Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LE SIRE COURTIAL AUX AFFAIRES ETRANGERES...N'IMPORTE QUOI!

Publié le 30 Septembre 2011 par aragon 43 dans politique

 

 

 

LE SIRE COURTIAL REMPLACE LE DOUILLET

 

DOUILLET ET COURTIAL LES FRERES JUMEAUX HERITENT DES RESTES DE LA SARKOZY

Ainsi va la valse des ministres de Sarkozy.

Jouanneau a quité le navire en perdition pour rejoindre le Sénat et Douillet la remplace et laisse son maroquin de secrétaire d'Etat pour les français de l'étranger à Courtial le député de ma circonsription de l'Oise.

Voilà deux gars casés jusqu'aux élections présidentielles de 2012.

L'un, Douillet, a déjà bénéficié d'un blog de ma part, je n'en rajouterai pas sinon que ce gaillard n'avait aucune compétence pour tenir des affaires internationales sur le plan politique.

Peut-être que les pièces d'or de Madame Chirac ont fortement impressionné Sarkozy qui a repris l'idée en régle d'or.

Pour l'instant ce brave Douillet va remplir son gousset avec cette charge de ministre.

Courtial a enfin son poste de ministre, ce personnage a brillé par son incompétence dans ma circonscription. Dans son secteur, depuis qu'il est député en 2002, les emplois valsent et les entreprises tombent comme des chateaux de cartes.

Jamais, cet individu des beaux quartiers de Neuilly,n'a apporté une amélioration à la vie des gens de ma circonscription et en particulier dans les villes de Nogent et de Creil qui deviennent des cités dortoirs pour des salariés partant chaque jour travailler à Paris.

Toutes les lois antisociales,il les a votées, et notamment celles qui touchent à la santé et à la retraite.Son exploit le plus marquant est son projet de loi pour modifier la prime de rentrée scolaire aux familles qui l'utiliseraient pour autres choses que des fournitures scolaires. Ce projet n'a pas été retenu par ses compères de droite. Un échec pour ce «Colombo » à la petite semaine. 

Voilà deux jeunots, qui n'ont jamais apporté une lueur d'espoir : l'un a surgi grâce aux sports et l'autre a fini de pleurer pour avoir sur sa carte de visite le titre de ministre.

Deux jeunots de la droite qui croassent comme des corbeaux au dessus de la débandade UMP pour ramasser les restes.

 

Bernard LAMIRAND

 

commentaires

SARKOZY ET LA REGLE A CALCUL

Publié le 28 Septembre 2011 par aragon 43 dans politique

 

 

SARKOZY ET LA REGLE A CALCUL

 

Le brave Sarkozy sait compter.

 

Ainsi, pour lui, moins de fonctionnaires fera plus d'emplois et d'employés dans le privé.

 

C'est à eux qu'ils pensent, nous dit-il.

 

On n'avait pas remarqué !

 

Les dégats sont terribles dans les entreprises du privé et n'ont fait que s'accélérer depuis la fameuse phrase de Jospin, concernant les licenciements boursiers, disant que l'on y pouvait rien.

 

Sarkozy est au pouvoir depuis 2007 et les records de chomage n'ont cessé d'être battu et notamment pour les ouvriers dont il affecte de s'occuper soit-disant d'eux.

 

Jamais on a autant licencié à tout de bras depuis qu'il est au pouvoir dans les entreprises en utilisant toutes les facettes possibles de lois scélérates contre l'emploi.

Et l'on voit se multiplier depuis cette date les emplois précaires, les stages bidons, les reconversions, les licenciements de gré à gré etc.

L'individu Sarkozy est un fossoyeur de l'emploi ouvrier dans ce pays et aussi un des principaux pourvoyeurs d'usines à délocaliser dans les pays dit émergeants.

 

Je pense que rapidement le Front de gauche doit être à la tête d'une abrogation de toutes ces lois de casse de l'emploi.

 

Et une nouvelle loi devrait voir immédiatement le jour et être portée par le Sénat de Gauche : l'interdiction des licenciements boursiers.

