LE PROJET DE LOI EN FAVEUR DU CAPITAL 'PASTICHE)

Publié le 6 Mars 2013

 

UN PASTICHE


601080 497726220271206 203180868 n

PROJET DE LOI – SUR L' INSECURISATION DE L’EMPLOI EN GAULE


Le ministre du chômage de la Gaule, de l’emploi précaire, de la formation libérale et du dialogue patronal a présenté un projet de loi relatif relatif à précarité de l’emploi ce jour.

La Grande messe libérale de juillet 2012, sous le contrôle du patronat, avait inscrit un partenariat interprofessionnel de l’emploi, pour apporter des solutions que nous savions nécessaire de ne pas les révèler d'un seul coup pour ne pas effaroucher les syndicats croupions  : il s'agit de la lutte contre le vrai emploi à durée indéterminée, d'obtenir des mutations économiques en faveur du dividende, de rechercher de solutions les plus individualistes pour préserver les profits. L’accord national interprofessionnel conclu le 11 janvier 2013, sous les fonds baptismaux du Medef, répond à ces défis. Le Gouvernement de la Gaule ,de la précarité de l'emploi, a ainsi construit le projet de loi arrangé ce jour pour satisfaire la volonté divine patronale.

Ce projet est le citron pressé d’une attirance pour le profit de quelques uns, celui donc de la préférence patronale et la macule d’une prétention : l'appel à tous pour redresseer le taux de profit maximum du CAC 40 et pour éviter des départs massifs de milliardaires français en Belgique et lutter en consèquence contre le coût du travail devenu une charge insurmontable pour la libre entreprise. Il s’inscrit dans le cap fixé par le Président de la République gauloise : « mobiliser les forces de l'argent de notre pays vers des solutions nouvelles pour réaliser les meilleures dividendes ».

Le président a rappelé qu'il était le meilleur ami de la finance internationale.

Les partenaires sociaux ( sauf CGT qui n'apprécie pas ce mot et FO) ont donc été convaincus, lors de la réalisation du projet de l'insécurité de l'emploi, qu'il fallait l'abnégation du monde du travail envers les patrons et plus particulièrement les multinationales pour que l'usure et le dividende battent des records en Gaule.

Le projet de loi traduit de manière infâme ( c'est nécessaire) l’accord du 11 janvier et les engagements des partenaires, pour aider davantage le capital à avoir des salariés à sa discrétion sans être importuné par les syndicats récalcitrants qui ont manifesté hier leurs objections.

Cet accord créé :

- de nouveaux droits, individuels et collectifs particulièrement la complémentaire santé à la saint-glin-glin avec des compagnies d'assurance choisies par le patronat, la mise en place de formation dite patronale pour avoir des salariés ayant l'échine la plus courbée possible, la mobilité dans une autre entreprise y compris dans les pays sans droits sociaux, avec des salaires au lance pierre, et enfin la présence au sein des conseils d’administration de quelques uns des partenaires syndicaux à titre facultatif;

- lutter contre l’emploi à temps plein pour des emplois plus malléables ;

- favoriser l’anticipation négociée des mutations économiques pour développer les compétences des milliardaires à exploiter la main d'oeuvre et à récupérer le maximum de plus value : gestion prévisionnelle des emplois actuels pour les transformer en emploi précaires , refonte du dispositif de chômage partiel pour le rendre plus attractifs pour le patronat, baisse des salaires ;

- encadrer les licenciements économiques, avec une modification profonde des procédures pour rendre plus facile les départs sans perdre de temps avec les procédures judiciaires.

Ce projet de loi renforcera les droits de la finance considérés comme intangible.

Signé, Le Ministre de la Gaule en Chômage

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article