Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

UNE DERNIERE POUR CLORE 2012

Publié le 31 Décembre 2012 par aragon 43 dans politique

564778_10200394143515477_1634666071_n-copie-1.jpg

commentaires

LES NANTIS QU'ILS DEGAGENT,MAIS A POIL....

Publié le 31 Décembre 2012 par aragon 43 dans Actualités

daumier-copie-1

 

 

LES NANTIS QU’ILS DEGAGENT, MAIS A POILS

Vous les entendez hurler, en ce moment, tous ces profiteurs parce que l’Etat leur prend quelque  pourcentage de leur portefeuille où s’agglomère ce qu’ils ont soustrait aux travailleurs par la baisse du  dit « coût du travail » depuis des décennies.

On dirait, à les entendre, qu’on leur prend le pain de la bouche, comme à ces malheureux à qui on aurait pris le minimum vital.

De  Arnault  à Depardieu en passant par tous les PDG du CAC 40, ils braillent contre ce dépouillement et se déclarent prêts à déménager à l’étranger, eux qui gagnent des centaines de millions d’euros par an et voir plus pour ceux qui ont déjà  tant accumulés de fortunes à en  faire pâlir toutes les cavernes d’Ali-Baba.

Chaque jour, les zélés aboyeurs du système médiatique, à leur dévotion, révèlent leurs  « dures épreuves » face au « pickpocket » que serait ce gouvernement, qui, entre parenthèses, ne fait que leur enlever, avec parcimonie, que quelques sous alors qu’il faudrait les déposséder totalement du fric qu’ils ont gagné illégitimement.

Toutes leurs organisations « anti-humanitaires » (Fondation et clubs ainsi que think tanks) sont à l’œuvre pour défendre leur frugalité  de revenus et avec leurs experts soulignent que la France va perdre des têtes pensantes, des cerveaux utiles pour la France et à son avenir.

Les Thinks-tanks du capital ajoutent leur couplet pour démontrer que tous ces « génies » rendront le pays atrophier s’ils quittent le territoire national et émigrent avec leurs connaissances.

Quelles connaissances ?

 Sinon l’art et la manière de se servir par de gros revenus dans les caisses des entreprises qu’ils dirigent unilatéralement au détriment de leurs salariés.

Quelles connaissances quand ils ont à leur actif tant de chômeurs, de destructions du potentiel industriel et une croissance proche de zéro pour notre pays.

On pourrait d’ailleurs leur demander des comptes sur leur insuffisance manifeste à créer de la croissance.

A croire tout ce beau (laid) monde : ce serait la fin du monde  s’il s’en vont et si on ne les retient pas.

Mais au fait, qui sont ces gens là ?

Des gens qui ont fait du bien au peuple, à l’économie, au social, à la science, à la médecine ?

Vous rigolez !

Prenons quelques exemples : le fameux Arnault, quelle est sa qualité : simplement de se faire du fric, comme au Monopoly, en rachetant  des entreprises, des brevets, des marques, en liquidant le trop plein de personnel, en créant des filiales à l’étranger pour ne pas payer des impôts dans le pays où pourtant il amasse sa fortune.

Arnault n’est utile que pour lui et pas pour la société qu’il appauvrit.

Prenez Tapie, ce mec là a fait fortune par la finance et je ne parle pas de ce qu’il a pu ramasser comme indemnité grâce à une transaction grâce permise par Lagarde alors ministre des finances de Sarkozy.

Quand on récompense l’esbroufe, peut-on dire que ce genre de personnage est utile pour le progrès de la société ?

Prenons Depardieu, hormis son talent ( mais bien d’autres en ont et ne touchent aucune royaltie) : est-il normal, qu’un individu quelqu’il soit, puisse gagner autant d’argent parce qu’il a du talent ?

Il y a des gens qui font des choses plus utiles et plus créatrices et qui ne réclament pas d’être payé.

Nous avons eu des savants, des chercheurs, des hommes de sciences qui ont tellement fait du bien à la société  et eux n’ont jamais vécu comme des Crésus.

La fuite des cerveaux, parlons-en : ces gens-là n’ont que des cervelles à profit. Ils ne créent rien, ils profitent de ceux qui créent les richesses.

