Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LE COMMERCE DES ARMES QUI TUENT DES INNOCENTS

Publié le 29 Juillet 2016 par aragon 43 dans Guerre et paix

Je reprends ici un article de Canaille le rouge reprenant lui-même une étude de Médiapart.

commentaires

LA VERITE DU PAPE FRANCOIS

Publié le 28 Juillet 2016 par aragon 43 dans Religions

LA VERITE DU PAPE FRANCOIS

Je met en ligne un extrait de la déclaration du Pape François sur cette question de guerre et qui la mène.

Je n'ai rien à rajouter à une telle déclaration et nos dirigeants politiques devraient en prendre de la graine, eux qui sont entrain de souffler sur les braises des vieilles guerres religieuses, celles que DAESH voudrait nous voir tomber.

L'heure est à la fraternité des peuples et à agir contre la cupidité de ce monde où l'argent roi détruit le vivre ensemble.

Je le cite:

Nous ne devons pas avoir peur de dire la vérité. Le monde est en guerre parce qu'il a perdu la paix",

"Le mot que l'on répète souvent en ce moment est insécurité, mais le véritable mot est guerre",

"C'est une guerre d'intérêts. C'est une guerre pour les ressources naturelles.

C'est une guerre pour la domination des peuples affirmant que toutes les religions souhaitent la paix".

commentaires

FETE DE L'HUMA : TRACT A REPRODUIRE

Publié le 28 Juillet 2016 par aragon 43 dans HUMANITE

FETE DE L'HUMA : TRACT A REPRODUIRE

ON LÂCHE RIEN

rendez-vous à la Fête de l'Huma

FETE DE L'HUMANITE

9-10-11-septembre parc Georges Valbon / La Courneuve

3 jours de débats

de spectacles de convivialité

avec : The chemical brothers, Michel Polnareff, Lauryn Hill, The Avener, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Rokia Traore, Ludwig von 88, Clarika, Bagarre, La poison, The 1975, Danakil, Ali Amran, Pagan Poetry, Le Grand cirque de Rome...

http://fete.humanite.fr/

► De « mon ennemi la finance » à la loi El-Khomri, de renoncements en trahisons,la politique du gouvernement Hollande/Valls a produit des gâchis et des dégâts considérables.

► Ce qu'une loi a fait, le peuple peut le défaire ; la lutte contre la loi Travail continue, avec un rendez-vous national le 15 septembre.

► Sur la loi Travail comme sur notre avenir, il est urgent que le peuple se fasse entendre. Le PCF a lancé La grande consultation citoyenne pour recueillir et faire émerger vos exigences et les rendre incontournables.

La Fête de l'Humanité, les 9, 10 et 11 septembre, sera l'occasion de vous faire entendre et de débattre.

Reconstruire l'espoir

A un an des échéances présidentielle et législatives, la politique menée par François Hollande a plus que déçu ; le pays la rejette.De « mon ennemi la finance » à la loi El-Khomri, de renoncements en trahisons, la vie de nos concitoyen-ne-s s'est encore dégradée, les gâchis et les dégâts sont considérables. L’entêtement de Manuel Valls et François Hollande montre qu’ils sont lâchés par celles et ceux qui les ont portés au pouvoir. Mais la droite et l’extrême-droite sont en embuscade, pour profiter du désarroi, avec des programmes libéraux radicalisés, extrêmement dangereux pour le pays. Il faut que surgisse une autre voie, celle de la parole populaire, de ses exigences et de ses propositions. Et la rendre incontournable.

Contre la Loi travail, on lâche rien

Cette parole populaire, elle s'est faite entendre, par pétition, dans les rues, sur les places ou par sondage contre la loi El-Khomri. Cette loi, c'est la destruction du Code du travail, la fragilisation des salarié-e-s, la généralisation de la précarité et du dumping social. Dans un pays qui crée plus de richesses que jamais. Dans l'opinion et même à l'Assemblée, le gouvernement n'a pas eu de majorité. Le rôle d'un gouvernement, c'est pourtant d'entendre ce que veut le peuple. Ce qu'une loi a fait, le peuple peut le défaire. La mobilisation continue. Le Parti communiste la soutient et appelle à l'amplifier. Le gouvernement doit savoir qu'on ne lâchera rien et qu'en 2017 personne n'oubliera cette bataille. Une nouvelle journée de mobilisation nationale est prévue le 15 septembre, à l'appel de toutes les organisations syndicales et de jeunesse mobilisées.

