Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

POST-SCRIPTUM

Publié le 31 Mars 2014 par aragon 43 dans politique

POST-SCRIPTUM

POST SCRIPTUM

Post-scriptum comme PS pour analyser ce qui vient de se produire après le deuxième tour des Elections municipales.

Une défaite cuisante, une déculottée, une claque, une gifle, c’est ainsi qu’est considérée la défaite cinglante des socialistes et de la gouvernance Hollande.

Il ne pouvait en être autrement.

Le pis, c’est qu’il entraine dans sa chute la gauche de progrès, celle qui avait appelé à voter au second tour des Présidentielles Hollande sous la base de congédier le locataire de l’Elysée Sarkozy. Certes, celle-ci ne se faisait pas d’illusion, Hollande charriait un programme social-démocrate minimum avec un coté opportuniste en collant à toutes les revendications des travailleurs dans ses déplacements dans des lieux là où le Front de gauche était appréciée et pouvait le gêner dans sa marche pour le pouvoir personnel.

Cette gauche là -notamment le PCF - a été ignorée et méprisée dès la prise de pouvoir de Hollande.

Celui-ci se ralliant rapidement aux politiques d’austérité définies par la droite et la sociale-démocratie européenne sous la baguette d’Angéla Merkel et de Sarkozy.

En fait, Hollande a vite enfilé les habits de la droite sarkozienne dés sa nomination et il appliqua immédiatement toutes les décisions que celle-ci avait concocté avec Merkel.

On pouvait même dire que sa politique ressemblait comme deux gouttes d’eau à celle de Sarkozy.

Alors, il est compréhensible, qu’aujourd’hui, ce qui restent comme citoyens votants aient choisi en majorité l’original plutôt que la copie en votant pour la droite et à celle extrême du Front national dont la mise en scène anti système est un attrape-nigaud, puisque cette droite là est un enfant du capitalisme quand celui-ci est en crise et permet ainsi de détourner les citoyens écœurés dans les bras de l’ensorceleuse Le Pen.

Le Parti socialiste vient de recevoir le plus grand camouflet depuis l’époque où il régentait la politique sous la quatrième république quand advint en 1958, à cause de sa politique coloniale et des guerres qu’il entreprit, le retour d’une droite dure gaulliste qui installa la cinquième république qui corsète tout et au bout dégoute le peuple de participer à la vie politique du pays.

Cet écroulement socialiste est-il une fin de l’histoire de ce parti social-démocrate ?

A l’allure de sa décomposition par social-libéralisme avéré, il ne fait pas de doute qu’il a choisi une voie qui l’entraine vers un autre type d’organisation qu’il souhaite ardemment quand on suit les interventions de ses principaux dirigeants qui cherchent la création d’un parti démocrate libéral regroupant les forces sociales libérales, centristes, des écologistes.

Alors que faire ?

J’ai du mal à croire qu’il est encore possible de faire rebrousser chemin à Hollande et à la bande de libéraux qui l’entourent jusqu’à la présence des hommes du patronat qui le conseillent et le guident dans une politique de la terre brulée à gauche.

Qu’il y ait des exhortations pour le faire changer de politique comme on en entend depuis cette déculottée, c’est insatisfaisant pour créer une véritable dynamique qui inverse vraiment les choses et permettent à l’électorat populaire de se mobiliser. Il faudrait alors qu’il fasse un demi-tour complet et qu’il renie tout ce qu’il a entrepris depuis son accession au pouvoir et créait un véritable schisme par rapport à l’Europe libérale, c'est-à-dire remettre en cause littéralement la constitution européenne qui oblige à ne concevoir que des politiques libérales et en premier lieu l’austérité et la baisse du coût du travail. Il y a là un devoir de désobéissance vis-à-vis du capital.

Je n’y crois pas.

Le Parti socialiste est sur orbite d’une autre voie : celle d’abandonner les derniers lambeaux de ce qui lui reste de social et de s’installer comme ses compères allemands et autres dans une coexistence politique affirmée avec le libéralisme et de trouver la forme politique qui l’agrée.

Il ne reste donc qu’à travailler à une vraie conception d’une gauche de progrès que pourrait incarner le Front de gauche s’il se débarrasse des vestiges sociaux -démocrates qui l’empêchent encore de déployer une démarche collective de classe qui nécessite de travailler avec les citoyens plutôt qu’en délégation de pouvoir et d’un nouveau chef -indispensable et omniscient- et en évitant ce que la 5eme république a produit : l’homme providentiel, le superman, le beau parleur qui enflamme les foules: une sorte de César.

