Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LE TRAITE EUROPEEN VA CONTRE LES ETATS GENERAUX DE 1789

Publié le 30 Septembre 2012 par aragon 43

commentaires

PIERRE LAURENT SUR FRANCE INTER CE SOIR

Publié le 30 Septembre 2012 par aragon 43

arton335-7c5d3.gif

arton171-844f3.gifCe soir, dimanche 30 septembre, à l'issue de la manifestation, entre 18h10 et 19h, Pierre Laurent sera l'invité de France Inter, dans l'émission "Tous politiques". Du coup France Inter a dû signaler qu'il y avait une manifestation aujourd'hui à Paris... Car jusqu'ici le silence était assourdissant comme dans tout le reste des grands médias.
commentaires

APPEL POUR UN AUDIT CITOYEN

Publié le 30 Septembre 2012 par aragon 43

 

 

 

Chères amies, chers amis,

 

Vous vous êtes engagés avec le collectif pour un audit citoyen de la dette publique pour permettre un véritable débat sur la question de l’endettement public. Ce débat, le nouveau gouvernement a refusé de l’organiser, en annonçant la ratification au Parlement du Pacte budgétaire.

 

Ce nouveau traité impose en effet la voie unique de l’austérité à marche forcée. Ce faisant, il menace de plonger l’Europe dans la récession et le chômage de masse et va priver les États de moyens indispensables pour sortir de la crise sociale et environnementale. Pour mieux rassurer les créanciers et les spéculateurs, il place l’austérité au-dessus de la démocratie.

 

Plusieurs organisations du collectif, associatives, syndicales, politiques, ont lancé une grande campagne unitaire « pour une Europe solidaire, NON au Pacte budgétaire ».

 

Vous pouvez, pour la soutenir :

 

-          Signer la pétition unitaire qui sera remise aux parlementaires avant le vote : http://www.avaaz.org/fr/petition/NON_a_lausterite_perpetuelle_en_Europe_3/

 

-          Participer à la grande manifestation du 30 septembre. Toutes les informations sont disponibles sur le site de campagne unitaire : http://www.stopausterite.org/

 

-          Interpeller les députés sur le site de l’audit citoyen : http://www.audit-citoyen.org

 

Ce n’est qu’un début : au-delà de la ratification du Pacte budgétaire, le collectif poursuivra sa mobilisation contre l’austérité et pour une Europe solidaire, avec ses partenaires et dans le cadre des collectifs unitaires.

 

Alors que l’Europe menace de sombrer dans la spirale destructive de l’austérité généralisée, il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de construire ensemble les mobilisations sociales pour imposer un vrai changement.

 

Solidairement,

L’équipe de campagne du collectif pour un audit citoyen de la dette publique

 

Le 29 septembre 2012

commentaires

PIERRE LAURENT: NOUS SOMMES LA CHANCE DE L'EUROPE

Publié le 29 Septembre 2012 par aragon 43

Pierre Laurent : "Nous sommes la chance de l’Europe"

Contre le traité budgétaire, marche nationale à Paris, J-2. Pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, la manifestation de dimanche n’est que la première étape de la lutte contre l’austérité.

Alors que le camp 
des partisans du non 
au traité européen s’élargit et à quelques jours de 
la discussion au Parlement, quels sont les enjeux de la manifestation de dimanche ?

Pierre Laurent. Elle couronnera un premier succès de la campagne engagée dès cet été contre la ratification du traité européen : 
briser le mur du silence. Nous sommes en train d’imposer le débat public dont on voulait priver les Français. Cette mobilisation montrera aussi que des forces de plus en plus larges s’opposent à cette ratification : 65 organisations appellent maintenant à manifester, sans compter que le front du non va bien au-delà. Que des forces sociales et politiques, qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche, prennent cette initiative au nom d’une Europe solidaire est très important. Notre combat est celui d’une rupture avec l’austérité pour une sortie de crise solidaire.

Le gouvernement a multiplié les rappels 
à l’ordre, arguant qu’il s’agissait de donner de la force à François Hollande pour réorienter l’Europe. Qu’en pensez-vous ?