Le peuple doit se faire entendre

Concernant la Loi Travail comme l'ensemble des autres domaines, vous en avez assez d'entendre toujours les mêmes qui parlent pour vous, sans vous écouter. En France comme en Europe, les décisions sont prises par eux, sans vous, contre vous. Pourtant, cela fait des années que les peuples sont fatigués des politiques d'austérité. Tout se passerait mieux si les gouvernants pensaient aux besoins populaires et à l'intérêt des nations plutôt qu'au respect du dogme libéral, écoutaient les citoyen-ne-s plutôt que les financiers.

Car, nous sommes des millions. Au fond, nous sommes les 99%. Ceux qui font tourner les machines, qui fabriquent notre pain, font rouler les trains ou pousser le blé, ceux qui éduquent nos enfants, soignent, protègent, construisent....

Le Parti communiste a pris une décision : construire avec vous les solutions et l'issue. Convaincu que chacun-e a un bout de la solution, il engage une Grande consultation citoyenne pour recueillir les avis de plus de 500 000 personnes et élaborer à partir de ces avis un pacte d'engagements communs pour 2017, soumis en octobre à une votation citoyenne. Participez-y dans vos villes et villages, dans votre entreprise, sur internet et à la Fête de l'Humanité

Rendez-vous à la Fête de l'Humanité

Les 9, 10 et 11 septembre 2016, se tiendra la plus grande fête citoyenne de notre pays. La Fête de l'Humanité sera l'occasion pour chacun et chacune de se faire entendre, de débattre, avec toutes les forces de gauche et les citoyen-ne-s, des choix à faire pour une politique économique au service de l'Humain d'abord.

commentaires

ECHEC AUX TUEURS D'ABEILLES

Publié le 28 Juillet 2016 par aragon 43 dans ECOLOGIE

commentaires

MARTINEZ INTERWIEW DANS PARIS MATCH

Publié le 28 Juillet 2016 par aragon 43 dans CGT

MARTINEZ INTERWIEW DANS PARIS MATCH

"Ce n’est pas de la faute de la CGT si Hollande est impopulaire"

| Publié le 27/07/2016 à 10h35 |Mis à jour le 27/07/2016 à 10h41

Interview Bruno Jeudy

Philippe Martinez dans son bureau au siège de la CGT, à Montreuil. Baptiste Giroudon

×Close

Malgré l’adoption de la loi Travail, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez estime que le «grand perdant» de la séquence est le gouvernement. Et donne rendez-vous le 15 septembre pour une nouvelle journée de mobilisation.

Paris Match. Vous n'avez pas pu empêcher le vote de la loi Travail et le gouvernement n'a pas reculé. C'est un échec pour la CGT?
Philippe Martinez. Non. C'est davantage le gouvernement qui est le grand perdant. Selon un sondage (Ifop pour «Les Echos»), 71% des Français restent défavorables à la loi travail et 55% soutiennent le mouvement social. On a fait tout ce qu'on pouvait pour mobiliser contre les dangers de ce texte. On a d'ailleurs obtenu à la marge quelques reculs. Et grâce à ce mouvement, on a eu des avancées à la SNCF, pour les routiers et le maintien des emplois à la Direction de l'avion civile.

A lire:Myriam El Khomri, ministre face à la rue

Vous aviez annoncé des mobilisations pendant l'été et à la rentrée. Qu'en est-il?
Nous avons mené quelques opérations péages gratuits. On va à la rencontre des travailleurs saisonniers et on distribue des tracts sur le Tour de France. L'intersyndicale se réunira à la fin du mois d'août et une journée de mobilisation est prévue le 15 septembre. La loi est peut être «adoptée», avec l’utilisation du 49.3, mais le problème demeure.

Rétrospectivement, vous avez perdu la bataille de l'opinion le jour des incidents à l'hôpital Necker?
Non. Tout ce qui s'est passé en marge des manifs, nous l'avons condamné. L'opinion a fait la différence entre ceux qui manifestaient et ceux qui n'avaient rien à y faire. Malgré une campagne haineuse contre ce mouvement social inédit par sa longueur et son existence sous un gouvernement de gauche, nous avons toujours eu l'opinion de notre côté.

Haineuse?
Oui, il y a eu une campagne de dénigrement de la part de Manuel Valls, Pierre Gattaz et certains éditorialistes. Le Premier ministre a quand même osé fustiger à l'Assemblée nationale la complicité entre les services d'ordre des syndicats et les casseurs. Quant à Gattaz, il nous a traité de terroristes. Ce n'est pas un mot anodin dans les circonstances actuelles!

