Je viens d'entendre Marie George Buffet sur les antennes de France Inter.

Je partage son point de vue de mobiliser la gauche dans son ensemble pour faire face à la politique destructrice de droits sociaux de Sarkozy.

La riposte est nécessaire, et la plus vite possible, avec des propositions qui aident à la préparation d'un véritable projet de transformation sociale.

Ce projet manque en effet à la gauche et c'est la raison de son échec et celui du parti communiste.

La question que je me pose est la suivante: est-ce que ce projet naitra d'un nouveau parti de gauche affichant une ligne de réformes sociales sans agir sur les ressorts de cette société ?

Si c'est cela, je crains que ce projet n'aille pas loin .

Si c'est créer un nouveau parti d'une gauche radicale, avec tout ceux qui ont montré que leur démarche n'était pas de gouverner pour changer la société mais de paraitre, alors je n'en serai pas.

Et je m'interroge sur l'opinion de notre secrétaire nationale que j'ai apprécié lors des présidentielles.

Je m'interroge sur cette idée, que notre secrétaire nationale vient de développer à France inter, que le parti communiste pourrait être une bonne matrice pour refonder à gauche.

J'espère ne pas avoir déformé ses propos .

Si c'est cela, je pense que l'on va exposer cette matrice nécessaire dans un conglomérat.

Je pense que la parti communiste français a toute sa raison d'être . Pour moi l'idée de confier la matrice m'inquiète et je m'en inquiète d'autant plus que je sens des camarades prêts à jeter par dessus bord cette identité communiste.

C'est cela que je ressens.Et je crains que cette matrice disparaisse bien vite dans un mollusque invertébré.

Je suis partisan d'un parti communiste français qui garde son nom; mais qui évolue sur son projet, en prenant la route du 21eme siècle ; et je pense que si les communistes ont reculé, c'est justement de ne plus avoir été communistes du réel comme Marx l'était à son époque.

Nous avons traversé les années 70 à aujourd'hui en étant pas clair sur le sens à donner au communisme; est-ce une raison pour abandonner notre nom et notre identité parce que nous n'avons pas su analyser les évolutions du monde ?

Si c'est le nom qui obsède certains camarades, alors je suis inquiet sur la suite et le risque de disparition du seul outil communiste existant dans ce pays !

Je suis, d'autre part, surpris par la façon de préparer ce congrés et de voir que subrepticement l'on tente de faire prévaloir ce point de vue de disparition du PCF.

Non pas que je tienne au nom comme une icône, mais parce que j'entrevois les abandons derrière.Moi je tiens, comme beaucoup de camarades ce nom, ce beau nom communiste.

Ne soyons pas honteux de nous-mêmes; inventons le communisme du 21eme siècle, nous avons les forces pour le réaliser avec d'autres à la condition de rester communistes et de faire prévaloir ces idées, demain dans une gauche vraiment à gauche.