Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

31 MARS CGT: UNE SEULE ISSUE LE RETRAIT

Publié le 31 Mars 2016 par aragon 43 dans syndicalisme

31 MARS CGT: UNE SEULE ISSUE LE RETRAIT

Immense mobilisation

Une seule issue : LE RETRAIT

jeudi 31 mars 2016

A l’image de la tour Eiffel fermée pour cause de grève, la mobilisation pour le retrait du projet de loi El Khomri et l’écriture d’un code du travail du 21ème siècle a été un véritable succès.

Au soir de ce 31 mars nous recensons près d’1,2 million manifestants dans 250 villes avec plusieurs milliers d’arrêts de travail.

Cette mobilisation est à l’image des 70% de français qui veulent le retrait de ce projet de loi.

Dans de nombreuses manifestations, l’unité syndicale dépassait largement le cadre des organisations qui avaient appelées.

Le gouvernement doit retirer son texte. Inutile de s’entêter plusieurs semaines comme pour la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité et les mesures d’état d’urgence. Les recettes qu’il propose avec le Medef, sont toujours ringardes, cela fait plus de 30 ans en France comme en Europe que s’applique une baisse des droits des salariés, du coût du travail avec pour seules conséquences une montée du chômage et une augmentation des dividendes versés aux actionnaires (+25% en 2015).

Dans un contexte de hausse du chômage et d’explosion de la précarité, ce texte va favoriser le dumping social. Cela exacerberait encore plus la mise en concurrence entre des salariés, des entreprises sur un même territoire, une même branche. Elaborer un code du travail pour chaque entreprise, cela ne créera en aucun cas des emplois pérennes nécessaires à la relance économique et à l’investissement.

La jeunesse crie partout « on vaut mieux que ça ! » avec elle, la CGT est disponible pour construire ce « mieux ».

Nous proposons un nouveau statut du travail salariés avec des droits attachés à la personne et transférables d’une entreprise à l’autre, avec une sécurité sociale professionnelle pour ne plus passer par la case « chômage » en cas de changement d’entreprises.

Nous proposons de travailler moins pour travailler mieux et travailler tous. Nous exigeons une autre répartition des richesses et l’augmentation des salaires et des pensions.

Avec l’ensemble des organisations syndicales à l’initiative de ce 31 mars, nous allons proposer de poursuivre et amplifier l’action, les grèves, les manifestations, notamment le 5 avril en direction des parlementaires, le samedi 9 avril et après, jusqu’au retrait de ce projet de loi et pour l’obtention de nouveaux droits sociaux.

Montreuil, le 31 mars 2016

commentaires

LOI KHOMRY: DETRUISONS LA ABSOLUMENT

Publié le 31 Mars 2016 par aragon 43 dans syndicalisme

LOI KHOMRY: DETRUISONS LA ABSOLUMENT

LOI KHOMRY : LA DETRUIRE ABSOLUMENT

Le gouvernement peut faire toutes les simagrées indispensables pour cacher la réalité, rien ne pourra arrêter le monde du travail s’il se met en état de mobilisation pour empêcher que le pire arrive.

Plus d’un million de manifestants ont ce 31 mars défilé dans le pays pour s’opposer à cette loi scélérate.

Ils ont eu raison et de braver le mauvais temps, souvent pour dire leur indignation d’un gouvernement qui se dit de gauche puisse les outrager à ce point en leur demandant de céder leurs droits du travail à un patronat de plus en plus rapace. Bref de revenir sur des droits sociaux obtenus par des luttes tout au long du siècle dernier et qui ont vu des générations de travailleurs luttant pour conquérir des droits nouveaux.

Nos anciens, selon l’expression consacrée, doivent se retourner dans leur tombe en voyant cette bande de « vauriens », j’emploi ce mot, démolir les conquêtes de du Front populaire dont on va commémorer le 70eme anniversaire cette année, ou encore les victoires sociales de la libération et celles de 1968.

Tout cela inscrit dans le marbre des conquêtes ouvrières.

Tout ça à la poubelle nous disent Valls et sa chef majorette EL-Khomry, tombé du ciel où plutôt du de la vieille commode du Medef, et de l’ordonnateur des tâches Pierre Gattaz.

Je viens de parcourir le projet de loi que mon journal l’Humanité vient de publier : quelle déchéance ce gouvernement d’en être arrivé à recopier les prescriptions régulièrement répétées du Medef et particulièrement de l’Union des industries métallurgiques et minières, dont on sait avec quel soin celle-ci a toujours conseillé les gouvernements.