Un Front de gauche qui doit s’apprendre à vivre avec toutes ses composantes s’il veut être cette force qui mobilise et permet de remettre le peuple de gauche en route pour le progrès humain.

Nous en avons tout de suite besoin pour faire reculer les projets néfastes qui sont en cours de réalisation par ce gouvernement et son éventuel successeur et notamment de détruire ce pacte de responsabilité qu’il faut faire exploser en vol par le rapport de force et la mobilisation du monde du travail.

Cela demandera une grande bataille d’idée.

Désormais, c’est la rue qui va compter, c’est les manifestations, c’est les revendications syndicales, c’est les grèves ; bref c’est un monde du travail qu’il faut remette en mouvement.

Ce monde du travail qui, d’élections en élections boudent de plus en plus les urnes, qui peut sombrer dans la pire des éventualités en votant pour pire encore que ce qui se passe actuellement en s’offrant à la démagogie du Front National et à sa façon avenante pour attraper les mécontents.

Alors oui, relevons le défi et commençons par le 12 avril en manifestant nombreux en France à l’appel du Front de gauche et du PCF, une force plus que jamais nécessaire pour relever le défi d’une gauche humaine et de progrès.

Bernard LAMIRAND

commentaires

MUNICIPALES : DECLARATION PCF

Publié le 30 Mars 2014 par aragon 43 dans communisme

MUNICIPALES : DECLARATION PCF

Second tour des municipales : déclaration du PCF

Le second tour des élections municipales acte indéniablement la poursuite de la mobilisation de la droite avec des victoires significatives. La politique du gouvernement a démobilisé l'électorat de gauche plongé dans la déception et le désarroi. Le Parti socialiste perd de nombreuses villes, parmi elles des terres historiques de la gauche. Le Front national, largement surreprésenté dans le débat politico-médiatique, gagne quelques villes, bien trop, majoritairement sur la droite.

Dans ce contexte et après avoir fait élire 94 maires de villes de + de 3500 habitants au premier tour, le Parti communiste français n'est pas épargné par les gains de la droite, eux-mêmes alimentés par des transferts d'électeurs venus du Front national. Le PCF enregistre des pertes dans plusieurs départements. C'est une bien mauvaise nouvelle pour les populations qui se retrouvent ainsi privées de boucliers locaux contre l'austérité. Pour autant, le Parti communiste français reste le troisième réseau national de maires, conserve des villes importantes et gagne Aubervilliers, Montreuil et Thiers.

Le bilan à tirer à chaud de ces élections municipales est l'urgence absolue de changer de politique, à commencer par le pacte de « irresponsabilité » dicté par le MEDEF et la commission européenne. Ce pacte est totalement étranger aux valeurs de la gauche et du monde du travail, il est l'expression de la dérive politique du gouvernement qui conduit aux résultats de ce scrutin municipal. Sans changement politique, le remaniement ministériel sera totalement hors sujet pour le peuple et le pays.

D'ores et déjà le PCF et le Front de gauche organisent une riposte à la droite pour un changement de cap à gauche. Ils donnent rendez-vous le 12 avril prochain dans la rue pour un sursaut politique à toutes les forces progressistes et à tous celles et ceux qui ont le cœur à gauche. Le Parti communiste français et le Front de gauche vont engager toute leur énergie et leurs forces dans la campagne européenne à venir, notamment dans le combat contre le grand marché transatlantique pour stopper net l'avancée de la droite et offrir une réelle alternative à gauche.

commentaires

DEMAIN UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

Publié le 30 Mars 2014 par aragon 43 dans humour

DEMAIN UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

FLASH INFO : UN REMANIEMENT MINISTERIEL DE GRANDE IMPORTANCE

Des bruits courent du coté de l’Elysée que le Président annoncerait qu’après sa déculottée aux élections municipales, il serait envisagé une autre politique : celle de confier au Medef et aux grands patrons du CAC 40 les clés du gouvernement de la France afin de réaliser le pacte de responsabilité et de permettre aux entreprises de rafler la mise de 50 milliards en ponctionnant les revenus salariaux et en réduisant les dépenses dites sociales et les services publics.