Ces parvenus  poussent des cris d’orfraie parce que leur bourse est allégée de quelques sous :  c’est un monde à l’envers, car qui est allégé le plus en ce moment, sinon que les travailleurs et les retraités.

Eux ne sont pas entendus quand ils crient leur colère et en ce moment ils doivent supporter à la télévision, ces  présentateurs et présentatrices des rédactions récitant les complaintes des gens riches.

Oui, ce pays a besoin d’un grand coup de balai. Qu’ils s’en vont ces gens là, peu importe ; mais qu’il passe à la caisse avant, car ils sont redevables de tout ce qu’ils ont chapardés à ceux qui travaillent.

S’il faut payer à leur valeur les créateurs, alors que ce gouvernement dit de gauche le fasse vers ceux qui créent les richesses par une grosse  augmentation du SMIC : ce  serait d’une grande importance pour remettre ce pays sur les rails de l’emploi et de la croissance en augmentant  les salaires et les retraites.

Bernard LAMIRAND

commentaires

CONSEIL D'ETAT OU CONSEIL CONSTITUTIONNEL: LA REACTION DANS TOUS SES ETATS

Publié le 30 Décembre 2012 par aragon 43 dans Actualités

UNE REPRISE D'UN ARTICLE DE MON CAMARADE CANAILLE LE ROUGE
Dimanche 30 décembre 2012

http://www.routard.com/images_contenu/communaute/photos/publi/134/pt133635.jpg

 

Si vous avez l'occasion de traverser la cour du Palais Royal un mercredi midi, vous y verrez peut-être devisant quelques augustes personnalités dans l'attente que le canon tonne son midi net pour mettre leur pendule à l'heure.

Les uns sont du Conseil Constitutionnel et disent vérifier la constitutionalité des lois, les autres sont du Conseil d'État qui vérifie que le droit est droit et que nulle torsion surtout tirant vers bâbord ne le sort de son axe théorique, lequel est bien pratique pour les gens qui ont les idées ancrées à tribord.

Qu'ils aient domicile au Palais ci devant "Royal" porte en soit, si ce n'est sens, au moins ironie historique.

A quoi ça sert ces machins à cravates, à cire fondue  et huissiers à chaine?

Donnons un exemple tiré dans l'actualité.  Roger, cet archiviste des repères historiques éclairés par le moment présent, ressort avec beaucoup d'à propos cet élément dont les suites sont toujours d'actualité lien ici:

 "En octobre 2011, Sarkozy et son gouvernement des riches et du patronat ont taxé de 35 euros le salarié qui se défend devant le Conseil de prud'hommes et de 135 euros sa procédure devant la Cour d'appel.

Pour le Syndicat des avocats de France, pour la CGT et FO, ces taxes portent atteinte au principe républicain de la gratuité de la justice. Ils ont donc établi un recours devant le Conseil d'état, la plus haute juridiction administrative française.

Le Conseil d'état vient de leur répondre en rejetant leurs prétentions, car la loi a été voté par le Parlement et "le législateur a entendu établir une solidarité financière entre les justiciables dans le but d'intérêt général d'assurer le financement de la réforme de la garde à vue". "

http://s3.e-monsite.com/2011/01/30/11/loi.jpg 

Décembre 2012, le Conseil Constitutionnel au nom du même principe d'égalité des citoyens déclare que la taxation des hyper revenus hors norme humainement mesurable est inégalitaire et donc, il censure le texte voté par un autre parlement mais tout aussi légitime devant la Constitution que celui qui met un ticket d'entrée pour accéder aux prud'hommes.

Pas inutile de rappeler ici qui sont les membres de ce conseil.

Imagine camarade que les papes qui sacralisent depuis des siècles tous les Depardieu au lieu d'être remplacé à bout d'usage et d'usure le soient tous les cinq à sept ans. Comme ils ont un entourage médical de qualité, ils vivent plus longtemps que la moyenne des manants et intègrent "Ad vitam aeternam" les appartements palaçomonarchiques.

Imagine que chacun d'eux et à tour de rôle avec le patron des congrégations de la doctrine de la foi du palais Bourbon, le patron de la sainte inquisition du palais du Luxembourg , puis autour du secrétariat du concile réuni au chateau de Matignon désigne un des membres du collège.