Ce texte est lamentable.

L’archaïsme « du faire suer le burnous » est à chaque paragraphe avec des attendus qui indiquent que le patron est seul maitre à bord et que nul ne peut contester son autorité ni même rouspéter qu’il se trouvera alors pris dans la nasse de l’évincement.

Un manifestant me disait ce matin à Creil, « on est retourné au 19eme siècle ». Il a raison et l’on croirait revenu au travail aux pièces et à la journée ou encore à quelques heures d’ouvrages ou de corvées.

Un autre disait, « les patrons vont pouvoir nous mener par le bout du nez si ce texte passe à l’Assemblée Nationale » : quel clairvoyance devant ce tableau nous ramenant au moyen-âge de l’histoire sociale de notre pays.

Le lisant, je faisais le lien avec les raisons invoquées par le gouvernement de rendre plus compréhensible le code du travail. Rappelez-vous, l’équipage gouvernemental et patronal n’avait pas trop de mot pour qualifier le code du travail comme indigeste. Le texte présenté sous le vocable de « loi du travail » est imbuvable à la lecture et il est imbuvable effectivement pour en saisir tous les coups fourrés qui se dégageront par la suite pour la meilleure interprétation possible pour l’exécuter dans les entreprises. Les salariés n’auront qu’à boire le « calice jusque la lie.

Un code du travail qui deviendra autant de code particulier dans chaque entreprise selon l’humeur et surtout l’appât du gain patronal.

Les grands patrons mais aussi le petits - parfois et souvent les pires- pourront « faire la loi chez moi » comme on disait dans le temps de nos grand parents.

Que de contorsions pour affirmer des instructions, tout compte fait anciennes. La durée du travail par exemple est développée avec tant de contours que l’on devine rapidement que le but n’est pas de clarifier mais de créer les meilleures conditions pour faire travailler les gens au maximum et d’allonger le temps de travail gratuit.

Les horaires, les pauses, les dérogations, les temps partiels, le temps de nuit, celui du dimanche et des jours fériés, tout est fait pour que dans l’enchevêtrement des formules pour présenter la chose comme l’entente entre le patron et le salarié à égalité par le raisonnable, la loyauté, par la courtoisie de chaque partie la vie au travail sera meilleure. On se croirait au paradis dans les lieux de travail. Mais les chaines toutes vieilles venant du siècle dernier, du temps des négriers sont à chaque ligne.

Tout est fait pour que les organisations syndicales ne soient plus que des figurants insignifiants avec le stylo sous la tempe.

Madame El-Khomry est prête à donner son nom à cette loi funeste pour le monde du travail et particulièrement pour les plus fragiles qui n’auront plus beaucoup de possibilités pour se défendre ; sinon que de se retrouver un beau matin remercié ( liquidé) par le patron quand celui-ci décidera de s’en séparer sans que quiconque puisse venir contester cette autoritarisme qui se trouvera libéré par cette loi dit du travail mais qui est une loi patronale.

Demain la patronat aura le pouvoir législatif, exécutif, judiciaire, dans son entreprise : il pourra légiférer, exécuter, juger selon son bon plaisir.

En m’appesantissant sur le texte je voyais déjà toutes les mesquineries, les machinations, les complots, les artifices pour se rompre le contrat d’embauche avec le salarié.

Les patrons auront beau jeu aussi de rendre un bilan négatif, après s’être bien servi, pour licencier les salariés de tel ou tel service ou telle ou telle entreprise. Nous savons tous comment ces malfaiteurs qui règnent dans les conseils d’administration procèdent pour dissimuler les profits et mettre telle ou telle entreprise dans le rouge comme on dit.

Dans le bassin Creillois, nous avons eu maints exemples, dont les derniers à Still Saxby et Goss à Montataire où les patrons sont partis avec les outils ailleurs et laissant sur le carreau des centaines de salariés.

Enfin, que dire de ces référendums pour contrer les organisations syndicales majoritaires, sinon que pour voir que derrière cela se cache la volonté de passer au dessus des syndicats et comme certains petits ou moyens patrons l’annoncent déjà qu’avec une telle loi ils grilleront les syndicats.

Vraiment un loi travail pour qu’à l’entreprise le travaille et tais-toi l’emporte et que la démocratie ne soit même plus évoquée devant un patronat maitre du jeu.

