Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

FLORANGE : MITTAL ET HOLLANDE DEMASQUES

Publié le 19 Septembre 2016 par aragon 43 dans Sidérurgie

FLORANGE : MITTAL ET HOLLANDE DEMASQUES

Je reproduis un article qui vient de l'Humanité et qui montre le degré de félonie de ce gouvernement et la façon dont Mittal se torche le cul des accords avec HOLLANDE.

Le MARTIN DE LA CFDT a vraiment tout faux et l'on comprend mieux son piteux départ pour devenir député européen et larbin de l'Europe libérale et de Mittal.

Hollande va venir à Florange, je fais confiance aux camarades pour lui réserver l'accueil qu'il mérite,

Bernard Lamirand

article de l'huma ci-dessous

ArcelorMittal supprime 300 emplois

Publié le 18/09/2016 à 16:10 par andrenicolas Tags : image france photo travail soi news roman

ArcelorMittal supprime 300 emplois

Florange

Cécile Rousseau

Jeudi, 15 Septembre, 2016

L'Humanité

Malgré les promesses de maintien de l’activité, le sidérurgiste veut tailler dans les effectifs.

Florange en Moselle reste l’un des symboles de la trahison des promesses de campagne de François Hollande. Après la fermeture définitive des hauts-fourneaux en 2013, le président de la République avait soi-disant arraché aux dirigeants d’ArcelorMittal la garantie qu’il n’y aurait ni plan social, ni licenciement sur le complexe sidérurgique d’ici à 2017. Pourtant, le plan de compétitivité baptisé « Excellence industrielle et organisationnelle (EIO) », présenté fin juillet en comité d’entreprise, y ressemble furieusement. Ce projet prévoit une hausse de la productivité individuelle de 30 % dans tous les services (administratif, cokerie, étamage, packaging, etc.) d’ici à 2020. En tonnes d’acier par personne, le ratio devra ainsi passer de 900 à 1 200. Pour atteindre cette productivité, la direction a acté des suppressions de postes : sur 2 000 emplois à Florange, 300 disparaîtront d’ici quatre ans. Et dès 2016, 44 postes partiront en fumée. « Ils justifient ce plan par la survie de l’entreprise et font tout pour passer en force. Pour l’instant, ils refusent l’expertise du CHSCT pour établir ces conséquences sur les salariés », constate Lionel Burriello, secrétaire général de la CGT ArcelorMittal.

Ce projet risque d’autant plus d’avoir des répercussions sur la santé des ouvriers qu’il est alambiqué. Les personnes perdant leurs postes seront regroupées dans une sorte d’agence d’intérim interne nommée « Dips ». Comme l’explique le syndicaliste : « Ces salariés pourront aller remplir des missions de deux ou trois mois à la cokerie ou à l’étamage, leurs compétences seront supprimées et ils ne seront payés que le temps de la mission. Surtout, ils pourront être licenciés s’ils en refusent une. » Pour Lionel Burriello, ce tour de passe-passe n’est rien de moins qu’un plan social déguisé : « Du moment qu’il y a un transfert d’un emploi d’un point A à un point B, ce sont bien des suppressions de postes et la transformation des salariés en intérimaires. » Cette précarisation d’une partie du personnel passe d’autant plus mal qu’ArcelorMittal France a reçu 25 millions d’euros en trois ans au titre du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Suite à ces annonces, les syndicats CGT, SUD et FO ont multiplié les distributions de tracts et se mobilisent aussi aujourd’hui contre la loi travail. Malgré ce micmac de compétitivité, comme chaque année, François Hollande se rendra sur le site dans les prochaines semaines. Les syndicalistes l’attendent déjà de pied ferme.

http://www.humanite.fr/

commentaires

AMINATA TRAORE : UNE FEMME AFRICAINE SECRETAIRE GENERALE DE L'ONU

Publié le 18 Septembre 2016 par aragon 43 dans INTERNATIONAL

AMINATA TRAORE : UNE FEMME AFRICAINE SECRETAIRE GENERALE DE L'ONU
AMINATA TRAORE : UNE FEMME AFRICAINE SECRETAIRE GENERALE DE L'ONU

Je mets en ligne un texte paru par mon camarade Jean Bellanger sur la candidature de Aminata Traoré pour la responsabilité de Secrétaire générale de l'ONU.