 

Encore un moyen de tester si le PS se positionne pour une vrai démarche contre ce libéralisme et en même temps démentir le discours tenu par Jospin qu'il n'y pouvait rien contre cette forme de licenciement.

 

 

Le Front de gauche pourrait même aller plus loin en proposant le retour à l'autorisation administrative de licenciement sous le contrôle de l'inspection du travail.

 

Bernard LAMIRAND

 

commentaires

SENAT: LA DEFAITE DE SARKOZY ET DE LA DROITE

Publié le 27 Septembre 2011 par aragon 43 dans politique

 

 

UNE NOUVELLE DEFAITE DE LA DROITE ET DE SARKOZY

 

Les élections sénatoriales viennent d'avoir lieu.

Le Sénat change de majorité et devient à gauche.

Le Parti communiste ne s'en tire pas trop mal : il perd deux élus et en gagne un et il faut tenir compte qu'en 2008 le PCF avait perdu de nombreuses municipalités, notamment en Seine Saint Denis ( une remarque cependant : qu'est allé faire Pierre Laurent en position non élu à Paris).

Le tout, maintenant, est de savoir quoi faire de ce changement chez les sénateurs.

Un moyen puissant pour contrer le gouvernement dans sa casse sociale et notamment sur son

objectif de mettre en place la règle d'or : celle qui défend le veau d'or.

Nous allons voir, grandeur nature, l'attitude du PS au Sénat . Sera t-elle celle de travailler avec ses partenaires communistes de vrais changement en anticipant sur un programme vraie de gauche ou s'enfermera t-elle dans une continuité de la politique libérale avec un groupe socialiste imbu de son pourvoir.

Il est évident alors que son comportement nous renseignera sur les possibilités d'une vraie alternative à gauche.

Je verrai bien autre chose : des projets de loi à débattre et à faire voter qui anticiperaient une vraie gauche élue en 2012.

Par exemple, un premier projet ramenant la retraite à 60 ans.

Certes, on dira que l'Assemblée nationale à majorité de droite aurait le dernier mot pour refuser mais qu'importe, un projet de cette nature présenté par le Sénat susciterait l'espoir et la confiance retrouvée dans une vraie gauche.

D'autres projets pourraient être présentée notamment la renationalisation des banques et la création d'un pôle bancaire ayant vocation à prêter de l'argent pour investir dans l'emploi industriel et dans une éthique permettant de développer l'emploi et les salaires.

Voilà quelques réflexions pour lancer des projets anticipant les élections de 2012 et permettant de mettre en œuvre des projets de gauche.

 

Bernard LAMIRAND

s

commentaires

RETRAITE A 67 ANS FILLON VEUT NOUS PIQUER LES PLUS BELLES ANNEES DE RETRAITE

Publié le 23 Septembre 2011 par aragon 43 dans politique

Standard-plus-fort-SVP.jpgRETRAITE A 67 ANS

Et pourquoi pas la retraite pour les morts ?

Ce que propose Fillon, c'est un retour en arrière complet.

En 1910, la CGT, avait refusé un tel système de retraite en arguant que les travailleurs n'en bénéficieraient pas du fait que l'espérance de vie était inférieure à 65 ans.

Fillon, veut supprimer ce droit de partir à 60 ans à taux plein: voilà la vérité… et faire en sorte que la retraite coïncide avec les données actuaires des assurance privées qui estiment que celles -ci doivent versées le plus tard possible.

Derrière se profile le système par capitalisation et le plus sûr moyen de s'y préparer, pour la droite, c'est de rapprocher l'âge de la retraite de la mort pour empocher le maximum de cotisations (après on nous dira 70 ans).

Le Front de gauche et le PCF ont toutes les raisons de mettre dans leur programme la retraite à 60 ans.

Certains le préconisent en fonction d'un nombre d'années de cotisations, je pense qu'il faut en finir avec cette notion et considérer que tout travailleur à 60 ans doit pouvoir faire valoir ces droits à la retraite à taux plein.