Bref un recul nous ramenant au servage.

Oui, il n’est pas trop tard pour empêcher la casse du code du travail.

Ce code peut être bien sûr amélioré dans son contenu, il le sera si la place des travailleurs est mise en avant car qui créent les richesse dans l’entreprise, sinon eux, et certainement pas ceux qui se l’accaparent en dividendes et en rémunérations ahurissantes comme celles de ces deux PDG de Renault et Peugeot.

Cette loi, finalement, ne vise qu’à permettre au patronat de relever son taux de profit.

Alors mettons cette loi par terre. Revendiquons-en sa déchéance immédiate.

Détruisons là afin qu’elle ne rende pas notre pays encore plus malade qu’il ne l’est.

Bernard LAMIRAND

commentaires

31 MARS TOUS ET TOUTES MANIFESTONS

Publié le 31 Mars 2016 par aragon 43 dans syndicalisme

31 MARS TOUS ET TOUTES MANIFESTONS

QU'IL PLEUT , QU'IL VENTE, QU'IL NEIGE, QU'IL FASSE CHAUD ET TANT MIEUX AFFRONTONS LE CODE PATRONAL ET DETRUISONS LE PAR NOS GREVES,NOS MANIFESTATIONS CE JOUR

QUE L'ON SOIT JEUNES, CHOMEURS,ACTIFS,RETRAITES-ES PAS UN NE DOIT MANQUER CONTRE CE PROJET SCELERAT

Bernard Lamirand

commentaires

CGT : LA LOI TRAVAIL NE PASSERA PAS

Publié le 30 Mars 2016 par aragon 43 dans syndicalisme

Un bon coup de balai le 31 mars à la loi patronale Hollande-Gattaz
Un bon coup de balai le 31 mars à la loi patronale Hollande-Gattaz

Voici une documentation bien faite par la CGT;

Plein d'éléments pour débattre avec les travailleurs et les enjoindre à participer aux manifestations et grèves le 31 mars. Bernard Lamirand

Cliquez ci-dessous

http://www.decryptageloitravail.cgt.fr/

commentaires

PIERRE LAURENT S'ADRESSE A TOUS LES COMMUNISTES

Publié le 30 Mars 2016 par aragon 43 dans PCF

les étoiles sont rallumées maintenant elles doivent briller et le PCF est là pour çà. Bernard Lamirand
les étoiles sont rallumées maintenant elles doivent briller et le PCF est là pour çà. Bernard Lamirand

adresse de Pierre Laurent aux communistes 2017 : Le mouvement populaire doit prendre la main

D'ores et déjà, et parce que je souhaite un débat clair et loyal, je sens nécessaire de préciser ce que nous cherchons ensemble dans ce débat.
J'entends dire parfois que nous souhaiterions « une primaire de toute la gauche de Macron à Mélenchon », voire que nous serions déjà presque prêts à nous rallier, devant le danger de droite ou pour sauver quelques sièges de députés, à « mener la campagne derrière Hollande ». Ecartons ces caricatures, qui n'ont rien à voir avec nos objectifs, pour parler des problèmes que nous devons résoudre.

Le piège de 2017…
Périlleuse, la situation l'est indiscutablement. Après dix ans de droite et un quinquennat de Hollande où les pouvoirs successifs se sont employés à détricoter systématiquement notre modèle social et républicain, les appétits prédateurs du patronat se sont aiguisés. Le mouvement social et populaire, l'électorat de gauche sont profondément marqués par ces expériences et singulièrement la trahison du quinquennat Hollande, qui semblant fermer la porte à toute alternative, ont installé une défiance profondément ancrée, principal terrain de manœuvre du FN. La conscience de classe, la conscience politique de gauche se sont affaiblies et les forces politiques et sociales de progrès sont profondément divisées. Cette déstabilisation est particulièrement ressentie par les millions d'électeurs de François Hollande au premier tour de 2012, largement les plus nombreux à gauche. Quelles conclusions vont-ils tirer de cette période ? Le renoncement définitif, le désarroi ou le ressaisissement ? L'issue de leurs choix individuels et collectifs pèsera très lourd dans la balance, lors des deux élections, présidentielle et législatives.
Cette situation engendre deux difficultés conjointes.
La première est évidente : si rien ne bouge d'ici 2017, tout conduit à un second tour de l'élection présidentielle où les électrices et électeurs devront faire leur choix entre le candidat de la droite et Marine Le Pen. On imagine les conséquences durables d'un tel choc, le désarroi du mouvement progressiste, surtout si aucun parti, aucune force, n'a tenté ou n'est parvenu à conjurer un danger mortel pourtant largement annoncé.

