Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

DECLARATION CGT : LOI D'HABILITATION- LA PRECARITE COMME MODELE SOCIAL

Publié le 30 Juin 2017 par aragon 43 dans CGT

LOI D’HABILITATION La précarité comme modèle social ! mercredi, 28 juin 2017 
Début juin, la presse publiait un avant-projet de loi que la CGT se refusait à commenter. Le gouvernement assurait qu’il n’émanait pas de lui et démentait son contenu… il est aujourd’hui confirmé ! Le « Projet de loi d’habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social » en est la copie conforme !  La conférence de presse de la ministre du Travail, en ce début d’après-midi, confirme ce que la CGT craint depuis le début du mois de juin : des attaques qui, comme la loi El Khomri, sont des attaques portées au monde du travail d’une importance jamais égalée, participant d’une généralisation de la précarité. En plus d’utiliser les rencontres avec les organisations syndicales comme faire-valoir alors que le bilan était écrit d’avance, le changement promis par le Président Macron n’est pas au rendez-vous ! Tant sur le manque de sincérité dans ladite « concertation » que sur les contenus, le gouvernement du « changement » est dans la continuité de ce que le précédent avait entrepris. Pour la CGT, ce procédé jette le discrédit sur la « concertation » tant vantée par le gouvernement.  Un projet de loi dans lequel « liberté juridique » des employeurs rimerait avec « sécurité juridique » des salariés est, en réalité, une remise en cause profonde des valeurs et du fondement de notre système social. Le quotidien des salariés dans le monde du travail serait profondément bouleversé ; de la précarisation des emplois aux atteintes aux droits à la représentation collective des salariés. Le texte apporte davantage de précarité :   pour ceux qui sont en situation d’emploi avec l’assouplissement du licenciement, le plafonnement des indemnités prud’homales ;   pour ceux qui doivent y accéder, jeunes et privés d’emploi, avec le Contrat de Projet, instaurant le CDD « à vie » ;   pour tous, avec le contrat de travail, qui ne pourra être opposable à toute modification régressive induite par un accord d’entreprise (par exemple mobilité professionnelle ou baisse des salaires, augmentation de la durée du temps de travail).  La CGT dénonce fermement cette conception du « dialogue social ». Elle créera toutes les conditions pour que s’ouvre une véritable négociation à partir de ses propositions d’un Code du Travail du 21ème siècle et de celles remises à la ministre du Travail le 3 juin, résolument tournées vers l’avenir pour les salariés.  Dès aujourd’hui, la CGT invite tous les salariés à se mobiliser, le 12 septembre, dans l’action et la grève.
Montreuil, le 28 juin 2017

commentaires

L'HABIT FAIT-IL LE MOINE ?

Publié le 27 Juin 2017 par aragon 43

Lénine, lui, n'hésitait pas à porter la cravate.....

Lénine, lui, n'hésitait pas à porter la cravate.....

L’HABIT FAIT-IL  LE MOINE

J’ai renversé la citation selon l’expression consacrée : (l’habit ne fait pas le moine).

L’habit fait-il ou pas le moine ?

Qui n’a pas entendu cette maxime qui faisait discussion quand une personne portait une tenue vestimentaire ou bien avait une certaine responsabilité pour le métier qu’elle exerçait.

Cela voulait dire que derrière l’habit, il se pouvait que celui qui l’enfilait ne respectait pas ce pourquoi il le portait : par exemple, le moine n’honorait pas obligatoirement les règles de l’abstinence dans toute sa splendeur monacale.

Mais l’habit a toujours eu une singularité professionnelle :le tablier de la femme de ménage ou celui du verrier, la toile bleue de l’ouvrier, la salopette du garagiste, l’uniforme du postier, du militaire, la blouse blanche du médecin et de l’infirmière etc.