Ce serait une façon de considérer qu'il n'a pas à subir les conséquences du chômage, de la précarité de l'emploi, de la maladie, de la formation et des études longues dans son parcours professionnel.

Bernard LAMIRAND

commentaires

FETE DE L'HUMANITE POUR QUE CE BOUGE VRAIMENT

Publié le 18 Septembre 2011 par aragon 43 dans communisme

divers_005.gifFETE DE L'HUMA: LES SOCIALISTES A LA PECHE AUX VOIX OU POUR UN VRAI CHANGEMENT ?

Une célèbre chanson chantée par Aznavour disait: " ils sont venus ils sont tous là ".

En fait, ils étaient presque tous là, mais il manquait deux membres de la famille, me semble t'il , en l'occurrence François Hollande et Manuel Valls.

En voilà au moins deux qui ont fait le choix de ne pas venir à la fête.

Ces deux là, franchement, ont déjà tournés le dos à une éventuelle Union de la Gauche qui soit autre chose que celle de 1981 et celle de l'ère Jospin.

Les autres sont surtout venus se montrer et les mauvaises langues disent que c'est pour aller à la pêche aux voix.

Personnellement, je doute fort d'un véritable programme à gauche avec ces figures usées du socialisme mais l'union est un combat de classe tant syndical que politique. Mon camarade "Canaille" pense que je suis une sorte de naïf d'y croire encore y compris au devenir du PCF. J'y crois plus que jamais en disant que s'il y a des chances de changer ce monde pourri, eh bien il faut tenter le coup et en tout cas, je suis un adepte de remettre sur le métier l'ouvrage, bien sûr en retenant les leçons des ratés qui ont fait en sorte que la pièce a été loupée.

C'est pareil pour Mélenchon: mais rien ne dit que l'intéressé ne mettra pas en concret ces dires actuels et il avait tenu parole lors de la constitution européenne.

Mais dépassons les personnages sinon nous sommes dans des configurations électorales voulues par le système établi par De Gaulle.

J'ai été un fervent partisan d'une candidature communiste pour dépasser ce genre de chose, pour que les idées communistes jaillissent dans ce moment de crise où elles permettent non l'alternative gauche-droite pour gérer le système mais de mettre enfin le communisme à l'ordre du jour pour dépasser ce capitalisme qui nous conduit à la catastrophe humanitaire et écologique.

Je suis un marxiste et je crois à cette belle idée de Marx que l'humanité ne se pose jamais que les problèmes qu'elle peut résoudre.

Et cela est le réel actuel: résoudre les problèmes posées à l'humanité par un capitalisme devenu par la force des choses, de plus en plus nuisible au fur et à mesure de sa recherche du profit maximal et de la suraccumulation-dévalorisation du capital auquel nous assistons en ce moment endirect tous les jours à la bourse.

Ce système devient, dans son ordre établi, de plus en plus barbare pour les être humains et pour "le vivre ensemble".

La capitalisme est entré en crise durable et cela est propice à ce que les travailleurs poussent à résoudre les problèmes que celui-ci  leur pose dans sa course effrénée au profit et c'est cela qu'il s'agit de mettre en avant dans le débat en France mais aussi dans tous les pays où les populations commencent ou tentent de se libérer de son étreinte.

Le programme partagé n'est pas un programme communiste, ce n'est qu'un pas pour commencer à faire du communisme sur chaque problème qui se pose au monde du travail avec des propositions qui mettent en cause le système capitaliste dans ses propres entrailles.

Je prends un seul exemple, le système bancaire: comment pousser à ce qu'il soit sorti définitivement des griffes du capital, qu'il soit celui des populations et non des financiers et que les banques, moyen pour prêter, soient des outils pour investir à taux zéro et même en dessous  l'investissement en emploi, en formation, en recherche, en protection sociale totale.

J'en prends encore un autre exemple: celui de l'eau, certes il ne faut pas la gaspiller, mais il faut la remettre en régie municipale et fixer sa gratuité pour les ménages.

Idem pour les transports pour le travail et pour les élèves etc.

