Publié le 25 Mai 2018

Rédigé par aragon 43

Publié dans #ESPACE MARX OISE

Repost0

Publié le 25 Mai 2018

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 15 Mai 2018

C'est avec une grande peine que j'ai appris le décès de Liliane.

Nous sommes toutes et tous affectés par cette disparition.

J'ai eu le plaisir de travailler avec Liliane et aussi  avec Pierre  son fils auquel j'apporte tout mon soutien dans ses moments si difficiles; Liliane nous apportait sa fraicheur d'analyse de la situation et savait dire des choses compliquées avec des mots simples . C'était une grande dame comme le dit le communiqué de la FTM CGT. J'ai été le témoin de ces rencontres avec elle, de ces débats passionnants, notamment avec les jeunes, de ce désir de parler de son père sans jamais en rajouter et de se battre contre cette injustice de l'Etat qui avait fait en sorte de gommer son père de la mise en place de la Sécurité sociale. Nous avions tous et toutes aimés  les rencontres avec Liliane et les débats où elle apportait plein d'anecdotes et plein de vécus  dans cette période si intense où son papa était le ministre du travail et de la Sécurité sociale. Je  n'oublierai jamais l'accueil qu'elle nous fit à Marie mon épouse et à moi lors de notre séjour dans son village où elle résidait dans la Nièvre et nous avions inauguré une place Croizat et j'ai pu voir à quel point Liliane était aimée et appréciée dans son village. Oui, elle va beaucoup nous manquer à la Fédération et au Comité d'honneur qu'elle suivait attentivement et ses coups de fil pour dire un bonjour était toujours un rayon de lumière.

A Pierre, à sa petite fille, nous apportons Marie et moi toutes nos condoléances en ces moments difficiles et nous vous embrassons bien fort.

Ci-jointe la déclaration de la Fédération CGT de la Métallurgie

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SECURITE SOCIALE, #FTM CGT

Repost0

Publié le 13 Mai 2018

Un texte de mon camarade cheminot Canaille le rouge. A lire .....

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 7 Mai 2018

MACRON UN AN  POUR LA CLASSE DOMINANTE

L’individu qui loge à l’Elysée avec sa dulcinée célèbre sa première année au pouvoir.

Ses ouailles, ceux et celles qui l’entourent, vont pouvoir glorifier celui qui leur a permis de trouver pitance dans les entrailles de l’état et ce soir à la télévision un bilan de l’année sera fait du Président des gros actionnaires.

Certains-es s’abasourdiront encore de sa rapide promotion dans les hautes sphères du pays.

L’individu avait pourtant un certain curriculum-vitae et quelques actes probants de sa carrière dans les sphères de l’Etat et des structures capitalistiques : formation chez les jésuites, grandes écoles, un petit tour chez Ricœur le philosophe, une belle place à  la Banque Rothschild, un maternage chez Attali le grand-prêtre de l’orthodoxie libérale, plein d’amis-es aussi dans le grand monde avec un carnet d’adresse à la hauteur de ses ambitions, des PDG de multinationales pour l’incuber ; bref l’individu était formaté et connu dans les milieux que nouent et dénouent les vicaires du système,  mais bien sûr … chut…. Il ne faut pas tout dévoiler et le fait que de bons samaritains ont veillé sur sa carrière comme on veille le lait sur le feu pour que le capital puisse dormir tranquille en France et ailleurs et que la ploutocratie puisse continuer à manier le glaive, la carotte et le bâton.

Un pouvoir à régénérer était nécessaire pour régler le compte de ce social si gênant pour les affaires et Macron était tout désigné pour la tâche.

Il fallait donc « quelqu’un de bien », un joli mot employé pour endormir la piétaille ;  un jeunot, beau, sourire carnassier,  un peu rentre- dedans – mais sans plus ; donc  pas trop et en évitant d’effaroucher la peuplade à qui il ne faut surtout pas montrer les bas reliefs d’un système qui décide de celui qui va concourir à la magistrature suprême de l’Etat conformément à la Constitution édictée en 1958 par leurs prédécesseurs.

Bref, un PDG de l’entreprise France et regardez le nombre de calotins des conseils d’administration de groupes qui entourent ce  chef d’entreprise France car il s’agit de cela; en effet, toute une bande de « manieurs de trique patronal sont à ses cotés.

Alors quel bilan : tout simplement regardons comment il a spolié les salariés-es et les retraités-es durant cette première année de son concordat avec le patronat : code du travail devenu code patronal, esclavage salarial avec toutes sortes de contrats de merde, rapts sur les pensions de retraites, hôpitaux et santé en danger de mort subite, remise en cause de la SNCF pour la confier comme les autoroutes à des malandrins des routes et chemins d’aujourd’hui  et je pourrais ainsi égrener toutes les malveillances faites aux travailleurs-es durant cette année.

Ce n’est donc pas seulement le président des riches, c’est plus que cela : il est le président des grandes multinationales et son récent voyage bras dessus bras dessous chez Trump le chef des grandes banques américaines et des trusts montre à quel point il n’est qu’un faire valoir local du système.