L’habit fait donc le moine pour le boulot …. Et l’on reconnaît alors celui qui le porte et pourquoi il le porte, pas par distinction honorifique mais par besoin pour ne pas salir ses affaires propres comme on disait ou bien pour se protéger et protéger d'autres à l'hôpital pour les soins.

Et puis il y a le nœud papillon et la cravate : on pourrait aussi disserter là-dessus.

L’habit, le costume, la robe, la cravate, le nœud papillon etc....   ces vêtements peuvent donc se porter collectivement ou individuellement selon la situation que l’on occupe où les moments de vie au travail ou chez soi.

J’avais mon père, cantonnier poseur à la SNCF, il ne portait pas un costume mais une casquette SNCF. Il en était fier. Mais le dimanche, il mettait son beau costume pour se rendre à la messe et il le gardait ensuite pour jardiner …. C’était marrant.

Je connaissais aussi des ouvriers qui travaillaient dur dans des métiers salissants et leur plaisir le dimanche était de mettre leur plus beau costume et leur cravate. Ils se sentaient tout autre…

J’avais un oncle, mineur de fond, qui « s’habillait en dimanche » comme on disait, le dimanche évidemment, jour de repos, et il mettait une superbe chemise blanche et une cravate rouge avec son costume.

Alors, il y a diversité… et là l’habit du moine ne fait pas le moine, comme la cravate ne fait pas le bureaucrate et le nœud papillon le bourgeois.

Chacun s’habille comme il veut, disions-nous.

Alors une cravate cela se porte t-il dans l’hémicycle ?

Aller savoir.... Mais pas besoin d’un tuteur pour en décider  …

Bernard LAMIRAND

 

 

 

commentaires

LUTTE GAGNANTE ET ELECTIONS PROFESSIONNELLES GAGNANTES SCHNEIDER ISERE

Publié le 27 Juin 2017 par aragon 43 dans CGT

Lutte gagnante - Elections professionnelles gagnante chez Schneider dans l’Isère (38)

Chez Schneider, les élections professionnelles ont eu lieu, le résultat est historique pour cette entreprise !

Pour la 1ère fois, depuis 21 ans que l’entreprise existe, la CGT est devenue le syndicat majoritaire, avec une large avance sur les 3 autres organisations syndicales et ce, dès le 1er  tour !

Il y a désormais 6 élus CE et 8 élus DP.

La CGT a repris le 1er collège et a progressé au 2e collège.

Cette victoire est le résultat d’un énorme travail de toute la section CGT.

Dommage qu’il n’y ait pas eu de candidat à présenter au 3ème collège, le résultat aurait pu être encore plus écrasant.

 

