Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

LE PLAISANTIN DE L’OISE

Publié le 31 Août 2008 par aragon 43 dans Actualités



Au moment où les couches populaires se demandent comment ils vont faire face à la rentrée scolaire avec des salaires insuffisants, le député de la droite de Nogent, Clermont et Alentours n’a rien trouvé de mieux que de dénoncer le soit- disant détournement de l’allocation de rentrée scolaire.

Une façon d’esquiver les problèmes de la rentrée et de se montrer à son coach Sarkozy.

Extrait :

Selon le député UMP Edouard Courtial, interviewé dans Le Parisien Dimanche du 31 août, l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) est "détournée pour des achats pour la famille". Le jeune élu de 35 ans déposera à la rentrée un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale dans lequel il préconise, afin de mettre un terme à de telles pratiques, de mettre en place un système de "chèques achats rentrée scolaire".

En fait, ce procureur aurait, de sources sures, vu des parents acheter des écrans plats.

La belle affaire, tout le monde en ce moment achète des fournitures scolaires qui dépassent les sommes prévues par l’allocation et s’il en est d’achat d’écrans plats, c’est aussi parce que le besoin s’en fait sentir y compris pour les enfants.

Soyez au gout du jour Courtial !

Occupez-vous plutôt de donner des moyens aux hôpitaux de Creil et de Clermont qui souffrent actuellement de vos votes à l’assemblée nationale notamment concernant le budget de la sécurité sociale.

Ce député de droite, élu dans des concours de circonstances « de dépit » des populations ( face à la querelle des égos socialistes en 2002 et 2007 pour avoir la place dans une circonscription de gauche, puisqu’elle regroupe des communes qui sont majoritairement de gauche), est manifestement plus prompt à dénoncer la soi-disante utilisation de l’allocation de rentrée scolaire que l’emploi par la bourgeoisie des cadeaux qu’elle reçoit du gouvernement, notamment le paquet fiscal de 15 milliards accordé à tous les gros nantis qui eux n’ont pas de problème pour s’acheter des écrans plats et surtout des voiliers pour naviguer entre membres de la jet-set.

Allons voir dans les familles de ces « riches » : ils ont tous dotés leur progéniture de tout le matériel informatique pour utiliser ces nouvelles technologies qui sont d’un puissant secours pour éduquer les leurs ; et ils ne manquent pas de téléviseurs, de cassettes et de disquettes pour former leur progéniture. Peut-être que le redresseur de tort Courtial a peur de la concurrence de tous ces jeunes défavorisés qui veulent aussi bénéficier des technologies de pointes éducatives.

Et ce brillant défenseur des deniers publics voudrait ainsi orienter les achats scolaires des gens de conditions modestes. Pourquoi un enfant de condition modeste n’aurait pas droit de se doter lui aussi d’ordinateurs et d’écran plats ?

Cette allocation scolaire a été mise en place pour justement palier à ces inégalités et faire en sorte de les réduire.

Monsieur Courtial, quant à lui, s’il a des enfants, ne doit pas avoir de difficultés pour leur payer des ordinateurs ou autre matériel. Je pense que cette allocation scolaire de rentrée doit être nettement plus élevée et permettre que tous les enfants soient à égalité dans l’école publique.

Si Monsieur Courtial craint que l’argent ne soit utilisé à d’autres fins que l’école, je lui propose non pas de d’instituer des « chèques achats rentrée scolaire » mais de faire en sorte que tous les enfants aient droit aux mêmes moyens éducatifs et que ces moyens soient prévus dans le budget de l’état dont la charge numéro un est l’éducation faut-il le rappeler.

Par exemple pour l’achat des livres scolaires du primaire jusqu’en fin d’études supérieures ; et pourquoi pas la dotation d’un ordinateur personnel pour chaque enfant à partir du primaire.

Alors Courtial, fait un peu peuple : propose la gratuité totale des fournitures scolaires prises en charge par le budget de l’état avec financement des grandes fortunes.

Chiche…

Bernard LAMIRAND

commentaires

SARKOZY INVENTE DES NOUVEAUX CAPITALISTES

Publié le 28 Août 2008 par aragon 43 dans syndicalisme

SARKOZY INVENTE DES NOUVEAUX CAPITALISTES

Le RSA est une fausse solution même s’il elle peut mettre pour les personnes concernées un peu de beurre dans les épinards.

Sarkozy vient donc de nous sortir de son chapeau un nouveau piège à c… Il nous dit « cette taxe concernera l’ensemble des revenus du capital excepté les livrets d'épargne et les revenus obligataires. Elle doit permettre de couvrir l'intégralité du surcoût généré par la mise en place du RSA. Ce coût est évalué à 1,5 milliard d'euros en année pleine.

