Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

CHATEL DEGAGE...

Publié le 26 Avril 2011 par aragon 43 in politique

461894284.jpgL'EDUCATION NATIONALE: MOINS 1500 CLASSES

Terrible information.

Le sinistre Chatel, vient d'annoncer que lors de la prochaine rentrée scolaire l'éducation nationale se verra retirer 1500 classes.

Plusieurs milliards d'euros de financement seront soustraits ainsi pour payer les frasques des banquiers.

1500 classes et des dizaines de milliers d'enseignants encore en moins.

Une saignée de plus 150000 postes disparus depuis les mesures visant à ne plus remplacer tous les départs en retraite des enseignants.

Tout cela pour réduire les dettes accumulées, pour favoriser la finance et les spéculateurs, conformément aux décisions européennes qui ne sont que celles d'un vaste plan d'austérité décidé pour payer les subventions aux banquiers et sauver leurs gros actionnaires.

Cette décision va aggraver la situation scolaire de milliers d'enfants déjà en difficulté et mettre davantage de jeunes -déjà largués par ce gouvernement de riches - dans les agences de l'emploi et pour d 'autres dans la marginalité et les conséquences les plus néfastes.

Ces mesures vont frapper les familles les plus modestes.

Les inégalités, déjà criantes, vont encore prendre de la dimension.

Beaucoup de ces jeunes verront leur formation compromise, qu'elle soit générale, technique, sociale.

Sarkozy parle de laïcité, celle de l'école va subir de plein fouet cette diète en moyens scolaires, des parents se tourneront alors - pour ceux ayant les moyens- vers l'enseignement privé et ceux du public vivront des conditions éducatives de plus en plus limites.

Comment dans ces conditions former ces jeunes quand ils seront entassés dans des classes surchargées avec des professeurs en nombre insuffisants ?

Impossible.

 C'est un assassinat de l'école publique qui est en cours et la main qui tue, c'est celle de ce sinistre ministre de la "déséducation" nationale.

Des jeunes, dont le pays a besoin pour relancer l'économie, munies de qualifications professionnelles et un niveau d'instruction générale, permettraient demain à la France d'être une nation prospère.

Qui peut accepter une telle forfaiture ?

Aucun parent.

Et puis, ces messieurs, qui chaque jour font la leçon et dénigrent cette jeunesse comme étant insupportable et violente ferait bien de balayer devant leurs portes. La violence, la première, c'est d'empêcher des jeunes de s'élever par l'éducation, cette violence là c'est celle de ce Chatel qui sécrète des générations de chômeurs et d'asociaux.

Cette violence, c'est celle de tout ces redresseurs de tort qui allument les incendies et qui crient aux pompiers quand le feu se propage et risquent de les atteindre.

Cette violence, c'est l'intolérance: celle d'une classe privilégiée qui exclue et stigmatise des populations rendues fragiles par une éducation nationale qui chavire sous leurs coups de boutoirs.

Cette violence, c'est celle de tous les rebouteux de la droite extrême qui exclue, sélectionne les êtres humains en fonction de leur origine, et vise particulièrement ces jeunes en souffrance aujourd'hui et encore plus demain à travers les abandons éducatifs.

La France républicaine, c'est d'abord l'école pour tous, laïque, ouverte au monde, en capacité d'aider ceux qui souffrent le plus de la crise systémique frappant les plus fragiles de ses enfants.

Chatel dégage…

 

Bernard LAMIRAND

Commenter cet article

Gourmel Michel 27/04/2011 12:12



1 500 classes, c’est la partie émargée de l’iceberg ; en réalité, hélas c’est le décuple !


En effet, il faut savoir que depuis 2007, 35.000 postes de fonctionnaires disparaissent chaque année(*). La moitié de ces postes sont de l’Éducation nationale. Soit environ 17.500 postes chaque année, soit sans doute environ 10.000 à 15.000
classes chaque année ! ! !


 


Quel est donc le tour de passe-passe du ministère ? Quand ils dit « classes »,
il faut donc comprendre soit qu’il a délibérément enlevé un zéro ; soit qu’il ne compte que les classes primaires, et encore sans doute pas toutes loin s’en faut ; en
minimisant la catastrophe le plus possible …


 


Exemple : Le cynique Rectorat de Caen (Basse-Normandie)) a bien mis tout le personnel en colère, 2 jours avant la grève du 10/02/11, le Rectorat a sorti
son journal : Le Rectorat fait « l’effort de 359 postes ». Sans autre explication. En fait il faut comprendre qu’il a détruit 359 postes ! ! ! Il y a quelques
années, quand le Rectorat « faisait un effort », c’était pour créer 2-3 postes ici ou là (qu’il détruisait ailleurs) !


Aujourd’hui, le Rectorat détruit les postes (sans oser parler de suppression de postes, çà fait tâche) et prétend insolemment faire des efforts, alors que ce
sont ceux qui restent qui devront faire les efforts (parfois malgré eux comme les plus de 60 ans). Ce sont les personnels et les élèves qui feront les efforts et non les cyniques dirigeants
du Rectorat !


Source et suite : http://50.snuipp.fr/spip.php?article1359


Source et suite : http://www.trouville-deauville.maville.com/actu/actudet_-Academie-de-Caen-359-postes-en-moins_dep-1677959_actu.Htm


 


(*) Cette disparition de postes ne sert pas à résorber le déficit
contrairement aux mensonges distillés depuis des années par la grande presse à la solde du pouvoir libéral, mais à augmenter les cadeaux au patronat et aux plus riches, les Bettencourt,
etc…