… est-il bien mesuré ?
La seconde question suit : est-il possible de construire une candidature de gauche, porteuse d'un projet de gauche, autrement dit, en claire rupture avec la politique Hollande-Valls, capable de rassembler suffisamment pour être susceptible de mettre en échec ce danger prévisible ? A l'heure qu'il est, la dispersion maximum reste le scénario le plus probable. Nous sommes à plus d'un an de la présidentielle, déjà le NPA, le MRC, et LO ont annoncé leurs candidats. Jean-Luc Mélenchon, lui, a « proposé sa candidature », hors cadre collectif, en déclarant dépassé le Front de gauche et « hors cadre des partis ». Pour être décidée où ? Quand ? Par qui ?
Tout se passe donc comme si chacun avait intégré la prévision d'un deuxième tour droite radicalisée - FN comme une fatalité. Chacun se défend en estimant que l'opposition à Hollande justifie sa candidature. Certes, pour échapper au duel droite-FN, une candidature de gauche en rupture avec les choix du quinquennat est nécessaire. Mais cette condition nécessaire n'est pas suffisante. Elle doit aussi chercher à s'appuyer sur le socle populaire et politique le plus large possible. Si nous n'acceptons pas que les échéances de 2017 conduisent ainsi notre pays dans une régression sociale et politique durable, je suis convaincu que le Parti communiste ne serait pas à la hauteur de son histoire s'il ne faisait pas tout ce qu'il peut, tout ce qu'il doit, pour bousculer la donne. Le moment est venu d'initiatives politiques nouvelles. C'est ce que propose la base commune adoptée par le Conseil national.

Des initiatives majeures et innovantes du parti communiste
Ces initiatives politiques, nous leur donnons l'objectif de construire un nouveau front populaire et citoyen, un large front social et politique qui fasse converger les forces de la gauche et de l'écologie politique, les forces syndicales, le mouvement social,le monde du travail de de la création, pour ouvrir un chemin neuf pour la France, pour écarter le danger de la droite et de l'extrême-droite, pour construire une nouvelle majorité .
Comment ? D'abord par la politisation dans les mobilisations, celle contre la loi El Khomri, celle qui est train d'aboutir à la mise en échec de la déchéance de nationalité, celles dans les luttes pour l'emploi industriel ou pour la défense de l'avenir du monde paysan, afin de faire émerger la conscience de nouveaux objectifs politiques partagés. La jeunesse prendra-t-elle par exemple une part active de ces constructions ? Voilà une question d'importance pour la suite des événements.

Hollande n'est pas « le candidat naturel » et ne sera pas notre candidat
Ces initiatives politiques, elles consistent aussi à revaloriser l'enjeu des élections législatives, pour impulser dans la durée une autre conception du pouvoir et de la démocratie, non assujettie au présidentialisme. Les élections législatives peuvent être un chemin précieux de reconquête politique populaire sur le terrain.
Ces initiatives politiques c'est aussi évidemment une autre construction présidentielle à partir de l'investissement citoyen. Le pouvoir Hollande-Valls est affaibli. Même si le Président sortant prépare sa candidature, l'idée grandit qu'il est la candidature de l'échec. Les appels à des primaires à gauche ont rouvert le débat, en contestant à Hollande le statut de « candidat naturel ». C'est pourquoi nous n'avons pas fermé cette porte. C'est pour éliminer Hollande que nous proposons de construire une primaire résolument citoyenne, bâtie sur un socle d'abord discuté au grand jour dans tout le pays. Est-ce possible ? Je le crois, mais j'entends le scepticisme. Débattons-en sans caricatures inutiles.