A l’entendre, ainsi que ses perroquets de la télévision, tous les français sont des capitalistes et tous paieront y compris les Lagardère, Arnaud, Pinault etc.

Il assène : « Les revenus du capital étaient jusque-là taxés à 11%, ils le seront désormais à hauteur de 12,1% ».

Il rajoute pour faire taire les vrais profiteurs : « J'ai beaucoup fait pour le développement économique de la France. On a supprimé les droits de succession, on a permis la défiscalisation de l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune) pour les entreprises, on a fait le bouclier fiscal.

Qui est touché par cette taxation ?

Regardons-y de plus près.

Douze millions de personnes sont titulaires d'un contrat d'assurance-vie. On  recense 6,5 millions de petits actionnaires en France en 2008. Quatre millions de foyers disposaient de revenus fonciers, c’est souvent un revenu d’appoint.

Ainsi les personnes qui se sont mis un peu d’argent de coté pour faire face à des imprévus et ils sont nombreux parmi les salariés et retraités sont comptés comme capitaliste au même titre que tous ces bourgeois ayant leur compte en banque dans des paradis fiscaux.

Une belle entourloupe, car pendant ce temps là, les grandes fortunes sont protégées par le bouclier fiscal qui les met à l’abri de toutes taxes supplémentaires puisqu’ils ne peuvent subir plus de 50 %  d’impôts.

Ils peuvent vaquer tranquillement à leurs occupations de friqués, leur pouvoir d’achat va au contraire en profiter puisqu’ils pourront exploiter des RSA sans délier trop leurs bourses puisque qu’ils sont absous et qu’au contraire, on paiera pour eux.

Tout cela contribuera, c’est évident, à ce qu’au lieu de donner un vrai travail à ceux qui n’en ont pas on engendrera et on poussera plus loin encore des formes de précarité comme étant inéluctable dans un monde sans garantie sociale.

 

Madame Parisot s’égosille sur ce que cela va coûter aux entreprises ; eh bien c’est du cinéma pour valider les propos de Sarkozy que tout le monde est touché, or ne n’est pas vrai et cela ne sera jamais vrai dans ce système capitaliste. Les gros tôliers ne sont guère touchés ; leurs capitaux sont à l’abri à travers des sociétés écran ayant leurs sièges à l’étranger ou encore dans les paradis fiscaux.

 

La seule vraie réponse à tous ce fatras de bouffonneries, d’échappatoires, de mystifications : c’est l’augmentation des salaires et un vrai emploi, pour tous.

 

Sarkozy en nous classant parmi les revenus du capital ne cherche qu’à dissimuler la réalité actuelle : celui du fossé qui se creuse entre les vrais revenus du capital et le travail salarié.

Il cherche aussi à désamorcer la bataille des salaires en opposant salariés précaires et chômeurs et salariés ayant un emploi plus ou moins bien rémunéré.

L’épargnant, le propriétaire de son appartement ou de son pavillon n’ont rien à voir avec les avec ceux qui entassent dans la spéculation financières des milliards d’euros où encore ceux qui vendent ou louent à prix d’or des résidences secondaires.

Ne nous laissons pas prendre à ce jeu subtil et gardons en tête que l’enjeu est bien une forte augmentation des salaires et des retraites pour donner un vrai travail à tous et faire disparaître ces trappes que sont les RMI- RSA- CDD etc.

L’enjeu entra le capital et le travail : c’est bien du plus pour les salaires et du moins pour les profits.

Alors, militants syndicalistes que nous sommes, ne tardons pas à engage le débat avec les travailleurs afin de prendre les décisions d’action indispensables en ce mois de Septembre.

 

Babeuf42

commentaires

LE CLIQUETIS DES ARMES

Publié le 26 Août 2008 par aragon 43 dans Actualités


 

Ce soir, à la télévision, sur toutes les chaines raisonnait le cliquetis des armes.

Les perroquets de Sarkozy avaient tous eu l’ordre de faire la une sur les conflits en cours et de relayer les positions gouvernementales.

C’est à peine si l’opposition eu le droit de s’exprimer pendant quelques secondes.

L’Afghanistan, Abkhazie et Ossétie du Sud était à la une des journaux. Des terres stratégiques pour le pétrole et le gaz.

Le sentiment que j’en retire, c’est que la France est partie pour s’engager à nouveau dans des guerres, après ce long répit, depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962.

Certes, il y a eu les corps expéditionnaires en Afrique pour prêter main forte aux dictateurs mis en place dans les pays anciennement colonisés, mais cela n’avait pas la même importance puisqu’il s’agissait seulement de maintenir des pouvoirs corrompus en place.

