ANGLETERRE : IL EST NE LE DIVIN ENFANT CHANTONS TOUS ... !

Publié le 22 Juillet 2013

ANGLETERRE : IL EST NE LE DIVIN ENFANT CHANTONS TOUS ... !

A QUOI SERT UN FUTUR MONARQUE ?

Qu’en Angleterre l’on puisse encore s’exalter devant la naissance prochaine d’un prince ou d’une princesse n’est pas nouveau.

Ce peuple a l’habitude de l’absolutisme même si la reine n’a plus les pouvoirs d’antan et que Cromwell les a rangés dans l’armoire des reliques lui laissant la bonne vie, l’apparat et le fric.

Les britanniques sont donc plus attentifs aux naissances des princes et princesses qu’à celles des enfants de pauvres. Ce n’est pas non plus nouveau : Charles Dickens nous en a fait le récit.

Certains naissent en effet dans la rue ou dans des abris de fortunes n’ayant plus de logement et parfois abandonnés.

Dans ce monde il n’y pas que les enfants de monarques qui sont cajolés , il y a aussi les enfants de riches choyés et présentés comme des phénomènes.

Vous ne verrez pas les médias se précipitaient pour couvrir d’un reportage la naissance d’un fils ou d’une fille du peuple.

Quel intérêt y aurait de montrer la misère alors qu’il est mieux de montrer un bébé tout pomponné et déjà glorifié et idolâtré comme un représentant de dieu dès qu’il apparait à la vie.

Il n’y a que notre télévision nationale républicaine pour s’extasier sur l’arrivée d’un héritier au trône d’Angleterre ; il est vrai que parmi le personnel éminent des chaines, les noms à particules se multiplient et ceux là ont des comptes à régler avec Robespierre et la révolution française.

C’est ce qu’ils font chaque jour en nous présentant des reportages qui ne souffrent même plus de retenue par rapport à la haute classe.

Chaque jour nous avons droit à la même rengaine : quand la princesse va accoucher, serais-ce le sexe féminin ou masculin, à quel endroit, quelle maternité aura cet honneur etc.

Ce midi, un perroquet de service sur chaine posa la question illustre à l’envoyé spécial : comment se passera la naissance ?

Eh bien Monsieur de…. Rinquesens, la naissance se passera par le même orifice que le commun des mortels, là où Louis Quatorze est également apparu tout nu.

Ce bébé vagira comme les autres bébés et ne racontera pas encore des histoires de princesse au bois dormant.

Une couche lui sera utile pour faire ses premiers besoins.

Il aura les mêmes capacités intellectuelles et physiques que les enfants des pauvres.

Il ne sera donc pas un être exceptionnel au sortir de l’issue, il ne devra ensuite sa primauté qu’au déluge de privilèges qui l’entourera, payé par le salarié britannique, qui sera obligé de le rémunérer grassement pour défendre un système archaïque et qui sert surtout la bourgeoisie qui a besoin d’un roi ou d’un monarque, comme chez nous, pour endormir le bon peuple.

Il n’aura pas la « cuisse de Jupiter » et ne sera pas l’envoyé du dieu, même si a été choisie pour son entrée dans le monde une maternité qui porte le doux nom de Marie, une Marie qui ne le fera pas naitre par l’opération du Saint esprit.

Un roi fainéant alors ou une reine fainéante, peut-être pas !

Cette famille des Tudor a trop profité…. Peut-être que ce bébé en aura marre de tout cet apparat et de vivre avec une cuillère et une fourchette en argent alors que le peuple britannique vit de plus en plus mal face à la finance.

Peut-être ira-t-il faire un salut à Karl, qui repose pas loin de là, pour lui dire qu’il avait raison de mettre en cause ce système stupide, qu’il soit celui d’une monarchie royale ou d’une monarchie républicaine comme celle que nous vivons de plus en plus avec les roitelets qui se sont installés au pouvoir dans notre pays et aussi en Europe.

Peut-être que ce bébé, futur jeune homme, dira tout net à son père : « t’es comme tout le monde et t’a rien de divin, « va te faire polir la myrtille » et comme je suis poli, je n’ajouterai pas les paroles d’un grossier personnage, mon ami Pierre Perret.

Et je termine pendant qu’on y est par les paroles (extraits) d’une chanson de Bourvil, les rois fainéants :

« Au temps, au bon temps
Des rois fainéants,
Ti qui tic qui tic!
D´un´main on mangeait
De l´autre on buvait
Ti qui tic qui tic!

Etc.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SOCIETE

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article