commentaires

CGT : DECLARATION HAUSSE DES TARIFS DE PEAGES INTOLERABLES

Publié le 26 Juin 2017 par aragon 43 dans CGT

SOCIÉTÉS D’AUTOROUTES

Nouvelles hausses des tarifs en 2017 intolérables

vendredi 23 juin 2017

La CGT revendique la renationalisation des sociétés concessionnaires d’autoroutes pour redistribuer les richesses engendrées par les hausses continues des péages !
Ce n’est certainement pas l’objectif de ce gouvernement, pas plus que cela ne l’était pour le précédent qui en avait la possibilité, à la suite des rapports de 2015 – de la commission développement durable de l’Assemblée Nationale présidée par JP Chanteguet qui avait défendu l’Ecotaxe PL évaluée à plus de 2 milliards d’euros, de la Cour des Comptes et de la haute Autorité de la Concurrence – et d’une proposition de loi du Groupe CRC, lesquels attestaient tous du fait que les sociétés d’autoroutes sont dans une situation de rente, situation reconnue par l’État qui laisse perdurer cette gabegie financière par la poursuite de plans de relance autoroutiers négociés en 2016 et en cours de réalisation pour les 10 ans à venir.
Déjà pointées du doigt pour leur exploitation des autoroutes sans risque, les sociétés concessionnaires d’autoroutes sollicitent l’autorisation d’une augmentation des tarifs pour les investissements complémentaires à réaliser, alors même que Ségolène Royal, ex-ministre de l’Écologie, avait dénoncé haut et fort cette clause exorbitante des contrats de concession en « béton » avec l’État qui pérennisent les concessions en prolongeant leur durée à chaque fois qu’il leur est demandé de réaliser de nouveaux investissements (de plus de 2 à 3 ans selon les sociétés) qui se solderont à l’échéance par plus de 12 milliards d’euros prélevés sur les usagers !
Saisie pour avis le 13 mars 2017 sur 7 projets d’avenants aux contrats de concession entre l’État et les sociétés d’autoroutes (APRR, Area, ASF, Escota, Cofiroute, Sanef et SAPN), l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) conteste également les tentatives de faire financer, par les usagers et les contribuables locaux, la moitié des 800 millions d’euros (370 millions) qui devrait être financée uniquement sur les fonds propres des sociétés d’autoroutes.
Une nouvelle fois, les sociétés d’autoroutes tentent de faire payer aux usagers et aux collectivités locales des investissements à leur charge, figurant pour plus d’un tiers dans les contrats État/sociétés concessionnaires d’autoroutes signés en avril 2015.
La redistribution annuelle des profits est tirée : des péages (usagers), de l’exploitation des salariés des sociétés d’autoroutes (chantage à l’emploi avec 3000 emplois de péagistes déjà supprimés depuis 10 ans, ce qui déshumanise le service rendu), du Crédit d’impôts et Compétitivité emploi des trois dernières années (CICE ayant contribué pour son effet d’aubaine à hauteur de 41,5 millions d’euros).
Pour la CGT, c’est ce modèle économique et social injustifié d’exploitation d’un bien public qui fonde la revendication de renationalisation des sociétés concessionnaires.

Montreuil, le 23 juin 2017

 

     
commentaires

OXYGENE DU JOUR :MACARON 14 AU PALAIS DE VERSAILLES

Publié le 26 Juin 2017 par aragon 43 dans humour

MACARON 14 VEUT DEPOSER SON « SÉDIMENT »  A VERSAILLES

Le nouveau monarque veut s’asseoir sur le trône et montrer les bijoux de la  famille Rothschild à la cour.

Oyez-oyez-oyez… gueux et gentilshommes…

Le roi Macaron 14, prince consort de la finance et du MEDEF, va réunir le ban et l’arrière ban pour proclamer son règne quinquennal au palais de Versailles.

Les élus-es  du royaume libéral sont priés-es de venir le célébrer.

La cour des miracles financiers sera à l’ordre du jour et inscrite sur le parchemin de la chasse aux profits et de la spoliation du monde du travail prévue par édit royal.

Le cardinal de Notre dame bénira le parvenu.

La grande féérie des eaux sales libérales coulera et dégoulinera sur les pauvres et les damnés de la terre.

Les trompettes télévisuelles par leurs perroquets et péroquettes le célébreront.

A quand les Etats-généraux pour envoyer ce monde de « péteux » dans les oubliettes dun Mont Saint-Michel.

De l’air de l’air  de l’air  mais de l’air non pollué par les profiteurs qui se pressent au palais de l’Elysée pour recevoir leur planque à la cour.

Bernard LAMIRAND

 