 Ce président, s’il a été élu, c’est bien par défaut et du fait que l’idéologie dominante avait déblayé auparavant  le terrain à droite, au centre (Bayrou ko) à gauche avec Hollande usé jusqu’à la corde et avec l’utilisation devenue un  classique d’une grande rhétorique de la peur de l’extrême droite.

L’individu, finalement, n’est que la créature des hommes d’affaires et du CAC 40 et en particulier de ce club de Bildelberg dont chacun sait à quel point il travaille les émergences nécessaires pour que le capital se trouve les cadres politiques du système pour continuer à dominer le monde.

Un bilan  certes, mais un repère pour plein de gens qui en ont marre et commencent à le manifester.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités, #politique, #CAPITALISME

Repost0

Publié le 2 Mai 2018

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT, #syndicalisme

Repost0

Publié le 1 Mai 2018

1er mai 2018

Une réussite

mardi 1er mai 2018

Ce mardi 1er mai plus de 210000 manifestants de tout secteur public / privé ont manifesté dans tout le territoire, des manifestations festives, dynamiques, en famille, avec la participation de très nombreux jeunes, tous réunis pour dénoncer la politique du patronat, de Macron et de son gouvernement. Les exigences et le mécontentement montent chez les salariés, retraités, chômeurs, jeunes, lycéens et étudiants.

La mobilisation contre la régression sociale grandit dans tout le pays. En ce mois de Mai, la CGT va continuer à œuvrer pour la convergence des luttes, pour porter haut et fort nos revendications, améliorer le quotidien de chacune et chacun et pour que le progrès social devienne une réalité.

Le président Macron et son gouvernement doivent entendre l’exigence sociale et prendre la mesure des oppositions grandissantes à sa politique qui flatte les plus riches.

D’ores et déjà, des initiatives sont prévues tous le mois de mai notamment chez les cheminots, selon le calendrier défini unitairement. Le 22 mai dans la fonction publique, à l’appel de toutes les organisations syndicales ainsi que dans le commerce et services.

Nous ne lâcherons rien !

Montreuil, le 1er mai 2018

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 1 Mai 2018

MACRON CHEZ LES KANGOUROUS

Macron et sa dulcinée, à la cloche de bois, avant le 1er mai, se sont enfuis de la capitale pour rejoindre l’Australie.

Le 1er mai, il déteste, comme ceux de sa classe.

Un air d’opéra au loin lui fait oublier les désagréments que lui font subir ces cheminots qui luttent et vont à l’encontre de ses projets en matière ferroviaire qu’il comptait imposer sans coup férir à tous les usagers du rail et pas simplement au personnel SNCF.

Le 1er mai est une date historique pour les travailleurs : En 1889, la deuxième internationale se réunit à Paris et décide de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures.

La loi no 46-828 du avril 1946 fait du mai 1946 un jour chômé et payé. En

Ce n’est donc pas  la fête du travail comme l’insinue l’idéologie dominante pour masquer l’histoire de ce premier mai et de ce qui s’est passé à Chicago et à Fourmies dans le Nord de la France avec une répression féroce contre les manifestants qui se battaient à cet époque pour la réduction du temps de travail.

Macron ne respecte pas ce 1er mai en tant que Président de la République.

Sa détestation du 1er mai ne vient par hasard :  c’est celle de cette classe qui abhorre le syndicalisme et le combat sans cesse ; n’oublions pas que la dite fête du travail fut inscrite dans le calendrier par Pétain sous le nom de fête du travail et de la concorde sociale et n’avait que pour but que de célébrer l'entente entre patrons et ouvriers, et d’annihiler toutes  luttes des classes. Les syndicats, faut-il le rappeler, étaient dissous et remplacés par des organisations corporatives et la grève était interdite.

En s’échappant de France, ce jour premier mai, pour aller voir les kangourous, ce président des nantis montre bien qu’il n’est pas l’ami des travailleurs mais simplement la courroie de transmission du capital et du Medef et des grands patrons du CAC 40 qui le fêtent chaque jour comme leur bienfaiteur.

Son mépris resplendissait ce jour à Sydney, où, répondant à une question d’un journaliste, il éructa que pour lui, ce jour, n’était pas pour regarder la télévision mais d’être présent à la tâche pour ainsi dire ; que du mépris pour ceux et celles qui bossent chaque jour dans ce pays.  En fait, c’est un triste potentat et il nous l’avait déjà montré par des réparties dédaigneuses à l’égard de ceux et celles qui le contestaient dans ses déplacements dans les usines ou dans les services hospitaliers par exemple.

Mais tout compte fait, ce majordome du patronat, se découvre et en même temps montre qu’il n’est pas si sur de lui et que les grèves qui éclatent un peu partout sont un signe avant coureur qu’il a mangé son pain blanc et que sa duplicité passe de moins en moins dans la population.

Alors plus que jamais faisons converger les luttes.

Bernard LAMIRAND

Le premier mai vient d'être entaché par une bande de casseurs qui, tranquillement, ont pu se masquer, préparer leurs engins, tranquillement, sans être du tout importuné par les forces de l'ordre qui n'ont pas bougé;  certainement sous les ordres d'un pouvoir qui, manifestement, se futilisent ces casseurs  pour discréditer les luttes actuelles: honte à eux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique, #Actualités

Repost0