Le remaniement serait annoncé ce lundi.

Au siège du Medef on se refuse à tout commentaire.

Voici la liste qui circulent sous le manteau :

Premier Ministre : Pierre Gattaz Président du Medef

Ministre du profit et des finances : Bernard Arnaud LVMH

Ministre de la Guéguerre : Laurent Fabius

Ministre des multinationales et du CAC 40 : Louis Gallois Ancien Président Airbus

Ministre du « Chomdu »: Michel Sapin

Ministre de la trique: Manuel Valls spécialiste du renvoi

Ministre des châteaux et des paradis ….: François Pinault

Ministre de la justice patronale : Frédéric de Saint Jours Président de l’UIMM

Ministre de l’Ecologie capitaliste : Emmanuel Besnier PDG Lactalis

Ministre des délocalisations et des fermetures d’entreprises : Arnaud Montebourg

Ministre de la propagande libérale : Vincent Bolloré PDG médias

Ministre des relations patronales : Laurent Berger manager partenarial du pacte d’Irresponsabilité

Ministre de l’Europe antisociale : Antoine Seillière ancien président du MEDEF et casseur de la Sidérurgie

Ministre de la casse de la protection sociale : Denis Kessler Assureur

D’autres ministères seront pourvus après les élections européennes.

Ainsi que des secrétaires d’Etat chargés de faciliter les relations avec le MEDEF.

Pour le poisson d’avril vous attendrez le 1er.

Bernard LAMIRAND

commentaires

CGT - DGB ALLEMAGNE : UNE RENCONTRE IMPORTANTE

Publié le 29 Mars 2014 par aragon 43 dans syndicalisme

CGT - DGB ALLEMAGNE : UNE RENCONTRE IMPORTANTE

Rencontre de Thierry Lepaon avec la Direction du DGB à Berlin

En phase contre l’austérité et la précarité

vendredi 28 mars 2014 , par Frédéric Dayan

Mardi, 25 mars, Thierry Lepaon a rencontré à Berlin Michael Sommer, président du DGB et Annelie Buntenbach, membre du bureau du DGB. Les échanges ont porté sur les politiques économiques du gouvernement Hollande et les expériences allemandes sous le gouvernement Schröder. Les conséquences des coupes sociales introduites par le ministre du Travail allemand de l’époque, Hartz qui a été reçu récemment par le Président Hollande, ont été décrites par Michael Sommer. DGB et CGT se rejoignent pour considérer que les politiques menées actuellement en France sont susceptibles d’avoir les mêmes conséquences pour les travailleurs que celles conduites en Allemagne il y a dix ans : une précarisation inacceptable du travail.

En effet, l’expérience allemande, avec près de dix ans de recul, montre que le résultat de telles approches risquent d’être : l’extension sans précédent des très bas salaires, l’augmentation de la précarisation, la privation de droits sociaux pour de larges segments de la société ainsi que la casse du système de sécurité sociale. Ces conséquences concernent de façon prépondérante les femmes. Les travailleurs sont soumis par ce type de politique à une forme de chantage, et se retrouvent obligés d’accepter n’importe quel travail.

Thierry Lepaon et Michael Sommer partagent l’idée que l’impact sur la démocratie de telles politiques est particulièrement dangereux : désengagement, abstention massive, et fuite vers l’extrême droite. La situation française, après le premier tour des municipaux est à cet égard très significative.

Au-delà, ces politiques mènent vers une stigmatisation du mouvement syndical, les organisations se trouvant dépeintes comme passéistes, sur fond de casse des conventions collectives : un cercle vicieux qui produit toujours plus de précarité. Dans un tel contexte, la recherche de l’unité syndicale est une nécessité sur laquelle insistent particulièrement nos camarades allemands.

Thierry Lepaon et Michael Sommer partagent enfin l’analyse que seule une ligne ferme du mouvement syndical peut permettre une défense efficace de l’intérêt des travailleurs. Il est nécessaire de refuser résolument tout recul social dans cette période. Même si l’Allemagne est présentée actuellement comme l’exemple qui a réussi, le prix payé par les travailleurs les plus vulnérables n’est pas acceptable : le transfert des richesses toujours dans la même direction, au détriment de la rémunération du travail, ne peut pas continuer.