commentaires

OXYGENE DU JOUR : JEAN PIERRE KAHANE LA SIMPLICITE

Publié le 25 Juin 2017 par aragon 43

L'ELOGE DE LA SIMPLCITE : L’EXEMPLE DES MATHÉMATIQUES JP KAHANE
La simplicité est l’essence des mathématiques, c’est leur force et leur faiblesse. La simplicité s’incarne dans les définitions. Ainsi, une sphère est définie par son centre et son rayon, rien de plus simple. Mais c’est une simplicité bien audacieuse : qui a jamais vu le centre d’un ballon sphérique ? C’est une simplicité bien utile: les merveilleuses propriétés des sphères en découlent et elles intéressent toutes les sciences de la nature, de l’astronomie à la biochimie. C’est la vertu et la force des mathématiques que de dégager le simple et d’en tirer beaucoup. Le processus de création des concepts est un sujet intéressant. Ils ne sont pas donnés d’avance, ils se dégagent d’une foule d’observations et de résultats, et ils s’imposent par leur généralité et leur puissance. J’ai vu, au cours de ma carrière de mathématicien, des concepts de grande importance prendre forme et s’imposer maintenant comme points de départ. Ils sont simples à exprimer, mais ce sont des produits de l’histoire et ils ont la force d’élixirs fortement distillés ; il faut travailler pour les digérer.

commentaires

CONTRIBUTION DE BERNARD LAMIRAND POUR UN PCF A LA HAUTEUR DES ENJEUX

Publié le 23 Juin 2017 par aragon 43 dans PCF

commentaires

OXYGNE DU JOUR : MARTINEZ ET LA LOI TRAVAIL DE MACRON

Publié le 23 Juin 2017 par aragon 43

J'inaugure, ce jour, une rubrique que je compte alimenter régulierment sur mon blog. Elle s'appellera : OXYGENE DU JOUR .

Ce sera un point de vue rapide et éclair: quelque chose que l'on va retenir et que l'on va propager.

Bernard LAMIRAND

LE VOICI

REPONSE DE MARTINEZ SECRATAIRE GENERAL DE LA CGT A UN JOURNAL SUR LA LOI TRAVAIL XXL

Quelles limites la réforme ne doit elle pas franchir ?
Pour l’instant, on n’a pas de texte, je le rappelle. Mais on est contre l’inversion de la hiérarchie des normes, contre le fait que les indemnités prud’homales ne prennent pas en compte la situation des salariés, la gravité du motif de licenciement, etc. On est contre la fusion des institutions représentatives des salariés. Au moment où tout le monde parle du " mal travail ", de la souffrance au travail, on veut supprimer le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, la seule instance qui traite de cette question.
 

commentaires

ENSEMBLE POUR UN CONGRES EXTRAORDINAIRE

Publié le 20 Juin 2017 par aragon 43 dans PCF

Ensemble, pour un Congrès extraordinaire

Les néo-libéraux viennent de remporter une victoire politique et idéologique historique, la gauche est très affaiblie. Notre parti qui a souffert de son effacement à l’élection présidentielle a subi au premier tour des élections législatives un échec électoral sans précédent. Au deuxième tour, l’élection de 11 députés communistes est une bonne nouvelle; cela témoigne de notre capacité de résistance, à l’opposé du défaitisme qui a présidé à notre absence à l’élection présidentielle. Pour autant l’existence même de notre parti reste menacée alors qu'il va y avoir besoin comme jamais de ce qui fait la raison d'être originale du PCF, un PCF qu'il est urgent de transformer et renouveler profondément, à partir d'un bilan exigeant.

Un bilan s'impose

Moment clé de cette période, le 4 novembre 2016, Pierre Laurent déclarant, avant la décision des communistes, qu'une candidature communiste « n'est pas l'option que je privilégie » prenait position publiquement en faveur du soutien à Jean-Luc Mélenchon. Cette stratégie, contraire à la décision du Congrès (selon laquelle « les communistes travaillent pleinement (…) à engager un candidat » dans le processus de désignation pour l’élection présidentielle), et maintenue malgré le vote des délégués des fédérations à la conférence nationale, a empêché la promotion de nos idées, une bataille unitaire réelle, et conduit à la catastrophe. Il est urgent d'en changer. Le conseil national des 23 et 24 juin doit ouvrir un processus de congrès incluant un travail exhaustif et collectif de bilan.

