Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

BOURSES RIEN NE VA PLUS...

Publié le 5 Août 2011 par aragon 43 in communisme

images.jpg

CAPITALISME RIEN NE VA PLUS FAITES VOS JEUX

Comme au casino, où l'on entend ces paroles prononcées par le croupier à la roulette qui règlementent le départ et la fin des mises, rien ne va plus dans les bourses capitalistes.

Certains misent et parient en dehors du cercle conventionnel voulant profiter de la maladie incurable du capital et d'un nouvel accès de fièvre.

Ainsi, ce matin, les choses vont de plus en plus mal et je cite les annonces de la situation des bourses:" Paris dévisse dès l'ouverture, chutant de 3,07%. Londres baisse de son côté de 2,51%, Francfort de 1,18%, perdant jusqu'à 3,91% dans les minutes qui ont suivi l'ouverture. En chute également, Milan, qui a ouvert sur une baisse de 3,5%, après avoir perdu 5,16% jeudi, et Madrid, en chute de 2,40%. Quant aux deux Bourses de Moscou, elles ont perdu près de 3% dès l'ouverture. Une dégringolade générale qui intervient après la clôture en baisse de toutes les Bourses asiatiques, Tokyo terminant en baisse de 3,72%, son plus bas niveau depuis le séisme du 11 mars.

La journée de jeudi. Pour rappel, l’indice Dow Jones a lâché à la clôture jeudi soir 4,31%, sa pire perte depuis février 2009. Plus tôt, le CAC 40 avait abandonné 3,90% pour retrouver son plus bas niveau depuis le 25 mai 2010. Les Bourses de Londres et Francfort, principales places financières européennes, avaient toutes les deux perdu 3,4%, tandis que l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 (-3,32%) était tombé à son plus bas niveau depuis juillet 2009.

Voilà où nous mènent ce capitalisme libéral qui est bien plongé dans une crise systémique impossible à guérir.

Il ne lui reste qu'à amortir les chocs et faire payer les dégâts par les travailleurs en récupérant le maximum de survaleur (valeur ajoutée) et en même temps, pour garder le pouvoir, montrer ses dents partout dans le monde pour empêcher les peuples de se révolter.

Rien n'y fait donc: tous les cataplasmes du FMI, de la Banque mondiale, de la BCE, du G8 et du G20, de la communauté européenne n'ont eu aucun effet sur ce malade qui a trop abusé de la spéculation, de la monnaie de singe, des subprimes etc.

L'Europe du fric porte autant de responsabilités que les Etats -Unis, gardien du dogme capitaliste libéral, et tout porte à croire que les traités de Lisbonne, de Maastricht ont surajouté aux conditions de cette crise du capital dont la nouvelle directrice du FMI déclarait il y a peu de temps qu'elle était jugulée et qu'une reprise s'annonçait.

Egalement la responsabilité de la France et de Sarkozy, ainsi que du PS, qui ont accepté cette constitution libérale contrairement aux votes du peuple français et qui nous amène dans le mur comme disait Francis Wurtz député communiste européen au moment du référendum.

Dans le mur , nous y sommes à cause de ces pantins !

eurovision sarkozy joueur pipeau

Sarkozy avait promis dans son discours de Toulon de faire, pour ainsi dire, rendre gorge aux voyous de la finance  et ne disait-il pas, je cite: Il faudra imposer aux banques de financer le développement économique plutôt que la spéculation.

La crise devrait amener à une restructuration de grande ampleur de tout le secteur bancaire mondial. Compte tenu de ce qui vient de se passer et de l’importance de l’enjeu pour l’avenir de notre économie, il va de soi qu’en France l’Etat y jouera un rôle actif.

Il va falloir s’attaquer au problème de la complexité des produits d’épargne et de l’opacité des transactions de façon à ce que chacun soit en mesure d’évaluer réellement les risques qu’il prend.

Mais il faudra bien aussi se poser des questions qui fâchent comme celle des paradis fiscaux, celle des conditions dans lesquelles s’effectuent les ventes à découvert qui permettent de spéculer en vendant des titres que l’on ne possède pas ou celle de la cotation en continu qui permet d’acheter et de vendre à tout moment des actifs et dont on sait le rôle qu’elle joue dans les emballements du marché et les bulles spéculatives.

Il va falloir s’interroger sur l’obligation de comptabiliser les actifs aux prix du marché qui se révèlent si déstabilisant en cas de crise. Enfin, il va falloir se décider à contrôler les agences de notation qui ont été défaillantes, et faire en sorte que plus aucune institution financière, et plus aucun fonds ne soit en mesure d’échapper au contrôle d’une autorité de régulation."

La débandade de ces jours-ci dans toutes les bourses démontrent la vanité de ce batteur d'estrade capitaliste           .

Quand on regarde les dégâts de la crise dans le monde et l'appauvrissement de populations entières comme  conséquences, l'on peut se dire que ce système est à mettre à la poubelle de l'histoire.

Il est temps non de le réformer- après l'avoir tant accompagné du coté des réformistes socialistes tant français qu'européen- mais de commencer à le dépasser par des mesures qui remettent en cause sa suprématie et en particulier par la prise en main par les peuples de tout le système bancaire et la mise au pas du fric notamment quand il coule à flot dans les portefeuilles des actionnaires.

Voilà un thème tout trouvé pour le débat des présidentielles: comment mettre fin à cette gabegie de capitaux mis en œuvre pour juguler une crise indépassable et pour redonner quelques couleurs délavées à un capitalisme en fin de vie. Va-t-on le garder sous perfusion et encore en faire payer le prix aux peuples, aux gens modestes, aux travailleurs et aux retraités.

Ce monde marche sur la tête: remettons sur ses pieds.

Le parti communiste a un grand rôle à jouer pour défricher la route vers autre chose que ce système pourri. Le Front de gauche constitué doit être à la manœuvre et les économistes marxistes doivent contribuer à une bataille de fonds contre le capitalisme.

L'indignation règne, des révoltes sont en cours, interpellons les travailleurs et les retraités, menons la bataille de classe face à ces rats qui gangrènent la vie sociale, le vivre ensemble, et engageons les luttes sans attendre des éclaircies que vont certainement nous promettre les partisans du libéralisme et de ceux qui n'ont que pour but que d'accompagner la crise et en premier rang ces socialistes français qui viennent d'accepter de ramener la dette à 3% en 2013 conformément aux volontés libérales de réduire le train de vie des pauvres pour redonner du cash aux riches car il s'agit de cela en fin de compte.

Oui, la lutte massive des salariés et des retraités à la rentrée peut faire bouger les lignes et surtout les projets de ceux qui s'apprêtent à régner en enfilant les costumes d'austérité taillés sur pièces par Sarkozyet consorts.

Bernard LAMIRAND

 

.

 

Commenter cet article