Montreuil, 28 mars 2014

commentaires

4 AVRIL A BRUXELLES

Publié le 27 Mars 2014 par aragon 43 dans syndicalisme

4 AVRIL A BRUXELLES

La CFDT, la CGT, la FSU, l’UNSA et la Confédération Européenne des Syndicats (CES) appellent les salariés à se mobiliser le 4 avril prochain pour obtenir l’adoption d’un grand plan européen pour l’investissement, une croissance durable et des emplois de qualité. Ce plan constitue « Une nouvelle voie pour l’Europe » tournant le dos aux politiques d’austérité à l’œuvre dans nos pays européens et qui conduisent à la récession et à un désastre économique et social. Parce que ce printemps, nous le construirons aussi avec les salariés des autres pays d’Europe et leurs syndicats Les syndicats se mobilisent partout en Europe Pour créer des emplois, il faut relancer le pouvoir d’achat et investir C’est le sens des appels de la CGT à se rassembler, à manifester dans un printemps des mobilisations : se faire entendre pour gagner ! En savoir plus http://www.cgt.fr/spip.php?page=article_dossier2&id_article=41183
Un contrat social pour l’Europe : brochure de la Confédération européenne des syndicats
Manifeste de la confédération européenne des syndicats pour les élections du Parlement européenPublié le lundi 10 mars 2014

Manifeste de la confédération européenne des syndicats pour les élections du Parlement européen


Fin mai 2014, les citoyens européens seront invités à voter pour celles et ceux qui les représenteront au Parlement européen.
Ces élections sont importantes pour tous les Européens. Le parlement a le pouvoir de promulguer les lois européennes, de décider du budget de l’UE et de nommer le Président de la Commission. Les élections parlementaires auront lieu dans le contexte d’une longue crise financière et sociale en Europ
e.

Nous appelons les citoyens à voter pour des candidats qui changeront la façon dont l’UE est dirigée. L’Europe peut changer en 2014. La CES propose une autre vision pour une Europe prospère et socialement inclusive. Nous devons soutenir les candidats qui partagent cette vision.

La CES, la voix des travailleurs européens, en appelle à tous les citoyens pour qu’ils se rassemblent derrière celles et ceux qui défendent une Europe progressiste, une Europe inclusive et une Europe qui se préoccupe des droits de ses citoyens. Une Europe meilleure est possible. Ensemble, nous pouvons en faire une réalité. Ensemble, nous pouvons ouvrir une nouvelle voie pour l’Europe

La CES Milite pour
Une Europe sociale : une Europe qui offre des emplois de qualité et assure l’avenir de ses citoyens.
La fin de l’austérité. L’UE doit remettre la solidarité au cœur de ses politiques. L’Europe sociale ne peut être démantelée.
Une nouvelle politique industrielle basée sur l’innovation, la recherche-développement, l’éducation, la formation, la santé et une transition juste.
Un plan d’investissement ambitieux pour revitaliser l’économie européenne.
La justice sociale pour tous les citoyens. Il faut combler le fossé entre riches et pauvres.
L’égalité. Des mesures efficaces pour assurer des salaires et des droits égaux pour tous doivent être soutenues. Il faut mettre fin à l’écart salarial entre hommes et femmes.
Une fiscalité progressive. Une fiscalité redistributive et une imposition progressive sur les revenus et la fortune, la fin des paradis fiscaux, de l’évasion et de la fraude fiscales, de la corruption et du travail clandestin.
Un commerce mondial équitable.

La CES est contre
Toute tentative de revenir sur les progrès accomplis par le mouvement syndical pour améliorer les conditions de travail et de vie des citoyens.
La mise en danger du projet européen par des politiques qui vont à l’encontre des fondements du modèle social fait, notamment, de bonnes relations industrielles, de services publics de qualité et d’une protection sociale inclusive.
Un système qui mette les travailleurs en concurrence sur base de salaires réduits, de conditions de travail médiocres, de protection sociale insuffisante et d’une fiscalité injuste. La politique européenne pour l’emploi ne peut être fondée sur le travail précaire et les inégalités.

commentaires

CRIMINALISATION DE L'ACTION SYNDICALE AU HAVRE: MANIFESTATION LE 31 MARS

Publié le 27 Mars 2014 par aragon 43 dans syndicalisme

CRIMINALISATION DE L'ACTION SYNDICALE AU HAVRE: MANIFESTATION LE 31 MARS

Criminalisation de l’action syndicale

Appel à manifester le 31 mars au Havre

mercredi 26 mars 2014

La CGT appelle ses organisations à être présentes devant le tribunal de grande instance du Havre, le 31 mars 2014, à 11h30, pour exiger la relaxe totale et sans condition des 4 militants de l’Union Locale CGT contre lesquels le Procureur de la République du Havre a requis, le 21 février dernier, des peines de 2 mois de prison avec sursis et 300€ d’amende, d’un côté, et de 6 mois de prison ferme et 500€ d’amende de l’autre.