Les idées communistes : originales, indispensables, mais absentes

L'élection présidentielle aurait dû être le moment de mettre dans le débat public les idées à la fois réalistes et radicales régulièrement évoquées par nos derniers congrès. Les Français les ignorent faute d’un effort persévérant, au sommet du Parti, pour leur permettre de s’en saisir. L'effacement du PCF et de l'originalité de ses propositions a aggravé cette situation, laissant place à la confusion au profit de FI, avec l'illusion entretenue que nos idées seraient quasiment les mêmes.

Le projet de sécurité d'emploi et de formation a fait cruellement défaut dans la campagne face au besoin d’une nouvelle économie pour répondre au défi des révolutions informationnelle et écologique. D'autant plus que la question de l'emploi était placée au premier rang des sujets sur lesquels les électeurs demandaient des réponses. Seuls se sont exprimés les tenants de l’ubérisation et de la flexibilité néolibérale (Macron et Fillon), ceux qui, en plus, font des migrants le bouc émissaire (Le Pen), ceux d’un « revenu d’existence » cantonné à la répartition (Hamon), et ceux pour lesquels l’embauche directe des chômeurs par l’Etat résoudrait le chômage, exonérant les entreprises et le grand patronat de ses responsabilités (Mélenchon). Et pour cause : il n’y avait pas de candidat communiste pour porter dans la campagne présidentielle la proposition de loi SEF déposée en janvier 2017 par André Chassaigne et ses collègues.

De même, nos propositions alternatives sur l’utilisation de l’argent et sur les banques auraient pu être un levier décisif pour le rassemblement d’une gauche de combat et pour la crédibilité d’une alternative novatrice ancrée à gauche. Dans la crise politique effroyable que nous vivons, elles auraient pu être une lueur d’espoir pour tous ceux qui cherchent et qui luttent.

Quant à nos propositions pour refonder la construction européenne, adoptées en conférence nationale et confirmées par notre dernier congrès, leur absence a conforté les populismes de droite et de gauche dans le paysage politique. Elle a laissé la voie libre à Macron pour pousser les feux du fédéralisme et de la domination des marchés financiers. Elle laisse à présent la voie libre à l’opposition factice entre « mondialistes et patriotes » travaillée de plusieurs côtés, effaçant les enjeux de classe et la nécessité de luttes immédiates.

Des conditions impossibles pour nos camarades aux législatives

Cette absence de la bataille présidentielle a placé nos camarades aux élections législatives dans des conditions impossibles pour le premier tour, malgré le courage et l'engagement dont ils ont fait preuve. Aurait-on voulu faire une pédagogie du renoncement du PCF à son existence qu’on ne s’y serait pas pris autrement. Malgré cela, 11 communistes ont pu étre élus; ce sera un point d’appui important; mais cela n’efface pas la faiblesse historique de notre score national au premier tour des législatives (3,8 % en France métropolitaine), qui risque d’avoir des conséquences de longue durée si on ne s’attaque pas sérieusement aux problèmes posés.

Dans cette situation, quelle est la nouvelle étape qu’il nous faut engager ?

Le quinquennat Hollande a précipité la destruction de la gauche. Le dispositif électoral de Macron et celui de Mélenchon, permis par notre absence, conduisent à sa désintégration. Pas question de se résigner à cette situation si dangereuse pour notre peuple.

Transformer et réorienter le PCF

Pour le combat face au nouveau pouvoir et pour une perspective de progrès, il y a absolument besoin de l'apport d'un PCF révolutionnaire, profondément transformé, autonome, émancipé des idées dominantes, se nourrissant des apports de Marx et de ses successeurs, portant le débat sur les rapports de classes et de domination, pour s’en émanciper en dépassant le capitalisme et le libéralisme.

