Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

FRANCE INTER : ROQUETTE ENVOIE SES ROQUETTES CONTRE MELENCHON

Publié le 31 Mai 2012 par aragon 43 dans politique

461894284.jpg

La vraie violence

 

ROQUETTE ENVOIE SES ROQUETTES SUR FRANCE INTER

Voilà un personnage, Guillaume Roquette, journaliste, homme de cette droite libérale et dure qui va du Figaro en passant Valeurs actuelles,  qui pousse des cris d’orfraie contre Jean Luc Mélenchon, accusé de traiter des journalistes de fachos.

Certes, il faut prendre le temps de tourner sa langue quand on veut qualifier quelqu’un de facho : mais ce mot fait parti du vocabulaire populaire français, il révèle les comportements haineux de certains et nul ne peut reprocher à quiconque, de dire à des personnes qui se comportent dans leurs écrits, dans leurs paroles, dans leurs actes,  qu’ils ont des procédés qui ressemblent à ceux qui attisent les haines et que l’ont peut qualifier en langage populaire de « petit facho ».

Cette expression est souvent prononcée à la volée quand quelqu’un se laisse aller à des propos méprisant sur autrui où déformant sciemment la vérité pour nuire ;  on dit volontiers : « tu ne serais pas un ptit peu facho sur les bords ».

Roquette est un homme de droite assumé dans ses écrits et ses éditoriaux, il peut bénéficier, sans être contredit sur les antennes d’une tribune pour vilipender Mélenchon, c’est ce qu’il a fait ce matin à France-Inter et son intervention marquait une profonde animosité contre Mélenchon et aussi les communistes.

Il parle de violence dans les propos de Mélenchon et se réfère à des périodes où le PCF employait les mêmes méthodes, dit-il ;   période des années de la guerre froide, référence des positions prises par Mélenchon par rapport à Cuba, tout y a passé.

Il va même jusqu’à remonter à Robespierre, dans une caricature ignorant le contexte de l’époque.

A cette allure là, qu’attend- il pour dénoncer les tueries des monarques qui ont gouverné notre pays des siècles et des siècles jusqu’a la boucherie de la guerre 14/18 et aussi celle de la période où la bourgeoisie prend l’uniforme du nazisme.

Il faudra vous atteler Monsieur Roquette à réécrire les manuels d’histoire de nos écoles et vous aurez du boulot jusqu’à la fin de vos jours.

Ce qu’il oublie de dire Monsieur de Roquette, c’est que ces périodes de guerres où la violence, celle physique qui s’exprime, c’était la droite qui en était l’auteure à l’image de la commune de Paris. On peut aussi parler des expéditions en Afrique où des peuples ont été martyrisés et domptés par cette bourgeoisie infâme accompagnés il faut le dire avec la SFIO. Les violences  également faites à des peuples qui voulaient se libérer de l’étreinte capitaliste, ce n’était pas les communistes français Monsieur Roquette, c’était votre droite.

Pendant l’occupation, qui a combattu l’ennemi sinon les communistes et les gaullistes et l’on se souvient de ce que le général de Gaulle pensait d’une grande partie de cette bourgeoisie française et du patronat quand il a employé cette phrase comme un jugement : «  Je n'ai vu aucun de vous à Londres, Messieurs. Ma foi, après tout, vous n'êtes pas en prison ». 

Votre plaidoyer contre Mélenchon Monsieur Roquette, cela sentait la vieille cire ce matin sur France-Inter, celle d’un vieux mobilier où exhale ces vieilles odeurs, celles des haine anti-communiste dès que remonte l’influence de ce qui veulent justement un pays libéré de vos étreintes du profit.

Monsieur Roquette est un libéral dit-il, le libéralisme que l’on connait aujourd’hui dans le monde capitaliste est celui de la pire violence : celle de mettre des peuples à genoux comme le peuple grec.

Alors Monsieur Roquette, vos roquettes finiront dans les combles de l’histoire.