Aujourd’hui ce n’est plus la même musique que l’on nous joue.

En écoutant le ministre des armées et celui des affaires étrangères qui planchaient devant la commission de l’assemblée nationale, je me croyais revenu aux pires moments de la guerre d’Algérie. Ce que nous disait Kouchner :que c’était une guerre pour la défense des libertés et contre le terrorisme, me faisait penser à ces politiciens de droite ou socialistes des années 50/60 qui nous disaient que nous défendions la France et ses valeurs là-bas en Indochine et dans les pays de l’Afrique du Nord.

Ce soir le terme rebelle employé à cette époque avait été remplacé par le terme terroriste.

Nous sommes donc en guerre et les français ne le savaient pas indiquait le journaliste de la 2 qui recevait en même temps un père d’un jeune militaire tué en Afghanistan et qui avait dans un premier temps critiqué violemment le gouvernement concernant le fait d’avoir envoyé les jeunes engagés au casse pipe.

C’était miséricordieux de voir ce père de famille se rétracter et concéder que son fils était mort pour la bonne cause ; celle de la liberté que l’on défendrait là-bas. Et le ministre des affaires étrangères d’acquiescer et le journaliste de nous montrer des soldats prêts à partir pour la cause.

En fait, nous avions là les mêmes propagandes que celles que nous avions concernant l’Algérie.

Et que dire toujours de Kouchner, affirmant de manière péremptoire que nous étions en guerre et qu’il y aurait de toute évidence d’autres morts qui nous attendait.

Incontestablement la France, pays de paix, pays reconnu pour ne plus être « le va t’en guerre » vient d’entrer dans le club des belligérants au coté de l’allier chef de file : les Etats-Unis. Nos manifestations pour la paix en Irak, la dénonciation de la guerre programmée par Bush et Blair, notre désaccord contre cette machination à l’ONU sont maintenant reniés par Sarkozy et toute sa bande.

Il faudra à nouveau se sacrifier et mourir pour le « veau d’or ».

Ce soir, Sarkozy était vindicatif quand il s’adressait aux militaires de Castres concernant le débat à l’assemblée nationale et en pointant du doigt les députés de son camp pour ne pas être seul à assumer cette responsabilité devant la nation. Une nation qui affirme pourtant son désaccord sur cette guerre

Nous l’avions dit et écrit, Sarkozy n’est pas un homme de paix, il vient de nous faire entrer dans l’antre des forces guerrières de l’OTAN et il faut craindre le nouveau bourbier afghan.

Dernière chose, ce cliquetis des armes s’intensifie y compris à nos frontières européennes où les américains avec cet apprenti sorcier géorgien mettent en danger la paix dans cette partie de l’Europe et l’on comprend mieux maintenant pourquoi dans le traité Européen était mis en avant la possibilité d’interventions militaires communes dans le cadre de l’Otan.

Il faut tenir compte de ce que vient de dire Gorbatchev, sorti de sa réserve, quand il manifeste sa pressentiment de voir ce conflit caucasien prendre une autre allure qui pourrait conduire à mettre en cause la paix en Europe avec l’installation des fusées américaines aux portes de la Russie.

Le débat à l’Assemblée Nationale ne peut être confiné à l’Afghanistan mais bien sur la politique de la France face à toutes ces menaces actuelles. Cela ne peut être l’affaire seulement des députés mais de tous les hommes et femmes épris de paix et j’espère que le jour du débat à l’Assemblée nationale des manifestations seront organisés partout dans le pays pour exiger le retrait des forces française de l’Afghanistan et de l’OTAN.

Bernard LAMIRAND

.

.

 

commentaires

UNE RENTREE SUR LES CHAPEAUX DE ROUES

Publié le 22 Août 2008 par aragon 43 dans syndicalisme

 

La période des congés s’achève et la situation économique et sociale ne s’est pas arrangée. Comme le climat de l’été a été pourri, le mauvais temps politique  a eu la même teneur.

L’homme de l’Elysée a certes perdu de sa superbe, plombé par les mauvais résultats de sa politique néolibérale qui tombent en ce moment tant sur les prix, la croissance, le chômage.

Seuls s’en sortent bien les nantis de la bourse.

Mais il est résolu à continuer son œuvre destructrice des droits sociaux constatant comme il dit la faiblesse de réaction.

Démentons-le !

Partout le mécontentement s’exprime ; il n’y a pas qu’une raison de se plaindre de ce pouvoir mais de multiples :   dans les entreprises, les salariés manifestent leur colère face à ce marché de dupe du « travailler plus pour gagner plus » qui se traduit par « travailler plus pour les actionnaires » pour gagner moins et dans les pires conditions de travail.