Question : quelle est la probabilité pour qu'un prêtre ouvrier en mission dans les hauts fourneaux de Lorraine ou chez les marins pêcheurs bretons ait une chance de voir une de ces préconisations retenues par ce subliminal sacré collège" ?

Aussi certain que de voir la canaille élu à la présidence du Jockey Club : aucune.

Pas question ici de venir au secours du Blumollet'jazz band ou de prendre les armes pour aller défendre les décisions de la guide des eurosociaucrates mais juste de pointer que  ce bon vieux Marx (encore lui) et quelques uns de ceux qui ont planché sur ses travaux pour les enrichir avaient fichtrement raison. Nos caciques du Palais Royal viennent comme étrennes à la rentes et à l'accumulation en tout genre de le confirmer : l'état est bien un outil de domination d'une classe sur une autre.

La dictature du prolétariat n'est certes plus à l'ordre du jour mais celle du capital et ceux qui tiennent les rennes du rapport social d'exploitation exercent une dictature bien plus féroce et d'autant plus durable qu'elle paraît au plus grand nombre être dans l'ordre des choses.


http://img.over-blog.com/320x318/1/18/15/06/Dossier13/NOM-Capital-j.jpg

 

Si seulement l'année qui s'engage arrivait à fêler le moule, casser les arceaux et commencer à pousser les murs, cette Révolution que certains, l'âge les racornissant ont perdue de vue à mesure qu'ils rancissaient comme les autres, que d'autres désespèrent de voir pointer et que d'autres encore comme La canaille persiste à vouloir épauler ferait de beau progrès.  

Les institutionnels de la politique, tout ceux qui veulent être comme les autres compris, parce qu'ils s'alignent sur l'ordre établi, s'inscrivent tous sans exception dans l'acceptation de ce que ces deux conseils promulguent.

En 2013, être révolutionnaire c'est persister à vouloir casser cet ordre.

Ce sont les masses qui font qui l'Histoire surtout quand les peuples s'en servent pour casser les icones. 

commentaires

LA RETRAITE DES BEAUX QUARTIERS VERS NEUCHIN

Publié le 30 Décembre 2012 par aragon 43 dans Actualités

3134436432_1_4_OCI2Tjj3.jpg

commentaires

DERNIERE NOUVELLE DE L'AN DE GRACE 2012 TAPIE INVESTI DANS LES BAUMETTES

Publié le 30 Décembre 2012 par aragon 43 dans Actualités

564822_4980373508390_1488486281_n.jpg

commentaires

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL RECALE LES 75 %

Publié le 29 Décembre 2012 par aragon 43 dans Actualités

 

a vous de juger...........

 

Une chose est sûre, la totalité de ses membres ont été nommés et non élus ou sont d'office membres ......

 

 

Surtout  évitez de chercher leurs revenus, c'est de l'ordre du privé.... Cela ne nous regarde pas, mais vous pouvez cependant connaitre de où ils viennent puisqu'ils autorisent leur biographie

Liste des membres du Conseil constitutionnel

Les membres du Conseil



 - 2 Jean-Louis Debré Valéry GISCARD D'ESTAING Jacques CHIRAC Nicolas SARKOZY Pierre STEINMETZ Jacqueline de GUILLENCHMIDT Renaud DENOIX de SAINT MARC Guy CANIVET Michel CHARASSE Hubert HAENEL Jacques BARROT Claire BAZY-MALAURIE Cliquez sur la photo d'un membre pour afficher sa biographie

commentaires

LES VOEUX AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE (Lettre ouverte)

Publié le 29 Décembre 2012 par aragon 43 dans politique

images-copie-5.jpgLES VŒUX AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

 

Monsieur le Président,

Vous allez, le 31 décembre, formuler vos vœux à tous les françaises et français par l’intermédiaire de la télévision.

Je vous présenterai volontiers les miens si j’étais sûr que les vôtres seraient de nature à améliorer la situation du peuple.

Or, je n’en suis pas certain du tout au vu de vos premiers pas dans ce quinquenat présidentiel.

Votre prédécesseur a toujours fait des vœux pieux, promettant des lendemains heureux pour les gueux,  pour ensuite les oublier et servir les siens : le patronat et la grande bourgeoisie avec notamment le bouclier fiscal et plein de niches fiscales.

