CHOMAGE VERS DES RECORDS !!!

Publié le 22 Décembre 2012

divers_067-copie-1.gifVERS UN CHOMAGE DE PLUS EN PLUS MASSIF AVEC LA POLITIQUE DU PATRONAT ET DU GOUVERNEMENT ACTUEL

 

CRISE -COMPETITIVTE-CHOMAGE VONT ENSEMBLE DEMONSTRATION FAITE PAR L’INSEE

L’INSEE vient de publier sa prévision pour l’année 2013.

Une année où le chômage va prendre une proportion jamais atteinte depuis longtemps.

Je cite : « l'Insee s'attend à 40.000 suppressions de postes par trimestre sur la première partie de 2013 dans les secteurs marchands non agricoles et anticipe un taux de chômage à 10,5% fin 2012 et à 10,9% mi-2013 (10,1% et 10,5% respectivement en France métropolitaine), proche des plus hauts touchés début 1997 ».

La récession n’est plus loin.

L’Insee précise aussi « L'économie française va commencer l'année 2013 sans aucun élan et elle continuera à détruire des emplois au premier semestre, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), qui a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour 2012, mais ne prévoit pas de récession d'ici à juin ».

Et l’on indique que l’objectif de croissance fixé à 0,8% en 2013 sera difficile à tenir ainsi que de garder le déficit public à 3% du PIB en fin d’année.

Hollande s’est trouvé dans l’obligation de répondre à ce jugement sévère de l’INSEE.

Il demande de la patience pour que sa politique retrouve la croissance et cette politique sera, dit-il, « dure, très dure » en 2013, pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixé.

Politique qui se traduira par une montée du chômage qui atteindra les 11 % de la population active telle que le prévoit toujours l’Insee.

On pourrait résumé cette politique de « gribouille » par  : « buvez le calice de l’austérité jusqu’à la lie aujourd’hui et çà ira mieux demain » : certainement aux calendes grecques !

Les grecs en savent quelque chose en ce moment où tout s’écroule sous les coups de boutoirs des politiques austéritaires de la politique libérale européenne décidée par Merkel et Hollande.

Cette situation est certes le résultat des politiques mises en œuvre par Sarkozy :  nous en subissons les effets et nous le voyons avec la longue liste des entreprises qui licencient ou ferment des installations jugées non rentables mais s’y agrègent maintenant les mesures libérales de ce gouvernement Ayrault.

Nous l’avons vu avec la fermeture des Hauts-Fourneaux de Florange, la casse de Citröen Aulnay et de bien d’autres entreprises où après avoir mis à l’index le patronat, ce gouvernement s’est couché lamentablement devant les coups de menton du patronat.

Tout compte fait, les prévisions faites par l’Insee prouvent que la sortie de crise ne peut se faire par une fuite en avant capitalistique ,  et donc par plus de sacrifices pour les salariés et les retraités, que les décisions austéritaires du gouvernement appauvrissent inexorablement et rendent toute reprise où croissance impossibles.

Le ralentissement de l’économie se manifeste ainsi de manière nette et illustre que la voie choisi par Hollande est un chemin sans issu pour l’emploi et le monde du travail.

La compétitivité par la réduction du coût du travail entraine inéluctablement plus de chômage et plus d’emplois précaires, l’enquête de l’Insee l’établit incontestablement.

Le gouvernement a encouragé cette précarisation par une négociation sur la « Sécurisation de l’emploi « qui se transforme en une ukase patronale pour avoir des emplois de plus en plus brefs et momentanés hors d’un champ d’emploi durable.

Ce gouvernement travaille contre l’emploi s’il laisse signer quelques organisations syndicales toujours prêtes à dire amen.

Oui, tout cela, n’est pas bon pour le monde du travail et celui-ci le dit déjà dans les élections en se réfugiant dans l’abstention.

L’abstention doit faire place à la lutte.

La CGT va engager un grand moment de réflexion et d’action face à ce qui risque de se produire pour les travailleurs et les retraités : un appauvrissement généralisé et une précarité totale de l’emploi .

Le contrepoison, nous le savons, ce sont les luttes partout pour augmenter les salaires et les retraites et interdire toutes les mesures visant à licencier ou à fermer des installations nécessaires au redressement économique et social du pays.

2013 doit être l’année de mobilisation contre le patronat  pour obliger ce gouvernement à faire une politique qui sort des clous du libéralisme dans lequel il s’enferme actuellement.

Bernard LAMIRAND

 

 

 

 

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article