Une femme qui dirige l'ONU, voilà un rayon de soleil pour la paix dans le monde et le respect des peuples et particulièrement des plus exploités.

Cela nous changerait de donner à l'ONU la responsabilité du monde à une femme du peuple et de la retirer à la clique des membres ayant le droit de veto.

J'ai eu l'occasion d'entendre Aminata dans un débat à Saint-Maximin (Oise) organisé par le PCF, une femme qui, si elle est élue, bousculera le jeu meurtrier des super-puissances et remettra l'ONU dans le sillon qu'elle aurait dû toujours avoir, celui d'être la force de la paix et de la solidarité entre les peuples du monde.

Une candidature que nous devrions exiger en tant que PCF que la France la porte à l'Assemblée générale

Bernard LAMIRAND

Aminata Traoré Candidate à la succession du Secrétaire général de l’ONU
Sommes-nous prêts à soutenir sa candidature ?
Aminata Traoré : née au Mali en 1947… Elle obtient à l’université de Caen son diplôme de docteur en Psychologie-sociale, devient chercheuse en Sciences-Sociales… Elle enseigne à l’Université d’Abidjan en Côte d’Ivoire. De 1997 à 2000 elle est ministre de la culture et du tourisme au Mali…
Militante altermondialiste elle n’a pas peur de s’exprimer et expose son point de vue publiquement à travers ses publications et ses interviews : Une de ses thèses souvent exprimée : c’est le ‘’Libéralisme’’ qui est responsable de la pauvreté au Mali et en Afrique… Aminata Traoré revendique sa filiation avec Modibo Keita ‘’père de notre indépendance’’ En 2006, au Forum Social Mondial polycentrique elle milite pour ‘’un autre Mali’’ En 2007, elle critique le discours de Nicolas Sarkozy à l’université de Dakar de juillet 2007 donneur de leçon aux Africains dépourvus de culture historique…Comme elle avait critiqué le discours de Obama à Accra….
Elle écrit et publie :En 1995 ‘’Femmes d’Afrique’’, en 1999 l’Etau Actes Sud, en 2008 l’Afrique humiliée chez Fayard, en 2012 l’Afrique mutilée chez Taama Editions…Le 31 aout 2010 elle participe au film de Abderrahmane Sissako : ‘’Bamako’’ où est mis en scène le procès de la banque Mondial et du FMI.
Candidate à la succession du Secrétaire général de l’ONU c’est un bon choix Aminata connait bien sur le mode de fonctionnement de l’ONU et la place prépondérante des 5 membres permanents qui depuis plus de soixante-dix ans ont droit de véto, ‘’ce mode de fonctionnement n’est en rien favorable à l’appropriation de l’organisation par les citoyens du monde’’
En finir avec le chômage , , est ‘’la première bombe à désamorcer ici au Mali et en Afrique … il est au cœur de la tragédie des migrants dits économiques qui sont, eux aussi, des réfugiés de la guerre économique livrée par le capitalisme mondialisé et financiarisé’’ Quant au Brexit, l’Europe aurait peut-être fait l’économie de cette crise majeure ‘’si elle avait aidé les pays d’origine des migrants dans le sens d’une industrialisation créatrice de valeur ajoutée et porteuse d’emplois au niveau locale’’ La ‘’recolonisation’’ a mis à mort les Etats post coloniaux cette opération s’est effectuée avec l’appui du FMI et de la Banque Mondiale qui ont imposé des ‘’programmes d’ajustement structurel’’….
l’Organisation des Nations Unies a vocation de paix et pourtant déplore-t-elle 16 opérations militaires sont réalisées (la plupart sur le continent africain). En 15 ans l’effectif du personnel militaire et policier est passé de 40.000 à 105.000, auquel il faut ajouter 8.000 membres du personnel civil...
Quant à l’opération Serval avec l’occupation du Nord du Mali suite à l’intervention de l’OTAN en Lybie ‘’La crise que traverse le Mali, souligne Aminata Traoré, n’est qu’une des expressions subsahariennes de ces convulsions.
Si le dialogue entre Maliens est essentiel, les réponses ne sont pas qu’à Bamako, Kidal, Tombouctou et ailleurs en Afrique. Elles sont aussi et peut être d’abord à Paris, Bruxelles et New York, où des acteurs politiques et institutionnels, que nous n’avons pas mandatés, pensent et décident pour nous sans se laisser questionner…
…Ma candidature est un plaidoyer pour une ONU, proche des peuples, à leur écoute’’ .......