Jusque quand ceux qui luttent et qui sont accusés de violences auront le droit de professer leur idées et de dire ce qu’ils pensent de ces gens qui ont tribunes assurées chaque jour à la radio et à la télévision pour cracher leur venin.

Je ne conteste pas à Monsieur Roquette d’exprimer ses idées malfaisantes pour notre devenir économique mais quand est-ce que France-Inter confiera aussi la possibilité à des progressistes d’éclairer la vie politique de ce pays dans des éditoriaux et notamment les journalistes de l’humanité, jamais invité sur les plateaux de télé et de radio.

 

Bernard LAMIRAND

 

commentaires

LA CGT CHEZ Ayrault

Publié le 29 Mai 2012 par aragon 43

cial-Eco - le 29 Mai 2012

Thibault : les salariés veulent "des décisions les plus rapides et les plus concrètes"

Le secrétaire générale de la CGT, Bernard Thibault, s’est entretenu ce mardi avec le Premier ministre. Il l’a informé de l'"impatience" des salariés, de leur souhait de mesures "rapides", "qui modifient le quotidien". Le leader de la centrale syndicale s’est affiché plutôt satisfait au sortir de cet entretien.

"On n’est pas mécontents que ce ne soient pas les mêmes interlocuteurs" et "on a même la faiblesse de penser qu'on y est pour quelque chose", a même ajouté Bernard Thibault après sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault à Matignon. La CGT avait appelé à faire battre Nicolas Sarkozy. Bernard Thibault a aussi invité le gouvernement à s'appuyer "sur les forces vives qui ont souhaité le changement".
"Déjà sur la méthode, l'ambiance change, c'est déjà important". "Nous avons un gouvernement qui affirme haut et fort sa volonté de dialogue et de concertation avant toute décision. Nous ne pouvons que nous en féliciter (mais) ça ne veut pas dire pour autant que par avance nous allons nous féliciter de toutes ses décisions", a-t-il averti.

Les priorités sociales

"On n'a pas caché l'impatience qu'il y avait chez les salariés d'avoir des décisions les plus rapides et les plus concrètes (...) qui modifient le quotidien", a-t-il déclaré à la presse. "C'est une majorité de salariés qui a contribué au changement", a insisté M. Thibault. Ce premier contact officiel a permis selon lui "un tour d'horizon" des sujets à ses yeux prioritaires: salaires, Smic, obligations des entreprises, mise à plat des aides publiques, rétablissement de l'Allocation équivalent retraite et retour à la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler tôt.
Sur le décret en préparation sur les retraites, "la porte n'est pas totalement fermée à une modification du champ d'application" du décret "mais on ne peut pas vous en dire plus aujourd'hui. Le gouvernement nous a entendu", a-t-il dit.

45 000 emplois menacés

Bernard Thibault a confié au Premier ministre une liste de 45000 emplois actuellement menacés dans 46 entreprises en France. Au-delà de "l'urgence de se pencher sur certaines situations", il réclame une loi pour "permettre aux salariés de contrarier la décision des gestionnaires lorsqu'il n'y a pas de bien-fondé économique aux licenciements".
Parmi les entreprises citées figurent le constructeur automobile PSA, le groupe pharmaceutique Sanofi, Carrefour ou Fralib, filiale du géant anglo-néerlandais Unilever que le distributeur de presse Presstalis.

commentaires

45000 EMPLOIS MENACES: LISTE REMISE PAR LA CGT

Publié le 29 Mai 2012 par aragon 43


TRAVAIL - La confédération la remettra mardi au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault ...

Péril sur l'emploi. La CGT remettra mardi au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, une liste destinée au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, de 46 entreprises en redressement ou en liquidation, soit près de 45.000 postes menacés en France, a-t-on appris auprès de la CGT.