Pierre Laurent. Ce sont ceux qui vont manifester, ceux à gauche qui refuseront de ratifier le traité au Parlement, qui donnent la meilleure chance à une réorientation de l’Europe, pas l’inverse. Car l’adoption du traité donnerait de la force au chantage des marchés financiers pour obtenir des normes drastiques de réduction des dépenses publiques. Or tout appel à se dégager d’urgence de ces logiques d’austérité : les chiffres du chômage sont catastrophiques, les plans de licenciement se multiplient, la crise se développe, singulièrement dans les pays qui ont engagé l’austérité la plus brutale. Il faut donc, au contraire, des politiques mobilisant l’investissement public sur de nouveaux critères pour sortir de la crise.

Le vote à l’Assemblée aura lieu dès 
le 9 octobre et au Sénat dans la foulée. 
Le débat parlementaire sera-t-il néanmoins l’occasion d’avancées ?

Pierre Laurent. Ce débat, grâce à la manifestation, se déroulera en pleine lumière et donnera à voir l’absence de consensus à gauche autour de ce traité et la forte exigence de rupture avec ses logiques. Nous devions être seuls à voter contre mais aujourd’hui, après la décision des écologistes et de certains députés socialistes – malgré les rappels à l’ordre du gouvernement –, le front contre ce traité d’austérité s’élargit au Parlement comme dans le pays. C’est une bataille en plein développement. Le 30 septembre est une étape décisive mais n’est qu’une étape. Au Parlement, elle se poursuivra avec la loi organique et le budget 2013.

Le traité sera vraisemblablement ratifié, 
cela signera-t-il la fin de la mobilisation unitaire engagée ?

Pierre Laurent. Non, nous engageons une bataille dans la durée. Nous amplifierons, en même temps et à la suite du débat parlementaire, la bataille pour un référendum. Car l’exigence démocratique de consultation des Français s’est renforcée considérablement au fil de la publicité donnée à ce débat. De plus, nous construisons un front uni, large, durable contre les logiques d’austérité et pour des politiques de relance alternatives. La contrainte de ramener dès 2013 les déficits à 3 % du PIB, par exemple, est de plus en plus contestée, y compris dans des cercles proches du gouvernement ou européens. De même, les élus locaux sont en train de comprendre que les normes qu’imposerait le traité pèseraient négativement contre l’investissement public de leur collectivité. Nous sommes à l’aube de la constitution de ces fronts contre l’austérité qui se déploieront dans les semaines et les mois à venir.

Entretien réalisé par Julia Hamlaoui

commentaires

LES APPRENTIS SORCIERS DE LA SIDERURGIE

Publié le 28 Septembre 2012 par aragon 43 dans syndicalisme

LES APPRENTIS SORCIERS DE LA SIDERURGIE LORRAINE

Ce qu’a proposé le gouvernement, c’est du bricolage.

C’est une suite, tout compte fait, de tous les rapiéçages effectués depuis la casse industrielle de l’acier en 1979 par Giscard d’Estaing, puis par les socialistes en 1984 avec Fabius, quand ils étaient au pouvoir sous Mitterrand, et ensuite sous Chirac avec Francis Mer qui accepta que l’acier français soit kidnappé par l’aventurier Mittal et qui lui a alors confié le capital du groupe Arcelor privatisé, habillé pour faire du profit maximum en ayant élagué de nombreux outils de production considérés comme non rentable. Mittal a pu ensuite travailler à des délocalisations lui permettant de faire davantage de profits tout en conservant les brevets et les fournisseurs dont en particulier l’automobile.

Que restera t’il de l’acier français d’ici quelques années avec ce maitre de forges mondial qui n’a rien  à  faire des travailleurs français et plus largement européens qu’il méprise.

On voit où nous a mené cette politique de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), si chère à son créateur, le très réactionnaire Robert Schuman, qui devait permettre à la sidérurgie européenne de se doter d’une grande industrie de l’acier, et je me souviens, en tant que représentant CGT à la CECA dans les années 80, des discours du commissaire européen à l’industrie, le vicomte Davignon vantant les restructurations pour l’avenir de l’acier européen et en particulier lorrain.

Ils ont, tous ces politiciens, armés le bras du profit maximal, qui, a petit ou grand feu, tue  tout ce qui reste encore de ce que fut la force de l’Europe et en particulier de la France : l’acier symbole de développement et de progrès sociaux.

