Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

HOLLANDE VA VERS LES DESIDERATAS DE LA BOURGEOISIE

Publié le 27 Août 2011 par aragon 43 in politique

divers_005.gifHOLLANDE VA VERS LES DESIDERATAS DE LA BOURGEOISIE

Ce vendredi soir est apparu un nouvel homme providentiel comme sait l'engendrer cette cinquième république par une élection présidentielle dépossédant le peuple.

Invité sur le deuxième chaine pour s'expliquer sur son retard à l'université socialiste de La Rochelle, Hollande nous a livré quelques éventualités s'il devient, pour ainsi dire, le futur président de la République.

J'en ai retenu une plus particulièrement: celle de nouvelles exonérations de cotisations sociales en faveur des patrons qui embaucheraient des jeunes salariés-es et garderaient le plus longtemps possible les seniors en activité.

C'est à une question sur le chômage des jeunes, qu'Hollande n'a rien trouvé de mieux que de mettre en concordance l'aide à l'embauche des jeunes et le maintien des seniors au boulot que d'exonérer de cotisations les entrepreneurs qui embaucheraient des jeunes en CDI et maintiendraient de salariés âgés-es jusqu'à l'âge de la retraite et on sait qu'Hollande est un chaud partisan de la remise en cause de la retraite à 60 ans.

C'est scandaleux.

Commencée dans la fin des années 1970, les politiques d'exonérations de cotisations accordées aux entreprises avaient pour but de diminuer le coût du travail et visaient soi-disant à permettre d'embaucher plus facilement  des jeunes et notamment des apprentis et des salariés les moins qualifiés. On a vu les résultats de cette stratégie venant tout droit du MEDEF: le chômage des jeunes n'a jamais été aussi élevé, l'exonération de cotisations sociales à partir de 1,6 smic a permis la course à l'abaissement des salaires pour rentrer dans le système des exonérations et les compensations pour le financement des protections sociales a été pris en compte par l'Etat pour plus de 32 milliards par exemple l'an dernier.

Une somme énorme -que si les exonérations seraient supprimées- reviendrait dans le budget de l'Etat pour être affectées  à des dépenses utiles et éviter la politique d'austérité en cours.

Hollande ne fait donc que de perpétrer et d'accentuer cette politique visant à décharger le capital pour lui permettre de faire davantage de profit en participant de moins en moins à la dépense sociale.

Cela fait partie de cette stratégie visant à dépouiller ce que Croizat ministre du travail et de la sécurité sociale avait mis en place concernant le financement de la Sécurité sociale par la cotisation salariale et de l'entreprise à partir de l'assiette salariale et la remplacer par la CSG qui rappelons-le est une création de Rocard.

Hollande donne donc un coup de pouce supplémentaire à la suppression de toutes cotisations patronales concernant la sécurité sociale.

Ces 32 milliards d'exonération en 2010 sont de l'argent frais pour les actionnaires et pour la spéculation financière et Hollande peut toujours alors nous parler de s'en prendre aux riches, c'est du baratin.  En proposant de nouvelles exonérations, Hollande montre bien que sa future politique ressemblera à celles qui ont  avantagé  le capital et  donc de faire payer la note aux salariés-es et aux retraités-es comme ses compères socialistes européens Papandréou et Zapatero le font actuellement dans leurs pays respectifs.

Ce personnage ne peut inspirer la confiance, et il est évident, qu'à sa manière, certes différemment du drôle qui siège à l'Elysée, sa potion sera amère pour le peuple et la désillusion grande pour ceux qui se seront fait happer par les œillades électorales de cet individu qui n'a qu'une envie s'accaparer du pouvoir et aller dans la penderie de l'Elysée, où existent tout la collection de costumes d'hommes providentiels, qu'il pourra endosser aisément d'autant plus que lui aussi rêve d'être le personnage omnipotent de cette 5eme république qui ne peut qu'enfanter que l'autoritarisme et la continuité d'une politique en faveur d'une classe privilégiée.

Il y a autre chose à faire et j'espère que le PCF va élever la voix, que le Front de Gauche va pousser le discussion pour que le débat ne s'englue pas dans le gestion de la crise et de la dette comme semble s'y conformer l'appareil politicien.

J'attends d'ailleurs du PCF,  qu'il ait, dans cette période, toute son identité dans un débat où le système capitaliste peut être mis à mal parce qu'il ne peut plus présenter de solutions durables à sa crise systémique.

Le PCF a, dans cette aggravation de la crise, a éclairé les français et faire des propositions pour dépasser ce système. La pensée Marx est plus que jamais d'actualité et le débat ne peut être politicien, réduit à régler à la marge, il s'agit en effet d'une situation politique qui mérite des réponses de fonds et de classe.

 

Bernard LAMIRAND

 

              

 

Commenter cet article

les cafards 27/08/2011 18:37



Salut amical des cafards en vadrouille