Ceux qui s'opposent à la loi El Khomri garderont-ils la main ?
Comment construire une primaire citoyenne qui s'adressent aux 1,4 millions de signataires, aux grévistes et manifestants contre la loi travail, aux millions de déçus de Hollande, à ceux qui refusent les dérives sécuritaires et liberticides des réformes constitutionnelle et du droit pénal. A ceux qui refusent l'austérité pour la France et pour l'Europe.
Ces citoyens, ces salariés, ces jeunes qui aujourd'hui se battent de front contre la politique de Hollande, garderont-ils la main en vue des échéances de 2017, ou la lâcheront-ils quand il s'agira de passer aux urnes ? Dans les conditions à bien des égards inédites de cette échéance, la primaire que nous investirions peut-elle leur permettre de choisir, de dire voilà quelle France nous voulons, voilà comment doivent se passer les élections déterminantes de 2017, voilà quel candidat, quelle candidate nous choisissons pour cela.

Une consultation populaire sans précédent
C'est pourquoi tout doit démarrer à nos yeux par une discussion politique géante avec notre peuple. C'est le sens de la « grande consultation citoyenne» que nous proposons. Nous savons le rejet de la politique, la rupture démocratique qu'ont entraîné les pratiques politiques de la droite, les reniements de François Hollande et plus généralement les dérives de nos institutions. Nous voulons y répondre en produisant et en proposant une consultation populaire permettant d'aller à la rencontre de 500.000 personnes. C'est une initiative exigeante, elle demande de se tourner avec confiance vers notre peuple et nécessitera de grands efforts militants.

La décision appartient aux communistes
En se tournant vers celles et ceux qui se dressent contre la politique Hollande , en ouvrant avec eux le débat politique, en les invitant à prendre la main sur les échéances de 2017, nous sommes fidèles aux orientations qui nous ont conduit à créer le Front de gauche. C'est le mouvement populaire qui a en main les clés du changement. Beaucoup dépend des efforts politiques que nous allons consentir.
Nous proposons des initiatives en faisant le pari de l'intelligence collective et populaire, dans une situation mouvante et incertaine. Les communistes devront se prononcer sur toutes les questions. Sur nos orientations à l'occasion du choix de la base commune début mai puis au congrès en juin. Sur la candidature et le choix du candidat ou de la candidate que nous soutiendrons ou présenterons le moment venu. Aucune de ces décisions n’échappera aux communistes, à leur vote. Encore une fois c'est la garantie à laquelle je veillerai, de l'efficacité et de l'unité de notre parti.

commentaires

UGICT : LOI TRAVAIL,VALLS A PERDU L'OPINION

Publié le 29 Mars 2016 par aragon 43 dans syndicalisme

syndicalisme
syndicalisme

A l'approche du 31 mars, la tension monte. Jeudi dernier, tout comme les 9 et 17 mars, étudiants lycéens, salariés, privés d’emploi et retraités ont affiché leur détermination à obtenir le retrait du projet de Loi Travail préalable à des négociations pour conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

Mais c'est véritablement ce 31 mars que beaucoup ont en tête. Les appels à la grève se multiplient dans des entreprises et des professions, les manifestations s'organisent pour faire de cette journée une démonstration puissante traduisant l'état de l'opinion toujours hostile au projet de réforme du Code du Travail.

On peut vraiment dire que de ce point de vue, le gouvernement a perdu la bataille de l'opinion. Tant et si bien d'ailleurs que le Medef a dû donner de la voix la semaine passée pour exhorter le gouvernement à ne pas aller au-delà du toilettage cosmétique auquel il s'est livré pour donner l'illusion d'un compromis. « Si on détricote encore, vous allez voir des patrons, des chefs d'entreprise, des employeurs, qui vont dire ça suffit. Je vous assure, on est très, très inquiet chez les employeurs », a prévenu Pierre Gattaz. "Trop, c'est trop !", a lancé le patron du Medef, lors d'une conférence de presse commune avec la CGPME, l'Afep (Association française des entreprises privées, qui rassemble des multinationales), le Meti (Mouvement des entreprises de taille intermédiaire), la FNSEA (agriculteurs), l'association Croissance Plus et le mouvement Ethic.

Ces mouvements ont lancé un "appel solennel" au Premier ministre Manuel Valls afin que le texte, qui n'est "pas acceptable en l'état", "retrouve son objectif d'origine: créer de l'emploi". En réalité, le patronat n'a rien perdu avec la nouvelle mouture du projet de loi dont la philosophie reste et répond aux vieilles revendications patronales (lire à ce sujet notre décryptage en 27 points). Si le patronat montre cette fébrilité, c'est qu'il ne sous-estime pas la profondeur et la dynamique de la mobilisation. Il n'est d'ailleurs pas le seul à s'échauffer les sangs.