commentaires

UN BAROUD D'HONNEUR : CERTAINEMENT PAS !!!

Publié le 16 Septembre 2016 par aragon 43 dans CGT

UN BAROUD D'HONNEUR : CERTAINEMENT PAS !!!

Loi travail

Vous avez dit baroud d’honneur ?

jeudi 15 septembre 2016

La rentrée sociale est à l’image de la météo, chaude et orageuse, n’en déplaise à ceux qui avaient déjà enterré le mouvement social.

Sur tout le territoire, ce sont plus de 110 manifestations et rassemblements qui se sont déroulés à l’appel des 7 organisations mobilisées pour continuer de dire NON à la loi travail.

Malgré les mesures de sécurité draconiennes imposées par des préfectures pour pouvoir se rendre sur certains lieux de manifestation, plus de 170 000 salariés ont bravé les interdits et battu le pavé pour la 14ème fois.

Tous continuent d’être contre cette loi scélérate.

La CGT continuera de se battre pour, sur tous les terrains, empêcher l’application de cette loi, point par point, mesure par mesure, que ce soit au niveau local, dans les entreprises avec les salariés ou nationalement, tout comme devant la justice.

Nous continuons de nous mobiliser pour faire barrage à cette loi qui n’a pas été votée mais arbitrairement imposée aux salariés de ce pays.

A l’image du CNE-CPE, rien n’est gravé dans le marbre. Ce qui a été validé peut être annulé.

Aux politiques de prendre leurs responsabilités.

Montreuil, le 15 septembre 2016

commentaires

RELAXE POUR LAURA ET CHRISTOPHE

Publié le 15 Septembre 2016 par aragon 43 dans CGT

RELAXE POUR LAURA ET CHRISTOPHE

Communiqué de la CGT

Relaxe pour Laura et Christophe

mercredi 14 septembre 2016

Nous étions aujourd’hui des centaines mobilisés devant la Cour d’appel de Chambéry pour la relaxe de Laura, l’inspectrice du travail, et Christophe, l’ex salarié de TEFAL.

Accusés de recel et violation du secret professionnel, ils avaient été tous les deux condamnés le 4 décembre 2015 à 3500 euros d’amende avec sursis.

Cette condamnation est inacceptable. Laura n’a fait que son devoir en dénonçant aux syndicats les informations qu’elle a reçues du lanceur d’alerte. Devant le banc des accusés aurait dû se trouver l’entreprise TEFAL pour avoir exercé des pressions sur Laura et remis en cause l’indépendance de l’inspection du travail. Pourtant, la Justice a décidé de ne pas poursuivre TEFAL mais de s’acharner sur l’inspectrice et le lanceur d’alerte.

Ce choix engage la responsabilité de la France. En effet, il s’agit d’une violation manifeste de la convention 81 de l’OIT qui garantit l’indépendance de la mission singulière de l’inspection du travail.

La CGT a saisi les instances de l’OIT sur cette violation grave.

L’inspection du travail n’est pas au service des entreprises mais est en charge de la protection des travailleurs.

La CGT revendique et lutte pour un service public de qualité et indépendant.

La CGT revendique le respect des libertés syndicales.

La CGT revendique plus de droits pour les salariés et un code du travail du XXIème siècle.

