Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LE PEN IL FAUT EN DISCUTER

Publié le 29 Avril 2011 par aragon 43 in politique

LE PEN IL FAUT EN DISCUTER

Ce n'est pas la première fois que la classe ouvrière est sujette à des tentatives de la part de l'extrême droite en France ( Boulangisme, croix de feu, cagoule, pétainisme, OAS).h-20-2430703-1299779108.jpg

Marine le pen en compagnie de Franz Schönhuber, ex-waffen SS de la division « Charlemagne »…

Cela survient toujours dans les périodes difficiles du capitalisme en crise.

Rappelons aussi les discours de Barrès, de Maurras.

Rappelons les montées avant 1936 stoppées par le Front Populaire.

La CGT est dans son rôle syndical quand elle affirme que ce parti FN n'est pas comme les autres partis et que l'idée de préférence nationale le place comme un parti xénophobe, ce qui est contraire aux statuts de la CGT.

Elle est aussi en relation avec sa démarche syndicale quand elle dénonce cette organisation comme adversaire des salariés sur leurs droits sociaux notamment.

Mais allons plus loin:  la CGT peut aussi condamner cette organisation comme un retour à un pétainisme avéré quand celle-ci affirme la création de cercle syndicaux lié aux métiers, car c'est la charte du travail de Pétain avec le corporatisme etc.

Travail, famille, patrie, dénonciation,racisme, xénophobie, stigmatisation, mise à l'index etc.  Voilà ce qui se trame.

Cette organisation doit être combattue vivement dans les entreprises.

Les militants doivent discuter avec les salariés en proie à d'immenses souffrances au travail et dont les plus fragilisés pourraient trouver avec la fille à Le Pen une sorte de baume qui tout compte fait n'aviverait que leurs plaies.

Il faut faire attention aux sondages actuels: certes il y a une montée du vote front national parmi les salariés et en particulier les plus déstabilisés par la crise du système capitaliste. Ces sondages gonflent le pourcentage, en effet il n'est pas tenue compte de l'abstention.

L'abstention est actuellement massive chez les ouvriers.

Les chiffres indiqués par la presse ces jours-ci masquent l'importance de l'abstention ouvrière.

Cela veut dire aussi que les ouvriers, en général, n'ont pas fait le pas vers cette organisation de haine.

Quand je dis qu'il faut discuter  aussi bien avec ceux qui votent FN que ceux qui s'abstiennent, cela veut dire qu'il faut aller à la rencontre des salariés dans les entreprises et si ce rôle revient aux syndicats et en particulier à la CGT, il revient aussi aux démocrates d'aller à leur rencontre et discuter avec eux que leur devenir ne se réglera que par leur mobilisation syndicale et surtout pas par leur inclination passive vers la fille de Le Pen comme remède de rebouteux.

Il serait vain d'aller les voir -ceux qui ont voté pour le Front national- pour condamner leur vote. Il y a mieux à faire, c'est engager avec eux la discussion sur leurs souffrances, leur mal-être, la vie difficile qu'ils mènent en ce moment, sur la façon dont ensemble on pourrait s'en sortir, sur les responsables de leur situation et en particulier la qualification des coupables en remontant jusqu'à Sarkozy et Le Pen et en oubliant pas ces alternances malfaisantes droite PS qui permettent à chaque fois au système de faire payer les travailleurs et non les riches.

Le Pen, c'est  le chancre (aussi appelés cancer de l'arbre):  c'est une maladie de l'arbre causée par des champignons (maladies cryptogamiques) ou des bactéries... On sait que lorsqu'ils sont en colonie sur l'arbre, ce n'est pas pour le guérir. C'est la même chose pour le FHAINE, il ne guérira pas la société, au contraire il est là pour la rendre encore  plus malade pour le compte du capitalisme et assurer vaille que vaille sa pérennité.

Discutons en avec tous les salariés.

Le  meilleur antidote à cette montée dans la crise du système capitaliste de thèses d'extrême droite , c'est bien la lutte syndicale revendicative.

Cette extrême droite actuellement est tout compte fait un obstacle mis en travers de la lutte par la bourgeoisie et le patronat qui savent que dans le profond de la société, face à une crise durable, tous les ingrédients sont là pour un dépassement du capitalisme et que le FN est un excellent moyen pour détourner les travailleurs de la lutte de classe.

Alors toutes les raisons sont là pour que les communistes mènent dans les entreprises un combat de fond et démasquent les mystifications de la fille à Le Pen.

Pour cela il faut quitter les combats politiciens et se rendre là où il faut.

Bernard LAMIRAND

Commenter cet article

Canaille le rouge 01/05/2011 22:00



il faudra poursuivre ce débat. Je pense que nous avons à la fois des points durs partagés sans probllèes,  et d'autres, tout aussi important, qui demandent echanges.