Certes, mon camarade "Canaille" me dira que je vais encore me faire avoir, mais je préfère m'avancer dans ce sens que de ne plus croire à des changements à partir du peuple. j'ai avec lui ce communisme au coeur mais je sais qu'il faudra comme Marx le définissait le voir dans ce qu'est le niveau de conscience: Marx disait " que le communisme n'est pas pour nous un état de chose à créer, ni un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui dépasse l'état actuel des choses.

C'est à cela qu'il faut travailler et la période actuelle y est propice et doit être appréciée en tant que telle et les alliances peuvent être vues différemment que celles précédentes:  parce que nous sommes entrés dans une situation nouvelle, celle d'un capitalisme dépassé mais aussi du danger discernable maintenant qu'il devienne de plus en plus autoritaire et barbare pour les peuples qu'il domine.

Actuellement la bataille est déjà engagée à travers des luttes dans plusieurs partie du monde, des mouvements montent, l'ancien est en opposition avec ce nouveau et le clivage gauche-droite en alternance pour diriger le capital est en cause y compris en France et dans cette Europe qui est son creuset.

Et dans ces "bougés" actuels, qui peut dire que les choses ne vont pas se précipiter et déranger toutes les combinaisons politicardes et maffieuses d'un système qui rend malheureux de plus en plus de gens en France, en Europe et dans le monde ?

Bernard LAMIRAND

commentaires

FETE DE L'HUMANITE

Publié le 18 Septembre 2011 par aragon 43 dans communisme

arton4797VOYAGE A LA FETE DE L'HUMA

Une belle journée qui s'est terminée par une méchant orage sur le fête au moment où Joan Baez passait sur le grande scène.

Dommage.

Joan_Baez.jpgJ'étais là pour témoigner à cette grande chanteuse, comme plein d'hommes et de femmes de ma génération, tout ce que nous lui devons de ses combats de libération des peuples et notamment de celui du Viêt-Nam qui a fondé mon militantisme comme aussi celui de la lutte pour l'indépendance de l'Algérie et le rejet du colonialisme que l'on voit renaitre en ce moment sous d'autres formes.

Merci Joan.

Oui, une bien belle journée à la fête de l'huma. J'ai participé à des multiples débats avec Marie, mon épouse, et nous avons glané pas mal d'idées pour révolutionner ce monde.

Ce monde en putréfaction  capitaliste qui nous conduit dans l'impasse.

J'ai été attentif à Isabelle Garo à l'Agora qui vient de nous sortir un ouvrage sur ces philosophes Althusser, Deleuze, Foucault et leurs relation avec l'œuvre de Marx. L'un était un vrai marxiste et les autres tentaient de lui substituer autre chose, en lien avec ce qui s'est passé dans ces années de plomb d'un capitaliste de guerre froide qui va petit à petit se transformer en ce capitalisme destructeur que nous connaissons aujourd'hui.

Je n'en dit pas plus , j'ai acheté l'ouvrage d'Isabelle Garo, et là, dans ce texte, je ne fais que saisir quelques paroles fortes issues de cette rencontre.

J'ai aimé aussi la rencontre au stand de l'Oise avec Didier Le Reste sur le ferroviaire et l'avenir de la SNCF et les menaces qui pèsent sur cette entreprise nationale que certains, à droite comme à gauche, destinent à la privatisation pour l'instant rampante.Et l'idée de créer une sorte de comité pour défendre la SNCF et la sortir des griffes des transporteurs privés est une bonne proposition à condition qu'elle soit l'affaire de tous les usagers avec bien sûr les cheminots et surtout les populations.

J'ai aussi écouté avec attention Edgar Morin, ce grand sociologue. Je n'en dis pas trop, il va sortir un livre à la fin du mois et j'aviserais des propos qu'il a tenu notamment sur ce système capitaliste à dépasser qu'il considère comme une catastrophe à venir s'il n'est pas mis un terme à sa domination, non par la révolution mais par la métamorphose comme il dit. En gros, une forme plus éparpillée en petites transformations - un peu comme la chrysalide qui va devenir papillon- que le dépassement marxiste et par des réformes poussées par les populations concernées, permettant de les nouer à un moment donné entre elles. Dedans il y a des idées que j'ai besoin de réfléchir autour de fortes contradictions entre des nécessités autant de mondialiser que de démondialiser certaines choses ainsi que de croissance et de décroissance sur des productions et des consommations.