Cette manifestation, à laquelle participera Thierry LEPAON, Secrétaire général de la CGT, sera l’occasion de dénoncer l’acharnement de l’institution judiciaire à l’égard de tous les syndicalistes CGT qui luttent pour défendre les droits des salariés et d’exiger que le gouvernement et sa majorité parlementaire donne suite aux revendications de la CGT pour :
- Une loi d’amnistie ;
- Une loi pour renforcer la protection des militants syndicaux et associatifs qui agissent dans le cadre d’actions collectives ;
- Une loi pour supprimer de la liste du fichier des prélèvements génétiques, tous les militants syndicaux et associatifs interpellés dans le cadre d’actions collectives.

Montreuil, le 26 mars 2014

commentaires

LE REMANIEMENT

Publié le 26 Mars 2014 par aragon 43 dans politique

LE REMANIEMENT

LE REMANIEMENT

Les élections municipales ne sont pas terminées que l’on nous abreuve de rumeurs et de commentaires concernant un remaniement au sein de l’appareil gouvernemental dès la semaine prochaine.

C’est possible ; Hollande vient de prendre une claque magistrale par le peuple de gauche qui ne lui pardonne d’avoir rejoint les partisans du capital et en particulier d’être devenu le garçon de course du Président du MEDEF, le dénommé Gattaz.

Comme un claque en entraine d’autres, il vient d’en recevoir une autre avec la défection de la CGC qui refuse son pacte de responsabilité (irresponsabilité) et il ne lui reste plus que le Berger de la CFDT et les calotins de la CFTC pour approuver le don de 50 milliards au patronat.

Le partenariat patronat-syndicat est en cale sèche.

Alors remaniement, que recouvre ce mot ?

J’ai cherché dans les dictionnaires ce que recouvrait cette expression et j’ai trouvé de quoi expliquer le discours emberlificoté du « Président ex-ennemi de la Finance » .

Voici quelques échantillons :

REMANIEMENT

Action de remanier, par exemple le remaniement du gouvernement.

Changement de plusieurs structures d’un ou des plusieurs chromosomes, entrainant le gain, la perte ou le déplacement de segments chromosomiques.

Bouleversement, renouvellement, retouche, rectification, infléchissement etc.

Et puis j’ai aimé une définition, disant en terme d’imprimerie, remaniement lorsque l’on est obligé par la faute du compositeur, soit par les changements indiqués sur l’épreuve, de morceler et de réformer plusieurs lignes de suites, ou de transporter des lignes d’une page d’une colonne dans une autre .

Je trouve que cela ressemble à ce qu’Hollande mène comme politique.

Alors un remaniement pour faire quoi ?

Pour changer quelques crétins genre Montebourg et ses marinières, Valls et ses compagnies de CRS, le Ayrault et son aérodrome, la Duflot et ses maçonneries à l’emporte pièce, Moscovici et ses pantalonnades devant les patrons, Sapin dont la sève coulante est le chômage etc….

Alors la formule concernant l’imprimerie convient très bien à ces artifices : changer quelque caractères rongés par les reniements, sauter des lignes pour rétrograder tels ou tels ministres ayant dévissé, transporter tel ministre d’un poste à l’autre pour noyer le poisson, tout cela se faisant avec des retouches du macadam élyséen, des rectifications pour arriver à garder le même chemin, celui qui conduira dans le mur et qui ramènera la meute hurlante de la droite flanquée de l’ensorceleuse du FN .

Alors le remaniement, dit-on, dans les chaumières, pourrait avoir un autre contenu, celui du bouleversement qui est autre chose que le remaniement pour renouveler des « mulets » fatigués par deux ans de mensonges et de retournements politiques.

Mais ce mot remaniement est trop entaché de politique politicienne et je préfère le mot changement de politique car il s’agit de cela et non de placer sous l’échiquier quelques pions encore plus retors que les autres pour se coucher devant les patrons et assassiner le code du travail.