Je pense en particulier que se fixer sur les pourcentages (ce que veulent droite et PS) permet d'éviter de mesurer la réalité de l'influence réel dans le corps social du fn, cela permet de
diaboliser la classe ouvrière alors que sociologiquement parlant (voir la carte des cantonales) il ne faut pas ceder d'un pouce là dessus, ce n'est pas elle qui fait monter le le front de la
haine. Sans se voiler les yeux sur la réalité, cette analyse par les pourcentages est quand même sacrément dopant pour lui et pour le vote utile dès le ptremier tour et est donc un outil de
bipolarisation .Ce point de vue qui n'est pas la réalité du pays est l'outil principal de cette opération.


Cela permet aussi en diaboliosant le pourcentage de contourner (et là c'est bien plus large) la mase de ceux qui ne votent plus et ne sont même pas inscrit sur les liste électorales (et donc même
pas "récupérables" pour un "reflexe républicain").


C'est de mon point de vue, pour l'alternative et la perspective LA question clé. Et là il ne s'agit pas de la question du PCF, mais de la crédibilité du droit de vote comme acquis démocratique
des luttes populaires pour peser sur les choix.


Fraternellement


GH/C le R



aragon 43 29/04/2011 23:35







aragon 43 30/04/2011 07:42



Je viens de lire ta réaction à mon blog.


J'en suis pas surpris. Cela fait partie de nos désaccords sur vote ou abstention. Je me bats pour une candidature communiste, nous ne sommes donc
pas sur le même optique. Cela dit j'écoute ce qui se dit autrement et je respecte ceux qui pensent comme toi une autre façon de voir.


Je maintiens cette affirmation :" L'abstention est actuellement massive chez les ouvriers.


Les chiffres indiqués par la presse ces jours-ci masquent l'importance de l'abstention ouvrière.


Cela veut dire aussi que les ouvriers, en général, n'ont pas fait le pas vers cette organisation de haine".


JE RAJOUTE UNE CHOSE:  L'ETENDUE DE LA CRISE, LE PUTRÉFACTION DU SYSTEME PEUT AMENER AUSSI A L'ABSTENTION AVEC LE REJET DE LA POLITIQUE.


Entre parenthèses, c'est différent de ta phrase que tu m'imputes:" les travailleurs qui s'abstiennent ne sont pas ceux
qui n'aurait pas encore été vers le FN".


Je ne mésestime pas le fait qu'un certain nombre de travailleurs s'abstiennent par manque de confiance comme tu dis à cette gauche qui les a trompés. Je suis même
enclin à partager cela.


Mais en faisant cet article, mon propos n'était pas ce ciblage mais plutôt celui de salariés, qui , fragilisés, choisissent le vote Front National ou encore
pourraient tomber dans ce vote demain si rien n'est fait pour aller débattre avec eux. Ils s'abstiennent mais ils n'ont pas choisi le vote Front National, c'est précieux pour la lutte contre de
fascisme qui relève la tête. Je le dis d'autant plus que là où j'habite, c'est 35 % de votants aux cantonales et le Front national dépasse les 40 % avec surtout le vote des personnes âgés. Dans
ce quartier le chômage dépasse les  40 % dans les cités. Je me suis coltiné les distributions de tracts, le porte à porte, le marché et je puis te dire que si on ne va pas au
débat avec eux y compris en parlant d'une autre perspective, eh bien ils peuvent basculer pour un certain nombre d'entre eux  de l'abstention au vote pour la fille à Le Pen.
Pour le reste, je le dis dans mon article, ce qui va compter c'est notre présence revendicative, l'unité de luttes pour inverser les choses et créer un vrai changement avec une politique autre
que celle menée tant par la droite où par la gauche plurielle dont on pourrait avoir une redite aux présidentielles.


La différence avec toi, je te l'ai déjà dit, moi je combats à l'intérieur et toi tu le fais autrement.


Amitiés Bernard



Canaille le rouge 29/04/2011 18:55



Cette fois , je suis en total désaccord sur un point essentiel : les travailleurs qui s'abstiennent ne sont pas ceux qui n'aurait pas encore été vers le FN.


C'est au contraire ceux qui sont massivement restés fidèles à leur non de gauche au référendum et la totalité des résultats dans les cantons le confirme.


Ce sont les mêmes qui sont écoeurés par des pratiques que toi même tu dénonce dans tes pages. Et le jour où les propositions ne seront pas de savoir comment garder des sièges mais comment
rassembler pour  effectivement récuperer des services public, comment augmenter massivement les salaires en prenant sur le capital comment obtenir des ouvertures de classes et des lits
d'hôpitaux, sans qu'on leur dise deux mois plustatrd on est bloqué par bruxelle ou par le GUE  ou par notre signatures pour le second tout etc., ils seront capables de se mobiliser mais
comme ce n'est pas ce qu'on leur propose, ils n'iron certainement voter pour la haine mais il n'ont plus confiance dans ceux qui les ont laissé pour compte.