Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LA REGLE D'OR DE SARKOZY LE PICSOU DU CAPITAL

Publié le 26 Juillet 2011 par aragon 43 in politique

800px-Standard_oil_octopus_loc_color.jpgLA REGLE D'OR DE SARKOZY

Sarkozy vient d'écrire à chaque parlementaire une lettre (la règle d'or*) pour l'inviter à prendre la mesure des déficits et de les combler.

Pour cela il s'agit de modifier la constitution par les 2 parlements réunis en congrès à Versailles pour que soit adopté l'inscription dans la Constitution de l'obligation d'un retour à l'équilibre budgétaire.

En clair, toutes les collectivités et celle des états devront serrer la ceinture et cela s'inscrit dans la règle d'aucun dépassement au dessus de 3 % de la dette comme l'a précisée la communauté européenne et comme l'indique aussi le pacte "Euro-plus qui se permet de s'ingérer dans les affaires de chaque état en édictant une réglementation s'imposant aux assemblées nationales, en clair les députés français sont soumis aux règles budgétaires de l'Europe capitaliste.

Cette Europe pourrait par exemple refuser le budget décidé par la représentation nationale.

Rappelons que la communauté européenne est un aréopage de chefs d'état et que la commission européenne n'a aucune légitimité n'ayant été élue par aucun citoyen étant une entité désignée au second degré.

Pour aller encore plus profondément dans cette atteinte à la démocratie, la dernière réunion des chefs d'états tenue à Bruxelles pour régler la situation grecque, on a vu siéger à coté des chefs de gouvernements, des banquiers comme Trichet, demain peut-être nous verrons les PDG des grands groupes apporter leurs exigences.

Alors la règle d'or est bien celle de l'argent roi.

En obligeant les gouvernements nationaux à réduire la dette provenant des frasques des capitalistes et des banquiers véreux, l'atteinte est manifeste: c'est par des coupes sombres à réaliser dans les budgets sociaux aussi bien de l'état que de la Sécurité sociale qu'ils veulent éponger les sous remis aux riches pour sauver leurs comptes bancaires.

Cette règle d'or doit donc être rejetée par les deux assemblées et chaque député doit prendre l'engagement de ne pas voter ce texte lui interdisant tout compte fait de légiférer sur le budget national.

Comme cette lettre a été envoyée à tous les députés et sénateurs par Sarkozy, nul doute que derrière cette missive, c'est la pression de l'Elysée sur les élus-es de la nation.

Je pense que tous les députés communistes doivent non seulement dire leur désaccord mais en informer les citoyens de leurs circonscription.

Enfin, règle d'or, qu'est-ce que cela veut dire quand des milliards sont octroyés aux banques pour redresser leurs comptes, pour faire de mirifiques profits alors que pendant ce temps des gens dorment dans la rue, que dans des pays de la corne africaine des hommes, des femmes, des enfants meurent de faim en ce moment et que les seules terres arables encore productives sont détenues par des entreprises agroalimentaires qui exportent les céréales et les légumes produits vers l'occident.

En gros, cette règle d'or peut porter la maxime suivante: " c'est une règle d'or de sauver les riches en appauvrissant les pauvres".

Dégueulasses !

Bernard LAMIRAND

*Les gouvernements de l’Union, la Commission et le Parlement européen, avec la collaboration de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, veulent imposer une nouvelle gouvernance économique assujettie à la bourse avec pour objectif de mettre sous surveillance accrue les budgets nationaux, et de réduire les dépenses publiques.

L'objectif vise à exiger que les budgets des états soient soumis à la commission européenne avant même qu’ils soient débattus par les parlements nationaux.

Il s'agit donc de soumettre les états  à l’objectif de l’équilibre budgétaire, ce que Sarkozy appelle « la règle d’or ».

 

 

Commenter cet article

BOLLE 26/07/2011 20:07



Tout à fait d'accord avec toi Bernard. Cette réforme de la constitution signifie la fin de la souverainté des peuples sur les élus. Ces derniers auront toujours le loisirs de ce caché derriére la
constitution et l'europe, ce qu'ils ont déjà tendance à faire Le peuple est souverain et doit le resté.



Michel Gourmel 26/07/2011 11:37



Remarques :


 


1°) Il n’y a pas 2 parlements réunis en congrès à Versailles, mais un parlement composé de 2 chambres, l’Assemblée Nationale et le Sénat, réunis en congrès à Versailles. On peut supposer que
Sarko va utiliser le stratagème de congrès pour y intégrer le pacte pour l’euro ! … Et ainsi violer le Traité de Lisbonne en considérant que supprimer le droit principal du Parlement est une
réforme mineure. Le Traité de Lisbonne étant
lui-même illégal puisqu’ayant été approuvé en violation de la volonté du peuple français, un parlement ne peut voter contre son peuple.


 


2°) On oublie toujours que dans une « démocratie parlementaire » (sic) comme la France, le parlement est muselé en matière financière : L'article 40 de la
Constitution prévoit que les amendements parlementaires ne sont pas recevables lorsque leur adoption aurait pour conséquence soit une diminution des ressources publiques, soit la
création ou l'aggravation d'une charge publique. Cette disposition draconienne est complétée par une Loi organique (supérieure aux Lois ordinaires) la Loi Organique de
Finance publique (LOLF) l'article 47. Autrement dit, le parlement de son autorité ne peut pas supprimer un impôt ou ajouter une dépense … sociale par exemple. Seul « l’exécutif »
(qui est donc en plus un super-législatif) peut le faire…


 


3°) Pour ce qui est du déficit :


Il n’est pas normal que nos enfants et petits enfants naissent avec une dette de 30.000 € soit 20 millions anciens, parce que Sarko et sa bande font des guerres et des cadeaux à centaines de
milliards d’euros au patronat. Il faut :


a) éradiquer les niches fiscales dans lesquelles s’engouffre le patronat, elles sont faites pour, sinon, cela ferait longtemps qu’elles seraient supprimer,


b) Arrêter tout ces cadeaux au patronat : subventions pour la recherche etc… qui se montent à la moitié des sommes demandées (il suffit de demander le double !) souvent ces recherches
sont bidons et les cadeaux peuvent se cumuler avec d’autres (plus de 100 milliards d’euros).


c) La plupart des aides sont injustifiées, car le patronat a ainsi le beurre, l’argent du beurre et la crémière par-dessus le marché (l’ouvrière ou l’employée) à bas prix … pas d’augmentation du
SMIC … et des cadeaux sur les bas salaires.


d) Il faut changer ce système qui consiste à faire répartir les subventions par les organisations du MEDEF. C’est un self-service extraordinaire, Noël tous les jours ! ! ! C’est un
tonneau de danaïdes pour le contribuable.


e) Il faut aussi rappeler que les privatisations ruinent la France et non le contraire, comme mentent toujours les médias de la pensé unique ! Quand on regarde le déficit, on voit que sous
l’aire Jospin, le plus grand privatiseur de l’histoire - avec l’appui de DSK, la dette, loin de diminuer comme ils le promettaient s’est au contraire envolée, il faut dire que Jospin a multiplié
par 10 les cadeaux au patronnant, en plus des privatisations ! ! !