Ce changement ne viendra certainement plus de Hollande qui s’est aventuré bien au-delà de la ligne séparant la gauche de la droite et son intention manifeste est de continuer à nous administrer la potion austéritaire en essayant de la présenter comme la seule alternative à la crise.

Nous n’avons donc rien à attendre d’un éventuel remaniement qui ne serait fait que pour tromper davantage le citoyen de gauche.

Les élections municipales passées, il nous reste qu’à faire monter le véritable changement, celui des idées, celles qui nous conduiront à nous défaire d’une politique antisociale et de nous brancher sur des luttes de plus en plus fortes sur les salaires, les conditions de travail, l’emploi, les libertés syndicales et démocratiques etc.

Au lieu d’un remaniement nous avons donc besoin d’un vrai changement : celui des salariés qui se mobilisent massivement pour dire à Hollande : « ça suffit, change de politique ou alors barre-toi ».

Bernard LAMIRAND

commentaires

PRINTEMPS

Publié le 23 Mars 2014 par aragon 43 dans poêmes

LE PRINTEMPS

Enfin l’hiver nous a tiré sa révérence

Hiver banal sans grande rigueur et estime

Hiver sans force hiver d’indolence

Qui laissa pousser toutes sortes de vermines

 

Dans les terres décaties rampent parasites

L’hiver pour eux a été agréable en gains

Dans les galeries ils se sont repues de réussites

Ce sont gavés de toutes variétés de bons grains.

 

En ce printemps choses vont-ils changer

Un soleil encore blafard inonde la nature

Quelques rayons chaufferont-ils belles rosées

Difficile à dire quand règnent en grand forfaitures

 

Dans ce Mars s’élève les humeurs les plus viles

Quelques jonquilles ne feront pas bonheur

Dans chaumines sortent paroles qui horripilent

L’humain se laissera t’il aller au déshonneur

 

Un triste président qui a fait mal à la France

Tente de revenir à la surface incendiant le juste

De son pas saccadé avance et sent l’odeur de la rance

Lui répond de l’Elysée que des propos loin de Saint-Just

 

Dans les airs revigorés flottent plein de pollens

Donnent de l’allergie et rend malade l’humain

Eparpillent ses exhalaisons qui puent la haine

Vieille sorcière des temps d’hier passe ton chemin

 

Que cessent les amours incestueux et indécents

D’un oisillon élyséen et d’un patron vautour

Que naissent en ces jours de printemps

Belles étoiles de luttes de solidarité et d’amour

 

Bernard LAMIRAND

PRINTEMPS
commentaires

DIMANCHE VOTEZ

Publié le 21 Mars 2014 par aragon 43 dans communisme

DIMANCHE VOTEZ

LE VOTE COMMUNISTE LE VOTE DU FRONT DE GAUCHE

PAS D'ABSTENTION

commentaires

A NOGENT SUR OISE LA DROITE BEGAIE

Publié le 21 Mars 2014 par aragon 43 dans SOCIETE

A NOGENT SUR OISE LA DROITE BEGAIE

A NOGENT SUR OISE LA DROITE BÉGAIE

Ce matin, dans ma boite à lettres, j’ai reçu un tract de la vieille droite locale, celle qui a dirigé la commune depuis trop longtemps, laissant cette ville à l’état d’abandon en 2008 lorsqu’elle a été battue à Nogent par une liste de gauche comprenant mes amis-es communistes.

Bien sûr, chaque parti a le droit de s’exprimer.

Mais cela ne m’empêche pas de dire que le Monsieur qui s’exprime dans ce tract de la droite, Monsieur Claude Robert, sent le fumet d’une sauce qui a servi à maintes reprise et qui a les relents de la décomposition sociale.

Cette droite réapparait donc.

Elle n’a pas grand-chose à dire.

Alors il faut bien se présenter et le personnage montre son minois bien grassouillet, large sourire aguicheur, mais une chose frappe : pour acquérir l’attention du lecteur, il se présente comme fonctionnaire - jusque là rien à dire- mais il ajoute « pour le ministère de l’intérieur ».

Pourquoi « pour le ministère de l’intérieur » ?

Est-ce que le ministère de l’intérieur se présente à Nogent ?