Les retraités salariés l’ont « gros sur la patate » : ils voient chaque année leur pouvoir d’achat se détériorer par manque de revalorisations de leurs pensions et retraites.

Ce mécontentement a du mal à se concrétiser en luttes ; même si l’on peut noter depuis le début de l’année une certaine montée des luttes notamment dans le secteur privé.

Pourquoi ce mécontentement des travailleurs n’arrive t’il pas à s’exprimer dans un tout ensemble ?

Parce qu’ils ne perçoivent pas une démarche de rassemblement dans les clivages actuels.

Bien malin qui pourrait trouver un philtre magique unitaire pour que demain matin à la première heure toute la France soit dans la rue.

Mais tous les ingrédients du ras-le-bol  sont là et ils ne demandent qu’à être exploités.

La rentrée ne peut se cantonner à des retrouvailles dans des assemblées générales de militants, certes indispensables, sans qu’une dynamique de luttes avec des revendications engage sans tarder le fer face à ce gouvernement de la casse sociale et au patronat.

Les salaires, les retraites et le devenir de la sécurité sociale sont les enjeux de cette rentrée.

Marie George Buffet a raison de sonner le tocsin et de rappeler toutes les organisations progressistes à ne pas se contenter de dénoncer mais d’agir en commun.

Certaines clament la grève générale pour ne rien faire et seulement bomber leurs torse, d’autres se contentent de constater les dégâts de ces politiques et de s’en tenir à la défense de leur pré-carré syndical électoral, s’arqueboutant sur un paritarisme pourtant insoutenable pour amadouer tant le patronat que le pouvoir libéral.

On risque alors un encéphalogramme plat si des décisions énergiques ne sont pas prises pour agir.

La CGT a la grande responsabilité de ne pas en rester « au chacun pour soi syndical » qui règne dans ce pays et qui est mortifère pour le devenir de nos droits sociaux  et du mouvement syndical dans ce pays.

Peut-on laisser les salaires et les retraites devenir des pourboires patronaux ?

Peut-on laisser le pouvoir démanteler tranquillement la sécurité sociale créée de surcroit par un ministre du travail qui s’appelait Croizat et qui avait dit « « Jamais nous ne tolérerons que ne soit rogné un seul des avantages de la sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès ». 

Peut –on laisser sous la seule emprise patronale toutes les questions sociales à partir de ses nouvelles lois scélérates faites pour se passer du syndicalisme ?

Peut-on laisser les mutuelles devenir petit à petit des assurances complémentaires prenant la place de la sécurité sociale avec des pratiques qui les obligeront à devenir inexorablement des compagnies d’assurances ?

Le temps n’est donc pas aux atermoiements, mais à se réunir pour agir.

Je souhaite que la CGT prenne les dispositions nécessaires pour que les choses bougent et qu’elle remue cette mollesse ou se laisser faire que l’on a pu constater de la part des autres syndicats avant les vacances.

Je sais bien que les choses ne sont font pas en claquant des doigts mais il est urgent d’agir et je suis persuadé que c’est l’opinion de tous ces militants et dirigeants qui ont le souci de la défense des intérêts des salariés et retraités qui le permettra.

J’espère que toutes les rencontres avec les travailleurs à la rentrée  déboucheront sur des décisions d’action.

Le pire en ce moment serait de rester l’arme au pied.

Les travailleurs ont besoin d’être rassemblés pour mettre en échec cette dégradation sociale remettant en cause tous les acquis sociaux de 1936, de la libération et de 1968.

 

Bernard LAMIRAND

  

commentaires

DES SOLDATS MORTS POUR QUOI ET POUR QUI ?

Publié le 21 Août 2008 par aragon 43 dans Actualités

DES SOLDATS MORTS POUR QUOI ET POUR QUI ?

Repris dans les dépêches : "L’OTAN est en train de perdre cette guerre", dit pour sa part Michael O’Hanlon, expert des questions de défense de la Brookings Institution à Washington. La mesure la plus urgente serait selon lui d’envoyer quatre brigades supplémentaires. "Deux américaines et deux européennes ; 20 000 soldats de plus, ce serait insuffisant, mais assez significatif" pour éviter une débâcle.

Le ministre de la Défense Morin ; a expliqué : « qu’une armée professionnelle est une armée forcément de jeunes. Ils ont eu toute la formation nécessaire pour cela ».

Voilà la situation dont nous sommes plongés.

Un engagement dans l’OTAN qui en préfigure d’autres et un ministre qui envoie nos jeunes, qui n’ont que quelques mois de service, au casse-pipe dans un des endroits les plus dangereux du monde.

