Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ARAGON43

Mon site relate les événements syndicaux, sociaux, politiques, culturels et environnementaux .

67 ANS = 7 ANS DE TRAVAUX FORCES OU DE CHOMAGE EN PLUS

Publié le 13 Septembre 2013 par aragon 43 in SOCIETE

67 ANS = 7 ANS DE TRAVAUX FORCES OU DE CHOMAGE EN PLUS

67 ANS LA RETRAITE ET PLUS

Le 10 septembre les organisations syndicales CGT-FO-FSU-SOLIDAIRES,UNEF, la jeunesse et les retraités, ont appeler à manifester contre la réforme des retraites.

De même d’agir pour les salaires et les pensions de retraites.

Ils ont agit aussi pour leur emploi et leurs conditions de travail.

C’est sur cette revendication de l’emploi et des conditions de travail que vise plus particulièrement cet article.

C’est le départ d’un vaste mouvement social qu’il s’agit de construire dans le pays

L’allongement de la durée de travail par une retraite prise plus tardivement aura plusieurs conséquences sur les travailleurs : retarder encore plus l’arrivée des jeunes dans l’emploi et autre effet, les conditions de vie et de santé qui se dégraderont encore plus vite pour ceux qui en seront les victimes toutes désignées lorsqu’ils atteindront l’âge de la retraite retardée entre 62 et 67 ans du fait du passage à 43 années de cotisations pour le taux plein qu’ils atteindront dans les pires conditions

En fait, nous assistons à un retour des travailleurs à une fin de vie comme l’ont vécu nos grands parents avec une retraite comme on disait pour les morts.

Le CNR avait fait en sorte que l’on en finisse avec ce système et Croizat ministre du travail et de la Sécurité Sociale avait alors mis en place ce système par répartition et solidaire qui fait en sorte que ce sont les cotisations des salariés en activité qui contribuent immédiatement à la retraite et à des pensions décentes.

Cette façon de faire était révolutionnaire et a permis jusqu’à ces derniers temps d’avoir le système le plus complet de Sécurité sociale dans notre pays et envié dans le monde entier.

La cotisation étant la pierre angulaire puisqu’elle est basée sur l’assiette salariale et donc s’anime à partir des salaires et de l’emploi.

Si aujourd’hui le financement est une grande question, il apparait que c’est bien par le fait du chômage et des emplois précaires ainsi que la baisse des salaires et la non reconnaissance des qualifications que l’argent rentre insuffisamment dans les caisses.

La responsabilité en incombe donc à ce système capitaliste qui réduit le prix de la force de travail et le refus des employeurs de payer la part entreprise notamment par le biais d’exonération de celle-ci jusqu’à 1,6 smic entraine à ces déséquilibres.

C’est cet aspect là qui est majeure et qui doit nous entrainer à faire en sorte que la bataille de l’emploi et des salaires prennent le pas sur les solutions de crises et que le coût du capital , c'est-à-dire les profits, soit réduit et remis en cause.

La retraite à 60 ans doit être assurée, n’oublions pas que de nombreux travailleurs dans ces âges sont en difficulté de santé et que pour eux la retraite doit venir plut tôt en fonction des professions pénibles et des maladies professionnelles.

En plus, dans ces âges, la vie au travail devient de plus en plus difficile et travailler jusque 67 ans pour avoir une retraite pleine et entière va entrainer à des situations de santé dégradée, des risques d’accidents du travail plus nombreux encore et aussi à des dépenses très importantes en matière de soins, de médicaments, d’hospitalisation, d’arrêts de travail pour la Sécurité Sociale et nos mutuelles.

On pourrait dire que c’est contre-productif, et c’est vrai, mais l’on sait aussi que le patronat dans sa recherche du profit maximum n’à que faire de la santé des travailleurs et que la plupart d’entre eux seront largués des entreprises et grossiront les rangs des chômeurs et des précaires dès qu’ils ne seront plus bons pour le service du profit maximum.

Oui cette réforme du gouvernement menant les salariés vers une retraite à 67 ans voir plus est un retour en arrière vers l’appauvrissement des retraités et vers un mal-vivre de ceux-ci qui se retrouveront dans les pires conditions de retraites, loin d’une vie nouvelle qu’ils avaient espéré tout au long de leur carrière professionnelle.

67 ans, cela fait 7 ans d’allongement de la vie au travail, 7 ans pris aux travailleurs pour les profits et les dividendes.

Triste gouvernement d’avoir ainsi servir le caviar au Medef.

Alors il n’est pas trop tard pour bien faire et le 10 septembre doit être le coup d’envoi de multiples luttes pour les salaires, l’emploi et les retraites.

Bernard LAMIRAND

Commenter cet article