Ce recensement «des plans sociaux, redressements et liquidations» effectué par les fédérations CGT, dont fait état dimanche Le Journal du Dimanche, «montre que ce que l'on avait craint - c'est-à-dire qu'il y avait des consignes pour ne pas annoncer de plans sociaux avant la présidentielle - se vérifie», a souligné auprès de l'AFP Mohamed Oussedik, en charge de l'industrie à la CGT. La CGT doit être reçue mardi par le Premier ministre, qui a convié successivement tout au long de la journée les leaders des syndicats et du patronat pour fixer l'agenda des réformes sociales. La centrale enverra ensuite au ministre du Redressement productif cette liste, ainsi que ses propositions pour l'emploi, a précisé Mohamed Oussedik.

La liste n'est pas exhaustive

La liste «intègre des PME, mais elle n'est pas exhaustive», relève le secrétaire confédéral, alors que les procédures de sauvegarde prononcées par les tribunaux (redressement ou liquidation) concernent traditionnellement dans leur très grande majorité les micro-entreprises de moins de 10 salariés. Elle«ne prend pas en compte aussi les 35.000 emplois perdus dans le BTP sous forme de départs volontaires et ruptures conventionnelles», précise le secrétaire confédéral en insistant sur cette forme «déguisée» de licenciements que représentent selon lui les ruptures conventionnelles (12% des sorties de CDI, selon les chiffres officiels, le double des licenciements économiques).

Arnaud Montebourg, qui retrouvera dans cette liste un grand nombre d'entreprises aux difficultés connues (PSA, Petroplus, Carrefour, Arcelor, EON France, etc.), planche sur un «plan de reconquête industrielle» qu'il soumettra à Jean-Marc Ayrault «dans les semaines qui viennent», a-t-il annoncé samedi à l'AFP.

La CGT lui fera notamment des propositions pour multiplier par cinq les financements du chômage partiel, renforcer les droits des salariés dans les conseils d'administration, mettre en place un «droit de préemption» à la reprise d'entreprises en difficulté et restructurer l'appareil industriel pour répondre au plan de transition énergétique promis par le président François Hollande.

Avec AFP
commentaires

afghanistan/ IL EST VRAIMENT TEMPS QU'ON FOUTE LE CAMP

Publié le 28 Mai 2012 par aragon 43

information de mon camarade Michel gourmel.

 

Dernière minute : 

Afghanistan. L’ISAF(*) lance des confiseries pour les enfants : 51 morts

Info Gérard G. Cela fait une semaine (21/05/12) mais les médias français ont censuré l’info. Extraits.

Dans un tragic accident, un avion appartenant à l’ISAF a par inadvertance ( ! ?) tué 51 (enfants) afghans près de Mazar-i-Sharif ceux-ci attendaient qu’on leur lance des confiseries. 2 avions de l’OTAN Hercules C-130s firent un passage bas au-dessus d’un village de centaines d’enfants hors de la ville.

Environ 1,4 millions de M&M’s devait être lancé via le Système de livraison à conteneurs en un paquet unique d’un poids de 750 kg. En raison d'une défaillance, le parachute ne s’est pas déployé et le conteneur s'est effondré sur le toit d'une école locale à presque 160 km/h.

Au moment de l'impact, le poids des confiseries conjugué à la vitesse a fait éclater les côtés du conteneur à l’extérieur, causant ce que le professeur de physique, le Dr Rosella Schwartz a décrit comme, "essentiellement une mine anti-personnelle à 360 degré pleine de chocolats fléchettes." (fléchettes en français dans le texte).

Par "fléchettes", Schwartz se réfère aux coquilles (obus) de confiserie M&M’s, qui se sont fragmenté et éclaté en entrant dans les organismes des victimes et ont aussi causé des blessures secondaires plus nombreuses et sévères…

"J'ai vu beaucoup de blessures infligées sur des civils par l'artillerie, mais celles-là étaient beaucoup plus mauvaises," a dit Velez, se baissant pour changer les bandages sur une des victimes en indiquant beaucoup des taches bleues, vertes et jaunes.

"Le pire étaient l'arachide des M&Ms. Le chocolat doux a agi comme une couche autour des arachides, facilitant la pénétration de ces choses rondes couvertes de confiseries."