J’ai évité d’intervenir, sauf quelques remarques secondaires, avant la célébration de l’hommage aux soldats tués en Afghanistan en respect pour les familles.

Des jeunes comme eux, j’en ai connu qui sont morts en Algérie et qui étaient de mon âge.

De l’endroit où je travaillais comme apprenti, je voyais passé les convois ramenant leurs dépouilles et je ne veux plus revoir cela.

On invoque leur sacrifice pour lutter contre la barbarie, l’obscurantisme et le terrorisme ; si ce serait seulement cela, qui oserait aller à l’encontre ? Et nous, en particulier les communistes, qui avons mené la guerre contre le nazisme !

Mais je doute.

D’autres intérêts sont en jeu et le terrorisme est un paravent ou plutôt la résultante de ce monde de plus en plus injuste à cause de ce néo-libéralisme destructeur de valeurs.

C’est une guerre de positions pour s’assurer la maitrise géopolitique de régions où les impérialismes veulent imposer leur domination. Regardons là où sont les conflits actuels et où sont engagées les forces de l’OTAN. On peut même parler d’un impérialisme « OTANIEN ».

Le président de la République a souligné notre engagement partout dans le monde ou régnera le terrorisme ; je crains que cette stratégie ne débouche que sur des interventions pour défendre les intérêts des grandes multinationales.

Notre retour à l’OTAN est certainement la plus grande menace pour la paix et notre pays qui parlait d’une voix assurée contre ces guerres n’aura plus l’occasion de manifester cette voix qui nous était originale : celle de s’opposer à l’hégémonie américaine.

Le président de la République a choisi de se ranger derrière la puissance « OTANIENNE » ; ce que jamais ces prédécesseurs depuis De Gaulle n’avaient accepté.

Nous devrons alors en payer le prix dans toutes ces guerres où la puissance états-unienne, qui dirige l’Otan, le demandera au nom de la lutte pour imposer partout le libéralisme.

Les « barbares » ont un terreau idéal avec l’OTAN et ses forces d’occupations.

Dernière chose, dans le communiqué de presse repris dans le monde en début de cet article, il est souligné la nécessité d’augmenter singulièrement en renfort les forces en Afghanistan, cela sent l’escalade et j’y vois le retour de ces contingents armés pour aller faire la loi capitaliste comme ils le faisaient du temps des colonies.

Finalement, que voyons-nous apparaître à travers ces montées de guerres en Europe, en Asie et au Moyen Orient : les guerres capitalistes qui n’avaient pu s’exprimer directement du temps de la guerre froide et de la présence de l’Union soviétique.

La bataille des impérialistes Américains, russes, chinois est en cours. Nous avions su, après la libération, nous en exclure par notre non-participation à l’Otan.

Notre retour dans cette organisation qui est entrain d’encercler de fusées la Russie est à ce sujet tellement inquiétant pour la paix qu’il est temps que des hommes et des femmes se lèvent et disent à Sarkozy de se retirer immédiatement de l’OTAN.

Bernard LAMIRAND

commentaires

TOT OU TARD LE MASQUE SE DECHIRE ET FAIT APPARAITRE L’OPPORTUNISME .

Publié le 21 Août 2008 par aragon 43 dans communisme

 

 

Je viens de lire un article de libération concernant la rencontre des verts à Toulouse.

Edifiant.

Je cite : "Fin juin, Duflot était là lorsque Daniel Cohn-Bendit et José Bové se sont rencontrés pour la première fois, incognito, dans les jardins du musée Rodin, à Paris. Surprise, le noniste faucheur d’OGM et l’ancien leader de Mai 1968 pro-européen se sont entendus ": «Bové était très décontracté», «On s’est vite mis d’accord. On est plus dans le débat du traité constitutionnel. Si on veut répondre à l’urgence écologique et solidaire, et dépasser les politiques néolibérales, il faut une grande formation.» raconte Cohn-Bendit.

Le « tarzan des causses », a donc trouvé refuge chez Cohn-Bendit et va faire liste commune avec lui.

Au fait, que n’avait-il pas dit sur la candidature de division de Marie George Buffet ; va-t-il considérer celle de Cohn Bendit comme une division supplémentaire de la gauche.

Certainement pas !

L’ami Bové cherche une place de député ; c’est tout. Il faudra bien cela pour éviter les foudres de la justice bourgeoise qui d’ailleurs se satisfait du personnage qui est d’un excellent rendement pour diviser à gauche.