Le gouvernement perd aussi son sang-froid, confronté qu'il est avec la montée en puissance de la colère lycéenne et étudiante. Les incidents qui ont émaillé les dernières manifestations et la réponse coercitive et violente des forces de police en témoignent. La CGT a indiqué jeudi dernier qu'elle « condamne les violences et provocations policières qui ont eu lieu dans et en marge des manifestations de ce jeudi 24 mars. Elle condamne les arrestations sommaires et gardes à vue dont sont victimes de nombreux manifestants et dirigeants syndicaux. Elle condamne avec fermeté l’arrestation violente du jeune lycéen de l’établissement Bergson et la mise en garde à vue du secrétaire général de l’Union départementale CGT du Doubs. »

D'ici à jeudi, les militants Ugict peuvent encore convaincre autour d'eux les ingénieurs, cadres, agents de maîtrises, techniciens, salariés seniors ou jeunes diplômés de la nocivité de ce projet. Nous pouvons toutes et tous faire quelque chose pour faire grandir la mobilisation. La signature de la pétition « loi travail non merci ! » et toutes les initiatives numériques montrent que la conviction peut encore gagner du terrain.

Publié le mardi, 29 mars 2016 dans Billets de la semaine

commentaires

LOI TRAVAIL EL-CONNERIE (Titrage Bernard Lamirand)

Publié le 29 Mars 2016 par aragon 43 dans syndicalisme

Regardez le dossier bleu, c'est celui de la réforme du code du travail que Gattaz apporte à Hollande
Regardez le dossier bleu, c'est celui de la réforme du code du travail que Gattaz apporte à Hollande

Je mets en ligne le texte de mon ami et camarade Denis Troupenat ancien inspecteur du travail et longtemps responsable du secteur droit et libertés de la CGT. C'est un connaisseur ....... Bernard Lamirand

BILLET DUR DU PÈRE DENIS

MINISTRE EN « SALLE DE TRAVAIL »POUR

UN ACCOUCHEMENT DIFFICILE, AVORTEMENT THÉRAPEUTIQUE EXIGÉ

La boite à conneries est décidément aussi difficile à refermer que la boite de Pandore, les Ministres réunis en conseil du mercredi ont bien cherché à trouver quelques aménagements essentiellement destinés à dédouaner un peu les seuls syndicats qui soutiennent encore du bout des lèvres la « loi travail »et la Ministre qui la porte.

Avant d'en venir aux arguments juridiques qui font de cette Loi une véritable « contre révolution » comme la qualifie Gérard Filoche, je rappellerai une expression issue du bon sens populaire :

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver !

Le gouvernement se targue de l'absence d'opposition du conseil d'État consulté, mais outre les formulations utilisées pour ne pas approuver, mais ne pas s'opposer, il convient de préciser que c'est l'indéboulonnable Jean Denis Combrexelle qui préside la section sociale du Conseil d'État.

Je rappellerai aussi qu'en 2006, sous Fillon il était favorable au CPE, qu'il était largement responsable sous le ministère Xavier Bertrand de la re-codification du Code du travail de 2008 qui ne s'est pas faite à droit constant.

On a su aussi par Liaison Sociale qu'il déjeunait chaque mois avec Denis Gautier Sauvagnac, de l'UIMM qui a pris 3ans de prison dont 2 avec sursis dans l'affaire dite des caisses noires servant à acheter des « syndicalistes » acheter la paix sociale coûte moins cher que le progrès social avait dit un expert dont j'ai oublié le nom.

Une nouvelle fois, un gouvernement s'attaque aux dispositions d'ordre public social qui permettent de protéger les salariés placés sous lien de subordination, un contrat de travail ne lie pas des parties égales, l'accord d'entreprise n'a de sens que s'il améliore des conventions ou accord de branche. La soumission librement consentie, c'est le moyen âge.

La France est engagée par des conventions de l'OIT, le droit du travail ne peut être soumis aux besoins de l'entreprise. C'est aux entreprises de s'adapter aux besoins des salariés, elles ont une obligation de résultat en ce qui concerne la protection de leur santé et de leur intégrité physique.

Les « libéraux » sont aux gouvernement, ils considèrent que l'histoire est finie, le MEDEF peut surjouer le mécontentement

C'est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis

commentaires

MOYEN-ORIENT : Qui est l’ennemi ou quel est le problème ?

