LES FOUETTARDS

Publié le 26 Août 2012

LES  FOUETTARDS

 

En fin de semaine, Merkel et son ami Hollande ont reçu tout à tour le premier ministre grec venu demander un petit délai supplémentaire pour gruger ce peuple mis à la diète pour payer les frasques bancaires et capitalistes.

Auparavant, les deux acolytes avaient préparé la rencontre à Berlin, devenu le lieu  décisions où l’Allemagne dicte ses règles libérales à tous les peuples européens.

Cela s’est vérifié, ce dimanche, quand Hollande et le premier ministre grec se sont présentés sur le perron de l’Elysée où nous avons pu voir le dirigeant grec s’incliner devant l’ukase germano-français de payer la dette dans les délais et en prenant les mesures adéquates pour y parvenir.

L’austérité pour le peuple grec, telle est l’ordonnance renouvelée par le professeure Merkel et par son assistant Hollande.

En fait, un vieux remède, un peu comme ces doctes médecins qui dans le passé soignaient l’anémie par des sangsues censées  purifier le malade, qui, du même coup, finissait par en mourir.

On peut comprendre que Merkel, dirigeante de la droite capitaliste et libéral fasse payer les pauvres et surtout pas les riches grecs mais qu’Hollande ,élu socialiste, préconise les mêmes cures d’austérité et encourage ce premier ministre grec, homme des banques et d’une droite extrême, à aller encore plus fort dans le remise en cause des droits sociaux d’un peuple complètement nu est intolérable.

On peut aussi saisir à travers ce nouvel épisode austéritaire envers les grecs, l’attitude nonchalante voir muette concernant une vraie relance française par les salaires dans notre pays

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article