Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

SE LIBERER DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE

Publié le 19 Mai 2011 par aragon 43 in politique

divers_005.gif UNE PRESIDENTIELLE MALSAINE

L'infection est à son comble.

Le virus inoculé en 1958, avec une constitution créant un monarque pour diriger la république, atteint toutes les parties du corps républicain.

On peut dire qu'elle est malade et qu'elle a besoin de se libérer de ce virus qui infeste la vie politique française.

Je ne parlerai pas de son dernier avatar concernant DSK : laissons les choses se révéler.

S'il y a des choses à dire en ce moment, c'est la profondeur de la crise de ce système capitaliste et de sa démarche de plus en plus véreuse. Le directeur du FMI a fait d'autres violences que celles qui lui sont présumées notamment d'avoir plongé dans l'abime des pauvres gens pour payer la dette des riches et renflouer leurs comptes bancaires.

Allez demander aux grecs ce qu'ils pensent de ce Monsieur, ils vous diront que cet individu les as mis sur la paille.

N'oublions pas  que jusqu'à sa démission il était le fondé de pouvoir de l'oratoire capitaliste et que son parrain était Sarkozy.

Mais ce 19 mai, je me bornerais qu'à parler de cette élection présidentielle qui prend une tournure de plus en plus détestable.

Emmanuelli, dirigeant du PS, disait sur France -Inter, ce jour, à une question posée par un journaliste sur l'élection présidentielle au suffrage universel, qu'il était contre mais que les français n'accepteraient pas de ne plus élire directement le président de la République.

Il faut aller jusqu'au bout brave Emmanuelli !

Le courage politique est de dire aux français que cette élection n'a rien de démocratique quand on confie le pouvoir à un homme pour cinq ans et que celui-ci en dispose comme bon lui semble avec une Assemblée nationale croupion.

La constitution française de 1958 a été taillée sur mesure pour De Gaulle, elle venait à point pour le capital, à un moment donné où la France se débattait avec les guerres de libération pour mettre fin au colonialisme, le système politique de l'époque était vermoulu dans les alliances de la troisième force  regroupant tous les anti-communistes, notamment les socialistes, le capitalisme avait besoin de passer à l'étape supérieure de domination  et les français ont été poussés vers un plébiscite avec un sauveur suprême.

Un régime monarco-présidentiel naissant au point que les suivants s'en emparèrent  y compris celui que Mélenchon adule, Mitterrand, qui a donné sa touche personnelle à ce système devenant de plus en plus cynique.

Une élection présidentielle dont les socialistes se satisfirent au point qu'ils le feront coexister sous Jospin premier ministre avec les législatives pour cinq ans. En quelque sorte un régime présidentiel permettant de conférer à l'élection du Président de la république un rôle prééminent sur celui des assemblées élues.

Le président actuel, avec ses  inconduites et dérapages, a amené la fonction présidentielle à ne plus avoir  l'estime et le respect des français.

Nous n'en sommes plus à ces errements politiques mais à d'autres plus irréconciliables: celui d'individus prêts à toutes les "saloperies" pour arriver au pouvoir et détenir la houppette présidentielle leur permettant d'assouvir leurs ambitions et appétences personnelles et de leur clique.

Le système est vérolé, tellement vérolé que les charognards du Front national survolent la plaine en quête de résidus.

De voir tous ces prétendants à la recherche d'une carrière où l'objectif n'est pas de travailler avec le peuple pour changer la vie en bien est  en effet de plus en plus mal vécu par tous ceux qui souffrent de ces politiques qui ne visent qu'à défendre les intérêts des opulents.

Regardons les, ces gens là, à la recherche d'une carrière, "du tout pour leur gueule"; il est temps de passer à autre chose et de se débarrasser de ce virus inoculé par la bourgeoisie en 1958 d'une constitution permettant d'avoir procuration par le peuple pour diriger celui-ci par le bout du nez. La belle phrase de l'Internationale disait ( ni dieu ni maitre): reprenons-là et mettons en l'air cette élection présidentielle !

Emmanuelli ne va pas jusqu'au bout de son raisonnement exposant pour ainsi dire qu'il serait chimérique de demander aux français de ne plus élire un Président de la république au suffrage universel.

Allons… du courage, Emmanuelli !

L'actuel Président de la République a amené cette fonction au bout du bout, elle est devenu pour nombre de français une sorte de "vomi ". Mais en fait, cela dépasse les conduites humaines nauséabondes, cette constitution est indigeste :  le contraire de la démocratie et de l'expression du peuple.

Il faut donc en finir avec cette élection et cette constitution de 1958.

Retirer ce masque de  démocratie cachant depuis 1958 le visage hideux de l'hydre capitaliste.

Le courage politique c'est de dire au peuple qu'il faut mettre un terme à cette élection  et de l'indiquer carrément dans les professions de foi des candidats en 2012.

J'espère que le programme partagé du "Front de gauche" indiquera ce but : suppression de l'élection présidentielle au suffrage universel, nouvelle constitution donnant tous les pouvoirs à l'assemblée nationale et  au peuple par la démocratie dans les lieux du travail, dans les communes et les régions et départements.

J'espère que le candidat que le PCF désignera aura ce courage politique :  n'oublions pas que les communistes ont été les plus ardents combattants contre la constitution de 1958.

 

Bernard LAMIRAND

Commenter cet article

Canaille le rouge 19/05/2011 21:21



j'ai bien peur que mon approbation des 4/5eme de ton texte n'achoppe pour être total sur ce dernier 5ème.


Mais sinon, je partage tout le dévellopement de ton analyse, ce qui ne te surprendra pas.