Gandrange nous avait déjà révélé ce qu’était ce dépeceur Mittal et son unique but : se faire du fric.

Nous avons vu comment il avait manipulé Sarkozy, incapable de s’y opposer par raison de classe et d’approvisionnement pour les entreprises utilisatrices d’aciers, qui se ravitaillaient en laminés à bon marché grâce aux productions délocalisées.

Ici, les travailleurs de Florange ont vu le coup arrivé,  et ils se sont mis en lutte dans l’unité, ce qui n’avait pas toujours été le cas ( n’oublions pas que les plans aciers de 79 et de 84 qui ont touché particulièrement la Lorraine et l’ont affaibli ont été signé par les organisations syndicales réformistes lorraines et notamment par Jacques Chérèque, secrétaire de la CFDT puis préfet à la reconversion et ministre sous le gouvernement Bérégovoy).

Alors tant mieux si aujourd’hui les organisations syndicales défendent mordicus leur usine de Florange dans toute son entité avec la filière liquide et la filière laminage et transformation.

Je dis bricolage si la filière fonte est cédée, même au franc symbolique, et qu’elle soit distinguée de la filière transformation en produits finis pour les industries de la métallurgie que garderait le sinistre Mittal.

On parle d’un repreneur ; quel repreneur s’aventurera dans ces hauts-fourneaux à l’arrêt depuis plus d’un an, en sachant que le flibustier Mittal tient la filière produits laminés avec la clientèle française notamment pour l’automobile ou pour les boites de conserves ou de boisson ?

Et puis quel amateurisme en disant que Mittal doit s’engager à trouver un repreneur et faire des investissements dans la filière laminage à chaud et à froid. Avec ce patron, qui n’a que le fric comme étendard, peut-on croire qu’il répondra présent pour trouver un concurrent qui viendrait chasser sur ses terres de profits ; s’il en existe un près à le faire. Cela relève d’une naïveté coupable ou alors de ce qu’on l’on pourrait appeler d’une opération « billard à trois bandes » pour dire, au bout du compte, que tout  a été fait et qu’on y peut rien : une sorte de réédition de ce qui vient de se passer concernant Citroën Aulnay où le gouvernement a vilipendé dans un premier temps le patron de Peugeot pour ensuite dire qu’il faut accepter de fermer l’usine moyennant un plan social.

Ce gouvernement - j’ai entendu Montebourg sur BFM -  indique qu’une loi va obliger les entreprises qui délocalisent de s’assurer de retrouver un repreneur.

Encore un coup fourré pour éviter ce que propose le Front de gauche de mettre en place une vraie loi contre les licenciements boursiers en les interdisant purement et simplement.

Et Montebourg indiquait sur BFM que cela pourrait concerné Mittal ; allons donc ! Mittal ferme non pas Florange mais un outil de production, les hauts fourneaux, et il peut très bien invoquer qu’il maintient le site dans ses productions de laminage où il fait de fructueux profits pour ne pas être obligé de respecter la loi que proposeraient les socialistes.

L’idée d’un repreneur vient ici comme la bouée de sauvetage, elle est aléatoire, elle met en cause l’harmonie de la production d’acier et sa transformation sur le site de Florange et elle engendrera inévitablement le doute sur sa crédibilité et les travailleurs ne seront qu’assis que sur du précaire avec la crainte à tout moment d’une remise en cause existentielle.

S’il faut un repreneur, il en existe un devant les déprédations de ce dépeceur Mittal, c’est  l’Etat avec la nationalisation de toutes les usines françaises de la sidérurgie et la mise en place d’un plan pour utiliser les productions d’acier de Florange, de Fos et de Dunkerque pour les entreprises françaises de la transformation des métaux.

Il est temps encore d’y penser et y compris au niveau de l’Europe où l’acier risque de quitter le continent européen et d’être fabriqué par des salariés à bas salaires et dans les pires conditions de travail comme c’est déjà le cas avec ce patron asservisseur.

Cela devrait être une revendication à débattre au niveau du projet industriel des syndicats Européens,  sinon, la France mais aussi l’Europe n’auront plus que les yeux pour pleurer, car il ne restera plus un gramme d’acier produit par l’Europe si on  laisse ce brigand continuer à avaler les dernières entités industrielles de l’acier européen pour les recracher dans les crassiers des usines sidérurgiques mortes.