Et que dire de certains cocos des Bouches du Rhône qui en avaient fait leur porte drapeau ; de même que Braouzec et la diva Clémentine Autain. Tiens, en ce moment  on entend plus le manager de toute cette merde présidentielle ; le triste Salesse ; que devient-il ; nous prépare t’il son allégeance à Cohn Bendit ?

On  saura bientôt si un nouvel attelage cosmopolite est en cours de construction avec l’ancien gauchiste de 68 reconverti au libéralisme.

Les communistes avaient donc toutes les raisons de ne pas vouloir du « débroussailleur des champs de mais » qui finira lui aussi dans les fourgons du libéralisme dit social européen.

La suite au prochain numéro.

Bernard LAMIRAND

commentaires

UNE RECETTE SURE ET CERTAINE

Publié le 18 Août 2008 par aragon 43 dans politique


 

Fillion réunit ce matin son état major financier face à la crise et à la récession de l’économie française en recul sur tous les tableaux.

On nous annonce des mesures pour y faire face.

Evidemment des ponctions sur le budget prévu pour tout ce qui concerne le social.

Le « travailler plus pour gagner plus » n’a donc pas été la recette magique pour redonner à l’économie française de la croissance.

Nous le savions depuis le départ que c’était de la poudre aux yeux.

Les « Héraults » du redressement ne sont que ceux du «  gagner plus pour les actionnaires ».

La « Lagarde du capital » ministre de l’économie était encore hier soir  à la recherche de solutions ; je lui en propose une qui serait intelligente et qui ne couterai rien aux travailleurs : une taxe sur toutes les plus values réalisées, qu’elles soient bancaires, dividendes, ventes d’actions, distributions d’actions.

Je propose un débat national pour en fixer le pourcentage qui pourrait dépasser les 10% et qui ne mettrait pas sur la paille les nantis.

Plusieurs dizaines de milliards pourraient être dégagées pour augmenter tout de suite les salaires et les retraites seuls moyens de relancer la croissance et l’emploi.

Chiche Fillion !

Bernard LAMIRAND

 

 

commentaires

COMPIEGNE : LIEU DE MEMOIRE CONTRE LA GUERRE

Publié le 16 Août 2008 par aragon 43 dans Actualités

COMPIEGNE ROYAL-LIEU LIEU DE MEMOIRE CONTRE LA GUERRE

L’armée française s’est retirée de Royal-Lieu ; un mémorial de l’Internement et de la Déportation vient d’être créé dans trois bâtiments. Il a ouvert au public le samedi 23 février 2008.

Je l’ai visité ce samedi 16 août avec mon épouse.

Ce camp de Royal-Lieu hébergeait auparavant et notamment l’armée de l’air qui en avait fait un lieu de formation.

C’est à cet endroit que j’ai accompli mes classes en 1962 au moment où la guerre d’Algérie s’achevait. Nous étions des jeunes troufions aux mains des commandos de l’air pour nous apprendre comme on dit « le métier des armes ».

Je me souviens encore de tous ces gradés à l’allure martiale qui hurlaient leurs ordres et j’avais l’impression de me trouver devant des « clowns dangereux ».Je faisais partie de la génération de Yé-yé et manifestement ils n’aimaient pas cela.

Ce camp était composé de bâtiments alignés par rangées et destinés à loger la troupe et notamment, en dehors de nous, les rappelés d’Algérie qui rentraient et qui n’en avaient plus « rien à foutre de l’armée ».Je me souviens que pour l’anniversaire de la mort de l’enfant chéri de l’armée de l’air : Guynemer ; les gradés avaient prétendu les faire défiler dans Compiègne et ils durent leur faire rebrousser chemin devant le comportement indiscipliné des libérables.

Jamais ces « individus » qui nous formaient ne nous ont conté les heures tragiques de ce camp de déportés.

Pourtant ils étaient très diserts sur l’histoire des armes dans leurs harangues quand ils nous mettaient au carré dans la cour ; ils ne nous ont pas indiqué que des hommes, des femmes et des enfants ont été amenés à cet endroit pour partir dans les camps d’extermination ou pour être exécutés dans la forêt de Compiègne qui jouxte le camp.

Ils préféraient nous parler de leurs exploits militaires en Algérie.

Il y avait parmi les jeunes de mon âge une recrue qui pleurait et comme j’étais son voisin dans la chambrée je l’ai interrogé sur le pourquoi ; et j’ai appris que son père était parti de Royal-Lieu pour la déportation et qu’il n’en n’était jamais revenu.

C’était un résistant.

Les militaires de carrière ont donc ignoré ce camp de concentration.

J’ai donc revu ces lieux et je dois dire que ce mémorial est une très grande œuvre.

Est retracé le passage de plus 50000 personnes avec des témoignages de ceux qui en sont revenus.