Ni repli identitaire, ni dilution, cette réorientation est indispensable pour aider au développement des luttes et à leur convergence sur des alternatives. Elle est indispensable pour un rapport créatif avec les mouvements sociaux et citoyens qui sont un ferment de transformation de notre société. Elle est indispensable à la refondation de la gauche en France, en Europe et dans le monde, avec des rapports nouveaux et de nouveaux types d'alliances entre les forces qui la composent, rompant avec les logiques de sommet, respectueux de leur diversité, en capacité d’initiatives et ouverts à l’expérimentation décentralisée. C’est une réflexion et une expérimentation qu’il nous faut engager. Dès à présent nous avons à organiser une riposte rassembleuse avec toute la gauche, écologistes, socialistes de gauche, insoumis, syndicalistes, mouvements associatifs, etc... pour laquelle il est décisif de faire vivre l’autonomie effective d’idées et d’initiative de notre parti.

Explorer un chemin de révolution pacifique

La France, l’Europe, le monde ont besoin d’une révolution pacifique. Dans le capitalisme financier mondialisé, elle passera nécessairement par des prises de pouvoirs du monde du travail et de la création sur les banques, la BCE, le FMI. Au lieu de s’aligner sur le populisme et l’électoralisme, nos positions dans les institutions doivent contribuer à ces prises de pouvoir. Il nous faut rouvrir ce chantier pratique et théorique. Cela concerne aussi notre action politique dans les entreprises. Ce travail et cette réorientation ne pourront être menés à bien que sous l’impulsion d’une direction nouvelle prête à s’y engager avec conviction, capable de s’autocritiquer, soucieuse de l’organisation, de la créativité et de l’unité du Parti.

Pour un congrès extraordinaire et un collectif de direction provisoire

Tout cela doit être l’objet d’un congrès extraordinaire au printemps 2018. Il partirait des remontées des communistes depuis leurs sections, dont une assemblée des délégués de section à l'automne ferait le bilan. Un collectif de direction provisoire devrait être mis en place par le Conseil National pour la préparation démocratique du congrès sous la maîtrise effective des communistes et pour l'animation des luttes politiques face à Macron.

Frédéric Boccara (membre du Comité Exécutif du PCF, membre du CESE)

Yves Dimicoli (membre du conseil départemental de Paris du PCF)

Denis Durand (membre du Conseil National du PCF)

Nicolas Marchand (membre du conseil départemental du Val de Marne du PCF)

 

commentaires

CSI BLOCUS DU QATAR

Publié le 20 Juin 2017 par aragon 43 dans INTERNATIONAL

Blocus du Qatar : Craintes pour les travailleurs migrants dans une région en ébullition

 

Bruxelles, 20 juin 2017 (CSI en ligne) : Les inquiétudes vont croissant concernant la situation des travailleurs migrants au Qatar, alors que le blocus du pays par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et d’autres pays est maintenu. Selon des travailleurs du Bangladesh, de l’Inde et du Népal, les prix des denrées alimentaires de base auraient doublé depuis la fermeture de la frontière saoudienne et l’interruption des liaisons aériennes et maritimes vers le Qatar. Les livraisons d’aliments par avion depuis l’Iran et la Turquie entraînent un surcoût, alors que la disponibilité de matériaux destinés au vaste programme d’infrastructure de la Coupe du monde, notamment la construction de stades, de voies de transport, de milliers de chambres d’hôtels et autres est, elle aussi, en cause.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré : « Les travailleurs migrants au Qatar, qui touchent déjà des salaires aussi bas que 70 USD par semaine, sont à nouveau durement mis à l’épreuve avec la hausse des prix des denrées alimentaires. Si les Qataris fortunés ne remarquent pas nécessairement de différence, les migrants pauvres qui ne jouissent d’aucun droit en vertu du système de kafala sont les premiers touchés par cette crise. Les délais probables dans les projets de construction sont susceptibles d’entraîner des pressions accrues pour l’énorme population de travailleurs migrants, dans un pays où ils n’ont pas de recours effectif à la justice. Ceux qui souhaitent quitter le pays doivent obtenir l’autorisation de leur employeur, alors que nombre de travailleurs n’ont pas fini de rembourser leurs dettes aux agents de recrutement qui ont organisé leur passage au Qatar. Le gouvernement du Qatar devrait, à titre de mesure humanitaire immédiate, révoquer l’obligation de l’obtention du permis de sortie de la kafala, de manière à ce que les personnes qui souhaitent rentrer chez elles ne se retrouvent pas bloquées au Qatar. »