Montreuil, le 14 septembre 2016

commentaires

CGT : UN SITE POUR LES ELECTIONS DANS LES PME

Publié le 13 Septembre 2016 par aragon 43 dans CGT

CGT : UN SITE POUR LES ELECTIONS DANS  LES PME

Partagez largement !
Du 28 novembre au 12 décembre prochain auront lieu les élections professionnelles dans les toutes petites entreprises. Pour aider les salariés des TPE à s’informer sur leurs droits, la CGT a ouvert un site internet entièrement dédié.
http://www.tpe.cgt.fr/

commentaires

LA MACHINE A PERDRE : PIERRE LAURENT DECLARE

Publié le 9 Septembre 2016 par aragon 43 dans Présidentielles 2017

LA MACHINE A PERDRE : PIERRE LAURENT DECLARE

La gauche française doit arrêter « la machine à perdre »

Par Pierre Laurent, dans le journal « Le Monde » du 07 septembre 2016

Depuis plusieurs mois, j’alerte sur les dangers de la division à gauche et sur le besoin de s’unir pour offrir une alternative au pays. Divisés, nous allons dans le mur. Tout le monde le sait, y compris les principaux acteurs de la multiplication des candidatures à gauche. Pourtant, le scénario de la dispersion tourne à plein régime. Bientôt il sera plus facile de trouver un candidat de gauche à l’élection présidentielle que des truffes cet hiver.

Lire aussi : Présidentielle : à gauche, tous désunis contre François Hollande Notre division fait le jeu des calculs politiciens et sans avenir de François Hollande et Manuel Valls, des ambitions d’Emmanuel Macron et des appétits de la droite et de l’extrême droite.

Pendant ce temps, le CAC 40met en selle ses candidats, et l’extrême droite marque chaque jour des points en Europe. Une partie des Français, dont bon nombre dans le peuple de gauche, ne sait plus pour qui elle pourrait voter et si même elle se déplacera, quand bien même le Front national accéderait au second tour. C’est dire l’étendue des dangers.

Rien n’est encore écrit

Sommes-nous à ce point devenus fous pour alimenter encore la machine à perdre ? La gauche française est-elle devenue la plus bête d’Europe pour jouer ainsi le jeu de sa propre défaite ? Je ne m’y résous pas. Rien n’est encore écrit.

Dispersés, sans projet ni pacte commun, nous perdrons tous. Ensemble, nous pouvons faire le pari de construire une dynamique populaire et citoyenne suffisamment forte pour relancer l’espoir et gouverner. Pour cela, nous ne devons pas laisser la mécanique infernale d’un régime politique en crise piéger la majorité des Français. L’espace de rassemblement politique à gauche existe et ne demande qu’à être investi. N’abandonnons pas les jeunes et les travailleurs à leur sort, les obligeant à départager des candidatures qui, unies, leur offriraient la perspective d’une réelle accession au pouvoir et un programme susceptible d’améliorer considérablement leurs conditions de vie.

Est-il encore temps ? Oui, si nous sommes réalistes. Si chacun croit pouvoir capter à lui seul l’affaissement du président sortant sans dynamique unitaire, tous se trompent. La désespérance est le meilleur atout de nos adversaires. Je ne demande à personne de s’effacer. Je connais les différences entre nous. Je propose de remettre en route la machine à rassembler. Que chaque force, chaque candidat qui veut l’alternative, commence à acter ce qui nous rapproche, à rendre le commun que nous partageons plus fort que ce qui nous éloigne. Une majorité sociale de changement existe dans notre pays. Elle a plus que jamais besoin d’une majorité politique.

Les mouvements sociaux du printemps contre la loi travail méritent une offre politique crédible, une candidature forte susceptible d’incarner les combats menés. Les divisions identitaires mortifères qui fragilisent notre pays appellent un front uni pour une nouvelle République.

La remise en route d’un projet de progrès a besoin d’une France engagée à l’échelle européenne pour sortir de l’austérité.