(*) ISAF (Force Internationale d'Assistance et de Sécurité). Traduction M. Gourmel.

Source et suite en anglais : http://www.duffelblog.com/2012/05/isaf-drops-candy-to-afghan-children-kills-51/

commentaires

LAGARDE DU CAPITAL NE PAIE PAS SES IMPOTS !

Publié le 28 Mai 2012 par aragon 43

e8bdbb4b74aa5af0bb173938a4dc6a91.jpgPolémique. Christine Lagarde, elle non plus, ne paie pas d'impôts ! 

Info reprise dans le télégramme de Brest

 

C'est le principe de l'arroseur arrosé. Dans une interview au "Guardian", Christine Lagarde a indiqué que "les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", en "payant tous leurs impôts". Des propos qui ont entraîné une vive polémique en Europe. Mais, en ce lundi, on apprend que la patronne du FMI ne paie pas d''impôts sur le revenu. Petite explication.

 

Lire également
>
Crise grecque. Mélenchon dénonce les propos "indignes" de Lagarde
Grèce. Levée de boucliers après les propos de Christine Lagarde
Tous nos articles sur Christine Lagarde

L'information fait tache : "protégée" par son statut de fonctionnaire international, Christine Lagarde ne paie pas d'impôts sur le revenu, comme l'a révélé le site Internet "Tout sur les impôts". L'information circule d'autant mieux sur les réseaux sociaux que la patronne du Fonds monétaire international (FMI) a déclenché, en fin de semaine passée, une polémique avec ses propos sur les Grecs et le paiement de leurs impôts. Voici ce qu'elle a, en effet, déclaré au journal britannique "The Guardian" : "Les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", et ce, en "payant tous leurs impôts". Elle s'est, par ailleurs, dite moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique...

Mélenchon réclame sa démission
Des propos qui ont donc été critiqués. On peut, notamment, citer Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de Gauche à la présidentielle : "De quel droit parle-t-elle de cette façon aux Grecs ? Ce sont des propos indignes. S'il y avait une morale politique, Mme Lagarde devrait s'en aller du poste qu'elle occupe".
François Bayrou, président du MoDem, s'en est, lui aussi, pris à l'ex-ministre française de l'Economie en évoquant des "propos extrêmement choquants".

Un salaire de 380.939 € en 2011
Le site "Tout sur les impôts" a donc divulgué que son salaire, qui se serait élevé à 380.939 € en 2011 (dont 57.829 € de frais de représentation), n'était pas soumis à l'impôt sur le revenu, compte tenu de "son statut de fonctionnaire bénéficiaire de revenus issus d'une organisation internationale". Chose confirmée par le site "France Diplomatie".
Et, on vous l'assure, les réseaux sociaux s'en donnent à coeur joie. Petits extraits : "Polémique : Christine Lagarde, elle non plus, ne paie pas d'impôts"; "Faites ce que je dis, pas ce que je fais..."; "Pour les amateurs fiscaux, je rappelle que sur ses 550.000 $ de revenus, Christine Lagarde paie 0 $ d'impôts...". Et cela ne fait que quelques heures que l'information circule...

  • Nathalie André
    commentaires

    ENERGIE QUEL AVENIR DEBAT 29 JUIN 2012 AVEC L'ASSOCIATION BERNARD DE LA SALA

    Publié le 28 Mai 2012 par aragon 43 dans politique

    EFFET-PAPILLON.jpg

    DEBAT SUR LES QUESTIONS DE L’ENERGIE LE VENDREDI 29 JUIN 2012

    VILLERS SAINT PAUL 18H30 PRECISES

    SALLE UWE BRAUN MAIRIE

    Avec la présence de Marie Claire CAILLETAUD

    27397_100001073386820_5524_n.jpg 

    Ingénieur d'EDF est dirigeante et porte-parole de la Fédération nationale des mines et de l'énergie CGT.