Publié le 28 Mars 2016 par aragon 43 dans INTERNATIONAL

LA PAIX ET HALTE A LA GUERRE
LA PAIX ET HALTE A LA GUERRE

Vous trouverez sur mon site, une étude de Jacques FATH ancien responsable des relations internationales du PCF;

Il nous montre les enjeux actuels et cherche les voies ramenant cette région vers la paix et le dépassement des logiques capitalistes qui sont le ferments des conflits actuels.

Bernard LAMIRAND

CLIQUEZ CI DESSOUS

https://jacquesfathinternational.wordpress.com/

commentaires

ÉDITION SPÉCIALE ALAIN BADIOU [VIDÉO 1h46] ALAIN BADIOU, PENSER LES MEURTRES DE MASSE Le vendredi 27 novembre 2015

Publié le 27 Mars 2016 par aragon 43 dans Communisme

là est notre adversaire, là est celui qui tire les ficelles
là est notre adversaire, là est celui qui tire les ficelles

Le boomerang est revenu mais pas dans la tête de ceux qui l’avaient lancé. Devant les victimes, devant tout un pays en état de choc, le pouvoir politique répond par la guerre et l’état d’urgence. L’urgence est de mettre en cause ce virage sécuritaire. Lundi 23 novembre, au théâtre de la Commune d’Aubervilliers, sans publicité et devant une salle comble, le philosophe Alain BADIOU donnait une conférence « POUR PENSER LES MEURTRES DE MASSE ».

Le 19 novembre à l’Assemblée nationale, Manuel Valls déclarait : « Le terrorisme frappe la France non pas pour ce qu’elle fait en Irak, en Syrie ou au Sahel, mais pour ce qu’elle est ». Malgré le choc – ou à cause du choc – nombreux sont celles et ceux qui cherchent à comprendre. Ce choc pourrait être aussi un réveil après des temps de somnolence résignée. Cette conférence dure près de deux heures. Prenez votre temps. À côté des penseurs à la sauvette et des médias consensuels (et sans suite), nous vous en proposons une version intégrale.

http://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/alain-badiou-penser-les-meurtres-de-masse

commentaires

HUMANITE : ACHETEZ LE NUMERO SPECIAL DE L'HUMANITE SUR LA LOI TRAVAIL

Publié le 27 Mars 2016 par aragon 43 dans Politique

HUMANITE : ACHETEZ LE NUMERO SPECIAL DE L'HUMANITE SUR LA LOI TRAVAIL
La loi Khomry s'attaque à ce qui s'est construit à la libération et dans toutes nos luttes sociales.
La loi Khomry s'attaque à ce qui s'est construit à la libération et dans toutes nos luttes sociales.

En publiant l'intégralité du texte de loi de casse du droit du travail, l'Humanité donne à chacune et chacun les outils de ce faire son opinion en toute connaissance de cause. Chez les marchands de journaux ce samedi 26 mars et en numérique sur l'Humanité.fr

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------​-

UN NUMERO SPECIAL UTILE ET INDISPENSABLE POUR MENER LA BATAILLE CONTRE LA LOI DETRUISANT LE CODE DU TRAVAIL;

L'HUMANITE COMME EN D'AUTRES OCCASION NOUS FOURNIT LES ELEMENTS NECESSAIRES POUR EXPLIQUER CE QUE CETTE LOI SCELERATE POUR LES TRAVAILLEURS RECELE ET LA NECESSITE DE LUTTER POUR QU'ELLE FINISSE A LA POUBELLE;

LE 31 MARS AUCUN TRAVAILLEUR DIGNE DE CE NOM NE PEUT RESTER L'ARME AU PIED.

LISEZ CE NUMERIO SPECIAL? PROPOSEZ LE A VOS AMIS ET CAMARADES FAITES DES DISCUSSIONS COLLECTIVES ET PROPOSEZ LEUR D'ETRE DANS LES MANIFESTATIONS ET GREVES LE 31 MARS;

FAITES EN AUSSI UNE LECTURE AUX JEUNES DES LYCEES ET DES UNIVERSITES CAR C'EST EUX QUI VONT LE PLUS EN SUBIR LES CONSEQUENCES.

N'hésitez pas à achetez ce numéro spécial.......

Bernard Lamirand

cliquez en dessous pour en savoir plus.....

http://www.humanite.fr/le-texte-integral-de-la-loi-travail-decrypte-et-commente-par-lhumanite-603097

commentaires
1 2 3 4 > >>