"Bientôt on dira que la pluie, c’est le faute de la CGT"

Votre durcissement visait à enrayer le déclin de la CGT face à la CFDT. Avez-vous atteint votre objectif?
La CGT est le premier syndicat de France. On fera les comptes à la fin de l'année après les élections dans les comités d'entreprise. Pour l'heure, j'observe qu'on gagne du terrain à Schneider Electric, à Canal+… Pour le reste, la CGT n'est pas en compétition avec la CFDT. Elle n'a pas de position à géométrie variable. Sa ligne n'a pas changé. On a contesté un projet du gouvernement qui a privilégie un partenaire social. C'est son choix de ne pas avoir voulu écouter nos propositions.

A lire:Comment la CFDT a pesé sur la loi El Khomri

Approuvez-vous les militants de la CGT qui ont perturbé la minute de silence au festival d'Avignon?
Faux. La fédération spectacle a voulu participer à un débat du PS sur la culture et trois de nos camarades ont été empêchés de rentrer dans la salle. Ils ont observé la minute de silence dehors. Depuis six mois, le PS a une fâcheuse tendance à expliquer que tout ce qui se passe mal en France serait de la faute de la CGT! On nous a accusé de vouloir perturber l'Euro qui s'est en fait très bien passé. On a dit que nous n'étions pas solidaires des victimes des inondations. Bientôt on dira que la pluie c'est la faute de la CGT!

En 2012, la CGT avait appelé à voter pour François Hollande. Que ferez-vous en 2017?
En 2012, c'était Nicolas Sarkozy le président de la République. Deux ans auparavant, le conflit sur les retraites avait laissé des traces. Pendant sa campagne, il faisait siffler la CGT dans tous ses meetings. Entre les deux tours, le secrétaire général à l’époque, Bernard Thibault, a appelé à battre Sarkozy. Nuance. Pour 2017, il n'y aura pas de consigne de vote.

Et si Marine Le Pen est au second tour?
En 2002, nous avions appelé à voter contre son père. Personnellement, je proposerai aux instances l'idée de faire battre le Front national qui est un parti contre nos valeurs, notamment sur l’immigration.

"Rocard était favorable aux 32 heures et personne ne l’a traité d’Hibernatus"

Finalement, vous préférez que la droite soit au pouvoir?
Non, on préférerait que le président Hollande fasse ce que le candidat Hollande ce qu'il avait promis. Ce n'est quand même pas la faute de la CGT si Hollande est impopulaire. C'est d'abord la sienne. Quand on vit dans un palais, faut pas seulement ouvrir les fenêtres, faut aller voir les gens! Quant à la droite, je vois dans les programmes de ses candidats avant tout des mesures antisociales. Je vois par exemple monsieur Juppé qui propose de repousser l'âge de départ à la retraite à 65 voire à 67 ans.

Sondage:Un peu de répit pour Hollande avec l'Euro

Quel sera votre prochain combat?
Evidemment la loi Travail et les 32 heures. Ce sera l'une de nos propositions pendant le débat présidentiel. C'est une réponse concrète au chômage de masse.

C'est ni crédible, ni soutenable économiquement?
A chaque période de l'Histoire, pour créer de l'emploi, on a réduit le temps de travail. Toutes les évolutions technologiques permettent aux entreprises de gagner de l'argent. Ça doit donc profiter aux salariés. Les syndicats allemands et espagnols y réfléchissent. Michel Rocard, dont on vient de faire l'éloge, y était favorable et personne ne l’a traité d'Hibernatus!

Comment faites-vous pour éviter l'entrisme de militants radicalisés par la religion?
Le sujet est complexe. La société est malade. Elle a besoin de réponses sociales pour sortir des jeunes et des moins jeunes de l'emprise de mouvements religieux radicaux. Il y a besoin de rediscuter de la laïcité, de l'égalité entre les femmes et les hommes plutôt que de stigmatiser telle ou telle religion. A la CGT, nous en discutons avec certaines entreprises (RATP, SNCF…) et nous sommes vigilants sur le respect des femmes et les règles de vie communes. A ce jour, nous n'avons pas eu de cas à signaler.

commentaires

UN MAIRE DIGNE

Publié le 27 Juillet 2016 par aragon 43 dans Sociétés

commentaires

CGT : DECLARATION DRAME DE SAINT ETIENNE DU ROUVRAY

Publié le 26 Juillet 2016 par aragon 43 dans CGT

CGT : DECLARATION DRAME DE SAINT ETIENNE DU ROUVRAY

Solidarité

Drame à Saint-Etienne-du-Rouvray

La CGT tient à témoigner son soutien et sa solidarité aux personnes touchées par ce nouveau drame, survenu ce matin à Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

L’extrême violence de ces actes est, à nouveau, très choquante. Nous la condamnons sans réserve.