Le 9 Octobre, crions fort que l’acier français soit débarrassé de Mittal.

Bernard LAMIRAND

Ancien responsable CGT de la Sidérurgie

et ancien membre de LA CECA

commentaires

ELECTIONS PROFESSIONNELLS DANS LES PETITES BOITES

Publié le 26 Septembre 2012 par aragon 43 dans syndicalisme

arton171-844f3.gifELECTIONS PROFESSIONNELLES DANS LES PETITES ENTREPRISES

Celles-ci auront lieu du 28 Novembre au 12 Décembre 2012 dans toute la France et ce sont tous les salariés de ces PME de moins de onze salariés qu’ils soient en CDI-CDD, APPRENTIS, qui pourront s’exprimer sur la représentativité des syndicats CGT-CFDT-CFE-CGC,FO, SUD, CFTC …

Tous les secteurs d’activité sont concernés à l’exception de l’agriculture.

Les électeurs et électrices auront droit au vote à partir de 16 ans.

Deux collèges sont établis : cadres et non cadres.

Le vote se fera par correspondance ou par internet à partir d’un matériel de vote qui aura été remis à chaque intéressé (à vérifier). 

Ce vote sera déterminant pour les accords collectifs à négocier et il importe que la CGT soit la première organisation pour la meilleure protection de ces salariés quand on sait les difficultés de représentation des salariés dans ces entreprises et services où le nombre  de syndiqués est faible.

C’est un appel que je lance donc sur mon blog en direction de tous les militants de la CGT pour qu’ils s’adressent à tous ces travailleurs que nous avons l’occasion de côtoyer dans le train, l’autobus, dans les services à la personnes, les commerces, les restaurants, boites de l’artisanat etc.

index-copie-4La CGT mène une intense campagne électorale : nous avons tous besoin de l’aider.

Il faut un vote fort car celui-ci servira aussi à, la représentativité nationale des organisations syndicales et nous avons besoin que la CGT soit la première organisation pour éviter les accords pourris entre les patrons et certaines organisations syndicales.

Alors c’est un appel que je fais pour que chacune et chacun d’entre nous interrogent ces salariés s’ils ont connaissance de ce vote et de les inciter à voter et à voter CGT ;

Bernard lamirand

commentaires

TRAITE EUROPEEN : UN COUP DE MASSUE

Publié le 26 Septembre 2012 par aragon 43 dans politique

 

 

Un coup de massue aux collectivités locales !

 

Ce n’est pas un secret, nos collectivités territoriales, nos communes, nos communautés de communes, nos départements, nos régions, sont devenues au fil des lois de décentralisation le premier investisseur public dans notre pays. Elles réalisent aujourd’hui près de 70 % de l’investissement public, avec un impact déterminant en terme d’activité et d’emploi dans des secteurs comme le bâtiment et les travaux publics. Ce sont elles qui assurent aussi un haut niveau de service à la population, indispensable au maintien et au développement du tissu économique.

 

Alors que cette réalité économique et sociale est connue de tous, les textes du pacte budgétaire européen (TSCG) entendent imposer la « règle d’or », c’est-à-dire pour tout Etat signataire un niveau de déficit annuel inférieur à 0,5 % du PIB. Cela concerne non seulement le budget de l’État mais aussi ceux des collectivités locales et des administrations de la sécurité sociale.

 

Ainsi, l’article 3 prévoit-il que « les budgets des administrations publiques seront à l’équilibre ou en excédent ». En cas de dérapages, « un mécanisme de correction sera déclenché automatiquement » et des sanctions pourront être prises. En pratique, une police politique composée d’inspecteurs de la Commission, aura pour mission d’intervenir auprès des collectivités récalcitrantes. Et la délation sera de mise : un Etat membre pourra en dénoncer un autre en saisissant la Cour de justice européenne.

 

 Les conséquences du nouveau traité seront donc directes pour les communes rurales et leurs élus qui vivent la réalité des demandes des populations, et essaient d’y répondre au mieux. La main dans le cambouis, ils ne fantasment pas sur le bonheur abstrait d’un exercice budgétaire parfait sans emprunt d’équilibre ! Comment comprendre dès lors un tel choix politique, celui de faire passer en force au Parlement, un carcan budgétaire qui condamne toute dynamique des territoires ?

