Publié le 26 Mai 2019

UNE BELLE JOURNEE DE MAI

Vingt six un dimanche inscrit  au calendrier du peuple

Les oiseaux chantent ce matin de bonne heure

Quelques nuages passent et semblent ailleurs

Ce n’est pas le jour de rester dans ses meubles

 

La France va voter pour de nouvelles figures

Déjà les plus éveillés-es se préparent à l’élection

Tout semble prêt pour la grande explication

Jacasseuses décampent devant les bons augures

 

Le rouge firmament colore l’horizon à l’est

Bientôt soleil montrera  la bonne direction

Les bulletins sont prêts à l’opinion

Des noms monde du travail naissent

 

Journée d’espérance et contre l’abstention

Monde du travail ne te laisse pas berner

Vote et donne ton opinion celle de décider

Que le communiste Brossat affirme cette aspiration

 

            Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS, #PCF, #PCF OISE

Repost0

Publié le 25 Mai 2019

Rédigé par aragon 43

Publié dans #COMMUNISME, #PCF

Repost0

Publié le 24 Mai 2019

NOGENT SUR OISE : DERNIER DEBAT AU MARCHE AVEC LOIC PEN
NOGENT SUR OISE : DERNIER DEBAT AU MARCHE AVEC LOIC PEN
NOGENT SUR OISE : DERNIER DEBAT AU MARCHE AVEC LOIC PEN
NOGENT SUR OISE : DERNIER DEBAT AU MARCHE AVEC LOIC PEN
NOGENT SUR OISE : DERNIER DEBAT AU MARCHE AVEC LOIC PEN
NOGENT SUR OISE : DERNIER DEBAT AU MARCHE AVEC LOIC PEN

Cet après-midi, la section de Nogent sur Oise avec l'aide de camarades de Montaire a tenu au marché son dernier point fixe avant le vote du 26 Mai.

Loïc Pen candidat sur la liste  de Ian Brossat PCF était des nôtres. Beaucoup de discussions et nous avons fait  le buzz comme on dit avec la remise d'un billet de banque de 200 euros pour augmenter les salaires et les retraites.

Accueil avec humour de ce faux billet de banque mais discussions sérieuses sur ce que Macron nous a pris en quelques années et nous avons entendu des gens nous dire qu'ils avaient du mal à vivre avec de  salaires 800 euros à 1000 euros et des retraites du même acabit, d'autres nous ont dit qu'ils  apprécient Ian Brossat à la télévision,  Loïc Pen médecin à la maternité de Creil retenait l'attention des gens et des mères de famille par rapport à la bataille qu'il mène avec la population et le Comité de défense pour que la maternité reste à l'hôpital de Creil. Enfin plaisir de retrouver des anciens communistes qui renouaient avec le PCF.

Oui, il se passe quelque chose autour de la liste de Ian Brossat pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent.

Les 5 % et  plus sont possibles. Le pouvoir et les médias à sa botte mesurent ce retour des communistes sur le devant de la scène politique.  Alors il ne  faut pas relâcher et  nous nous en voudrions s'il nous manquait que quelques voix ;  et encore une fois n'hésitons pas à passer un coup de fil à nos amis-es, nos camarades et dans nos familles. Les médias font du forcing pour vanter les listes du pouvoir et de l'extrême droite : l'abstention est encouragée par les discours de démoralisation de ceux qui ne veulent pas une autre Europe que celle de l'argent roi et du fric à la pelle pour els puissants.

Alors continuons à inciter les électeurs et électrices à aller voter le 26 mai et à glisser un bulletin dans l'urne pour Ian Brossat et de la liste "Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'Argent".

Bernard LAMIRAND

Nota: Attention ! Ne vous trompez pas, glissez le bulletin de vote comprenant toute la liste et non la circulaire que vous avez reçu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS, #PCF, #PCF OISE

Repost0

Publié le 22 Mai 2019

VOTEZ UTILE DIMANCHE : UNE ENTOURLOUPE DE MACRON ET DE LA LE PEN

La machine à refouler le libre choix des citoyens est en marche.

