FTM CGT DECLARATION SIDERURGIE MENACES SUR LES INTALLATIONS DE FOS SUR MER

Publié le 16 Avril 2020

LIRE CI- DESSOUS APRES DE TEXTE LA DECLARATION DE LA FTM CGT

 

Cette déclaration est grave : les installations de Fos sur Mer, celles de la cokerie de Florange et du décapage de Montataire indique une nouvelle attaque sérieuse contre ce qui reste comme sidérurgie dans notre pays.

Mittal est bien le requin venu spécialement pour récupérer le potentiel de production d'acier de notre pays.

Cet aventurier a pris, avec le concours du gouvernement français de l'époque, le contrôle du groupe Arcelor, il a racheté ailleurs à vil prix des installations sidérurgiques, notamment  dans les pays de l'Est, et il a pu pendant des années faire de somptueux bénéfices bénéficiant des aides de l'Etat et de l'Europe. Il faut savoir que les anciens maitres des forges ont eu un ministre de chez eux qui a bien préparé les choses: il s'agit de Francis Mer.

Je rappelle volontiers, que la Communauté Européenne avait fait un plan de sauvetage en 1979 et en 1984 pour rétablir soit disant la situation et garder une  sidérurgie européenne. La France avec le plan Barre fut à l'œuvre pour son application avec des fermetures massives et des licenciements à Denain et Longwy et ailleurs mettant des populations en Lorraine et dans le Nord dans la misère et le chômage.

Je voudrais rappeler à ces "vendus", qui juraient leur grand dieu que c'était pour sauver cette industrie,  qu'ils nous avaient fait déjà le coup de la CECA (Communauté Européenne du charbon et de l'acier) par l'entremise des pères fondateurs et en particulier le sinistre Robert Schuman pour que la sidérurgie Européenne soit assurer de son devenir par la CECA regroupant tous les producteurs d'acier de l'Europe.

Aujourd'hui notre acier est aux mains d'un aventurier, il ne reste plus une organisation industrielle européenne pour maintenir cette industrie et le gouvernement français est aux abonnés absents.

Les menaces actuelles visent bien, à partir de la situation sanitaire, à trouver les subterfuges pour liquider ce qui reste de notre potentiel sidérurgique.

Je partage cette déclaration de la FTM CGT et il est vraiment nécessaire d'interpeller Macron pour empêcher cette nouvelle casse.

Bernard LAMIRAND Ancien responsable de la FTM secteur sidérurgie et ancien membre de la CECA.

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #FTM CGT

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article