J’attendais donc de vous une autre attitude.

Cette attitude n’est pas venue, et je pense même que vous tournez le dos à ceux ayant des modestes revenus qui vous ont fait confiance.

Les français et françaises qui ont voté pour vous au second tour et particulièrement les électeurs du Front de gauche, peuvent aujourd’hui s’estimer floués par vos décisions politiques.

Vous avez eu une attitude de reniement à leur égard.

Ainsi vous avez accepté le traité européen qui nous ligote sur le plan des décisions budgétaires nationales, qui entraine à exécuter les décisions prises en leur temps par Sarkozy et Merkel visant à mettre en place une Europe austéritaire et donc à subir les ukases de Bruxelles.

Vous vouliez une renégociation de ce traité, vous n’avez fait que mettre une annexe sans valeur et sans contenu.

Cette Europe austéritaire frappe tous les peuples européens et le nôtre ;  et maintenant les décisions tombent et entrainent encore plus de chômage et de manque de croissance.

Vous aviez déclaré la guerre au « coût du travail » alors que pendant votre campagne vous aviez promis de faire « la guerre à la finance » : vous nous avez trompé !

Vous vous étiez dressé contre les menaces de licenciements qui pesaient sur les travailleurs, vous accompagnez maintenant tous les plans dit-sociaux qui mettent dehors des centaines de milliers de travailleurs.

Les métallurgistes de Citröen Aulnay avaient réclamé votre aide, vous les avez laissé choir lamentablement.

Vous êtes monté sur un camion à Florange pour haranguer les sidérurgistes et leur promettre un bel avenir, comme Mitterrand l’avait fait à Longwy et à Denain, avant de céder aux injonctions du capital ; vous faites la même chose que lui en vous abaissant devant cet aventurier Mittal et en lui cédant la fermeture des hauts-fourneaux  et de l’aciérie nécessaires pour Florange.

Vous avez ainsi refusé la seule solution possible pour maintenir une sidérurgie forte dans notre pays par  l’appropriation sociale et économique de la sidérurgie ou plus clairement la nationalisation.

Nous aurions pu penser que votre quinquenat aurait commencé par des mesures de grâce présidentielle pour tous les militants syndicalistes victimes de la répression patronale : vous vous êtes tu.

Vous êtes, nous dit-on, entrain de revoir à nouveau le devenir des retraites et certains de vos amis ne se privent pas pour dire que vous allez ,vous aussi, tailler dans le vif les droits des salariés pour leur future retraite : c’est vrai que  sur ce dossier vous n’avez jamais été présent dans les manifestations pour défendre la retraite à 60 ans et nous pouvons penser que vous êtes déjà prêt à obtempérer aux suppliques patronales qui veulent porter la retraite à 63 ans voir 65 ans et plus quand on les écoute.

Sur le plan de la santé, vos visites dans les hôpitaux, avec votre ministre de la santé, ressemblent à ces dames patronnesses qui venaient panser les plaies avec quelques onguents et ces onguents ressemblent à ceux que dispensait la ministre de la santé Bachelot.

Je pourrai comme cela égrener plein d’autres  griefs pour marquer les inconséquences sociales des débuts de votre mandat  de Président de la République et la liste serait longue.

Monsieur le Président de la République, vous avez devant vous les premiers enchaînements de votre politique : le chômage et la précarité de l’emploi.

Certes une partie provient des politiques de votre prédécesseur, mais, pour ce qui vous concerne, la politique libérale que vous menez actuellement encourage le patronat à licencier à tour de bras.

Et puis, ce qui se passe, c’est bien les effets de vos mesures  prises en commun avec ce patronat de réduire le coût du travail .

Vous avez rendu service au patronat qui trouvera dans ces réductions du coût du travail de superbes étrennes, non seulement par les 20 milliards qu’il empochera pour arrondir les marges des actionnaires mais aussi par la baisse des salaires et des retraites.

Les baisses salariales et celles des retraites, représentent ce que vous appelez, vous et le patronat, « le coût du travail » ;  nous ne pouvons qu’être surpris qu’un président qui se dit de gauche tient avec les patrons un tel langage car le dit coût du travail est en fait le créateur de richesse et non une charge.