En  marche à reculons  avec le parti de Macron et de sa comparse la Le Pen.

Ce vote utile revient comme un leitmotiv à chaque élection : c’est une mystification.

C’est un montage des ces deux larrons en foire qui se complètent très bien pour que les bulletins de vote ne puissent leur échapper.

L’idéologie dominante tient à dominer absolument car il s’agit bien de cela : entendre une seule réponse à la crise, celle de la droite libérale macroniste et de l’extrême droite lepéniste.

Le Conseil supérieur de l’audio visuel (CSA)  est alors chargé de l’équité entre les listes qui se présentent aux suffrages des français.

L’équitable veut dire : c’est chacun à sa place, vous êtes petit vous aurez les miettes, vous êtes grands vous aurez presque tout. Ainsi les vaches seront bien gardées et le MEDEF n’a rien à craindre pour son Europe du Capital.

Les  médias jouent alors le jeu, ils ne sont pas responsables, ils appliquent la loi disent-ils : en fait ils obéissent à la justice immanente du CSA qui n’est rien de moins que celle des patrons de presse dont la plupart représentent les grands groupes financiers et industriels du pays.

Monsieur Brossat, par exemple, dans cette figuration, n’a qu’à aller se faire brosser.

Et puis, cela ne suffisant pas, nous avons le maître de l’Elysée qui s’intègre dans ce jeu subtil ; il cause et dès qu’il cause les médias répercutent sa contribution pour le vote utile.

Macron cherche le vote utile comme la dame Le Pen ;  ce serait une histoire entre eux deux. Il faudrait choisir le bon vote utile, les autres votes ne sont que des voix perdues disent-ils en cœur.

Ainsi irait le bon ordre capitalistes dans ce pays. Votez utile, c’est ce que l’on nous refile à chaque élection et ceux et celles qui y croient en sont les premières victimes, car les vainqueurs ne sont que les mandants d’un autre ordre, l’ordo-libéralisme de Macron dont les méfaits se font de plus en plus sentir chaque jour et de l’autre coté l’idéologie nationaliste et raciste de la Le Pen qui n’en demandait pas tant d’être le seul adversaire désigné de Macron. Quelle comédie !

Bref, servir la soupe « utile » est un met délicieux pour eux mais un poison pour ceux qui s’y adonneront le jour du vote.

Choix cornéliens ? Non !  Choix du cocu oui !

Alors parlons d’autre chose que  de ce choix utile, mot qui est utile que pour la tromperie. Un autre choix s’impose : celui de la nécessité, celui de la vérité, celui de l’honnêteté politique, celui de la solidarité et de la vie des gens.

Alors  ne nous laissons pas abuser, le vote utile c’est pour ceux qui se qui nous exploitent et diminuent nos salaires et nos retraites, organisent le chômage, aggravent les conditions de travail, licencient et font partir les usines ailleurs là où cela rapportent le plus pour leurs bourses.

Alors écoutons ce que disent les communistes avec leurs candidats du monde du travail ;  ceux et celles  qui chaque jour produisent les richesses dans notre pays et qui n’ont que les miettes. Ian Brossat et sa liste ne vous mentent pas, ne veulent pas que vous soyez encore une fois les dindons de la farce. Et ne répondez pas non plus aux sirènes de l’abstention, elles sont des voix déguisées pour le système en place, car quand les salariés-es, les retraités-es, les chômeurs s’abstiennent, ce sont les rentiers, les fraudeurs des paradis fiscaux, les spéculateurs, les financiers des banques et des grands groupes qui se frottent les mains.

Votons dimanche Ian Brossat et sa liste pour une Europe des gens contre l’Europe de l’argent.

Bernard LAMIRAND Militant PCF section de Nogent sur Oise

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS, #MEDIAS, #PCF

Repost0

Publié le 15 Mai 2019

Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici
 
 
Ascoval : que font les banques ?
Il faut un pôle bancaire public pour un autre crédit

Cher.e. ami.e, cher.e. camarade,

Voici le texte d'une question au gouvernement posée aujourd'hui par le secrétaire national du PCF Fabien Roussel.
 