Entrer en bataille Emploi, République, finance, Europe, sur ces quatre sujets majeurs, François Hollande a failli. Sur ces quatre questions, nos propositions respectives peuvent jeter les bases d’un nouveau mandat, d’une autre majorité pour la présidentielle et les législatives.

Lutte contre la finance et l’évasion fiscale, relance des services publics et des investissements productifs, baisse du temps de travail, planification écologique, VIe République, sécurité d’emploi et de formation, nos concitoyens peuvent être les garants de ce mandat populaire.

Je n’ai pas la vocation à être la Cassandre de la gauche française qui annonce la défaite dans l’indifférence générale.

L’attente est trop grande pour laisser faire. J’appelle tous ceux qui refusent le scénario du pire à entrer en bataille et à faire monter cette injonction aux oreilles de tous les responsables politiques de gauche : on vaut mieux que ça !

commentaires

INTERSYNDICALE DECLARATION PROJET DE LOI TRAVAIL

Publié le 2 Septembre 2016 par aragon 43 dans Luttes

INTERSYNDICALE DECLARATION PROJET DE LOI TRAVAIL

Déclaration commune CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL Un mauvais projet de loi devient une mauvaise loi !

La loi Travail n'est pas bonne pour les salarié-e-s et les jeunes. Elle ne le sera pas non plus pour l'économie du pays. Alors que le chômage et la précarité augmentent, en affaiblissant les conventions collectives au profit des accords d'entreprise, cette loi accroît la concurrence entre les entreprises poussant à l'alignement sur le « moins offrant » pour les salariés. Cette logique de dumping social va engendrer davantage de flexibilité et de précarité et remettre en cause nombre d'acquis sociaux.

Cette loi contrevient aux conventions 87, 98 et 158 de l’Organisation Internationale du Travail relatives à la négociation collective, aux libertés syndicales et aux licenciements.

Les organisations syndicales étudient tous les recours et moyens juridiques possibles pour s’opposer à la mise en œuvre de la loi Travail.

L'emploi, les salaires et les conditions de travail restent des préoccupations majeures pour les citoyen-ne-s.

Le chômage et la précarité sont des fléaux pour notre pays. Les créations d'emplois, dans le privé comme dans le public, sont pourtant nécessaires pour répondre aux besoins de toute la société. La stabilité et la qualité des emplois sont non seulement gage de progrès social et de qualité de vie pour les salarié-e-s et les jeunes, mais sont aussi un facteur essentiel de création d'emplois. La loi Travail tourne le dos à cet enjeu ! Tous les pays qui ont fait l’expérience d’une telle réforme du droit du travail (Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Allemagne) en mesurent aujourd'hui les conséquences néfastes.

Affaiblir le code du travail, c'est affaiblir les droits de tous les salarié-e-s !

Il est clair qu'à terme la fonction publique sera aussi concernée car nombre de règles statutaires relève de la transposition de dispositions du code du travail (dialogue social, respect de la hiérarchie des normes et des droits collectifs, temps de travail, etc.).

C'est pourquoi nos organisations continueront à mener tous les débats nécessaires avec les salarié-e-s et les jeunes pour, à l'inverse de cette loi, promouvoir d'autres propositions, obtenir son abrogation et gagner de nouveaux droits pour toutes et tous.

Pendant l'été, de nombreuses initiatives locales se sont développées et la carte postale au Président de la République a été largement utilisée. Comme nous l'avons écrit au Président de la République, «on se retrouve à la rentrée...», notamment sur les meetings et débats unitaires déjà programmés.

Les organisations dénoncent les faits de répression dont sont aujourd'hui victimes des militant-e-s syndicaux-ales, des jeunes, des salarié-e-s et des agents publics.

Les organisations syndicales de salarié-e-s et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent les salarié-e-s, privé-e-s d'emploi, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, retraité-e-s à se mobiliser massivement pour réussir la journée d'actions du 15 septembre contre la loi Travail, selon des modalités décidées localement (rassemblements, manifestations, grèves, etc…), pour obtenir l'abrogation de cette loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

commentaires