A nouveau, les militant-es et les syndiqué-es de la CGT tiennent à affirmer que les valeurs essentielles de notre démocratie et de notre République doivent être défendues au quotidien.

Ces actes criminels sont perpétrés, entre autres, pour propager la peur, la haine, le rejet de l’autre, pour exacerber les divisions entre les citoyen-nes.

Il est donc essentiel et urgent de rendre effectives les valeurs de solidarité, de paix et de fraternité et, ce, dans la plus grande sérénité et dignité.

Montreuil, le 26 juillet 2016

commentaires

SAINT-ETIENNE DU ROUVRAY : DECLARATION DU PCF

Publié le 26 Juillet 2016 par aragon 43 dans PCF

SAINT-ETIENNE DU ROUVRAY : DECLARATION DU PCF

Horreur face au lâche et abominable assassinat du prêtre de Saint Etienne de Rouvray (Olivier Dartigolles)

L'horreur a de nouveau frappé avec le lâche et abominable assassinat de Jacques Hamel, le prêtre de l'église de Saint Etienne du Rouvray. Nous adressons nos pensées à la famille, à la communauté catholique, à la population de Saint Etienne du Rouvray, à son maire, Hubert Wulfranc.



Face à cette nouvelle tragédie, notre pays est confronté à un immense défi : vaincre Daech, assurer une meilleure sécurité pour nos concitoyens dans un état de droit, faire grandir dans notre société, par l'intervention populaire et citoyenne, les valeurs de solidarité et de progrès pour tous.



Un grand débat national s'impose pour décider de l'orientation des politiques publiques à mettre en œuvre. Que les polémiques cessent immédiatement pour laisser place au discernement, à la connaissance, à la compréhension.



Que les petits jeux politiciens et les surenchères irresponsables s'arrêtent pour un débat démocratique allant au fond des questions afin de mieux agir.

commentaires

SAINT-ETIENNE DU ROUVRAY : UN ACTE ABOMINABLE

Publié le 26 Juillet 2016 par aragon 43 dans Sociétés

Que L'aube de l'humanité triomphe de la nuit
Que L'aube de l'humanité triomphe de la nuit

SAINT-ETIENNE DU ROUVRAY UN ACTE ABOMINABLE

Ce n’est pas la Saint-Barthélemy, mais après la tuerie de Nice, celles en Allemagne, au Japon, voilà maintenant que les prêtres sont pris pour cible.

Un vieil homme, prêtre, vient d’en être une victime toute désignée, lui qui prêchait le dialogue entre les peuples.

C’est de la sauvagerie ce qui vient de se passer dans cette ville ouvrière de Saint-Etienne du Rouvray où deux crapules, fanatisés par Daesh, ont égorgé un curé et blessé plusieurs personnes assistant à un office religieux du matin.

Qui seront demain les nouvelles victimes de ces folies meurtrières dignes des temps les plus reculés ?

Cette volonté de tuer est un des réflexes les plus ancestraux que l’humanité eut à faire disparaître et qui ressort à des moments donnés, quand le monde ne va pas bien, comme en ce moment avec un capitalisme dominateur ravalant les peuples à n’être que des êtres humains assujettis à leur soif de profit.

Aller au petit matin égorger dans une église, lieu sacré, montre à quel point notre monde vit des moments exécrables qui nous ramènent à ces périodes glauques que l’histoire nous révèle et notamment lors de la seconde guerre mondiale où le nazisme s’est livré à une barbarie de masse et des atrocités en Europe.

Ce mouvement Daesh est tout compte fait le continuateur du nazisme. Le but est évident, faire en sorte que les peuples tombent dans leur croyance infernale et les armes du racisme, de l’intégrisme religieux le plus absolu, de la xénophobie, de l’antisémitisme sont les ingrédients pour y parvenir.

Dans ces moments douloureux pour tous les hommes de bonne volonté, je rappellerai ce grandiose poème d’Aragon dans les pires moments de notre histoire : dans la rose et le réséda :

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous l
es deux étaient fidèles…….