Il aurait pu dire tout simplement employé au ministère de l’intérieur ou encore agent de police, inspecteur, commissaire etc.

Cela veut dire donc quelque chose : le pour …

Ne serais-ce (ti-pas) pour frapper l’imagination du lecteur : de lui faire saisir que lui est un professionnel de la sécurité, ce qui voudrait dire que d’autres que lui ne le sont pas.

Et puis, cela fait bien et va avec sa démarche qu’il expose dans son tract concernant l’insécurité qui régnerait dans la ville. Brrr.Brrr.Brrr....

Ne serait-ce pas pour montrer son attirance vers le idées du Front national dont il aura besoin ?

Nogent souffrirait de laxisme. Le mot est lâché.

Or, moi, qui habite Nogent depuis 30 ans, je trouve que cela va mieux; du temps de la municipalité de la droite, il y a avait du mal-vivre à Nogent et les cars de CRS, toutes sirènes hurlantes, nous réveillaient la nuit. Depuis les choses se sont améliorées - et même s’il y a encore des choses à voir - parce que la municipalité de gauche a travaillé ces questions et que dans la population «le vivre ensemble » s’est développé contrairement à la période où Monsieur Claude Robert était dans une équipe municipale de droite.

Monsieur Claude Robert ose parler du chômage, certes le bilan actuelle de la majorité socialiste gouvernementale n’est guère glorieux et je ne manque pas de la critiquer, mais qui licencie, sinon les gens de droite, ses amis : les dirigeants des entreprises du CAC 40 qui ont fermé des usines comme Saxby, Goss etc.

Monsieur Robert parle de travail et de dignité, mais on peut lui rappeler que la droite a conduit notre pays dans la pire des situations, celle de détruire massivement l’emploi et de mettre la jeunesse dans la précarité et à Nogent les jeunes en souffrent terriblement.

Seul le travail peut donner un sens à la vie et permettre à chacun de vivre dans la dignité indique le prétendant, mais j’ose penser que Monsieur Claude Robert n’est pas amnésique et sait qui a mis ce pays dans cet état sinon la droite sarkozienne auquelle il appartient.

Il parle de consolider les liens intergénérationnels, je remarque que si ces liens se distendent et pas seulement à Nogent mais dans toute la France, c’est du fait des politiques de ses amis les actionnaires des grands groupes qui réclament à cor et à cri de réduire les prestation sociales, notamment celles de la retraite, de l’assurance maladie et les indemnités de chômage, bref organiser l’insécurité sociale dans ce pays.

Son ami, Monsieur Gattaz du Medef, en ce moment, exige en effet de réduire les indemnités de chômage parce que cela coûterait trop cher en charge et de ne plus payer de cotisations sociales.

Mais les charges pour lesquelles la France croule actuellement, ce ne sont pas celles du coût du travail mais bien celles des rentes, des dividendes abondamment versées aux actionnaires, bref les charges du capital.

On peut rappeler à Monsieur Robert le bilan de la droite municipale du temps où celui-ci était aux manettes de la ville comme adjoint.

Pour Nogent, le bilan de la droite sarkozienne était particulièrement mauvais avant que la gauche devienne majoritaire. Cette droite n’avait que l’objectif de satisfaire la petite bourgeoisie locale. Depuis que la droite a été battue les choses se sont améliorées dans la vie locale : plus de culture, de vivre ensemble, d’activité en direction de la jeunesse et pour les enfants, ne serait-ce que ces voyages à la mer, une ville qui construit des logements sociaux, des équipements sportifs etc.

J’y vois donc une amélioration à ce niveau et les communistes y ont participé et n’ont jamais manqué de faire part de propositions pour améliorer la vie des gens et ils ont été les porte paroles dans cette municipalité de tout ceux qui souffrent des politiques actuelles provenant des amis de Monsieur Claude Robert qui tiennent la finance au plus haut niveau.

On peut donc apprécier un travail municipal de gauche et aussi dire ce que l’on pense sur les politiques actuelles.

Je dirai à Monsieur Robert, non pas au revoir, mais plutôt passez votre chemin.

Oui à Nogent, la droite bégaie : son programme est bien la copie des précédents quand elle dirigeait la commune et l'on peut comprendre que les habitants n'ont pas envie de les voir réapparaitre.

Bernard LAMIRAND Nogentais communiste.

commentaires
1 2 3 > >>