    Au moment où l’on discute de l’avenir des différentes formes d’énergie, il a semblé utile d’en débattre avec une responsable de ces questions et qui peut nous apporté l’éclairage nécessaire pour se faire une opinion politique sur des questions majeures pour notre développement industriel, notre indépendance énergétique, en les situant dans les enjeux non seulement nationaux ais aussi européens et mondiaux.

    Evidemment en prenant aussi en compte la question du nucléaire et de son avenir mais aussi des problèmes liés à la raréfaction de certaines sources énergétiques comme le charbon, le pétrole et le développement d’énergies nouvelles comme le solaire, l’énergie marémotrice etc.

    Donc un moment utile pour se faire une opinion.

    Rappel : notre association Bernard de la Sala est une petite université populaire, elle traite des idées communistes, elle est ouverte à ceux qui cherchent à dépasser ce système capitaliste qui ne peut répondre aux enjeux sociétaux d’aujourd’hui.

    ENTREE OUVERTE A TOUS

    Bernard Lamirand                                               Norbert Boulanger

    Président                                                              Secrétaire

     

    commentaires

    LES RICHES S'EMPIFFRENT PENDANT QUE LES PAUVRES FONT LES POUBELLES

    Publié le 27 Mai 2012 par aragon 43 dans Actualités

    487335_4058518190041_1494747886_33386826_510834419_n.jpg

    commentaires

    LA RETRAITE A 60 ANS

    Publié le 27 Mai 2012 par aragon 43 dans syndicalisme

    383015 129605593824781 100003260241617 129585 419572038 nLA RETRAITE A 60 ANS

    Pourquoi faudrait-il travailler plus longtemps alors que des jeunes sont à la recherche d’un travail ?

    C’est cette phrase que je retiens d’une personne avec qui j’ai discuté hier en distribuant le matériel de campagne pour notre candidat Loïc Pen à Nogent sur Oise dans la 7 ème circonscription.

    Cet homme m’a donné son âge sans que je lui demande, il attend impatiemment sa retraite à 60 ans et compte l’avoir parce que qu’il a déjà ses trimestres cotisés :  il a 58 ans.

    Il attend que la gauche au pouvoir lui permette de partir à 60 ans.

    Mais cela concerne t’il seulement ceux qui ont travaillé tôt et auront leurs trimestres à 60 ans ?

    Cela ne concerne t’il pas plutôt tous les salariés que Sarkozy a obligé à poursuivre leur vie professionnelle jusque 62 ans pour ceux ayant le nombre de trimestres cotisés suffisants et jusqu’à 67 ans pour ceux, qui du fait de la précarité et du chômage, n’auront pas le nombre de trimestres nécessaires ?

    Je l’observais cet homme, un ouvrier faisant plus que son âge :  il travaille dans une petite entreprise m’a-t-il dit où les conditions de travail sont difficiles et je sentais bien son désir d’en finir au plus vite avec un travail qui l’use et l’a usé prématurément.

    Ce cas là n’est pas isolé, de nombreuses personnes attendent les 60 ans pour enfin pouvoir souffler et avoir droit à une vie plus libre où l’on peut profiter de quelques années de retraite dans de bonnes conditions.

    Dans de bonnes modalités  parce qu’en ce moment les répercussions d’un travail qui s’est dégradé du fait de la mise en concurrence des salariés pour produire dans les pires conditions entrainent de la souffrance au travail,  elle atteint les populations les plus âgées et l’espérance de vie en bonne santé recule, phénomène nouveau dans les pays les plus développés comme le nôtre.

    Une  étude vient de sortir  dans la presse de l’INED et je cite : Les Français vivent moins vieux en bonne santé, a indiqué hier l’Institut national des études démographiques (Ined). Certes, dans l’Hexagone, l’espérance de vie est en progression, surtout chez les femmes (85,3 ans contre 84,8 en 2008), loin devant les hommes (78,2 ans contre 77,8 ans en 2008). Mais « l’espérance de vie sans incapacité » (Evsi), elle, baisse légèrement. Celle des hommes est passée de 62,7 ans à 61,9 ans entre 2008 et 2010 ; et de 64,6 ans à 63,5 ans pour les femmes, relève l’Ined. Selon les chiffres de l’Insee, l’espérance de vie en bonne santé avait entamé sa légère baisse dès 2006.

