnage hors du commun. Votre ascèse et votre sobriété forcent le respect de tous.

Mais je ne veux pas faire votre portrait, comme on croque quelqu’un à distance. Je vous connais trop bien pour cela. Je préfère tenter d’exprimer votre identité profonde.

Vous êtes avant tout un médecin, un homme de santé et de recherche. Vous êtes à la fois docteur en médecine et docteur en pharmacie. C’était un fait rare en 1950, cela le reste aujourd’hui.

Vous avez été formé à l’école de la médecine française, celle de Pasteur, celle des nombreux prix Nobel dont notre pays peut s’enorgueillir. Je le dis devant Roselyne BACHELOT, l’école de médecine française – ce à quoi elle croit - est une école d’excellence. J’entends parfois certains opposer les soins et la recherche. C’est oublier d’où vient la médecine de notre pays. C’est négliger les fondements de l’enseignement des Jean BERNARD et autres Jean HAMBURGER. C’est ignorer que l’amélioration de la santé humaine résulte des innovations de la recherche et des progrès qu’elles ont permis.

Le groupe auquel vous avez donné votre nom, est un laboratoire de recherches et vous êtes passionnément attaché à cette spécificité.

Vous avez fait de votre groupe une fondation. Raymond et moi, on y a joué un rôle. Grâce à ce statut, tous les résultats du groupe sont réinvestis dans la recherche. Aucun dividende n’est distribué. Tous les médicaments SERVIER sont issus de la recherche du groupe et vous parvenez, avec les 20 000 collaborateurs du groupe, à inscrire ce site dans la durée, à le faire fonctionner année après année.

Vous êtes médecin Jacques et, à ce titre, vous avez une conception profondément humaine de votre métier. Vous vous êtes battu toute votre vie pour soulager et pour guérir, pour proposer aux médecins et à leurs patients des médicaments efficaces.

Au sein du groupe, vous avez prêté une attention particulière aux collaborateurs et à leur talent. Vous vous êtes très tôt préoccupé de la place des femmes à tous les échelons du management. Vous avez fait du groupe SERVIER une fondation et vous avez voulu protéger les femmes et les hommes de votre entreprise plutôt qu’attirer les capitaux. Vous nous rappelez que les capitaux n’ont d’autre destination que de servir les projets que chacun d’entre nous porte en lui. L’homme n’a pas à être soumis aux caprices du capitalisme et encore moins aux caprices de la spéculation.

Jacques, vous êtes un entrepreneur comme la France en compte peu. Les Laboratoires SERVIER, entre 48 et aujourd’hui, ont connu un développement remarquable. De la pharmacie familiale à Orléans, neuf employés. En 54, l’entreprise s’installe à Neuilly. Aujourd’hui les Laboratoires SERVIER sont présents dans 150 pays, avec des positions très fortes en Russie, en Chine, en Europe de l’Est. 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et l’effort de recherche et de développement représente 25% du chiffre d’affaires.

Vous n’avez eu de cesse de prendre des risques. Je sais bien que passer d’Orléans à Neuilly, c’était déjà, pour reprendre vos mots, se développer à l’international.

En tant qu’entrepreneur, vous avez été souvent sévère à l’endroit de l’administration française. Vous critiquez l’empilement des mesures, des normes, des structures et vous avez raison.

Enfin Jacques, vous être un patriote. Grâce à vous, notre pays peut saluer une industrie de classe mondiale. C’est un privilège réservé à moins d’une dizaine de pays dans le monde.

Et puis, vous êtes un homme fidèle. Vous êtes quelqu’un qui ne retire pas son amitié. Vous êtes un homme courageux et vous être un visionnaire.

La nation vous est reconnaissante de ce que vous faites. Vous êtes une publicité vivante pour les médicaments SERVIER parce que, franchement, l’âge n’a absolument aucune prise sur vous. Je dirais même que par une certaine coquetterie, vous rajeunissez Jacques. C’est extrêmement énervant !

J’espère que chacun aura compris que c’est un grand Français que je vais décorer au nom de la République française.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Patrick 04/01/2011 11:15



Quand les laboratoires Servier utilisent les bonnes vieilles méthodes de barbouzes.

22 Mars 1996, un fax est envoyé par la présidente de Servier Amérique et épouse de Jacques Servier, à la société Wyeth pour "préparer des plans pour neutraliser ces messieurs" en parlant de
certains épidémiologistes qui mettaient en lumière les dangers de l'Isomeride, médicament mortel produit par Servier.

Des cercueils anonymes arrivent par voie postale chez ceux qui s'opposent à Servier. D'autres opposants reçoivent même  des photos de leurs enfants sur le chemin de l'école... Tout un
programme!

Les détectives privées et les menaces de mort sont monnaie courante chez Servier.

Dès 1999, la dangerosité  du médicament controversé est établi par plusieurs rapports accablant, mais pourtant l'AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) ne
réagira pas et ne bougera pas le petit doigt... Normal, Servier représente le deuxième plus gros producteur de médicament français, et quand on sait que l'AFSSAPS tire ses revenus des
laboratoires pharmaceutiques... Qui irait trancher la gorge de son meilleurs client?

C'est en 1997 qu'un deuxième produit "made in Servier" est déclaré comme hyper dangereux: L'Isomeride, qui sera d'ailleurs retiré du marché mondial. Le médiator, lui, ne sera retiré qu'en 2009,
présentant pourtant les mêmes composantes.

Les scandales concernant les techniques mafieuses des compagnies pharmaceutiques sont assez rares car très bien dissimulées, mais lorsqu'il y a plusieurs milliers de morts, ça devient difficile à
cacher.

Nous nous rappelons dans les années 80, Claude Evin, alors Ministre de la Santé, qui avait fait pression sur la famille d'une victime du VIH pour qu'elle retire leur plainte, lançant  la
polémique sur les liens financiers entre certaines personnes bien placées dans le gouvernement et les compagnies pharmaceutiques.

Dans les années 1980, l'actuel député Nicolas About, grand défenseur de la cause pharmaceutique, avaient travaillé chez SANOFI ainsi que chez Servier. Il a été à l'origine d'un plan pour "dégager
tous les groupes qui pourraient mettre un frein à l'industrie du médicament". C'est ainsi que le mot "secte" prit toute son ampleur pour désigner les groupes de personnes voulant se soigner
autrement et qu'aujourd'hui encore les médecines douces sont prises à parti par les pouvoirs publics (voir les rapports de la Mission Interministeriel de lutte et de vigilance contre les dérives
sectaires (www.miviludes.gouv.fr)

D'ailleurs, en 2006, le president de SANOFI AVENTIS, Jean François DEHECQ, narguait clairement les politiciens en leur reprochant d'être bien content de venir aux cocktails d'ouverture des
nouvelles usines SANOFI, mais qu'en échange il faudrait qu'ils rendent un peu la pareil... signifiant bien une pression d'un géant des laboratoires sur la classe politique.

Roselyne Bachelot qui, en 2009, était au cœur de la polémique sur le vaccin H1N1, virus qui d'ailleurs n'a jamais vu le jour en France, symbole d'une campagne marketing raté des labos, avait bien
entendu des actions et responsabilités dans le milieu des compagnies pharmaceutiques.

La France est aujourd'hui le plus gros consommateur européen de médicament.