Ici , dans un tel moment, il faut que les hommes de progrès se retrouvent ensemble qu’ils soient athées, agnostiques, chrétiens, musulmans, protestants, bouddhistes où rien du tout.

Un homme est mort égorgé avec sauvagerie, il faut plus que jamais s’unir contre l’obscur et la haine.

Elisabeth Roudinesco philosophe disait, après la tuerie du Bataclan : « La mort aveugle, le fait de tirer partout à la kalachnikov provoquent la peur. C’est la pulsion de mort à l’état brut. Il faut un sacré engagement dans l’obscurantisme religieux pour en arriver là. Tout cela est fait pour semer la peur et ça réussit. D’autant que la France est aujourd’hui très fragilisée par la montée du lepénisme. Les autres populismes en Europe sont moins graves que ce que nous vivons en France. Parce qu’ici, quand on n’est pas à Valmy, on est à Vichy. On a des vieux démons qui s’appellent le vichysme, l’antisémitisme, le racisme, l’extrême droite. C’est un phénomène dangereux parce qu’il touche les classes populaires ».

Dans ces moments là, volètent toujours les corbeaux au-dessus des trépas, nous les connaissons ; ils exigent de ne pas faire de détail et de « tirer dans le tas » pour ainsi dire, c'est-à-dire de frapper de leur vindicte hommes, femmes et enfants qui ne seraient pas français de souche ou que l’on peut suspecter à travers leurs origines.

Ecoutez-les ; ils sont déjà à l’œuvre et vous les connaissez !

Alors oui, se rassembler entre hommes de bonne volonté sensible à l’humain, face à la cruauté, avec donc ceux qui croient en l’homme d’où il vient et vomissent les haines dont on voit certains politiques ces jours-ci s’en emparaient pour réussir leurs primaires présidentielles.

Les tueurs et les vautours, parfois, se trouvent réunis, certes pas pour les mêmes causes, mais ils doivent savoir qu’il trouveront le peuple pour défendre la République, la laïcité, le droit de croire ou de ne pas croire et la démocratie.

La paix est notre devise et cela doit nous amener à réussir le samedi 24 septembre de grandes manifestations avec le Mouvement de la paix.

Bernard LAMIRAND

· Vous trouverez en cliquant ici le poème d’Aragon « la rose et le réséda ». c’est mon hommage à ceux qui croient et à ceux qui n’y croient pas mais sont comme ce prêtre des hommes et des femmes croyant à l’avenir de l’homme et au progrès humains rejetant tous les obscurantismes.

commentaires

DAECH ET LE FASCISME : PAR ELISABETH ROUDINESCO

Publié le 26 Juillet 2016 par aragon 43 dans Sociétés

DAECH ET LE FASCISME : PAR ELISABETH ROUDINESCO

Société

attentats du 13 novembre 2015

Élisabeth roudinesco

Entretiens

Élisabeth Roudinesco « La déstabilisation de notre pays voulue par Daech passe par le fascisme »

Entretien réalisé par Dany Stive

Lundi, 16 Novembre, 2015

L'Humanité

Nicolas TAVERNIER/REA

Universitaire, historienne, psychanalyste, chercheuse associée au département d'histoire Paris VII Diderot Élisabeth Roudinesco considère que les Français vivent aujourd’hui dans un climat de peur, propice à l’épanouissement des haines. À cela, elle oppose la France de 1789, la laïcité et l’abandon d’un anti-intellectualisme rampant.

En tuant aveuglément, que cherchent ces islamistes ?

ÉLISABETH ROUDINESCO Ce qu’ils visent, c’est la déstabilisation de toutes les démocraties et cette déstabilisation passe par le fascisme. Daech est l’État-voyou par excellence, comme le définissait Derrida après le 11 septembre. Nous sommes passés d’une organisation ayant à sa tête Ben Laden à des barbares anonymes qui n’ont pas de visages. On assiste à une dissémination de ce terrorisme. L’idée que ça peut surgir dans n’importe quelle famille bien tranquille, par des brusques conversions, parce que l’identité y est fragile, est inquiétante. Le fanatisme sous toutes ses formes séduit des gens en errance, des gens désespérés, des gens qui ont des problèmes identitaires. Combattre ce phénomène est très difficile pour des États démocratiques qui ne sont pas en guerre.