Monsieur le Ministre
 
 Les 268 salariés d’Ascoval ont reçu une nouvelle gifle hier, en découvrant que le groupe British Steel était en difficulté financière.
 
 Un vrai choc alors que c’est aujourd’hui même qu’intervient la reprise de l’aciérie !!
 
Cela fait plus de 5 ans que ça dure ! 5 ans d’angoisse, de colère, de combat pour les salariés et leur famille. Ce sont eux qu’il faut rassurer une bonne fois pour toutes car ce sont eux qui ont mené une lutte exemplaire pour l’emploi. Sans eux, cette usine serait déjà démantelée.
 
Alors monsieur le Ministre, pouvez-vous garantir que cette reprise aura bien lieu, que British Steel tiendra ses engagements, tout comme l’Etat ?
 
Mais il y a quand même un problème:
 
L’Etat et les collectivités vont mettre 47 millions d’euros d’argent public sur la table, l’industriel va en mettre autant. Mais que font les banques ? Ou sont-elles ?
 
 Pas une aujourd’hui ne vient participer à la reprise de ces entreprises en difficulté. C’est le cas pour Ascoval, mais je pourrais vous citer Arc Internaltional, Arjowiggins et tant d’autres parmi nos plus précieux fleurons industriels.
 
C’est grave, car à cause de cette défaillance, ce sont des fonds d’investissement qui les remplacent et qui prêtent à des taux usuriers de 10 à 20%.
 
Cette absence de soutien est un véritable scandale de la part de ces banques que les Français ont renflouées. Elles bénéficient des milliards d’euros de la BCE à des taux proches de 0, sans condition, elles pratiquent l’optimisation fiscale mais elles ne sont plus là quand il s’agit de financer l’économie, l’industrie et nos emplois !!
 
Monsieur le Ministre,
 
Quand notre pays va-t-il enfin se doter d’un pôle public bancaire qui sera à coté de nos entreprises pour prêter à taux 0% quand il s’agit de préserver nos emplois, nos outils de productions et accompagner, en même temps la transition écologique ?

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 14 Mai 2019

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS, #Retraites, #politique

Repost0

Publié le 13 Mai 2019

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS, #PCF

Repost0

Publié le 13 Mai 2019

 

commentateurs bien pensants

Anne Sophie Lapix a trouvé le moyen d’escamoter les travaux du 52eme congrès de la CGT en s’attardant sur la personne  de Philippe Martinez.

C’est indigne d’une chaine nationale.

Que la  chaine publique fasse de l’humour, rien d’anormal, mais consacrer la présentation du congrès national de la CGT, qui se déroule en ce moment à Dijon, à la moustache du Secrétaire général, au surnom de Général  Tapioca, relève d’une volonté de déprécier cette grande organisation syndicale.

Ce reportage visait surtout à appuyer sur le fait que la CGT a perdu 30 000 adhérents et qu’elle n’est plus la première organisation syndicale dans ce pays :  répéter cela sans arrêt a quelques chose de suspect chez tous ces commentateurs élevés pour la plupart dans le sérail  de la grande bourgeoisie française .

Le téléspectateur n’en sera pas plus sur le contenu de ce congrès où mille délégués-es de la CGT dûment mandatés-es vont débattre pendant toute la semaine de l’orientation à se donner pour 3 ans. Ils  ne sont pas venus pour un requiem de la CGT mais bien pour relever le défi d’une organisation qui sait qu’elle besoin non seulement de constater ses manques mais surtout d’agir pour être l’organisation des travailleurs d’aujourd’hui et de demain.

Le téléspectateur n’a donc rien su des projets, des succès revendicatifs, des échecs et de ce que les délégués- veulent apporter à ce congrès et ils n’ont pas eu droit à la parole devant les caméras.

La dame Lapix aurait pu invoquer par exemple que la désyndicalisation n’est pas le cas malheureusement de la seule CGT  mais c’est aussi  le cas des autres organisations syndicales y compris de la CFDT.

La désyndicalisation aurait pu mériter un autre traitement que les moustaches de mon camarade Martinez.