Le clou, fut le soir, le débat avec Bernard Thibault, un "Bernard" remonté comme un ressort qui jaillit dans un monde du travail que certains voudraient inerte en ce moment de crise et de campagne électorale. Il a tenu plus de deux heures à expliquer la position de la CGT, celle de la lutte face à ce système qui broit les hommes en ce moment et leur impose un recul social jamais vu depuis la longtemps.

Un autre Bernard que celui de la constitution européenne où il m'avait déçu.

A tous les détracteurs de l'action, à tous ceux qui disent (la CFDT) que les salariés ne sont pas prêts à faire grève le 11 Octobre et à manifester, il a répondu que l'on ne pouvait être l'arme au pied pendant que l'orage gronde sur les droits des travailleurs et il nous a annoncé ce succès de la manifestation européenne en Pologne où tous les syndicats européens manifestaient contre l'austérité, contre les profits: du jamais vu dans cette CES qui nous avait habitué à être le relais des pouvoirs de droite et sociaux-libéraux (dixit BL).

La CGT appellera le 11 octobre aux manifestations et aux grèves et Bernard Thibault souligna l'importance d'en discuter dans chaque lieu de travail y compris avec les militants des autres organisations syndicales qui subissent eux aussi la crise et les décisions d'austérité.

Il a rappelé l'action des retraités le 6 Octobre et il a terminé aussi sur une CGT qui ne sera pas absente dans ces moments politiques tant pour les échéances électorales que pour la situation économique et sociale.

Que la CGT soit bien dans son rôle syndical, voilà ce que je souhaite depuis plusieurs mois en face de cette crise qui fait souffrir des millions de personnes dans ce pays et ailleurs.

Et le plus vite possible sera le mieux et le 11 Octobre participe à cette levée de la lutte.

Oui, une belle fête de l'Huma qui se poursuit jusqu'à ce soir.

Bernard LAMIRAND

commentaires

DETTES ET BANQUES

Publié le 16 Septembre 2011 par aragon 43



La crise des ânes
 
 Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village. Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l’entendre qu’il achèterait cash 100 euros l’unité tous les ânes qu’on lui proposerait. Les paysans le trouvaient bien un peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie. Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 € par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes. Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l’avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu’il n’en restait plus un seul, il fit savoir qu’il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours et il quitta le village. Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu’il venait d’acheter et l’envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 € l’unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu’ils l’avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent Comme il fallait s’y attendre, les deux hommes d’affaire s’en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu’au cou, ruinés. Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l’âne s’effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s’en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s’il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune. Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l’argent aux habitants du village pour qu’ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement. Voyant sa note en passe d’être dégradée et pris à la gorge par les taux d’intérêts, la commune demanda l’aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu’elles ne pouvaient en aucun cas l’aider car elles avaient connu les mêmes infortunes. Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses : moins d’argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l’âge de départ à la retraite, on supprima des postes d’employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C’était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes. Cette bien triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des Bermudes, achetée à la sueur de leur front. On les appelle les frères Marchés. Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne électorale des maires sortants. Cette histoire n’est toutefois pas finie car on ignore ce que firent les villageois. Et vous, qu’auriez-vous fait à leur place ? Que ferez-vous ?
 



Pour nous retrouver tous sur la place du village
Samedi 15 octobre 2011 (Journée internationale des indignés)
 




faites déjà passer cette histoire à votre voisin...

commentaires

TFI ET STRAUSS-KAHN DEBALLE

Publié le 16 Septembre 2011 par aragon 43 dans Actualités

Osmo.jpgSEANCE DE STRIP- TEASE SUR TF1 DIMANCHE SOIR

Dimanche prochain, à 20 heures, au lieu de nous montrer la grande fête de l'Humanité sur TF1 en invitant Pierre Laurent secrétaire du PCF, nous aurons droit à une séance de strip-tease de Strauss-Kahn.