Il a été comptabilisé plus de 39900 morts en déportation parti de Royal-Lieu.

Il y eut beaucoup de déportés politiques et en particulier les communistes mais aussi des gaullistes, des catholiques.

Des juifs sont partis de Compiègne ainsi que des tziganes.

J’ai pu voir, relaté dans les présentations, le rôle joué par les communistes pour animer la vie du camp ; notamment en matière de culture et de formation et j’ai été étonné de voir que dans ces moments là, les communistes enseignaient Marx et par exemple la théorie de la plus value dans des cahiers qui sont affichés.Ils faisaient aussi des cours de français, des maths, de la sciences naturelles etc.

J’ai écouté le témoignage de Marie Claude Vaillant Couturier sur les camps nazis au procès de Nuremberg ; elle était partie de Compiègne avec 239 militantes femmes et 39 revinrent des camps. Il y a aussi le témoignage d’André Tollet sur les évasions de Compiègne et j’ai découvert les galeries où les déportés s’étaient enfuis.

Ces galeries étaient dans un des bâtiments militaires où nous étions cantonnés ; elles étaient cachées ; jamais on ne nous a dit qu’existait des galeries creusées par les déportés pour s’enfuir du camp nazi. J’ai vu bien d’autres choses dans ce musée du souvenir et j’invite à le visiter et à se rappeler que des hommes et des femmes ont été envoyées de cet endroit dans les camps de la mort par un individu nommé Pétain qui officiât à la guerre 14/18.

Les expositions sont très bien présentées avec des moyens modernes et permettant à chacun et en particulier aux jeunes générations de saisir que des français collaborateurs ont envoyés à la mort des hommes, des femmes et des enfants.

Nous avons griffonné quelques mots pour la paix sur le livre d’honneur et pour dire notre satisfaction de l’édification de ce mémorial.

Au moment où la haine, le nationalisme, le fascisme relèvent la tête en Europe, et dans d’autres partie du monde, il est utile de rappeler que des hommes et des femmes ont été victimes de ces théories nationalistes, xénophobes, antisémites, anti communistes et racistes.

Oui la paix est une revendication de classe face aux cliquetis des armes et de l’installation de nouvelles bases de l’OTAN en Europe Centrale et dans le Caucase.

Il faut interdire à Sarkozy le retour de la France parmi le va t’en guerre capitalistes de l’OTAN.

Babeuf 42

commentaires

LA PAIX

Publié le 14 Août 2008 par aragon 43 dans Actualités


 

A juste titre, Sarkozy a joué un certain rôle dans l’arrêt des combats entre les russes et les géorgiens.

Celui d’être l’opportun, au moment où les choses étaient réglées par la déroute de l’ami de Bush, le président géorgien Mikheïl Saakachvili.

Certainement que cela a contribué à éviter des morts supplémentaires dans un conflit où les intérêts des uns et des autres n’ont que faire des populations civiles.

Dans un certain sens, Sarkozy a sauvé la mise de néolibéral géorgien réactionnaire de la pire espèce.

De voir cet individu trônant avec Kouchner et à ses cotés le drapeau Européen, ne peut rassurer personne sur cette Europe où il y a un ramassis de « va-t’en guerre ». A commencer par tous ces dirigeants actuels des pays de l’Est qui, pour régler leur compte avec leur voisin russe, prône le retour aux vieilles querelles capitalistes d’avant guerre dans cette partie de l’Europe.

C’est cela qui est inquiétant pour la paix.

La place de l’OTAN dans cette région peut fortifier les ambitions d’en découdre et l’on devrait s’interroger où plutôt agir dans notre pays pour ne pas nous laisser imposer ce cartel militaire de réactionnaires européens inféodé à la puissance américaine.  

Cette situation dans le Caucase est cependant loin d’être réglée.

Je ne suis pas sûr que Sarkozy, contrairement à ce que nous dit Ulrich dans son éditorial de l’humanité, ait travaillé pour une Europe de la paix telle que nous l’entendons, nous communistes.

J’ai même l’impression que son intervention était dictée par les mêmes objectifs que ceux que recherchent dans cette région les impérialistes russes, américains : s’assurer une certaine prépondérance dans cette région hautement stratégique concernant les échanges commerciaux et les ressources énergétiques.

Y a-t-il vraiment divergences entre la stratégie de Bush et celle des capitalistes européens : je demande à voir, et il me semble plutôt que le désaccord porte sur le fait que l’intervention intempestive de président géorgien dicté par les Etats-Unis, ne correspond pas à la stratégie de l’Union Européenne pour être maitre de cette région et faire la nique aux russes.