 

 Les maires de France ont déjà donné. Ils savent combien l’austérité budgétaire imposée ces 5 dernières années a pesé sur leur gestion. Et aujourd’hui, ce n’est autre qu’un contrat d’austérité à durée indéterminée qu’on leur propose avec la ratification du pacte rédigé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

 

La réalité est bien celle-là : l’adoption du traité porterait un coup très dur à tous les efforts entrepris au quotidien par les élus locaux pour faire vivre leur territoire, pour servir l’intérêt général des populations.

 

C’est pourquoi nous devons en appeler à leur responsabilité, à leur conscience pour empêcher de faire de l’austérité la seule perspective politique appliquée à nos territoires, enrayant toute perspective de création de richesses nouvelles, indispensables pour l’emploi de demain. N’en déplaise à ceux qui veulent tordre le coup à nos collectivités, et comme le précise dans son communiqué l’Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR), « il n’y aura pas d’issue à la crise sans s’appuyer sur les atouts que représentent les communes, départements, régions au service du développement des capacités de chacune et de chacun… et de la démocratie » ! Il faut refuser ce nouveau coup de massue sur nos collectivités.

 

Chronique publiée dans le journal La Terre. 

commentaires

LE TRAITE EUROPEEN DE SARKOZY DOIT ETRE REJETE

Publié le 24 Septembre 2012 par aragon 43 dans politique

2012-07-20petition-hq-une-hauteurLE TRAITE EUROPEEN

Un article court : je crois que tout a été dit sur ce traité qui va nous conduire à une régression sans précédent.

Les pages de l’Humanité révèlent à quel point ce traité va appauvrir non seulement la France mais toute l’Europe au profit de ceux qui détiennent les cordons de la bourse et qui, ainsi, vont pouvoir continuer à vivre grassement sur le dos des peuples et surtout du monde du travail qu’ils veulent réduire à l’état de  sujets corvéables à merci.

La décision des verts de ne pas voter ce traité montre à quel point il est rejeté et ne correspond en rien à un devenir pour les peuples, sinon que de permettre aux banquiers et actionnaires de s’en mettre plein les poches.

Les socialistes sont pris dans leurs contradictions et notamment celle de vouloir faire de la croissance et de l’emploi l’acte principal du quinquenat tout en acceptant les décisions de la règle d’or qui frappe les salariés et les retraités et détruisent leurs acquis sociaux ; cela ne peut qu’entrainer inexorablement un appauvrissement général et un chômage massif.

De toute part, à gauche, se lèvent la révolte contre ce traité scélérat, il est encore temps que Hollande et Ayrault fassent machine arrière et décident de demander l’avis du peuple français.

Nous avons besoin d’une gauche qui créée de l’emploi et cela ne peut se faire en faisant payer ce qui n’y sont pour rien dans cette crise du système capitaliste et de laisser tranquille ceux qui en ont profité pendant des années en spéculant et en ne payant pas leur impôts comme tous ces réfugiés fiscaux en Suisse dont on apprend qu’au coté de Johnny Halliday se trouve tous les magnats grecs qui ont mis leur pays à genoux.

Il ne servira à rien aux socialistes de demander à leurs députés de serrer les rangs autour de Hollande et de voter le traité : ce traité n’ira de toute façon pas jusqu’au bout et il sera balayé par les peuples face à la cure d’austérité qu’il enjoint pour de longues années et qui sera rejeté comme un corps étranger.

La manifestation organisée par le Front de Gauche dimanche rassemblera, j’en suis sûr, du monde et elle sera l’étape marquante de notre désapprobation.

Il est encore temps de demander l’avis aux peuples pour une décision qui engage l’avenir de la France et surtout du monde du travail.

Dimanche 30 Septembre à 13H30 soyons tous à la Nation pour manifester.

Bernard LAMIRAND

commentaires

TRAITE EUROPEEN

Publié le 24 Septembre 2012 par aragon 43 dans politique

 

commentaires

HOLLANDE FAIT DU RETRO PEDALO

Publié le 22 Septembre 2012 par aragon 43 dans politique

488309 339242709503750 1023056593 n

commentaires
1 2 3 > >>