En le destituant au rôle de charges patronales, argument du capital dans sa bataille pour le redressement de son taux de profit, vous vous faites l’allier de ce libéralisme glouton et vous sabrer le monde du travail.

Voilà ce que je tenais à vous dire sur mes récriminations à votre égard et mon désir de ne pas vous souhaiter mes vœux de réussite dans votre quinquenat  s’il continue à se profiler en faveur du patronat.

Une dernière chose, Monsieur le Président, regardez dans nos rues, dans les recoins les plus moches, sous les ponts, dans les stations de métro, dans des voitures devenues logements précaires, dans des habitats provisoires en carton, le nombre de nos concitoyens marginalisés par ce coût du travail que Madame Parisot veut encore défaire avec votre ami Monsieur Gallois à qui vous aviez confié une étude pour encore plus le réduire ; regardez-donc ces exclus de la France, allez- vous y mettre, vous aussi, la main pour qu’il soit encore plus nombreux ?

Je le dis d’autant plus que je viens d’entendre le Président du Secours populaire indiquer que cette Communauté européenne refuse de poursuivre l’aide à la nourriture et il nous dit les conséquences dramatiques sur la santé et la sécurité des personnes que l'association rencontre quotidiennement dans ses permanences d’accueil.

Qu’avez-vous fait pour eux dans ces sommets où l’on vous voit avec toute la « maistrance » des lobbys  financiers qui peuplent cette Europe du Fric.

Monsieur le Président, avec tout le respect pour cette fonction républicaine, je ne me sens pas dans l’hypocrisie de vous souhaiter, selon l’usage consommé dans vos salons, mes vœux en cette année 2013.

Je les souhaite plutôt aux travailleurs et aux retraités, à la jeunesse - ces forces vives que vous malmenez en ce moment par l’austérité- et plein de luttes pour que votre politique change et soit en faveur du monde du travail .

Bernard LAMIRAND

 

 

 

 

 

commentaires

CGT ET LE CHOMAGE

Publié le 28 Décembre 2012 par aragon 43 dans syndicalisme

index-copie-4

Le changement se fait attendre

vendredi 28 décembre 2012

29 300 demandeurs d’emploi supplémentaire en novembre en catégorie A, 30 400 si on y ajoute les catégories B et C. Tous les clignotants sont au rouge :

Chômage des jeunes : + 1,2%

Chômage des seniors : + 1,2%

Chômage de longue durée : +1,2%

Comment peut-il en être autrement quand la croissance est nulle, quand le pouvoir d’achat des ménages est attaqué, quand l’augmentation du SMIC est dérisoire.

Les plus fortes entrées au chômage, pour le mois de novembre, concernent les salariés en contrat à durée déterminée. Elles montrent, si besoin en était, que la flexibilité et la précarité dans notre pays est un véritable fléau et qu’il nous faut le combattre.

Les ruptures conventionnelles qui dépassent maintenant le million sont un nouvel outil au service du patronat pour se séparer des salariés plus rapidement et sans risque juridique. Il nous faut les encadrer.

Cette augmentation du nombre de demandeurs d’emploi montre que l’argent public dont bénéficient les entreprises ne fait que renforcer le chômage.

Vouloir combattre le chômage nécessite de mener une véritable politique de l’emploi. Il faut conditionner les aides, encadrer les ruptures conventionnelles, interdire les plans de départ volontaire et relancer la consommation par une revalorisation du pouvoir d’achat.

La CGT réaffirme qu’elle s’opposera à toute mesure qui renforcerait la précarité et la flexibilité dès la prochaine séance de négociation qui se tiendra les 10 et 11 janvier prochain sur la sécurisation de l’emploi. Elle appelle les salariés à participer aux rassemblements prévus le 10 janvier dans les territoires.

Montreuil, le 28 décembre 2012

commentaires

HOLLANDE LE SHROEDER DE LA FRANCE ?

Publié le 28 Décembre 2012 par aragon 43 dans communisme

388727 10150497922734474 638444473 8446048 1162070067 nHOLLANDE LE SHROEDER DE LA FRANCE ?

C’est ce qu’insinue mon journal de classe l’Humanité de ce jour.

Je serais volontiers enclin à le penser, les socialistes français d’aujourd’hui sont devenus des sociaux libéraux comme le sont les dirigeants allemands depuis Schroeder avec l’application de la loi Hartz.