    La tendance française rejoint celle d’autres pays européens qui ont comme elle des espérances de vie élevées, note l’Ined, qui a compilé et étudié les données des 27 pays européens.

    Cette évolution vers une santé qui se dégrade est la résultante d’un travail avec des pénibilités nouvelles et qui touche au plus profond l’individu, notamment sa santé mentale.

    C’est en outre le résultat de l’appauvrissement de la population, de la précarité dans laquelle elle évolue et évoluera si ces conditions de vie et de travail continuent de se dégrader.

    Quand on remarque que les plus fragiles, ceux qui ont un travail précaire, ceux qui chôment, ceux qui vivent sous la menace de la compétitivité à tout prix, ceux qui doivent accepter les bas salaires sont les premiers atteints, qu’ils réduisent leurs dépenses de santé, qui ne soignent plus leur dentition, qui mange faute de moyens que des sandwichs et encore, il est à craindre que les populations qui vont entrer plus tardivement à l’âge de la retraite seront particulièrement en mauvais état de santé.

    Un recul ou plutôt un retour à une vieillesse impotente, voilà ce que cette société capitaliste nous prépare et nous ramène.

    Chacun a en mémoire les conditions de générations qui nous ont précédées avant guerre et que dans notre jeunesse nous avons quelque peu côtoyé et qui vivaient quelques années de retraites dans des conditions grabataires pour un certain nombre d’entre elles.

    Croizat, ministre de la Sécurité sociale, les as sorti de cette misère à la libération, par une retraite solidaire et ensuite nous l’avons amélioré pour permettre à chacun de profiter de la vie ; c’est ce qui est aujourd’hui remis en cause si l’insécurité sociale s’installe et si l’homme et la femme sont bafoués par cette hystérie compétitive du capital qui nous ramène à des descriptions à la Zola dans les conditions du procès du travail d’aujourd’hui.

    Il faut revenir à la retraite à 60 ans immédiatement pour tous et à 55 ans pour les professions pénibles.

    On rétorque que notre pays n’a plus les moyens de la financer mais quelle honte de dire cela au moment où l’argent coule à flot pour le capital et les banques.

    En 1945, dans un pays complètement détruit, Croizat et ses camarades ont apporté la preuve que l’on pouvait créer la Sécurité sociale et mettre en place la retraite solidaire et par répartition.

    Alors Président Hollande, ne vous laisser pas attendrir par les discours emberlificoteurs du patronat et de cette bourgeoisie dont le coût de la rémunération de celle-ci en tant qu’actionnaires est une charge insupportable pour l’intérêt général.

    Vous êtes au pied du mur et c’est là que l’on voit le maçon : celui qui a du bon ciment pour refaire le construction où celui qui mettra quelques plâtres pour cacher les lézardes.

    Ne cachez pas les lézardes par un texte insuffisant, refaites la construction, mettez la à hauteur de 60 ans pour tous.

    A bon entendeur salut.

     

    Bernard Lamirand

    commentaires

    LE SMIC A 1700 EUROS

    Publié le 26 Mai 2012 par aragon 43 dans Actualités

    LE SMIC A 1700 EUROS

    C’est la première mesure que devrait prendre un gouvernement qui se dit de gauche.

    Evidemment, le Medef poussera des cris d’orfraies, lui qui a raflé la mise depuis plusieurs décennies en s’accaparant de la plus value créée par le travail salarié.

    N’oublions pas que la part consacrée à la rémunération des actionnaires a plus que doublé en trente ans. Aujourd’hui, 36% des profits sont directement versés aux actionnaires.

