CONSEIL D'ETAT OU CONSEIL CONSTITUTIONNEL: LA REACTION DANS TOUS SES ETATS

Publié le 30 Décembre 2012

UNE REPRISE D'UN ARTICLE DE MON CAMARADE CANAILLE LE ROUGE
Dimanche 30 décembre 2012

http://www.routard.com/images_contenu/communaute/photos/publi/134/pt133635.jpg

 

Si vous avez l'occasion de traverser la cour du Palais Royal un mercredi midi, vous y verrez peut-être devisant quelques augustes personnalités dans l'attente que le canon tonne son midi net pour mettre leur pendule à l'heure.

Les uns sont du Conseil Constitutionnel et disent vérifier la constitutionalité des lois, les autres sont du Conseil d'État qui vérifie que le droit est droit et que nulle torsion surtout tirant vers bâbord ne le sort de son axe théorique, lequel est bien pratique pour les gens qui ont les idées ancrées à tribord.

Qu'ils aient domicile au Palais ci devant "Royal" porte en soit, si ce n'est sens, au moins ironie historique.

A quoi ça sert ces machins à cravates, à cire fondue  et huissiers à chaine?

Donnons un exemple tiré dans l'actualité.  Roger, cet archiviste des repères historiques éclairés par le moment présent, ressort avec beaucoup d'à propos cet élément dont les suites sont toujours d'actualité lien ici:

 "En octobre 2011, Sarkozy et son gouvernement des riches et du patronat ont taxé de 35 euros le salarié qui se défend devant le Conseil de prud'hommes et de 135 euros sa procédure devant la Cour d'appel.

Pour le Syndicat des avocats de France, pour la CGT et FO, ces taxes portent atteinte au principe républicain de la gratuité de la justice. Ils ont donc établi un recours devant le Conseil d'état, la plus haute juridiction administrative française.

Le Conseil d'état vient de leur répondre en rejetant leurs prétentions, car la loi a été voté par le Parlement et "le législateur a entendu établir une solidarité financière entre les justiciables dans le but d'intérêt général d'assurer le financement de la réforme de la garde à vue". "

http://s3.e-monsite.com/2011/01/30/11/loi.jpg 

Décembre 2012, le Conseil Constitutionnel au nom du même principe d'égalité des citoyens déclare que la taxation des hyper revenus hors norme humainement mesurable est inégalitaire et donc, il censure le texte voté par un autre parlement mais tout aussi légitime devant la Constitution que celui qui met un ticket d'entrée pour accéder aux prud'hommes.

Pas inutile de rappeler ici qui sont les membres de ce conseil.

Imagine camarade que les papes qui sacralisent depuis des siècles tous les Depardieu au lieu d'être remplacé à bout d'usage et d'usure le soient tous les cinq à sept ans. Comme ils ont un entourage médical de qualité, ils vivent plus longtemps que la moyenne des manants et intègrent "Ad vitam aeternam" les appartements palaçomonarchiques.

Imagine que chacun d'eux et à tour de rôle avec le patron des congrégations de la doctrine de la foi du palais Bourbon, le patron de la sainte inquisition du palais du Luxembourg , puis autour du secrétariat du concile réuni au chateau de Matignon désigne un des membres du collège.

Question : quelle est la probabilité pour qu'un prêtre ouvrier en mission dans les hauts fourneaux de Lorraine ou chez les marins pêcheurs bretons ait une chance de voir une de ces préconisations retenues par ce subliminal sacré collège" ?

Aussi certain que de voir la canaille élu à la présidence du Jockey Club : aucune.

Pas question ici de venir au secours du Blumollet'jazz band ou de prendre les armes pour aller défendre les décisions de la guide des eurosociaucrates mais juste de pointer que  ce bon vieux Marx (encore lui) et quelques uns de ceux qui ont planché sur ses travaux pour les enrichir avaient fichtrement raison. Nos caciques du Palais Royal viennent comme étrennes à la rentes et à l'accumulation en tout genre de le confirmer : l'état est bien un outil de domination d'une classe sur une autre.

La dictature du prolétariat n'est certes plus à l'ordre du jour mais celle du capital et ceux qui tiennent les rennes du rapport social d'exploitation exercent une dictature bien plus féroce et d'autant plus durable qu'elle paraît au plus grand nombre être dans l'ordre des choses.


http://img.over-blog.com/320x318/1/18/15/06/Dossier13/NOM-Capital-j.jpg

 

Si seulement l'année qui s'engage arrivait à fêler le moule, casser les arceaux et commencer à pousser les murs, cette Révolution que certains, l'âge les racornissant ont perdue de vue à mesure qu'ils rancissaient comme les autres, que d'autres désespèrent de voir pointer et que d'autres encore comme La canaille persiste à vouloir épauler ferait de beau progrès.  

Les institutionnels de la politique, tout ceux qui veulent être comme les autres compris, parce qu'ils s'alignent sur l'ordre établi, s'inscrivent tous sans exception dans l'acceptation de ce que ces deux conseils promulguent.

En 2013, être révolutionnaire c'est persister à vouloir casser cet ordre.

Ce sont les masses qui font qui l'Histoire surtout quand les peuples s'en servent pour casser les icones. 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article