D’ailleurs, aucun pays de l’Union Européenne n’a jamais élevé la voix contre les implantations américaines dans cette région.

Le capitalisme sait dépasser ces divergences secondaires.

Je ne ferai donc pas une ode à l’union européenne pour avoir fait entériné un cessez le feu entre russes et géorgiens car elle a aussi ses propres responsabilités dans la montée de tous ces va t’en guerre de l’Europe centrale dirigé par des réactionnaires qui obéissent à la puissance américaine.

Je réitère ma demande de relancer le mouvement pour la paix dans le monde et en particulier en Europe où l’on sent les faucons dominaient les colombes.

Un nouveau mouvement « Amsterdam-Pleyel* » serait le bienvenue pour que les forces de paix sortent de leur torpeur.

 

Babeuf 42

 

*L'initiative de ce mouvement revient à deux écrivains : Henri Barbusse et Romain Rolland. Le 27 mai 1932, ils publient dans l'Humanité un appel pour la tenue d'un congrès contre la guerre. Ce Congrès mondial de lutte contre la guerre impérialiste se déroule à Amsterdam les 27 et 28 août 1932. (wikipédia)

commentaires

L'EUROPE VA-T-ELLE REDEVENIR LE THEATRE DE GUERRES ENTRE CAPITALISTES ?

Publié le 11 Août 2008 par aragon 43 dans Actualités

L’EUROPE VA-T-ELLE REDEVENIR LE THEATRE DE GUERRES ENTRE CAPITALISTES ?

 

L’inénarrable Kouchner, envoyé spécial du « nain de jardin » en Géorgie, avait vraiment l’air d’un amateur face à ce conflit contre l’Ossétie du Sud déclenché par l’ami de Bush, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili.

Ce fut certainement sa plus grande frayeur de sa vie quand on le voit devant les caméras balbutiait des bribes de phrases inconsistantes,  le regard épouvanté et les cheveux en bataille ; on aurait cru le chef de la diplomatie française entrain  de jouer « un Zorro de mauvaise qualité » ? 

Il est vrai que l’ennemi était aux portes de la ville de Gori.

De le voir se carapater devant l’avance des troupes russes montrent le degré d’incompétence de la politique étrangère française.

Deux rigolos, Kouchner et Saakachvili,  qui ce midi à la télévision, l’air satisfait et goguenard, présentaient un contrat de cessez-le-feu pensant avoir gagné la partie avec l’idée qu’ils allaient ramener les russes à la raison sans coup férir.

Une télévision qui nous a parlé d’invasion russe, comme au temps de l’URSS, depuis le déclenchement des hostilités par les géorgiens, sans jamais dire que celui qui a déclenché l’attaque est le président géorgien, fidèle ami de Bush. Il faut savoir que cet individu et toute clique ont été formés dans les grandes universités libérales américaines.

Ce soir, à la télévision, devant les évidences et la correction prise par l’armée géorgienne en déroute, les perroquets de Sarkozy sont bien obligés d’indiquer la provenance de ce conflit et les puissants intérêts qui sont derrière cette attaque.

Voir l’excellent article dans l’humanité de ce jour.

On se demande vraiment ce que veut faire le « nain de jardin » et « sac de Riz » ; cela ressemble plus à de l’improvision qu’à de la diplomatie.

A moins que cet engagement de la France a été suggéré par « les va-t’en guerre Européens » ; cela mériterait d’être analysé finement, car cette région du Caucase excite les convoitises américaines mais pas seulement américaines concernant les sources énergétiques : pétroles et gaz.

Cela démontre que tous ces conflits qui surgissent actuellement qui peuvent apparaître comme secondaires n’en sont pas. Les capitalistes, les grandes multinationales tirent les ficelles et je serai pas étonné du rôle joué par les stratèges néolibéraux notamment l’école de Chicago Boy décrit par Naomi Klein dans son livre : la stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du déclin.

Derrière ces stratégies guerrières,  des millions de personnes civiles en sont les victimes notamment en Ossétie et en Géorgie.

Ces conflits qui naissent un peu partout actuellement nous montrent à quel point le capital, qui a retrouvé toute sa puissance depuis la disparition de l’URSS, n’hésite plus a déclencher des guerres .

Nul n’est à l’abri.

Il est temps que les travailleurs reprennent du poil de la bête pour s’opposer à toutes ces violences des impérialistes qu’ils soient américains, russes, européens et français demain si le « nain de jardin » s’y met.

Il me semble que nous devrions nous faire entendre comme l’a fait dans un passé récent toutes les forces progressistes pour empêcher la France de participer à la guerre en Irak.

 

Babeuf 42

commentaires
1 2 > >>