    Par contre, depuis 1996, le salaire net médian (1548 euros mensuels) n’a augmenté que de 3,7% alors que sur la même période, le PIB par habitant a augmenté de 20%.

    Qui a profité sinon le capital.

    Plus généralement les salariés ont vu reculé leur salaire de près de 10 point dans le PIB depuis la période la plus haute , celle des années 75.

    Il s’agit donc d’un acte de justice, celui de rémunérer le travail seul créateur de richesse.

    Le Smic à 1700 euros bruts est donc une mesure de rattrapage.

    C’est la récupération du vol des actionnaires.

    Cette mesure, est-il dit, entrainerait des effets négatifs dans les grilles de salaires en ratatinant celles-ci  vers le bas.

    Le SMIC doit être considéré comme le début de carrière, le minimum de la qualification requise pour occuper un emploi prévu dans telle ou telle convention collective, il faudra donc aussi faire bouger les autres niveaux de la grille.

    Cela suppose une négociation des branches concernées que le gouvernement devrait décider lors de sa rencontre avec les organisations syndicales.

    Quand à dire qu’un SMIC plus élevé que celui actuellement en cours rapprocher        ait trop le Smic des autres niveaux au point de casser ces niveaux, il ne faut quand même pas se foutre du monde ; qui a fait en sorte que les exonérations de cotisations sociales ont joué ce rôle de trappe à bas salaires sinon que le MEDEF et les gouvernements qui se sont succédés depuis plusieurs décennies, gauche comprise.

    Le fait d’exonérer jusqu’à 1,6 smic les cotisations dites patronales a amené les patrons à embaucher des salariés de niveaux plus élevés au SMIC pour bénéficier de ces exonérations qui devaient servir pour encourager l’emploi et qui ont surtout encouragé le capital à payer moins les qualifications des salariés.

    Donc, le SMIC, est l’outil de la croissance, celle-ci permettra de relancer l’industrie, de payer les retraites par des rentrées plus importantes de cotisations sociales :  c’est remettre la machine à créer des richesses en route.

    Quand Chérèque de la CFDT dit que la réévaluation du SMIC autour de 1.700 euros bruts est un objectif  « inatteignable » et que l’évolution du SMIC doit être liée à la croissance , Chérèque oublie de dire que c’est cet écart que j’ai indiqué précédemment qui provient justement d’un non ajustement des croissances précédentes dans le SMIC.

    Le rattrapage est donc justifié comme il est totalement erroné de la part de Chérèque de considérer que « 1700 euros, c’est inatteignable », les résultats engrangés par le capital, les dividendes distribués, les stocks options remis  aux dirigeants montrent que l’argent existe pour rémunérer le travail en le récupérant sur la rémunération du capital qui est une charge et d’un coût exorbitant pour le devenir de notre économie et de nos industries.

    En 1968, le SMIG a été augmenté d’un seul coup de 35% en une nuit par les accords de Grenelle et cela n’a entraîné  aucune ruine des entreprises, bien au contraire celles-ci virent une demande plus importante de produits pour répondre aux besoins.

    Il faut donc un nouveau Grenelle, celui- qui remet en avant le salaire comme élément essentiel pour le bien être de la population.

    Un bien être pour l’intérêt général qui remplace le bien être des actionnaires et des bandits de la fortune qui ont prospérés ces derniers temps et particulièrement sous le mandat de Sarkozy.

     

    Bernard LAMIRAND

    commentaires

    LOIC PEN : POUR UN DEPUTE FRONT DE GAUCHE DE LA 7EME CIRCONSCRIPTION A L'ASSEMBLEE NATIONALE

    Publié le 24 Mai 2012 par aragon 43 dans politique

    7c-201205-affiche.jpg

    UN FRONT DE GAUCHE POUR LA 7EME CIRCONSCRIPTION

    Les 10 et 17 juin auront lieu les élections législatives pour élire les députés qui auront à faire une majorité à l’Assemblée nationale.

    Mais quelle majorité ?

