Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

BEAUVAIS EN ETAT DE SIEGE

Publié le 27 Août 2011 par aragon 43 in politique

P1030974.JPGBEAUVAIS EN ETAT DE SIEGE

Vendredi 26 Aout, un étrange climat règne dans la ville de Beauvais, on aurait pu croire que le fantôme de Pierre Cauchon, l'évêque de Beauvais, qui mis au bûcher Jeanne d'arc, rodait à nouveau dans la ville.

Un ciel couleur d'encre plombait la cité, quelques corbeaux croassaient et on pouvait deviner que quelque chose allait se passer.

L'ambiance était pesante.

Quelques passants s'infiltraient dans des barrages qui ceinturaient toute la ville.

La maréchaussée était présente en grand nombre. Quelques milliers d'argousins gardaient tous les lieux stratégiques.

Peut-être s'attendait-on à l'arrivée des hordes qui envahirent la ville en 1940 après les bombardements ?

Que pouvaient- ils craindre ces beauvaisiens en cette matinée du 26 août ?

Une nuit du 24 août de l'an 1572, pardon une matinée du 26 août !

Non…

P1030978.JPGSimplement dans une encoignure de la ville, un rassemblement de quelques 200 militants syndicaux et politiques qui se réunissaient en- dessous du pont de Paris pour accueillir le serviteur du monarque de l'Elysée.

Quelques clameurs me parvenaient, j'étais bloqué avec mon char et je cherchais à le mettre à l'abri d'une peine pour stationnement illicite.

Je n'étais pas le seul à tourner dans la ville assiégée, de superbes chars aux vitres teintées cherchaient eux aussi, non pas une porte de sortie, ni un stationnement, mais l'accès où ils allaient pouvoir être enfin accueillis avec la bienveillance qui sied à ceux qui maraudent dans les allées du pouvoir depuis l'an 2007.

Mon épouse et moi-même durent faire la route à pied après avoir trouvé un antre pour mettre le char en position de repos. De ces belles voitures sortaient tous les pontes du régime pour se rendre au palais de la place Jeanne Hachette, qui doit, la malheureuse, se retourner dans sa tombe en voyant arriver cet équipage de privilégiés ressemblant à ceux qui suivaient Charles le Téméraire et voulaient envahir la ville et ses draperies.

Nous rejoignîmes enfin les manifestants qui voulaient dire ses quatre vérités au sacristain de l'évêché de Matignon, qui, la veille, avait décrété de nouveaux embarras à payer par les pauvres pour acquitter les dettes des riches.

La maréchaussée veillait au grain, les récalcitrants ne pouvaient franchir les barrages et durent faire du surplace jusqu'au départ du bedeau et après son discours dans l'hôtel de la bonne ville de Beauvais où il donna l'absolution aux édiles venus lui rendre grâce.

Les alentours de l'hôtel de ville bruissaient d'argousins et d'indicateurs, qui se transmettaient des informations sur les quelques risques de débordements, quelques badauds, au nombre d'une centaine, étaient là pour faire la claque mais le sous-souverain n'eut guère le temps de s'y attarder.

Vers les 13 h 30, heures locales, les forces d'occupation libérèrent enfin la ville des barrages et l'on vit à nouveau la cité s'animait et dans les commerces et échoppes l'on pouvait voir les visages fermés, un tavernier me dit qu'il avait perdu 70 % de sa clientèle habituelle et ne comprenait pas la présence depuis trois jours de tous ces policiers dans la ville.

Le sous-souverain de Matignon, le dénommé Fillon, a réussi un coup de maitre: bloquer toute une matinée l'économie locale sans créer le moindre emploi sinon que celui de préparer la future fonction de la zélée maire de Beauvais qu'il s'agissait de mettre au devant de la scène pour son élection au Sénat.

DSC00378.JPGL'équipée de Fillon à Beauvais devant des foules enthousiasmes, dans un périmètre où aucune voix discordantes  ne devait s'exprimer  était ratée, et mon camarade Thierry Aury a eu raison d'ameuter le peuple de gauche, son intervention le soir à FR3 marquait cette exigence que la République c'est autre chose que ces marioles qui nous gouvernent encore, espérons le pour peu de temps.

 

Bernard LAMIRAND

 

*les photos sont de Marc Georges.

Commenter cet article

drobisz 27/08/2011 12:13



Demain un article sera posté sur mon blog avec un lien vers "Beauvais en état de siège"


Amicalement, JMD.