Mais faut-il en rester à ce constat ?

La petite vidéo mise en circulation par le PCF atteste, même si c’est pour railler une politique, qu’un tournant est entrain de se prendre au PCF et plus généralement par le Front de gauche.

Un tournant qui nous sortirait de cette alliance qui s’est constituée lors de l’unité entre les socialistes et les communistes dans les années 60 pour se sortir du gaullisme.

N’oublions pas que cette alliance a permis au parti socialisme d’en retirer les dividendes puisqu’il redeviendra le premier parti de la gauche française et que le PCF s’écroulera avec des scores électoraux en dessous de 5 %.

La question est de savoir si cette posture est une simple controverse d’un moment ou plus  politique avec une stratégie pour renverser la vapeur et être à la tête d’une dynamique nouvelle des forces progressistes.

Cela pose des questions de l’unité des forces progressistes qui ne situent pas seulement au sein des appareils politiques.

Que faire par exemple de ces électeurs socialistes qui sont toujours dans les langes salies de la compromission avec ce libéralisme destructeur ?

Faut-il faire une croix dessus ?

Je ne le pense pas !

Il est nécessaire que notre combat soit sur le fondamental : l’émergence d’une autre société et le rejet de ce libéralisme destructeur auquel la sociale-démocratie européenne a fait allégeance avec le capitalisme international avec le traité de la constitution européenne et son dernier avatar le TSCG.

Je pense qu’un tel tournant doit être pris ;  cela va être compliqué du fait d’alliance sur le plan électoral avec le PS qui permet au PS d’avoir le pouvoir et au PCF de maintenir une assise qui s’érode au point de devenir qu’un appoint dans la représentation électorale nationale, régionale et municipale.

La question principale est de créer une dynamique à gauche, une dynamique claire de changement de société et de la faire saisir au peuple tout entier.

La question n’est donc pas de nous retirer sur notre « Aventin » mais d’être cette force de proposition qui ne se contente pas de flétrir la marche des socialistes vers le social-libéralisme , que le peuple discerne bien, ne serait-ce que par la chute du PS dans les trois élections législatives partielles qui viennent d’avoir lieu.

Le débat ne doit pas être seulement d’essence électoraliste, il est de fond et requiert l’action et les luttes à organiser, comme un ruisseau qui grossira au fur et à mesure des mobilisations qu’elles soient  par des ondées, des averses, des trombes,  les moyens d’établir un rapport de force politique qui fera du PCF et du Front de gauche une force catapultive capable de renverser les paramètres électoraux mais surtout capable d’imposer en dehors des élections des choix progressistes venant démentir ceux de l’austérité.

Laissons donc, entre parenthèses, ce débat sur les pérégrinations électoralistes, car celles-ci seront d’une autre nature si le rapport de force se retourne en notre faveur.

C’est pourquoi j’apprécie ce langage nouveau du PCF qualifiant Hollande de Social-libéral à la « Schroeder »  à la condition qu’il ne reste pas de l’ordre du constat.

Hollande  a été élu, certes avec nos voix, mais c’était pour casser une autre dynamique, celle d’une droite prête à tout… et aucun cas pour nous marier avec sa politique de récession sociale qu’il met en oeuvre parce qu’il est avant tout un libéral européen.

Le tout est de nous faire comprendre de ceux qu’il abuse encore et aussi d’éviter le retour d’une droite s’alliant avec l’extrême droite pour  aller plus loin dans le chemin tracé par le capitalisme international : casser toute la structure des droits acquis par les luttes depuis 1936, 1945 et 1968 dans notre pays.

Le chemin est étroit, il requiert un parti communiste retrouvant toute son identité et sa présence sur le terrain pour expliquer, expliquer, expliquer et créer une dynamique venant percuter l’idéologie dominante libérale et castratrice dans le domaine du social  qu’elle veut réduire en peau de chagrin.

C’est beaucoup d’actions, de discussions, de luttes qui conduiront à un retour en force des idées de progrès et à la perspective d’une autre société.

Bernard LAMIRAND

commentaires

PCF: RALLUMONS LES ETOILES

Publié le 27 Décembre 2012 par aragon 43 dans communisme

commentaires
1 2 3 4 5 > >>