    Un retour de la droite, celle qui nous a mis dans le pétrin depuis 2002 et qui continuera à vous faire les poches ou bien une majorité de gauche apte à changer la situation et à retourner les politiques précédentes, voilà l’enjeu.

    Mais quelle majorité à gauche ?

    Elle ne peut être composée que des seuls socialistes dont on se souvient qu’en 1981 ils l’avaient acquises cette majorité et ont pu ainsi décider  « de bon leur semble » et notamment de rebrousser chemin, dès 1982, par une politique de rigueur décidée par Mauroy et annoncée au congrès de la CGT à Lille sous les huées des congressistes.

    Hollande a été élu le 6 mai, il faut l’aider dit-on, bien sûr, il faut aussi qu’il s’y prête et qu’il ne fait pas comme ses collègues de 1982 : reculer à la première attaque de la droite.

    ll faut donc que cette Assemblée nationale ne soit pas une assemblée dominée par une majorité socialiste d’autant plus que ne pèsera plus l’hypothèque vote utile pour assurer la présence de la gauche au second tour.

    Il faut donc pour être clair que cette majorité comporte de nombreux autres éléments que les socialistes et en particulier des députés du Front de Gauche, eux-mêmes divers allant des communistes à d’anciens socialistes partisans d’une rupture avec le social-libéralisme et aussi des anciens du NPA ;  c’est d’ailleurs cette façon de faire vivre la politique concrétement qui plait aux gens qui en ont marre de la politicaillerie de la cinquième république.

    Dans la 7eme circonscription, la mienne, un jeune médecin urgentiste de l’hôpital de Creil est notre candidat avec une femme syndicaliste, responsable des questions syndicales européennes, ils doivent être élus.

    Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils seront vos meilleurs représentants et concourrons à faire en sorte que vos problèmes soient résolus et notamment le chômage qui règne en maitre dans cette circonscription détenu par un député UMP, Courtial, dont aucun travailleur n’a vu l’ombre de sa silhouette dans les manifestations pour défendre l’emploi et les retraites.

    Et puis les problèmes sont nombreux dans cette circonscription, le parti socialiste majoritaire dans cette région, ne donne pas le sentiment, par son candidat, d’être le plus actif pour créer ces conditions d’une politique réellement à gauche.

    Il faut de la jeunesse, de la solidarité, l’idée de la justice et ceux qui peuvent l’incarner à l’Assemblée nationale dans notre circonscription sont bien les candidats du Front de gauche.

    Les problèmes sont nombreux dans notre circonscription : ils sont de nature nationale comme l’emploi industriel, la santé avec les moyens d’être bien soigné et d’avoir des services d’urgence en capacité de recevoir les patients dans les meilleures conditions, la vieillesse où les structures d’accueil sont insuffisantes etc.

    Il y a aussi la façon de bien vivre ensemble, cela implique que l’humain passe avant tout, que l’école soit un puissant moyen de développement et d’émancipation des populations vivant sur notre territoire contrairement à ceux qui développent le rejet et la haine qui détériorent la vie ensemble.

    Loïc Pen et Marie France Boutroue ont toutes les qualités nécessaires pour être vos meilleurs représentants à l’Assemblée Nationale parce qu’ils sont des personnes proches de vous et qu’ils connaissent bien les raisons de ce mal vivre qui hante nos vies quand seulement l’argent domine et que la haine l’emporte sur la fraternité comme malheureusement nous en voyons le spécimen dans notre circonscription avec le candidat du Front National.

    Oui, pour que le 17 juin vous soyez sûr que ce que vous avez commencé à faire en élisant un président de la république à gauche soit poursuivi, voter pour le Front de Gauche.

    Assurons l’élection de Loïc Pen et de Marie France Boutroue.

    Un fort groupe Front de Gauche à l’Assemblée nationale, c’est l’assurance que votre vote présidentielle à gauche aura toute chance d’être entendu.

    Bernard LAMIRAND

    commentaires
    1 2 3 4 > >>