Des vilaines choses du FMI seront exposées.

Peut-être que l'intéressé nous livrera comment en tant que directeur du Fond Monétaire international (FMI) il a baisé les grecs et son ami Papandréou qui, lui, ne semble pas avoir été contraint et forcé.

Il pourra dire comment les grands  hôtels deviennent des paradis pour hauts fonctionnaires plaçant leur pognon dans les salles de bains.

Il pourra expliquer "le juste à temps" qu'il préconisait pour l'industrie, pour le traduire en rut hôtelier en quatrième vitesse, tout en vérifiant les comptes bancaires de l'état grec et la courbe d'érection des profits du CAC 40 EN 2011.

Il nous dira aussi de quelle manière il a pu se payer des avocats milliardaires pour faire d'une victime une coupable à grand frais: un peu dans la manière des grandes puissances capitalistes qui font des mauvaises affaires pour ensuite refiler la faute à ceux qui ont subi les outrances du capital comme en ce moment où tous ces directeurs de conscience de l'économie sont occupés à refiler les dettes bancaires et spéculatives aux pauvres peuples européens.

Il nous expliquera peut-être que faire la cueillette des fruits défendus fait partie de la panoplie du capitalisme libéral qui violente la plus-value en se l'accaparant et que toutes les libertés du "renard dans le poulailler" sont permises, même si on se fait prendre, car pour les diverses catégories de profiteurs, il y a toujours la justice immanente des copains et des coquins pour s'en sortir.

Et pour les femmes, il pourra nous expliquer qu'il voulait leur faire partager une solidarité "du corps à corps"  et comment les mettre en situation d'égalité sur le divan du partage.

Bernard LAMIRAND

 

commentaires

TAXES SARKOZY EN DIFFICULTE

Publié le 12 Septembre 2011 par aragon 43

311291_261712267195291_100000695582897_880188_352997239_n.jpg

commentaires

LES CADEAUX DE VALERIE PECRESSE

Publié le 12 Septembre 2011 par aragon 43

http://www.demarcogerard.com/article-les-cadeaux-de-valerie-pecresse-la-preuve-83960651.html

Les cadeaux  de Valérie PECRESSE Ministre  : la preuve

Décryptage : les français soumis à l’ISF recevaient en mai le document pour faire leur déclaration et accompagné du chèque avant le 15 juin de chaque année

Cette année ils n’ont rien reçu et donc n’ont pas eu à faire leur déclaration ni à payer. Le gouvernement applique tout de suite une décision non adoptée par l’assemblée nationale  et repousse à l’automne la déclaration ISF

Début septembre il reçoive les documents nécessaires accompagnée d’une sympathique lettre de madame Valérie PECRESSE leur indiquant les nouvelles modalités

Extrait : Ainsi dés 2011, si votre patrimoine net taxable est inférieur à 1,3 million d’euros vous n’êtes plus soumis à l’ISF et vous n’avez aucun document à fournir à l’administration fiscale. ……………. ;

Il est nécessaire de préciser que l’ISF était auparavant exigible à partir de 800000 euros

Mais vous aviez pourtant  une niche fiscale pour y échapper en investissement dans un fond géré par OTC Asset Management (fond de développement)

Ce cher gouvernement non content que vous puissiez bénéficier d’une niche fiscale vous supprime l’impôt comme cela vous n’aurez même pas à investir dans un fond de développement. Il faut quand même aider les électeurs aisés pour les conserver

N’oubliez pas que l’ensemble de la réforme de l’ISF représente un manque à gagner de 2 milliards pour l’impôt  et à commencé à être mis en œuvre 3 mois avant le fameux plan d’économies

Dans le cas ou vous ne me trouveriez pas crédible vu mes opinions politiques et syndicales voila les preuves de mes propos

Ci-joint : lettre de madame Valérie Pècresse ministre

Et : Attestation pour exonération


commentaires
1 2 3 > >>