Évidemment, ils cherchent à faire peur…

ÉLISABETH ROUDINESCO La mort aveugle, le fait de tirer partout à la kalachnikov provoquent la peur. C’est la pulsion de mort à l’état brut. Il faut un sacré engagement dans l’obscurantisme religieux pour en arriver là. Tout cela est fait pour semer la peur et ça réussit. D’autant que la France est aujourd’hui très fragilisée par la montée du lepénisme. Les autres populismes en Europe sont moins graves que ce que nous vivons en France. Parce qu’ici, quand on n’est pas à Valmy, on est à Vichy. On a des vieux démons qui s’appellent le vichysme, l’antisémitisme, le racisme, l’extrême droite. C’est un phénomène dangereux parce qu’il touche les classes populaires.

Comment combattre cette dérive ?

ÉLISABETH ROUDINESCO Je suis pour une réaction dure. Il faut défendre de façon nette les valeurs françaises de la laïcité. La défense des principes permet ensuite une souplesse dans l’application et une discussion dans les cas individuels. Il ne faut avoir aucune complaisance vis-à-vis des discours qui emploient le terme d’islamophobie. Si on veut réellement lutter contre le racisme, il faut être très clair vis-à-vis de l’islam radical. Oui, il faut lutter contre lui au nom des valeurs de la laïcité et de façon déterminée. Présenter l’islam comme «la religion des pauvres» n’interdit pas de la critiquer. Je préférerais qu’on combatte politiquement l’islamisme radical sans employer ce terme. On n’emploie plus les mots christianophobie ou judéophobie. Lutter contre le racisme, c’est intégrer les musulmans dans la laïcité. Ce qui se fait massivement. Les familles musulmanes s’intègrent bien plus que ce qu’on dit. Nous n’avons pas besoin du mot islamophobie pour combattre le radicalisme religieux. Je défends donc tous les caricaturistes de Charlie Hebdo – et nous avons la preuve aujourd’hui qu’il fallait bien être Charlie : oui, on a le droit de critiquer la religion dans ce pays. Les principes de la laïcité doivent être appliqués de façon stricte, c’est la meilleure façon de tolérer toutes les religions, qui relèvent du domaine privé. La laïcité française a fait ses preuves, il faut la défendre autant qu’on peut. Les islamistes radicaux ne sont pas un nouveau prolétariat qui aurait remplacé les damnés de la terre, non ! Les combattre, c’est la meilleure façon de combattre aussi l’extrême droite, qui est communautariste, raciste. La notion de « français de souche », l’appel aux racines, à l’ancrage dans le terroir, sont des ignominies : la France est un pays dans lequel nous sommes tous les héritiers d’immigrés.

Vous dénoncez fortement certains intellectuels sans cesse invités dans les médias…

ÉLISABETH ROUDINESCO Tous les polémistes d’extrême droite popularisés par la télévision font appel aux pires choses : l’apologie de Vichy par Éric Zemmour, c’est honteux ; l’apologie du terroir bien français contre le cosmopolitisme urbain par Onfray, les discours de Renaud Camus… Toutes ces thèses viennent de Maurras, même si tous ceux qui tiennent ces propos ne s’en rendent pas compte. Ce sont des gens intelligents qui ne devraient jamais tenir de tels discours. Tous défendent cette espèce de souverainisme, de nostalgie d’une France qui n’existe plus. La peur de la perte du père, de la perte de l’école… tout cela ne sont que des fantasmes. On ne perd rien, on change, on se transforme, ce qui n’est pas facile. Il faut maintenir les grands idéaux de la Révolution française : liberté, égalité, fraternité.

Sommes-nous dans une situation où la peur risque d’engendrer la haine ?

ÉLISABETH ROUDINESCO Le basculement de la peur vers la haine est palpable. La haine de l’étranger, la détestation des réfugiés… Il y a un désir inconscient de fascisme chez beaucoup de Français et chez beaucoup d’intellectuels. Regardez les publications aujourd’hui, le nombre de livres qui vomissent Foucault, Derrida, le structuralisme… On vomit les intellectuels des années 1970. On tourne en dérision tout ce qui a fait la grandeur intellectuelle de la France. C’est un climat qui favorise l’abjection, qui favorise la haine, qui valorise un retour à la vieille littérature d’extrême droite. Tous ces auteurs sont-ils conscients qu’ils flirtent avec les idées des Le Pen ? Nous sommes dans une période où l’inconscient s’énonce partout. Il y a dans notre pays un climat anti-intellectuel aujourd’hui. On part du principe que c’est trop compliqué, incompréhensible par le peuple… mais pas du tout ! J’espère qu’on va se réveiller.

(1) Auteure du Dictionnaire de la psychanalyse en France et de Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre (2014).

commentaires
1 2 3 4 > >>