Les entreprises multinationales qui font des affaires au Qatar se doivent aussi d’assumer leur part de responsabilité envers les travailleurs de leur chaîne d’approvisionnement, y compris les travailleurs du transport qui sont restés en rade quand le blocus a commencé et les travailleurs migrants qui voyageaient via le Qatar, qui avait jusqu’ici été un important hub aérien d’accès vers les autres pays de la région. Les besoins immédiats de ces travailleurs doivent être pris en considération et les engagements salariaux honorés. La Fédération internationale des journalistes a également appelé l’Arabie saoudite et ses alliés à cesser de traiter les journalistes comme des ballons politiques à l’heure où le réseau d’information Al Jazeera, financé par le Qatar, est menacé de fermeture dans plusieurs pays < http://www.ifj.org/nc/news-single-view/backpid/50/article/stop-using-journalists-as-political-footballs-in-qatar-crisis-demands-ifj/ >. Les entreprises de construction au Qatar doivent s’assurer que les éventuels retards encourus dans les projets d’infrastructure ne donnent pas lieu à des licenciements ou des réductions salariales.

La position de l’Arabie saoudite, des EAU et du Bahreïn, les forces instigatrices du blocus, vient souligner le fossé qui existe entre les pays de la région et les différentes positions adoptées par les familles gouvernantes eu égard à leur soutien à divers groupes fondamentalistes, y compris les risques posés à leur mainmise absolue sur le pouvoir dans la région du Golfe.

L’Arabie saoudite et le Qatar se trouvent aussi engagés dans une course à l’armement effrénée, avec l’annonce par le gouvernement saoudien d’un contrat d’armement de 110 milliards USD avec les États-Unis et l’achat par le Qatar, également auprès des États-Unis, de matériel militaire pour une valeur estimée de 12 milliards USD. Ces contrats d’armement viennent s’ajouter à l’afflux, au cours des dernières années, de matériel militaire en provenance d’autres pays exportateurs d’armes vers la région. Pendant ce temps, la guerre par procuration à laquelle se livrent l’Arabie saoudite et l’Iran au Yémen a déjà coûté des milliers de vies humaines et plongé ce pays dans une épidémie de choléra, avec près de 5000 nouveaux cas déclarés chaque jour. L’annonce par la Turquie du déploiement de milliers de soldats au Qatar, où les États-Unis comptent d’ores et déjà une présence militaire énorme, est susceptible d’attiser les tensions dans la région.

« L’absence de démocratie et de droits humains dans les pays du Golfe et les contrats d’armements plantureux conclus avec les États-Unis et d’autres pays, auxquels viennent s’ajouter les politiques autoritaires des puissances régionales comme la Turquie et l’Iran, font naître la menace d’un conflit encore plus étendu que les guerres dévastatrices qui font déjà rage au Moyen-Orient. Ce sont les gens ordinaires, les citoyens des pays en guerre et les travailleurs migrants dont le labeur permet aux économies des pays du Golfe de se maintenir à flot, qui paient le prix », a déclaré madame Burrow.

La CSI représente 181 millions de travailleurs/euses à travers 340 organisations affiliées nationales dans 163 pays et territoires.

Suivez-nous sur le web : http://www.ituc-csi.org and http://www.youtube.com/ITUCCSI

Pour plus d’informations, veuillez contacter le Service Presse de la CSI au +32 2 224 03 52 ou par e-mail : press@ituc-csi.org.

 

 

 

commentaires
1 2 > >>