Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

CROISSANCE FRANCAISE AUX CALENDES GRECS ?

Publié le 8 Juillet 2011 par aragon 43 in politique

lagarde.jpegCROISSANCE LES PROUESSES DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS.

Pour satisfaire la candidature de "Lagarde du capital" au poste bien payé de directeur du Fonds monétaire international (FMI), nous avions eu droit à des commentaires louangeurs envers la ministre de l'économie comme quoi la croissance française repartait du bon pied.

Rappelons nous aussi que "la dame du capital américain" nous avait infligée des déclarations comme quoi la crise était pour ainsi surmontée (cela à son tout début) et qu'il n'y avait pas de dangers pour l'économie française.

Hélas, les faits sont têtus et je cite un communiqué de ce matin émanant de la banque de France qui indique les faiblesses de l'économie française sous "le fouet du Sarkozisme et des hommes d'affaires entourant le chef de l'état" (c'est moi qui le dit).

Voici ce communiqué: "La croissance de l'économie française devrait ralentir à 0,2% au deuxième trimestre, après un début d'année à 0,9%, selon une troisième prévision de la Banque de France, qui est conforme à celle de l'Insee.

La Banque de France a revu en baisse sa prévision de croissance pour le deuxième trimestre à 0,2%, contre 0,4% précédemment et 0,5% en première estimation, au vu de l'évolution de l'activité dont fait état son enquête de conjoncture de juin publiée ce vendredi. Celle-ci montre un recul de l'activité industrielle et un ralentissement sensible de la progression de l'activité dans les services, explique la banque".

Tout cela montre bien que la dame du capital et du FMI est incapable de résoudre la crise sinon que de la faire payer aux pauvres.

En cela, il rejoint son prédécesseur Strauss-Kahn dont elle a fait l'éloge lors de son intronisation comme maitresse du fric du club des  milliardaires mondiaux (FMI fonds des milliardaires internationaux).

Une crise que les gouvernements européens font payer à leurs peuples et notamment dans des pays à direction socialistes comme l'Espagne et la Grèce.

On continue d'ailleurs à fermer des entreprises françaises pour les délocaliser et faire en sorte que cela rapporte plus gros en exploitant ailleurs une main-d'œuvre corvéable à merci.

Cette semaine, dans mon département, vient d'être annoncer la fermeture de Saxby, une entreprise au carnet de commande plein

Jusqu'à présent, je n'ai pas entendu un seul socialiste français mettre en cause cet attirail de mesures d'austérité émanant du FMI, de la communauté européenne. Cela pose la question de l'alternative à gauche pour les présidentielles et les législatives. Peut-on, demain, s'aventurer à envisager une union à gauche si un des partenaires considèrent comme inéluctables les mesures prises en Grèce, au Portugal, en Espagne et hier en Grande Bretagne et en Irlande ?

Il me semble qu'il faut éclairer rapidement cette question et la confrontation des projets en matière économique et sociale doit être en premier plan du débat.

Sinon, cela sera de la tromperie.

Quelle différence y aurait-il alors avec Sarkozy, sinon que de ne plus voir ce personnage à la tête du pays, mais son remplacement par un disciple de l'austérité ne ferait que faire bégayer sa politique et satisfaire les banques et les milieux d'affaires qui ne semblent pas inquiets d'une telle perspective.

 

Bernard LAMIRAND

 

Commenter cet article