Nous aurions aimé entendre  à ce sujet les extraits du discours du secrétaire général reprenant les expliquant les raisons de cette désyndicalisation dans  ce pays où règne la répression syndicale. Nous aurions entendu l’avis des délégués-es expliquant toutes les raisons de ces reculs et en particulier l’évolution du travail, de son organisation, d’un monde ouvrier différent de celui d’hier et qu’il fallait alors non pas s’adapter mais prendre en compte cette réalité.

Mais  Madame Lapix avait dans sa tête de linotte qu’une pauvre logorrhée : celle de se foutre de la G… du secrétaire général de la CGT.

Alors moustache et sobriquets ne sont que  des succédanés du Medef qui ne veut plus voir une seule tête dépassée dans les boites où doit régner l’ordre patronal.

Au fait, avez-vous déjà vu Madame Lapix faire ce même traitement  au patron du Medef  ?

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT, #Syndicalisme

Repost0

Publié le 13 Mai 2019

Enfin, Ian sera présent ce matin sur France Inter à 8h20 jusque 9 heures.

C'est une satisfaction.

Bien sûr cela ne compense pas les heures octroyées aux autres à volo en dehors de la campagne, mais de gâchons pas notre plaisir, la candidature de Ian et de liste qu'il mène est entrain de progresser et cela se voit dans les rencontres que nous faisons, dans les meeting qu'il tient avec les autres candidats sur la liste emmenée par le PCF.

Nous sommes nous mêmes et nous nous distinguons de ce débat politicien menée par cette classe politique aux mains de l'idéologie dominante.

Oui, le PCF retrouve de la couleur et de l'attention des français et du monde du travail.

Bernard LAMIRAND

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ELECTIONS

Repost0

Publié le 10 Mai 2019

COUP DE COLERE

J'apprends, par plusieurs médias, que nos "partenaires sociaux" ( patronat et certains syndicats sauf CGT ET FO), sont entrain de revenir sur les accords ARRCO et AGIRC, concernant les retraites complémentaires.

Il s'agirait particulièrement d'une décote, qu'ils ont savamment mis en place pour avec le MEDEF, de 10 % pendant trois ans sur les pensions pour ceux qui auraient l'audace de partir à 62 ans. Cette décote  annulée.

Mais le bruit qui courre, c'est que cette décote ne serait effective que pour certaines catégories, notamment pour ceux et celles ayant des handicaps santé dû à des accidents du travail ou des maladies professionnelles.

Et ces gens-là, de chanter victoire. Et de montrer que leur syndicalisme rapporte gros. Fumisterie, c'est comme si je vous signe un accord réduisant votre salaire pendant 3 ans et  que quelques temps après, pour apparaitre comme rapportant quelque chose, je vais voir le patron pour lui dire que pour faire passer la pilule , je lui demande un geste d'accorder une remise de peine pour quelques-uns-unes.

En fait, selon le vieux proverbe : "donne-moi ta montre , je te dirai l'heure".

Et depuis ce matin, donc, les trompettes de la renommée partenariale s'exclament avec patronat et le 'Berger de l'étable CFDT" pour dire qu'ils ont arraché un succès phénoménal.

D'autres dindons de la farce diront :  "c'est toujours bon à prendre".

Le fin mot de l'histoire, c'est que le patronat essaye d'emmancher la promesse de Macron d'un régime unique de retraite à points pour tous les salariés remettant en cause le système de retraites  du régime général de la Sécurité sociale, et donc de mettre tous  les régimes de retraites à la même sauce patronale y compris les fonctionnaires dans un régime d'entourloupes à travers un système à point permettant de réduire les pensions retraites sous n'importe quel prétexte comme c'est le cas avec les accords ARRCO-AGIRC. Et donc de décoter et de surcoter sans cesse demain pour que les salariés-es soient obligés de remettre à plus tard leur départ en retraite du fait de ces "trucs" ourdis par Macron et le Medef et les "partenaires dociles", qui se contenteront du moindre mal .

Bernard Lamirand

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Retraites

Repost0