A NATIXIX ON SANCTIONNE POUR DELIT DE NE PAS ACCEPTER L'ACCORD SCELERAT DU 11 JANVIER 2013

Publié le 27 Juin 2013

A NATIXIX ON SANCTIONNE POUR DELIT DE NE PAS ACCEPTER L'ACCORD SCELERAT DU 11 JANVIER 2013

Je viens de recevoir ce communiqué du syndicat Natixis concernant l'application de l'accord sur la flexibilité du 11 janvier 2013.

Il montre à quel point le patronat de la banque compte appliquer en prenant des mesures contres tous les récalcitrants.

Bravo la CFDT qui a signé cette M....

Bernard Lamirand


Communiqué commun Fédération Cgt des Banques et Assurances - Collectif Cgt BPCE - syndicat Cgt Natixis
Refus de toute sanction à Natixis !
Maintien des dispositions contractuelles et conventionnelles.
Non à la menace du licenciement sur chaque salarié !
Des négociations sur « l’emploi » sont ouvertes chez Natixis, à la suite de l’ANI et de la loi qui en est issue. Alors que la Convention Collective des Banques précise les conditions de la mobilité, nous refusons, notamment, l’instauration d’une mobilité contrainte sous peine de licenciement.
Un tel bouleversement justifie pleinement que les salariés soient informés et donnent leur opinion sur les modifications substantielles de leur contrat de travail qui en résulteraient.
C’est pourquoi la Cgt a décidé d’informer largement les salariés.
C’est dans ce contexte que la direction de Natixis a convoqué le délégué national central Jean-Marc Plantier à un entretien préalable à une sanction disciplinaire. Cet entretien doit se tenir le 27 juin 2013 à 10 h30.
Il s’agit clairement d’une tentative d’intimidation et de pression contre notre syndicat Natixis, très éloignée des discours sur le dialogue social.
Nous demandons fermement l’arrêt de telles pratiques et l’abandon de toute velléité de sanction contre le délégué central Cgt de l’entreprise.
La poursuite de telles méthodes apparaîtrait comme la volonté de faire taire les syndicalistes qui alertent les salariés et organisent la résistance contre la mise en cause de leur contrat de travail.
La Direction aurait-elle peur de la transparence sur le contenu des négociations ?
Dans le cadre de cette négociation qui cherche à s'attaquer à l'emploi chez Natixis et dans l'ensemble du Groupe BPCE, nous n’accepterons aucune sanction contre aucun syndicaliste.
Nous exigeons l’arrêt de ces méthodes et appelons à l’ensemble de nos syndicats des banques et des assurances à se mobiliser :
- contre les tentatives d’intimidation des directions, dès le 27 juin à 9h au siège de Natixis,
- pour le droit des salariés à discuter de la défense de leur contrat de travail,
- pour rejeter toute régression mettant en cause les conditions d’emploi et les mises en cause du contrat de travail individuel et collectif.
Montreuil le 26 juin 2013
Fédération CGT des Syndicats du Personnel de la Banque et de l’Assurance

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article